Christiane Desroches Noblecourt

archéologue française

Christiane Desroches Noblecourt, née Clémence Christiane Desroches[1] le à Paris[2] et morte le [3] à Épernay[4], est une archéologue française spécialiste en égyptologie.

Christiane Desroches Noblecourt
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 97 ans)
SézanneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de
Distinctions
Prononciation

BiographieModifier

L'égyptologueModifier

Christiane Desroches Noblecourt est issue d'une famille bourgeoise cultivée. Son père, Louis Desroches, licencié ès lettres, rêvait d'une carrière de diplomate, mais pour des raisons familiales, il fit une carrière d'avocat puis dans la haute administration. Sa mère, Madeleine Lapré, fut une des premières femmes à obtenir une licence de lettres classiques à la Sorbonne[5].

Elle se passionne pour la découverte du tombeau de Toutânkhamon par Howard Carter en 1922. Elle est élève au lycée Molière (Paris) où elle croise Jacqueline David, future Jacqueline de Romilly. Après une licence d'études égyptiennes à l'École pratique des hautes études et des études à l'École du Louvre, elle sera encouragée par l'abbé Étienne Drioton (qui plus tard remplace Pierre Lacau à la tête du service des Antiquités), et entre au Département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre en 1936[6]. Première femme nommée au poste de pensionnaire de l'Institut français d'archéologie orientale, dirigé à l'époque par Pierre Jouguet, le beau-père de Jean-Philippe Lauer, elle est également la première à diriger en 1938-1939 une fouille : le secteur de l'Ancien Empire dans la nécropole antique sur le chantier de fouilles de la mission franco-polonaise responsable du site d'Edfou[7],[8]. C'est avec les deux autres membres de cette mission (Casimir Michalowski, professeur à l'université de Varsovie et Joseph Rozier de Linage[9],[10], égyptologue qui y dirigeait le secteur du Moyen Empire), qu'elle effectue ses premières recherches ainsi qu'un voyage d'études pour trouver avec eux un nouveau site de fouilles sur les rives du Haut Nil, voyage qui les conduit en bateau, en 1939, devant les temples d'Abou Simbel[11] puis en Nubie jusqu'à Wadi Alfa et par le train à Khartoum au Soudan. Plus tard, elle prit la tête d'une croisade internationale qui devait assurer, dans les années 1960, le déplacement des temples de Ramsès II et de Néfertari[12] pour leur éviter d'être ensevelis sous les eaux du Nil après la construction du second barrage d'Assouan.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle fait partie de la Résistance et met à l'abri en zone libre (notamment au château de Saint-Blancard dans le Gers) les trésors du département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre.

Elle a été professeure à l'École du Louvre de 1937 à 1982 (cours d'épigraphie égyptienne, puis cours d'archéologie égyptienne).

Sauvetage des monuments de NubieModifier

 
Scène de remontage des colosses de la façade du grand temple d'Abou Simbel lors du sauvetage des deux temples en 1967. Photographie de Per-Olow Anderson.

La construction du nouveau barrage d'Assouan devient la grande affaire de sa vie. Le premier barrage, inauguré en 1902, dont la capacité d’un milliard de mètres cubes s'était avérée insuffisante, avait été rehaussé en 1912, puis en 1934. Pierre Loti s’en était ému : « la plupart des temples antiques de la Nubie seront aussi dans l’eau […] Mais cela permettra de faire de si productives plantations de coton ! ». La capacité du barrage ne suffisant pas aux besoins d’une population toujours plus nombreuse, le gouvernement dirigé par Gamal Abdel Nasser décide en 1954 d’édifier un barrage d’une capacité de 157 milliards de mètres cubes, créant un réservoir long de 500 kilomètres et qui recouvrira même des terres au Soudan.

Cette fois, ces monuments allaient purement et simplement être engloutis et perdus à tout jamais, parmi lesquels les temples d'Abou Simbel. L’Unesco demande aussitôt à Christiane Desroches Noblecourt, conservateur des Antiquités égyptiennes du Louvre, d’établir un inventaire de tous les monuments menacés. En second, il faudra trouver les fonds nécessaires à une aussi colossale entreprise.

