Église unie du Canada

Église unie du Canada
Généralités
Branche Protestantisme
Courant Méthodiste, calvinisme
Structure Système presbytérien synodal
Territoire Drapeau du Canada Canada, Drapeau des Bermudes Bermudes
Leader Richard Bott (modérateur)
Affiliation Conseil œcuménique des Églises,
Conseil méthodiste mondial,
Communion mondiale d'Églises réformées
Fondation
Date 1925
Lieu Toronto (Ontario)
Origine et évolution
Fusion de Église méthodiste au Canada,
Église presbytérienne du Canada,
Union congrégationaliste du Canada,
Conseil général des Églises d'union
Chiffres
Membres 2,0 millions de membres et sympathisants
Ministres ~ 3 500 pasteurs,
~ 300 diacres[1]
Congrégations ~ 2 800[2]
Divers
Site Web egliseunie.ca

L'Église unie du Canada ou EUC (en anglais : United Church of Canada ou UCC) est une Église protestante canadienne. En termes de personnes affiliées, elle est la deuxième Église du Canada, après l'Église catholique romaine, et la première Église protestante[3]. Étant issue de l'union de différentes dénominations, elle appartient à la fois au courant méthodiste et au courant calviniste. Principalement anglophone, l'Église applique un standard de bilinguisme anglais-français « fonctionnel et pratique »[4].

Wheatley United Church en Ontario

Selon le recensement de 2011, il y a 2,0 millions de Canadiens qui disent appartenir à cette Église et 121 000 personnes assistent à ses cultes du dimanche[5]. L'Église unie est présente dans les toutes les provinces et territoires canadiens ainsi qu'aux Bermudes.


HistoireModifier

 
Culte d'inauguration à la Mutual Street Arena de Toronto

Le , à Toronto, l'Église unie naît de la fusion de quatre Églises : une méthodiste, deux calvinistes et une regroupant plusieurs courants. Il s'agit de l'Église méthodiste au Canada, de 70 % des paroisses de l'Église presbytérienne du Canada, de l'Union congrégationaliste du Canada, de moindre importance démographique, mais historiquement très dominante dans le protestantisme évangélique, et du Conseil général des Églises d'union, regroupant lui aussi un petit nombre de membres[6],[7].

D'années en années, plusieurs paroisses indépendantes et d'autres petites Églises fusionnent à l'Église unie du Canada, tel que le Synode de l'Église méthodiste wesleyenne des Bermudes en 1930.

À partir de 1943, de longs pourparlers sont engagés avec l'Église anglicane du Canada dans le but de joindre les deux institutions. En 1969, avec l'ajout de l'Église chrétienne des disciples du Christ dans les négociations de fusions, une commission générale est créée pour mener à terme le projet. En 1972, un projet d'union est mis sur pied. Il est finalement rejeté par les anglicans en 1975 et par les disciples du Christ en 1984.

L'Église unie du Canada détient de nombreux fonds d'archives dont plusieurs sont conservés dans les centres de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[8].

PositionsModifier

 
Bancs et intérieur de la Metropolitain United Church de Toronto.

L'Église unie du Canada se fonde principalement sur la foi en Dieu par Jésus-Christ, ainsi que sur le témoignage rendu par la Bible, à la lumière de la Réforme protestante, des sciences humaines et du contexte actuel[9]. Mais en cela, elle a quand même des interprétations et compréhensions différentes des celles des autres Églises chrétiennes et une pratique de la foi chrétienne distincte des autres Églises protestantes[10]. Par exemple, elle affirme comme l'Église catholique que, lorsqu'un passage de livre de la Bible est qualifié de « parole de Dieu », il ne s'agit pas de la parole littérale de Dieu, mais cela signifie plutôt que son auteur était inspiré par Dieu[11],[12].

