Course de côte Nice - La Turbie

La Course de côte Nice - La Turbie était une compétition automobile disputée fin-mars début-avril avant-guerre (exceptionnellement début août en 1937 et 1938), inaugurant "traditionnellement" la saison européenne de courses de côte et organisée par l'Automobile Club de Nice. Elle fut créée par Paul Meyan.

Côte d'Azur à La Turbie.
Rivière, sur le tricycle de Paul Chauchard lors de la première édition, le 31 janvier 1897.

HistoireModifier

 
Monument en hommage de la première édition, à La Turbie.
 
Emil Jellinek sur Mercedes 35hp.
 
Pinson, son épouse et son mécanicien, sur Panhard le 17 avril 1902 devant le café du Méridien.
 
Albert Lemaître en 1902 sur Mercedes Simplex 40 hp, 2e de la catégorie Racing Cars (< 1 000 kg).
 
Otto Hieronimus, vainqueur à La Turbie en 1903 sur Spitz.
 
Wilhelm Werner, ici sur le trajet en 1903 (Mercedes).
 
L'Américain Eliot Zborowski au départ de la course en 1903, devant décéder durant celle-ci (son mécanicien le marquis de Pollange lui ayant survécut).
 
Lieu du crash fatal du comte Eliot Zborowski en 1903, et de Wilhelm Bauer en 1900.
 
La Mercedes détruite de Zborowski.
 
Victoire de Wimille en 1935 sur Bugatti 3.3 L.
Laury Schell sur Delahaye 18CV Sport, vainqueur de la côte en 1936 dans le cadre du Critérium Paris-Nice.
Hans Stuck, vainqueur de la côte aussi en 1936, sur Auto Union.
René Le Bègue, vainqueur à La Turbie en 1937 sur Talbot, lors du Critérium Paris-Nice.
Hans Stuck, vainqueur de la côte de La Turbie 1937.

Départ arrêté, elle fut la plus ancienne course de montagne organisée au monde[1] (la troisième étant celle de Chanteloup-les-Vignes un an plus tard, de 1 km 820 de longueur, et la seconde située à Charles River Park aux États-Unis, près de Boston (MA)[2]).

En 1897 elle démarrait du centre de Nice, passait par la Route de Gênes (devenue la Grande Corniche), puis devant l'observatoire du Mont-Gros pour se terminer à l'entrée de La Turbie, village situé à 450 mètres d'altitude et commune à la frontière de la principauté de Monaco. Progressivement son tracé fut raccourci jusqu'au début des années 1920, par mesures de sécurité.

En 1900 l'allemand Wilhelm Bauer, un ancien chauffeur impérial autrefois, employé de Daimler et engagé pour l'occasion par le baron Henri de Rothschild (lui-même vainqueur à Chanteloup la même année), percuta la falaise lors d'un accident fatal. Trois ans plus tard le comte Eliot Zborowski mourut à son tour[3], son décès -instantané- entraînant l'arrêt de la compétition de 1904 à 1908. Entre ces deux courses endeuillées, le constructeur Mercedes imposa sa loi avec Wilhelm Werner en 1901 devant Emil Jellinek sur des modèles 35HP, dont cinq exemplaires étaient encore engagés en une seule édition de 1902 -désormais sous la direction de Jellinek-, tous placés à l'arrivée, Paul Meyan (alors directeur de l'Automobile Club de France) déclarant ainsi de fait : « Nous sommes entrés dans l'ère Mercedes »[4].

De 1921 à 1925 (sauf la première année) une épreuve de type cyclecars précéda la course des voitures de tourisme et voitures de sport d'une semaine.

La Seconde Guerre mondiale eut définitivement raison de l'épreuve, bien qu'une nouvelle édition ait été prévue le .

Hans Stuck a remporté l'épreuve à 5 reprises.

