Christianisme au Sichuan

Les chrétiens de la province du Sichuan (anciennement connue sous le nom de Setchouan, Setchuen, Sutchuen, Szechuan ou Szechwan ; aussi appelée « Chine occidentale ») sont minoritaires par rapport à l'ensemble de la population de cette province, malgré le fait que la présence chrétienne remonte à la dynastie Tang (618–907).

HistoireModifier

Christianisme syriaque orientalModifier

La présence du christianisme syriaque oriental peut être confirmée dans la ville de Chengdu pendant la dynastie Tang (618–907)[1], et deux monastères syriaques ont été localisés à Chengdu et sur le mont Emei[2].

Selon Nenggai zhai manlu (de), une collection d'essais de la dynastie des Song du Sud (1127–1279), pendant la dynastie Tang, des missionnaires perses ont construit un temple daqin (ja) (temple chrétien syriaque oriental) sur les ruines existantes de l'ancien château des Sept Trésors (七寶樓), qui a été construit par les rois de la dynastie Kaiming (vi) de l'ancien État de Shu, avec des rideaux de perles installés comme applications décoratives, et a ensuite été détruit par le grand incendie de la commanderie de Shu (zh) pendant le règne de l'empereur Wu de Han (141 av. J.-C.87 av. J.-C.). Le temple était composé d'une porterie, de chambres et de tours, comme l'ancien château, ses portes étaient ornées de rideaux en or, perles et jaspe vert[3], donc connu sous le nom de « temple des Perles » (珍珠樓, anciennement écrit 眞珠樓, litt. « maison des Perles » ou « tour des Perles »)[4].

En outre, un rapport de Li Deyu (en), un écrivain de la dynastie Tang, inclus dans le Quan Tang Wen (zh), déclare qu'un certain clerc daqin compétent en optométrie était présent dans la région de Chengdu[5].

Catholicisme romainModifier

 
Synodus Vicariatus Sutchuensis, édité à Rome en 1822. Le synode du Sichuan fut le premier synode catholique tenu en Chine.

La première mission catholique romaine au Sichuan a été menée par les jésuites Gabriel de Magalhães et Lodovico Buglio, dans les années 1640. Après le massacre du Sichuan par Zhang Xianzhong et, par conséquent, le mouvement d'immigration du repeuplement du Sichuan (zh-yue), une recherche des convertis survivants a été effectuée par Basile Xu (no), alors intendant du circuit du Sichuan oriental (zh), et sa mère Candide Xu (en), tous deux catholiques. Ils trouvèrent un nombre considérable de convertis à Paoning, puis Candide invita le prêtre Claudius Motel à servir la congrégation. Plusieurs églises ont été construites à Chengdu, Paoning et Chongqing sous la supervision de Motel[6].

Le prédécesseur du diocèse de Chengdu —le vicariat apostolique de Setchuen (Sichuan)— a été créé le 15 octobre 1696, et Artus de Lionne, missionnaire français, devint le premier vicaire apostolique[7]. En 1753, la société des missions étrangères de Paris assuma la responsabilité de la mission catholique au Sichuan.

En 1803, Gabriel-Taurin Dufresse réunit près de Chongqingzhou, 40 kilomètres à l'ouest de Chengdu, le synode du vicariat du Sichuan (latin : Synodus Vicariatus Sutchuensis), le premier synode tenu en Chine[7],[8],[9]. En 1804, la communauté catholique du Sichuan comprenait quatre missionnaires français et dix-huit prêtres locaux[10].

Le premier groupe des rédemptoristes espagnols partit pour la Chine en février 1928 : Segundo Miguel Rodríguez, José Morán Pan et Segundo Velasco Arina. Ils ont été actifs dans le vicariat apostolique de Chengdu et le vicariat apostolique de Ningyuanfu à Xichang[11]:15
, et ont fait construire une maison et une chapelle à Chengdu[12]. Les derniers rédemptoristes espagnols ont été expulsés de Chine par le gouvernement communiste en 1952[13],[11]:15
.

Le Grand Séminaire du Sichuan (zh) a été créé en 1984 à Chengdu[14]. En 2000, Sainte Lucie Yi Zhenmei, vierge et martyre de Mianyang du XIXe siècle, a été canonisée par le pape Jean-Paul II.

ProtestantismeModifier

En 1868, Griffith John (en) de la London Missionary Society et Alexander Wylie (en) de la British and Foreign Bible Society entrèrent dans le Sichuan en tant que premiers missionnaires protestants à travailler dans cette province. Ils ont voyagé à travers le Sichuan, rendant compte de la situation en route vers le siège de diverses sociétés missionnaires en Grande-Bretagne et des missionnaires en Chine, ouvrant la porte à l'entrée du protestantisme dans le Sichuan[15].

 
Premiers missionnaires méthodistes canadiens au Sichuan, 1891.

En 1892, la Mission méthodiste canadienne (en) a établi des stations missionnaires à Chengdu et à Leshan[16]. Une église (en) et un hôpital (zh) ont ensuite été construits dans le district de Jinjiang, Chengdu, résultat d'un effort d'équipe d'O. L. Kilborn (en), V. C. Hart (zh), G. E. Hartwell, D. W. Stevenson et d'autres[17].

 
Sceau du diocèse anglican du Szechwan.
 
William Cassels, premier évêque du diocèse anglican du Szechwan.

Le diocèse anglican du Szechwan (en) a été créé en 1895, sous la supervision de l'Église d'Angleterre[18]. La fondation du diocèse est le résultat des efforts de William Cassels (en), Arthur T. Polhill-Turner (en) et Montagu Proctor-Beauchamp (en), qui étaient membres des Sept de Cambridge[19]. Cassels a été consacré comme premier évêque diocésain à l'abbaye de Westminster la même année[20].

En 1897, Cecil Polhill (en), également l'un des Sept de Cambridge, avec quatre autres missionnaires de la China Inland Mission, a établi une station missionnaire à Tatsienlu, à l'ouest du Sichuan, qui a ouvert la voie à la future construction de l'église de l'Évangile (en)[21],[22].

L'université de l'Union de la Chine occidentale (en) a été inaugurée en 1910, à Chengdu. C'était le produit des efforts collectifs de quatre sociétés missionnaires protestantes : la société baptiste américaine des missions étrangères (Églises baptistes américaines USA), la mission épiscopale méthodiste américaine (en) (Église épiscopale méthodiste (en)), l'association des Missions etrangères des Amis (Quakers britanniques), et la mission méthodiste canadienne (Église méthodiste du Canada)[23]. La Church Missionary Society (Église d'Angleterre) est devenue partenaire de l'université en 1918[24],[25].

Le luthéranisme était également présent dans la ville de Chongqing, qui faisait partie de l'est du Sichuan. L'église de la Sainte-Croix (en) du culte luthérien a été fondée dans le comté de Wan en 1925, sous la supervision du révérend George Oliver Lillegard (zh)[26], un pasteur-missionnaire envoyé par l'Église luthérienne - Synode du Missouri[11].

Situation actuelleModifier

Après la prise de contrôle de la Chine par les communistes en 1949, les églises protestantes en Chine ont été contraintes de rompre leurs liens avec les églises respectives à l'étranger, ce qui a conduit à la fusion de toutes les dénominations protestantes dans l'Église patriotique des trois autonomies établie par le gouvernement communiste. Et comme pour l'Église catholique, tout culte légal doit avoir lieu dans des temples approuvés par le gouvernement qui appartiennent à l'association patriotique catholique chinoise (en), qui n'accepte pas la primauté du Pontife romain.

CartesModifier

Voir aussiModifier

Articles et catégories connexesModifier

RéférencesModifier

  1. (en) Tang Li et Dietmar W. Winkler, Winds of Jingjiao : Studies on Syriac Christianity in China and Central Asia, Münster, LIT Verlag, coll. « orientalia – patristica – oecumenica » (no 9), , 441 p. (ISBN 9783643907547, lire en ligne), p. 261.
  2. (en) Christoph Baumer, The Church of the East : An Illustrated History of Assyrian Christianity, Londres, I.B. Tauris, , 328 p. (ISBN 978-1-78453-683-1), p. 183.
  3. (zh-Hant) Wu Zeng, Nenggai zhai manlu [« 能改齋漫錄 »],‎ (lire en ligne).
  4. (zh-Hant) Peter Wongso, A Concise Illustration to History of Christianity [« 認識基督教史略:二千年教會史簡介 »], Hong Kong, Golden Lampstand Publishing Society,‎ , 264 p. (ISBN 9789627597469, lire en ligne), p. 216.
  5. (en) Jeffrey Kotyk, « DDB: Nestorian Christianity in China », sur academia.edu (consulté le ).
  6. (zh-Hans) François-Marie-Joseph Gourdon, 圣教入川记 [« Relation de l'entrée de la religion catholique dans le Sétchouan »], Chengdu, Sichuan People's Publishing House,‎ , 139 p. (lire en ligne), p. 63–64.
  7. a et b Jean Charbonnier, « Partir en mission "à la Chine" — Place aux prêtres chinois » [archive du ], sur mepasie.org (consulté le ).
  8. (en) Arnold Wright, Twentieth Century Impressions of Hongkong, Shanghai, and other Treaty Ports of China : Their History, People, Commerce, Industries, and Resources, Londres, Lloyd's Greater Britain Publishing Company, (lire en ligne).
  9. (la) Synodus Vicariatus Sutchuensis habita in districtu civitatis Tcong King Tcheou; Anno 1803, Diebus secunda, quinta, et nona Septembris, Rome, Sacra Congregatio de Propaganda Fide, (lire en ligne).
  10. (en) Ma Te, « On the Trail of Sichuan's Catholic Past », sur u.osu.edu, (consulté le ).
  11. a b et c (en-GB) R. G. Tiedemann, Reference Guide to Christian Missionary Societies in China : From the Sixteenth to the Twentieth Century, Milton Park, Routledge, , 360 p. (ISBN 9781315497310, lire en ligne).
  12. (en) Audrey G. Donnithorne, China In Life's Foreground, North Melbourne, Australian Scholarly Publishing, (ISBN 9781925801576, lire en ligne).
  13. (es) José Campos Castro, « La misión redentorista española en China », España Misionera, vol. VII,‎ , p. 65–71.
  14. « Eglises du silence » [archive du ], sur sedcontra.fr, (consulté le ).
  15. (zh-Hans) Wang Yi, « 基督教在四川的历史要略 » [« Aperçu de l'histoire du christianisme protestant au Sichuan »] [archive du ], sur observechina.net,‎ (consulté le ).
  16. (zh-Hant) Lü Shih-chiang, « 晚淸時期基督敎在四川省的傳敎活動及川人的反應(1860–1911) » [« L'évangélisation de la province du Sichuan à la fin de la période Qing et les réponses du peuple sichuanais (1860–1911) »], Revue d'histoire de l'Université normale nationale de Taïwan, Taïpei, Département d'histoire de l'Université normale nationale de Taïwan,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. (zh-Hans) Yang Tao, « 四圣祠街:旧时公馆大户扎堆地 » [« Rue Sishengci : un quartier pour les familles riches et leurs maisons »] [archive du ], sur news.163.com,‎ (consulté le ).
  18. (en-GB) Rosemary Keen, « Church Missionary Society Archive—Section I: East Asia Missions: Western China », sur ampltd.co.uk (consulté le ).
  19. (en-US) Alvyn Austin, « Missions Dream Team », Christian History, Carol Stream, Christianity Today International, no 52,‎ (ISSN 0891-9666, lire en ligne, consulté le ).
  20. (en-GB) Frank L. Norris, Handbooks of English Church Expansion, Oxford, A. R. Mowbray, (lire en ligne), chap. X (« The Church in Western China »).
  21. (en) Yu Zi, « A Description of CIM Missionary Workers to the Tibetan Highlands Prior to 1950 » [archive du ], sur omf.org, (consulté le ).
  22. (zh-Hans) Yaling Zhu, « The Missionary Robert Cunningham and His Tibetan Studies of the Khams Area » [« 传教士顾福安及其康藏研究 »], Journal of Tibetology, Chengdu, Center for Tibetan Studies of Sichuan University, no 1,‎ , p. 192 (lire en ligne, consulté le ).
  23. (en-CA) « West China Union University », sur library.vicu.utoronto.ca (consulté le ).
  24. (en) « West China Union University », sur divinity-adhoc.library.yale.edu (consulté le ).
  25. (en) Milton T. Stauffer, The Christian Occupation of China, Shanghaï, China Continuation Committee, (lire en ligne), p. 231.
  26. (zh-Hans) Yuetan Dai, « 重庆市万州区基督教圣十字堂的百年历史 » [« Une histoire séculaire de l'église de la Sainte-Croix dans le district de Wanzhou, Chongqing »] [archive du ], sur gospeltimes.cn,‎ (consulté le ).