Le , Christiane Desroches Noblecourt, en compagnie de Sarwat Okasha, ministre égyptien de la Culture, lance un appel solennel à la solidarité mondiale depuis la tribune de l’UNESCO. En plus des quatorze temples qu’il faut déplacer, il s’agit de procéder à des fouilles de toute urgence, sur des sites qui seront recouverts par des dizaines de mètres d’eau et qui n’ont été que très peu étudiés en détail.

André Malraux, alors ministre d’État chargé des Affaires culturelles, intervient rapidement :

« Le pouvoir qui en fit surgir les colosses aujourd'hui menacés, les chefs-d'œuvre du Musée du Caire, nous parle d'une voix aussi haute que celle des maîtres de Chartres, que celle de Rembrandt.(...)

Votre appel n'appartient pas à l'histoire de l'esprit parce qu'il vous faut sauver les temples de Nubie, mais parce qu'avec lui, la première civilisation mondiale revendique publiquement l’art mondial comme son indivisible héritage.(...)

Il n'est qu'un acte sur lequel ne prévalent ni l'indifférence des constellations ni le murmure éternel des fleuves : c'est l'acte par lequel l'homme arrache quelque chose à la mort. »

— « Pour sauver les monuments de Haute-Égypte », Oraisons funèbres, Œuvres complètes, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, t. III, p. 927, 928 et 929.

En pleine guerre froide, cinquante pays vont contribuer à sauver ces monuments qu’on classe au patrimoine de l’humanité, car ils font partie de l’héritage de toutes les nations. Philæ, Kalabcha, Ouadi-es-Seboua, Dakké, Derr et d'autres sites sont déplacés, dont les plus médiatiques sont les temples d'Abou Simbel ainsi que le temple d'Amon.

En 1984, grâce à la donation de Germaine Ford de Maria et assistée de Christian Leblanc, Christiane Desroches Noblecourt déblaye et aménage la vallée des Reines. Plus de 100 sépultures sont enregistrées et explorées.

En 1998, elle fait placer un pyramidion[13] sur l'obélisque de Louxor de la place de la Concorde à Paris.

En 2006, à l'âge de 93 ans, elle avait encore envisagé de retourner en Égypte après une fracture de la jambe et percluse d'arthrose[14].

Elle est inhumée à Mondement-Montgivroux.