PalmarèsModifier

Année Distance Vainqueur Ecurie Temps
1897
(3e étape de la course automobile
Marseille-Nice-La Turbie)
16,6 km   André Michelin Break-Vapeur De Dion 15 hp (sur pneus) 31 min 50 s
1899 16,19 km   Albert Lemaître Peugeot 17 hp 24 min 23 s
1900 (sport) 16,6 km   Alfred Levegh Mors 28 hp 19 min 02 s
1900 (tourisme) 19,6 km   E.T. Stead Phoenix-Daimler 32 min
1901 15,5 km   Wilhelm Werner Mercedes 35 hp 18 min 06 s 8
1902 15,5 km   E.T. Stead Mercedes Simplex 40 hp 16 min 37 s 6
1903 15,5 km   Otto Hieronimus Spitz 14 min 26 s 8
1904-1908 Non couru
1909 9 km   Otto Lindpaintner Sizaire-Naudin 6 min 00 s 4
1910-1919 Non couru
1920 ?   Major Empson A.V. 11 min 48 s 2
1921
(lors de la course Paris-Nice)
?   André Darmont Morgan 1.1-Litre 9 min 02 s 2
1922 6,3 km   Jean Mabille Bugatti 1.5 L. 6 min 24 s 4
1923 6,3 km   René Thomas Delage 5.15 L. 6 cylindres 4 min 38 s 4
1924 6,3 km   Albert Divo Delage 5,2 L. 6 cylindres 4 min 20 s 8
1925 6,3 km   Robert Benoist Delage 5,9 L. DJ Sport 4 min 38 s 6
1926 6,3 km   Louis Chiron Bugatti 1,5 L. 5 min 01 s 2
1927 6,3 km   Edmond Bourlier Delage 2LCV 12 cylindres 4 min 45 s 8
1928 6,3 km   Louis Chiron Bugatti 2,0 L. 4 min 21 s 8
1929 6,3 km   Hans Stuck Austro-Daimler ADR 3.0 L. 4 min 09 s 8
1930 6,3 km   René Dreyfus Bugatti T35B 3 min 53 s 6
1931 6,3 km   Aristide Lumachi Bugatti 4942 4 min 08 s 4
1932 6,3 km   Jean-Pierre Wimille Bugatti T54 3 min 52 s 6
1933 6,3 km   Jean-Pierre Wimille Alfa Romeo 8C 2300 3 min 53 s 6
1934 6,3 km   René Dreyfus Bugatti T53 (4WD) 3 min 45 s 4
1935 6,3 km   Jean-Pierre Wimille Bugatti 3.3 L. 3 min 43 s 1
1936 6,3 km   Hans Stuck Auto Union V16 Type C/D 3 min 39 s 8
1937 6,3 km   Hans Stuck Auto Union 3 min 31 s 6
1938 6,3 km   Hans Stuck Auto Union 3 min 30 s 2
1939 6,3 km   Hans Stuck Auto Union 3 min 28 s 2
1940-1946 Non couru
1947 ? ? ? ?

(nb: en 1897, victoire disputée avec le marquis Gaston de Chasseloup-Laubat (2e), et avec Pary)

Épreuves cyclecarsModifier

Année Distance Vainqueur Ecurie Temps
1921 (course Paris-Nice) 8 km   Marcel Vidal Morgan 1.1 L. 8 min 35 s 0
1922 7,975 km   Agnéro Morgan 1.5 L. 7 min 27 s
1923 7,975 km   André Morel Amilcar 1.1 L. 2 places 6 min 59 s
1924 7,975 km   André Morel Amilcar 1.1 L. 2 places 6 min 54 s 4
1925 7,92 km   Agnéro Morgan 1.1 L. 7 min 19 s 6

Notes et référencesModifier

  1. La Course de côte de Spa du 11 juillet 1896 n'étant pas à proprement parler une course de côte, du fait de ses aller-retours.
  2. Hill Climb winners: 1897-1949;
  3. Article William Eliot Morris Zborowski;
  4. Article 1901 Mercedes 35 HP.

BibliographieModifier

Liens internesModifier

Liens externesModifier

 
Hans Stuck à la côte de La Turbie 1938 (trophée d'Auguste).