Ouvrir le menu principal

Danielle Brulebois

personnalité politique française

Danielle Brulebois
Illustration.
Fonctions
Députée française
En fonction depuis le
(1 an, 9 mois et 28 jours)
Élection
Circonscription 1re du Jura
Législature XVe (Cinquième République)
Prédécesseur Jacques Pélissard (LR)
Vice-présidente de l'Assemblée nationale

(3 mois et 25 jours)
Président François de Rugy
Législature XVe (Cinquième République)
Conseillère départementale du Jura
Élue dans le canton de Bletterans
En fonction depuis le
(4 ans et 16 jours)
Élection 29 mars 2015
Prédécesseur Création du canton
1re Vice-présidente du
Conseil général du Jura

(3 ans, 11 mois et 26 jours)
Prédécesseur André Vauchez (PS)
Successeur Hélène Pélissard (LR)
Conseillère générale du Jura
élue dans le canton de Chaumergy

(7 ans et 13 jours)
Prédécesseur Bruno Guichard (DVG)
Successeur Suppression du canton
Conseillère municipale de Chaumergy
En fonction depuis le
(11 ans et 28 jours)
Élection 16 mars 2008
Maire Gilles Tschanz
Biographie
Date de naissance (71 ans)
Lieu de naissance Longwy-sur-le-Doubs (Jura)
Parti politique PS (jusqu'en 2017)
REM (depuis 2017)
Profession Professeure des écoles honoraire

Danielle Brulebois, née Danielle-Marie-Louise Monnot le à Longwy-sur-le-Doubs (Jura), est une femme politique française, élue députée le 18 juin 2017, membre de La République en marche.

Sommaire

BiographieModifier

Après des études à l’École normale de Lons-le-Saunier, elle a effectué toute sa carrière dans l’enseignement en tant qu’institutrice puis directrice d’école dans plusieurs communes du Jura[1]. Elle débute sa carrière politique en 2008 lorsqu’elle est élue conseillère générale (PS) du Jura (canton de Chaumergy)[2] et conseillère municipale de Chaumergy[3]. Elle devient également déléguée à la communauté de communes du Val-de-Brenne. Elle est aussi élue présidente du CAUE du Jura (Conseil architecture urbanisme environnement), qu'elle a présidé jusqu'en 2015.

En 2011, après la victoire de la gauche aux élections cantonales, elle devient première vice-présidente du conseil général du Jura.

En 2012, elle est investie candidate aux élections législatives sur la première circonscription du Jura par le Parti Socialiste. Elle réunit 47,86 % des suffrages au second tour face au député sortant Jacques Pélissard (UMP)[4].

Suite au redécoupage des cantons et au nouveau mode de scrutin départemental prévu par le législateur, elle est candidate sur le canton de Bletterans en 2015, en binôme avec Philippe Antoine, maire de Larnaud. Ils sont élus le 29 mars 2015[5].

En 2016, elle est élue présidente du Collectif textile franc-comtois du Jura (CTFC Jura), plate-forme régionale de collecte et de recyclage des surplus de textile, structure d'insertion en milieu très rural pour laquelle elle s'est investie à partir de 2008.

Lors de la campagne présidentielle de 2017, Danielle Brulebois soutient Emmanuel Macron. Elle rejoint alors La République en Marche[6].

Investie candidate aux élections législatives dans la première circonscription du Jura par ce mouvement, elle est élue députée le 18 juin 2017 avec 57,88 % des suffrages[7].

Le 29 juin 2017, elle est élue vice-présidente de l'Assemblée nationale[8]. Dans ses premières présidences de séance, elle se fait remarquer par son manque d'expérience. Ainsi le 24 juillet 2017, à l'occasion du débat sur la dite Loi de confiance dans la vie politique, visiblement dépassée, elle s'est vue contrainte d'appliquer à la lettre le règlement de l'Assemblée nationale, répétant tout en le consultant sans cesse les consignes soufflées - son microphone étant resté ouvert -, par Rémi Schenberg, directeur général des services législatifs de l'Assemblée nationale[9].

Elle perd cette vice-présidence le 24 octobre 2017 au profit de la députée LR Annie Genevard[10].

DistinctionsModifier

  Chevalier de l'ordre national du Mérite par décret du 13 novembre 2014[11].

Vie privéeModifier

Danielle Brulebois est mariée et mère de quatre enfants[1].

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Danielle BRULEBOIS La république en marche législatives Jura », sur Danielle BRULEBOIS La république en marche législatives Jura (consulté le 20 juin 2017).
  2. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections cantonales 2008 », sur http://www.interieur.gouv.fr/fr/Elections/Les-resultats/Cantonales/elecresult__cantonales_2008 (consulté le 20 juin 2017).
  3. « L'Express - Actualités Politique, Monde, Economie et Culture », sur LExpress.fr (consulté le 20 juin 2017).
  4. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections législatives 2012 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Legislatives/elecresult__LG2012 (consulté le 20 juin 2017).
  5. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections départementales 2015 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Departementales/elecresult__departementales-2015 (consulté le 20 juin 2017).
  6. Le Progrès, « Danielle Brulebois : "je voterai Macron" », Le Progrès,‎ .
  7. Ministère de l'Intérieur, « Elections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr (consulté le 20 juin 2017).
  8. Lucie Thiery, « Danielle Brulebois élue vice-présidente à l'Assemblée nationale », France 3 Bourgogne-Franche-Comté,‎ (lire en ligne, consulté le 29 juin 2017).
  9. http://www.lepoint.fr/politique/assemblee-quand-la-vice-presidente-se-fait-souffler-ses-repliques-27-07-2017-2146170_20.php
  10. « Assemblée nationale : Danielle Brulebois perd sa vice-présidence au profit de Annie Genevard », francetvinfo.fr, 25 octobre 2017.
  11. « Danielle Brulebois chevalier de l’ordre du Mérite », sur leprogres.fr, (consulté le 29 juin 2017).