Christiane Rochefort

écrivain française

Christiane Rochefort est une écrivaine française, née le à Paris 14e et morte le à La Garde (Var)[1].

Christiane Rochefort
Description de cette image, également commentée ci-après
Christiane Rochefort en 1979.
Nom de naissance Christiane Renée Rochefort
Alias
Dominique Fejos
Benoît Becker
Naissance
Paris 14e
Décès (à 80 ans)
La Garde (Var)
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres
Roman, essai, traduction

Œuvres principales

Compléments

Militante féministe, cofondatrice du mouvement Choisir la cause des femmes

Elle publie certains livres sous les pseudonymes de Benoît Becker et Dominique Féjos, avant le véritable début de sa carrière littéraire avec Le Repos du guerrier, à 41 ans.

BiographieModifier

 
Tombe de Christiane Rochefort au cimetière du Père-Lachaise

Après des études inachevées de psychiatrie, puis d'ethnologie et de psychologie à la Sorbonne, Christiane Rochefort occupe des emplois de bureau au ministère de l'Information et, pendant plusieurs années, du journalisme pour le Festival de Cannes d'où elle sera renvoyée. Elle travaille également avec Henri Langlois à la Cinémathèque de Paris.

En septembre 1960, elle signe le Manifeste des 121, titré « Déclaration sur le droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie ».

Militante, elle participe activement au premier MLF et, en 1971, contribue avec Simone de Beauvoir, Gisèle Halimi, Jean Rostand et quelques autres, à créer le mouvement féministe Choisir la cause des femmes.

Elle est inhumée au cimetière du Père-Lachaise (22e division)[2].

ŒuvreModifier

Deux fois lauréate de prix littéraires (Prix de la Nouvelle Vague en 1958, Prix Médicis en 1988), elle élabore une œuvre composite où les études psychologiques (Les Petits Enfants du siècle, 1961) côtoient les études de mœurs (Le Repos du guerrier, 1958, Encore heureux qu'on va vers l'été, 1975) et des ouvrages faisant appel au surnaturel et à l'excessif baroques, tel Archaos ou le Jardin étincelant (1973), qui décrit, sous des allures de conte traditionnel sinon d'historiographie officielle imaginaire, la naissance et les aventures de celui qui deviendra, par succession héréditaire, le Roi du pays d'Archaos.

EngagementsModifier

Christiane Rochefort est surtout connue pour son engagement féministe. Membre du MLF, elle a notamment participé au dépôt de gerbe à la femme du soldat inconnu à l’Arc de triomphe en 1970[3]. Mais l'engagement de l'autrice était bien plus large : elle luttait contre toutes les dominations. Celle des adultes sur les enfants par exemple, à laquelle elle a consacré plusieurs livres. Interrogée par France Culture en 1976[4], elle disait :

« Les enfants on ne les connait pas parce que tout en les observant on les contrôle et on les surveille, tout simplement car on est des adultes. On est le pouvoir, l'enfant sait qu'il est contrôlé et qu'il peut être puni.»

Son chef d’œuvre, La Porte du fond (1988), raconte l'insoumission d'une jeune fille confrontée à un père incestueux. Dans Printemps au parking (1969), un adolescent fuit sa famille et découvre l'amour homosexuel tandis qu'Encore heureux qu'on va vers l'été (1975) narre la fugue de toute une classe de cinquième.

Écologiste, elle a rejoint Les Amis de la terre dans les années 1980[5] et a contribué à la revue Le Sauvage [6], créé par le fondateur de l'association. Elle a soutenu le premier candidat écologiste à l'élection présidentielle René Dumont[7]. Dans une de ses œuvres les plus connues, Les Petits Enfants du siècle, « Rochefort s'attaque à l'urbanisme, à la violence de l'architecture, qui impose un mode de vie et de pensée, et elle dénonce les ravages de la société de consommation », détaille la professeure de littérature française Martine Sagaert dans Nouvelles Questions féministes[8].

« Au fait, j'aime la littérature de révolte, de résistance, de remise au clair », résume l'autrice dans un entretien[9], en 1981.

Romans et nouvellesModifier

EssaisModifier

Traductions et adaptationsModifier

AutresModifier

BibliographieModifier

Filmographie (partielle) et théâtreModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Rochefort Christiane », sur lesgensducinema.com (consulté le ).
  2. Paul Bauer, Deux siècles d'histoire au Père Lachaise, Mémoire et Documents, , 867 p. (ISBN 978-2-914611-48-0), p. 684.
  3. « “Il y a plus inconnu que le soldat, c’est sa femme" : Christine Delphy raconte l'acte de naissance du MLF », sur France culture, (consulté le )
  4. « Christiane Rochefort : "Les enfants on ne les connait pas parce que tout en les observant on les contrôle et on les surveille" », sur France Culture, (consulté le )
  5. Clara van Cutsem, « "Peut-on comprendre un oubli ? Redécouvrir Christiane Rochefort à travers l’étude de trois œuvres : C’est bizarre l’écriture, Ma vie revue et corrigée par l’auteur et Journal pré-posthume possible" », Faculté de philosophie, arts et lettres, Université catholique de Louvain, 2020,‎ (lire en ligne)
  6. Thierry Jaccaud et Ghislain Nicaise, « Hommage à Alain Hervé, pionnier de l’écologie en France », (consulté le )
  7. René Dumont, Agronome de la faim, Ed. Robert Laffont,
  8. « Nouvelles Questions féministes »,
  9. Monique Y. Crochet and Christiane Rochefort, « Entretien avec Christiane Rochefort », The French Review - Vol. 54, No. 3 (Feb., 1981), pp. 428-435 (8 pages),‎ (lire en ligne)

Voir aussiModifier

Liens externesModifier