L'institution religieuse est aussi remarquable par son appui à divers enjeux mondiaux, telles que la lutte au réchauffement climatique[13] et la protection de l'environnement ainsi qu'à différentes causes de justice sociale, comme que le droit à l'avortement[14], la redistribution des richesses, l'égalité des sexes et les droits LGBT[15]. Les Églises unies peuvent célébrer des mariages entre conjoints de même sexe et des mariages entre personnes divorcées[16],[17]. L'ouverture et l'inclusivité sont des valeurs importantes pour l'Église. En effet, elle ouvre ses portes à tout le monde, peu importe son état civil, sa race, son orientation sexuelle, etc.[16],[18]. De plus, les pasteurs et les diacres peuvent être tant des hommes que des femmes et être en couple hétérosexuel ou homosexuel[10],[19].

Même si le protestantisme évangélique s'est, sur le plan politique et théologique, tourné vers la droite conservatrice (particulièrement aux États-Unis), l'Église unie a maintenu une position très libérale, spécialement sur ses vues à propos des droits des femmes et des minorités, ainsi que dans ses relations avec l'ensemble de l'Église chrétienne.

Engagée dans l'œcuménisme, l'Église unie du Canada se dit unificatrice et rejette une interprétation doctrinale des Écritures. À partir de 1990, celle-ci a officiellement accepté que les homosexuels puissent être pasteurs et puissent publiquement vivre en union stable avec leur conjoint ou conjointe. Elle affirme que tous les êtres humains ont été créés à l'image de Dieu, peu importe leur orientation sexuelle. Elle a aussi pris position en faveur du mariage entre personnes de même sexe lors du débat qui a mené à la légalisation du mariage homosexuel au Canada en 2005. Chaque paroisse de l'Église unie reste cependant libre de décider si elle accepte ou non d'unir un couple de même sexe.

RéférencesModifier

  1. (en) United Church of Canada, « Ordered Ministry », sur united-church.ca (consulté le 29 juin 2020)
  2. Église Unie du Canada, « Contact : L'Église Unie du Canada », sur egliseunie.ca (consulté le 29 juin 2020)
  3. Gouvernement du Canada, Statistique, « Enquête nationale auprès des ménages de 2011 : Tableaux données – Religion », sur www12.statcan.gc.ca,
  4. Église Unie du Canada, « Traductions », sur egliseunie.ca (consulté le 29 juin 2020)
  5. United Church Statistics The United Church of Canada
  6. (fr) Église Unie du Canada, « Notre histoire », sur egliseunie.ca (consulté le 29 juin 2020)
  7. Église unie du Canada sur L'Encyclopédie canadienne
  8. Collection de photographies de l'Église unie du Canada (P630), Collection de livres religieux de l'Église unie du Canada (P631), Collection de sermons de l'Église unie du Canada (P632), Collection de dépliants et brochures de l'Église unie du Canada (P633), Collection d'artefacts de l'Église unie du Canada (P634) et Collection de documents sonores de l'Église unie du Canada (P635) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).
  9. « Présentation », sur Église unie Saint-Jean (consulté le 24 novembre 2019)
  10. a et b http://www.united-church.ca/fr/welcome
  11. http://www.united-church.ca/fr/beliefs/overview
  12. https://www.eglise.catholique.fr/wp-content/uploads/sites/2/2014/05/1.verbum-domini-texte.pdf
  13. http://www.united-church.ca/ecology/climate
  14. http://www.egliseunie.org/paroisses/st-pierre/textes/avortement1.html
  15. http://www.egliseuniesaintjean.org/présentation/justice-sociale/
  16. a et b (en) « What We Believe », The United Church of Canada,‎ (lire en ligne, consulté le 29 janvier 2018)
  17. « Mariages », sur Église unie Saint-Jean (consulté le 24 novembre 2019)
  18. « Inclusivité », sur Église unie Saint-Jean (consulté le 24 novembre 2019)
  19. « Historical Timeline | The United Church of Canada »,

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier