Charles-Emmanuel de Savoie-Nemours

duc de Nemours

Charles-Emmanuel de Savoie-Nemours, né au château de Nanteuil le , mort le à Annecy, fut duc de Genève et de Nemours de 1585 à 1595. Il était fils aîné de Jacques, duc de Genève et de Nemours (cf illustration à droite), et d'Anne d'Este.

Charles-Emmanuel de Savoie
Château de Beauregard - Charles Emmanuel of Savoy.jpg
Charles-Emmanuel de Savoie-Nemours portraituré dans la « galerie des illustres » du château de Beauregard, XVIIe siècle.
Titre de noblesse
Duc
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 28 ans)
AnnecyVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
AristocrateVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Fratrie
Autres informations
Conflit
Lieu de détention
Armoiries Savoie-Nemours.svg
blason

BiographieModifier

Charles-Emmanuel est duc durant les guerres de religion, et est de ce fait impliqué dans plusieurs intrigues, le plus souvent avec la maison de Guise, car le duc Henri Ier le Balafré est son frère utérin, et le chef de la Sainte Ligue. Charles-emmanuel est nommé 13e gouverneur du Lyonnais le 24 novembre 1588 [1]. Après l’assassinat du duc de Guise et de son frère Louis II de Guise en décembre 1588 par les hommes du roi Henri III, Charles-Emmanuel est emprisonné mais réussit à s'échapper.

Il prend part à la bataille d'Arques en 1589. En il est gouverneur de Paris pour la Ligue, alors que l'armée royale, conduite par Henri IV, assiége la ville. Le roi lève le siège, et Charles-Emmanuel combat contre lui à la bataille d'Ivry, mais est défait.

Après la bataille, il se brouille avec Mayenne, son demi-frère et allié de longue date. Il se retire dans son gouvernement du Lyonnais, qu'il tente de rendre indépendant de la Couronne. En août 1593 il pille et saccage Saint-Paulien, puis est fait prisonnier dans le château de Pierre Scize par l’archevêque de Lyon Pierre de Saint-Priest d'Épinac. Il réussit encore une fois à s'échapper et tente de prendre Paris, mais l'intervention du connétable de Montmorency contrecarre ses projets.

Ne s'étant pas marié, il meurt sans enfants. Son frère Henri lui succéde.


AscendanceModifier

Notes et référencesModifier

  1. Jean Duquesne Dictionnaire des Gouverneurs de Province Éditions Christian, Paris 2002, (ISBN 2864960990) p. 155.

BibliographieModifier