Ouvrir le menu principal

D'une seule voix est un film documentaire français réalisé par Xavier de Lauzanne. Sorti le , il est construit autour de la tournée musicale du même nom.

Sommaire

SynopsisModifier

En 2006, des musiciens israéliens et palestiniens, juifs, chrétiens et musulmans sont invités en France pour une tournée musicale. La tournée remporte un grand succès. Mais dans les coulisses, rivalités et conflits surgissent[1].

Fiche techniqueModifier

  • Titre original : D'une seule voix
  • Titre VA : With One Voice
  • Réalisation : Xavier de Lauzanne
  • Production : Aloest Productions
  • Producteur délégué : François-Hugues de Vaumas
  • Distribution :   France - Aloest Distribution
  • Date de sortie :   France -
  • Montage : Florence Ricard
  • Mixage son : Mikaël Barre

Vie du filmModifier

Le film a été sélectionné et primé dans plusieurs festivals de films, notamment en France et aux États-Unis.

Artistes suivis dans le documentaireModifier

  • Atef, musulman palestinien, est le directeur musical de l’Ensemble musical de Palestine. Composé de vingt-six musiciens (comme le « Jerusalem Oratorio Chamber Choir »), cet ensemble est le premier orchestre professionnel palestinien. Créé en 2005, il s’est fixé comme objectif de réunir les meilleurs musiciens de la Bande de Gaza. Il se consacre particulièrement au répertoire de la musique traditionnelle palestinienne. La tournée « D’une seule voix » sera, pour ces artistes, la première et la dernière occasion de se produire hors de Palestine, puisque le groupe a ensuite été dissous par le Hamas[14].
  • Haggy, juif israélien, est chef de chœur du « Jerusalem Oratorio Chamber Choir »[15] qui réunit vingt-six chanteurs. Le répertoire de ce chœur, considéré comme l’un des meilleurs du pays, s’étend d’œuvres de la pré-Renaissance jusqu’à des œuvres contemporaines, en passant par des arrangements pour chœur de musique traditionnelle.
  • Limor, juive israélienne, est la chanteuse du groupe « Ashira »[16] composé de musiciens juifs et arabes israéliens. Ce groupe évolue dans le genre électro-acoustique, fusion de registres musicaux traditionnels et contemporains, teinté d’intonations orientales.
  • Le chœur d’enfants de Taibeh (chrétiens palestiniens) et le chœur Efroni (juifs israéliens) participent également à la tournée. Situé à trente kilomètres au Nord de Jérusalem, à proximité de Ramallah, Taibeh est un village palestinien de mille cinq cents habitants, tous chrétiens. Au sein de l’église latine, une chorale d’enfants et de jeunes (9 à 16 ans) a pris son essor depuis le début des années 2000. Fondé en 1980 par Maya Shavit et placé sous sa direction, le Chœur Efroni est quant à lui composé de jeunes filles juives israéliennes. Elles sont âgées de 12 à 18 ans et sont principalement issues de milieux ruraux et de kibboutz. Son répertoire comprend des chants traditionnels juifs aussi bien que des œuvres écrites pour le chœur par des compositeurs israéliens contemporains. Seize adolescentes et adolescents, sélectionnés au sein de chacune de ces deux formations, ont été réunis à l’occasion de cette tournée[17].
  • Eti et Saz (juive israélienne et arabe israélien) forment un groupe symbolique. Elle est juive israélienne et artiste pop. Lui est arabe musulman et artiste de hip-hop. Enfant prodige de la musique, Eti Castro a commencé à se produire sur scène et à la télévision dès l’âge de six ans. Chanteuse et actrice, elle est aujourd’hui une artiste confirmée en Israël. Samach Zakut (dit Saz) vit à Ramle, une banlieue défavorisée de Tel Aviv. En dépit de la pauvreté et des difficultés, il a décidé de s’en sortir grâce à la musique. Il se produit aujourd’hui aussi bien en Israël, dans les territoires palestiniens, qu’aux États-Unis. Ils chantent ensemble sur un même album intitulé « Master Peace [18]».

Réception critiqueModifier

Dans Télérama, Sophie Bourdais souligne la difficulté du film de se faire un écho objectif de l'aventure de la tournée : « Se gardant de tout angélisme, le réalisateur rend compte avec franchise de la redoutable complexité de l'entreprise. […] Comment maintenir la neutralité politique quand il suffit d'un signe équivoque du côté du public, d'une déclaration imprudente d'un musicien, pour mettre - brièvement - le feu aux poudres ? […] Ça tient, pourtant. Des liens se créent, notamment entre les plus jeunes. Les scènes finales montrent les artistes dansant ensemble, dans une sorte de transe euphorique. Belle et fugitive image d'une réconciliation possible, malgré tout »[19].

Musiques du filmModifier

Notes et référencesModifier

  1. (fr) « D'une seule voix » sur le site officiel de Première, consulté le 7 septembre 2009
  2. (en) Michael Jones, « 'Rosso' tops Palm Beach Festival », Variety,
  3. (en) communiqué de presse du Festival International de Houston, « WorldFest-Houston News! » sur worldfest.org,
  4. Culture. Pays de la Loire: D’une seule voix publié sur le site de la région des Pays de la Loire, le 6 mars 2009.
  5. Acteurs Ligériens de la Coopération Internationale et du Développement
  6. Le Grand Prix 2009 à un réalisateur argentin dans La Voix du Nord, 29 mars 2009.
  7. (en) Festival de Cine de Granada - 2008 Awards annonce de la sélection sur le site Internet officiel du Festival.
  8. (fr) [PDF] « Focus Cinéma Vérité 2008 : Sélection officialisée le 15 septembre 2008 » sur le site officiel du Festival International Cinéma Vérité de Paris, page 2
  9. Festival international du film des droits de l'homme : Le programme sur le site Internet evene.fr
  10. (en) Tiburon Film Festival - French Culture, publié par le Service Culturel du Consulat français aux États-Unis le 11 mars 2009.
  11. Christophe Bergeron, D'une seule voix : L'harmonie avant la paix, critique publiée dans l'hebdomadaire Voir, le 19 mars 2009.
  12. Le rocker et la patronne parlent «D'une seule voix», article publié dans 20 minutes, édition française, le 8 novembre 2006.
  13. Jean-Yves Labat de Rossi, présentateur sur Omega Tv présentation sur le site Internet de Omega TV.
  14. Lucas Falchero, Ensemble Musical de Palestine, critique publiée dans Monticule Musique numéro 2, octobre 2006.
  15. JERUSALEM ORATORIO CHAMBER CHOIR, présentation sur le site Internet du label AdVitam Records.
  16. ASHIRA, présentation sur le site Internet du label AdVitam Records.
  17. (en) Taybeh's children choir, communiqué publié sur le site Internet de la paroisse latine de Taibeh
  18. Stan Bedin, Eti et Saz. Master Peace, recension parue dans Prestige Audio Video, mars-avril 2007.
  19. (fr) Sophie Bourdais, « D'une seule voix - Documentaire de Xavier de Lauzanne (France, 2008) », Télérama n° 3080, 20 janvier 2009

Liens externesModifier