PublicationsModifier

  • Le style égyptien, Larousse, coll. « Arts, Styles et Techniques », .
  • L'Art égyptien au Musée du Louvre, Paris, Librairie Floury, 1941.
  • Avec K. Michalowski, Tell-Edfou 1939. Fouilles franco-polonaises, III, IFAO, Le Caire, 1950.
  • L'art égyptien, PUF,  ;
  • Toutânkhamon, vie et mort d'un pharaon, .
  • Peintures des tombeaux et des temples égyptiens, Paris, Flammarion, coll. « Le Grand art en livre de poche », .
  • Vie et mort d'un pharaon, Toutânkhamon, Paris, Hachette, (réimpr. 1976).
  • Dieux et temples de Dakke en Nubie perdue, coll. « Archéologia no 1 », novembre - décembre 1964.
  • Toutânkhamon et son temps, Petit Palais, Paris, Paris, Réunion des Musées Nationaux, coll. « Archéologia no 15 », .
  • Avec C. Kuentz, Le petit temple d'Abou Simbel (2 vol.), Le Caire, ;
  • Avec M. Neslon et Chr. Leblanc, Ramsès II le Grand, Exposition au Grand Palais, Paris, Presses artistiques, coll. « Archéologia = no 95 », ;
  • Avec Cyril Aldred, Jean-Philippe Lauer, Jean Leclant et Jean Vercoutter, Le temps des pyramides, Paris, Gallimard, coll. « L'univers des formes », .
  • Avec C. Aldred, P. Barguet, J. Leclant et H.W. Müller, L'empire des conquérants, Paris, Gallimard, coll. « L'univers des formes », .
  • Avec C. Aldred, François Daumas, et J. Leclant, L'Égypte du crépuscule, Paris, Gallimard, coll. « L'univers des formes », .
  • Avec J. Vercoutter, Un siècle de fouilles françaises en Égypte 1880-1980, Le Caire, IFAO, .
  • Un siècle de fouilles françaises en Egypte, Exposition au Palais de Tokyo, Paris, coll. « Archéologia no 155 », .
  • Avec L. Balout et C. Roubet, La momie de Ramsès II, Paris, Museum national d'histoire naturelle, .
  • Le grand Pharaon Ramsès II et son Temps, Montréal, Palais de la Civilisation Montréal, .
  • Les zélateurs de Mandoulis et les maîtres de Ballana et de Qustul, Le Caire, IFAO, coll. « Mélanges Gamal Eddin Mokhtar », .
  • La femme au temps des pharaons, Stock, 1986 et 2001, Prix Diane-Potier-Boès 1988.
  • La Vallée des Reines retrouvera-t-elle sa splendeur passée ?, Paris, coll. « Archéologia no 209 », .
  • Le réveil des Temples de Nubie, Paris, coll. « Archéologia no 300 », .
  • La grande Nubiade ou le parcours d'une égyptologue, Paris, Stock, , 538 p. (ISBN 2-7242-7128-9). Prix Saint-Simon 1992.
  • La tombe de Nofrétari, Paris, coll. « Archéologia no 291 », .
  • Le zodiaque de pharaon, coll. « Archéologia no 292 », .
  • À propos de la nouvelle tombe de la Vallée des Rois, Paris, coll. « Archéologia no 314 », , p. 4-6.
  • Amours et fureurs de la lointaine, Stock, .
  • Ramsès II, la jeunesse d'un prince surdoué, Paris, coll. « Archéologia no 329 », .
  • Ramsès II, la véritable histoire [détail des éditions].
  • Toutânkhamon, Pygmalion, .
  • Le secret des temples de la Nubie, Stock, .
  • Parlons de Ramsès, Paris, coll. « Archéologia no 354 », .
  • La reine mystérieuse, Paris, Pygmalion, , 501 p. (ISBN 2-7028-7078-3).
  • Sous le regard des dieux, Albin Michel, .
  • Symboles de l'Égypte, Desclée de Brouwer, .
  • Le fabuleux héritage de l'Égypte, Télémaque, .
  • Le secret des découvertes, Télémaque, .

Distinctions, récompenses et hommagesModifier

DécorationsModifier

DistinctionsModifier

Lieux baptisés en son nomModifier

En octobre 2011, la Ville du Mans lui rend hommage en donnant son nom à l'une de ses rues[17].

Le jardin Christiane-Desroches-Noblecourt (16e arrondissement de Paris) est baptisé en son honneur en .

Notes et référencesModifier

  1. Après son mariage, elle s'appelle Desroches Noblecourt. Ce nom s'écrit sans trait d'union.
  2. Au 26, rue Jean-de-La-Fontaine (Paris).
  3. « Christiane Desroches Noblecourt, première femme égyptologue, est morte », LeMonde.fr.
  4. Au centre hospitalier Auban-Moët.
  5. « Christiane Desroches Noblecourt - La carrière d'une égyptologue », émission À voix nue sur France Culture, 28 juin 2011.
  6. Portrait de Christiane Desroches Noblecourt dans l'émission Empreintes sur France 5 en décembre 2009.
  7. Chantier d'Edfou.
  8. Christiane Desroches 1936-1940.
  9. Autobiographie.
  10. bruno.rozierdelinage.free.fr.
  11. Abou Simbel.
  12. Abou Simbel.
  13. Couverture du sommet en métal doré.
  14. lefigaro.fr.
  15. Décret du 30 janvier 2008 publié au Journal officiel de la République française du 31 janvier 2008.
  16. CNRS, « Liste des médaillés d'or du CNRS », sur http://www.cnrs.fr (consulté le ).
  17. Dénomination de voies sur le territoire de la Ville du Mans

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Albert Mathieu, Christiane Desroches Noblecourt, une femme de tête, une femme de cœur, slnd [2011], 16 p.
    Cette publication a été diffusée à Sézanne, vendue par une librairie locale.

Liens externesModifier

  Image externe
  Photo de Christiane Desroches Noblecourt.