Ouvrir le menu principal

David Kessler

philosophe manager culturel
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kessler.

David Kessler, né le à Boulogne-Billancourt, est le directeur général d'Orange studio. Haut-fonctionnaire, il a été conseiller à la présidence de la République de mai 2012 à juin 2014 (conseiller culture et communication auprès du président de la République française)[1].

Membre de divers conseils d'administration (dont la présidence du CA de l'Institut d'études politiques de Saint-Germain-en-Laye), il a également été directeur général délégué de Radio France pour la stratégie et les contenus, président du Forum des Images, et directeur général des Inrockuptibles.

Sommaire

BiographieModifier

FamilleModifier

Il est le fils de Paul Kessler et de Colette Kessler (1928-2009), universitaire française spécialiste de l'enseignement du judaïsme et cofondatrice du Mouvement juif libéral de France.

Il est le frère aîné du journaliste Emmanuel Kessler, né en 1963.

CarrièreModifier

Il étudie entre 1971 et 1976 . En 1977, il entre à l'École normale supérieure de Saint-Cloud.

Agrégé de philosophie en 1980, puis diplômé d'un DEA de philosophie l'année suivante, il enseigne en lycée entre 1982 et 1987. Il entre en 1987 à l'École nationale d'administration (ENA, promotion "Liberté Égalité Fraternité"), et est affecté à sa sortie de l'école au Conseil d'État[2].

Il enseigne à l'Institut d'études politiques de Paris (1989-1991), puis à l'ENA (1991-1998).

Audiovisuel et médiasModifier

De 1994 à 1996, il est directeur de cabinet, puis directeur délégué auprès de Raphaël Hadas-Lebel, directeur général de France 2.

De 1996 à 1997, il est directeur général du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA)[réf. nécessaire].

De 1997 à 2001, il est conseiller pour la culture et la communication auprès de Lionel Jospin, Premier ministre. En 1999, il participe au programme Young Leaders organisé par la French-American Foundation[3].

En 2014, il passe de l'Élysée au secteur privé, pour devenir responsable de la filiale cinéma de Orange[8].

Interventions publiquesModifier

En 2011, il soutient l'action de l'association Isota qui milite pour le mariage et l'adoption d'enfants par des couples homosexuels[9].

En février 2012, il est cosignataire avec plusieurs intellectuels et hommes politiques d'un appel intitulé Français juifs et de gauche publié dans le quotidien Libération. Cet appel déplore un « éloignement » qui se serait créé entre « les Français juifs et les forces de gauche ». Plus loin, cet appel avance: « Nous sommes attachés à la défense de l’État d’Israël et à sa démocratie. Nous sommes en désaccord avec la politique actuelle du gouvernement israélien et souhaitons voir se développer aux côtés d’Israël un État palestinien libre et indépendant »[10].

CinémaModifier

DécorationsModifier

AnnexesModifier

Notes et référencesModifier