Ouvrir le menu principal

Liste des évêques et archevêques de Lyon

page de liste de Wikipédia
(Redirigé depuis Liste des archevêques de Lyon)
Saint Irénée
Article général Pour un article plus général, voir Archidiocèse de Lyon.

Cité capitale de la Gaule romaine depuis Auguste et à la croisée des chemins du monde romain, Lugdunum accueille dès le IIe siècle les doctrines chrétiennes rapportées d'Asie mineure. Une petite communauté se structure autour d'un premier évêque saint Pothin[1] vers 150. Chronologiquement l'évêché est le premier de la Gaule et par extension de la France actuelle et l'un des premiers de la partie occidentale de l'empire romain après Rome.

Par le second évêque, saint Irénée venu de Smyrne et disciple de saint Polycarpe lui-même disciple de saint Jean l'Évangéliste, les évêques de Lyon se placent directement dans la lignée des premiers apôtres.

Par la suite, au IXe siècle, les évêques de Lyon sont élevés au rang d'archevêques, à partir d'Agobard. Puis ils portent le titre de Primat des Gaules confirmé officiellement par Grégoire VII en 1079.

L'actuel titulaire est Mgr Philippe Barbarin.

Sommaire

Sources pour établir la listeModifier

Pour les périodes les plus reculées (de l'Antiquité au milieu du Moyen Âge), sont disponibles, outre des documents sur tel ou tel personnage, uniquement trois listes d'archevêques, étudiées et discutées essentiellement par A. Coville[2] :

  • une liste écrite sur un feuillet de garde d'un évangéliaire, qui donne les noms des archevêques jusqu'à Amolon. Un fac-similé est visible dans M.-C. et G. Guigue, Obituaire de l'Église primatiale de Lyon, Lyon, 1902, p. 110[3],
  • une liste donnée par Hugues de Flavigny dans sa Chronique universelle. Le texte est visible dans M.G.H., SS, p. 321,
  • une liste située en tête de l'obituaire de l'Église de Lyon du début du XIIIe siècle. Elle est visible dans l'ouvrage de M.-C. et G. Guigue, p. 111[4].

Les listes fournies demeurent incomplètes, voire rarement contradictoires (avec d'autres lectures, dont la version anglophone de wikipedia). Certains évêques ou archevêques peuvent temporairement assurer des fonctions sur d'autres évêchés. Enfin, certaines fonctions peuvent être détachées (dès une haute époque) à des évêques auxiliaires, dont certains sont reconnus saints en catholicisme, aussi désignés simples évêques. Ainsi

  • Saint-Aubrin[5], évêque auxiliaire de Lyon décédé en 875,
  • Saint-Sicaire[6], décédé vers 435.

Liste chronologiqueModifier

Antiquité - du IIe au Ve siècleModifier

Article détaillé : Lugdunum.
 
Saint Pothin

Haut Moyen Âge - du VIe au Xe siècleModifier

 
église Saint-Nizier où aurait été enterré Nizier
 
Agobard interrogeant des accusés lors de l'affaire des « tempestaires »

Moyen Âge central - du XIe au XIIIe siècleModifier

 
La primatiale Saint-Jean
 
Vitrail de la primatiale Saint-Jean à Lyon représentant Renaud II de Forez, archevêque de Lyon (1193-1226).
 
Innocent V

Moyen Âge tardif - du XIVe au XVe siècleModifier

 
Guy de Bourgogne couronnant le pape Grégoire XI
Article détaillé : Lyon à la fin du Moyen Âge.

Renaissance - le XVIe siècleModifier

 
Hippolyte d'Este
Article détaillé : Lyon à la Renaissance.

L'absolutisme et le Siècle des Lumières - les XVIIe siècle et XVIIIe siècleModifier

 
Alphonse-Louis du Plessis
 
Pierre Guérin de Tencin

Évêques constitutionnels (1791 – 1802)Modifier

Les évêques constitutionnels, ayant prêté le serment de la Constitution civile du clergé, ne sont pas reconnus par le pape.

L'époque contemporaine - les XIXe siècle, XXe siècle et XXIe siècleModifier

 
Joseph Fesch
 
Louis-Joseph Maurin
 
Philippe Barbarin

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Eusèbe de Césarée, Histoire Ecclésiastique, livre V, 1 à 3
  2. Alfred Coville, Recherches sur l'Histoire de Lyon ; du Ve siècle au IXe siècle (450-800), Éditions Auguste Picard, 1928, Paris, p. 242 - 248
  3. http://collections.bm-lyon.fr/PER00291332
  4. http://collections.bm-lyon.fr/PER00291344
  5. https://nominis.cef.fr/contenus/saint/10230/Saint-Aubrin.html
  6. https://nominis.cef.fr/contenus/saint/10770/Saint-Sicaire.html
  7. https://nominis.cef.fr/contenus/saint/12137/Saint-Antioche.html
  8. Son épitaphe réf. CIL XIII, 2395 a été copiée en 1308 lors d'un procès opposant l'Église Saint-Nizier de Lyon à l'abbaye de Saint-Pierre
  9. Son épitaphe réf. CIL XIII, 2396 a été copiée en 1308
  10. https://nominis.cef.fr/contenus/saint/7516/Saint-Juventiole.html
  11. https://nominis.cef.fr/contenus/saint/8328/Saint-Loup-de-Lyon.html
  12. Son épitaphe réf. CIL XIII, 2398 a été copiée en 1308 puis retrouvée en 1883 dans l'Église Saint-Nizier de Lyon
  13. Son épitaphe réf. CIL XIII, 2400 a été copiée en 1308
  14. Son épitaphe réf. CIL XIII, 2399 a été copiée en 1308
  15. https://nominis.cef.fr/contenus/saint/12764/Saint-Arige.html
  16. Pelletier et al. 2007, p. 134.
  17. Nominis : Saint Agobard.
  18. Archevêque de Lyon, p. 31
  19. Il subsiste un doute chez certains historiens sur l'existence de deux humbert distincts et sur le règne réel de Geoffroy de Vergy. Voir les articles sur les évêques.
  20. a et b diocèse de Lyon, p. 316
  21. Archevêque de Lyon, p. 48
  22. Archevêque de Lyon, p. 59
  23. Bruno Galland, « Un Savoyard sur le siège de Lyon au XIIIe siècle : Philippe de Savoie », Bibliothèque de l'École des chartes, vol. 146, no 1,‎ , p. 31-67, p. 37.
  24. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, charte XCVII. .
  25. Jacques gadille, Le diocèse de Lyon, 1983, page 101 et 316
  26. a et b « Archevêques de Lyon / » [archive du ], sur http://sbib.ck.bpi.fr/, Bibliothèque publique d'information, (consulté le 5 octobre 2013).
  27. a et b « Histoire de Lyon », sur http://www.editions-lyonnaises.fr, Éditions lyonnaises d'art et d'histoire, (consulté le 5 octobre 2013).

AnnexesModifier