Les Champs Libres

centre culturel à Rennes comprenant la Bibliothèque de Rennes Métropole, le musée de Bretagne et l'Espace des sciences
(Redirigé depuis Champs Libres)

Les Champs libres est un établissement culturel de Rennes Métropole, constitué de la Bibliothèque de Rennes Métropole, du musée de Bretagne et de l'Espace des sciences et son planétarium, complété par un auditorium, un café et la salle d'exposition Anita Conti.

Les Champs libres
Présentation
Architecte
Occupants
Musée de Bretagne, bibliothèque de Rennes Métropole (d), Espace des sciences, centre de documentation du musée de Bretagne (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Localisation
Localisation
Coordonnées
Carte
Les Champs libres
Entrée principale sur l'esplanade
Présentation
Destination initiale
emplacement de l’ancienne gare routière
Destination actuelle
Bibliothèque, Espace des sciences, salle de conférence…
Style
Architecte
Hauteur
120 m × 50 m × 35 m
Occupants
Musée de Bretagne, bibliothèque de Rennes Métropole (d), Espace des sciences, centre de documentation du musée de Bretagne (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Propriétaire
Ville de Rennes
Site web
Localisation
Pays
Région
Département
Ille-et-Vilaine
Commune
Accès et transport
Gare
Métro
Autobus
C1C3545556 Charles de Gaulle
C1C2111263 Gares
Coordonnées
Localisation sur la carte d’Ille-et-Vilaine
voir sur la carte d’Ille-et-Vilaine
Localisation sur la carte de Rennes
voir sur la carte de Rennes

Les Champs libres ont ouvert au public le . En 2019, ils ont accueilli 1,2 million de visiteurs, ce qui en fait le plus grand établissement culturel de l'Ouest de la France en termes de fréquentation[1].

La conception et réalisation des Champs Libres

modifier

La genèse du projet

modifier

C’est le 8 juillet 1992, que la ville de Rennes décide officiellement de créer cet équipementi, sous l'impulsion du maire de l'époque, Edmond Hervé. Ce projet est appelé dans un premier temps le NEC comme "Nouvel Équipement culturel".

Dans son ouvrage La politique culturelle à Rennes (1977 – 2008)[2] Martial Gabillard expose la genèse du projet : "Le NEC est né de trois nécessités et d'une ambition : nécessité d'agrandir le musée de Bretagne enrichi de la collection Dreyfus, nécessité de doter le réseau de bibliothèques d'une véritable bibliothèque enrichie du fonds Pollès, nécessité de sortir le CCSTI (devenu depuis L'espace des sciences) de l'espace réduit au sein de la surface commerciale Colombia. Trois nécessités incontournables auxquelles s'ajoutait l'ambition de créer un lieu de débats, de connaissances, de citoyenneté"[3].

Localisation

modifier

D'un lieu initialement « ingrat »...

modifier

Début 1992, il est décidé d'implanter le NEC sur le site de l'ancienne gare routière de Rennes[4] Yves Fréville, notamment, exprime des réserves sur cet emplacement[5].

Pour Le Monde[6] « Le site était à la fois ingrat et propice (…) » Les Échos[7] évoquent « la triste esplanade du Général-de-Gaulle, (…) bordée du Liberté, seule grande salle de spectacles de la ville et de l'immeuble de l'Urssaf à l'architecture stalinienne. »

« Mon projet tient compte de cet environnement que j'ai souhaité moderniser sans heurter le regard », explique Christian de Portzamparc, architecte du bâtiment[7].

… à une nouvelle centralité au cœur de Rennes

modifier

En 2001, la Ville de Rennes accompagne les travaux des Champs libres en lançant une ZAC pour emménager la place du général de Gaulle[8].

Des travaux importants se succèdent avec la construction du 4 Bis[9], la rénovation de la salle de spectacle du Liberté, la construction de la cité internationale Paul-Ricœur[10].

Une salle de cinéma multiplexe Gaumont est également livrée en 2008[11]. Son architecture est signée Christian de Portzamparc et s'inscrit en dialogue avec celle des Champs Libres[12] par l'usage de matériaux similaires.

La métamorphose du quartier se poursuit avec la livraison de la ligne A du métro rennais en 2002, qui dessert les Champs Libres avec la station Charles de Gaulle, l'arrivée de la LGV à Rennes en 2017[13] et la livraison d'une nouvelle gare en 2019, accompagnée d'une transformation de l'esplanade[14]. Cette nouvelle dynamique s'incarne dans le projet EuroRennes, vaste programme de réhabilitation urbaine visant à étendre le centre-ville de Rennes vers le sud[15],[16],[17].

En 2021, la ligne b du métro rennais est mise en service, desservant les Champs Libres avec la station Gares.

S'y rendre

modifier

Les Champs Libres sont situés au sud du centre-ville historique, entre l'esplanade Charles de Gaulle et la gare de Rennes, au sud du centre-ville.

Le site est desservi par la ligne a du métro, via la station Charles-de-Gaulle et les lignes a et b via la station Gares. L'arrêt de bus Champs Libres est desservi par les lignes de bus C1, C3, 54, 55, 56. Enfin, il existe une station de vélo en libre-service[18]

Le projet architectural

modifier

Le 2 juin 1993, l'architecte Christian de Portzamparc remporte le contrat de maitrise d'œuvre du chantier[19],[20],[21]

Le projet architectural repose sur le partage d'un espace commun entre les trois entités, tout en utilisant des volumes, des couleurs et des matériaux permettant de les identifier et de les distinguer[22]. Cette distinction vise à "abriter sous un même toit des institutions différentes très jalouses de leur territoire et inquiètes d'avoir à partager un même lieu de visite », ajoute Christian de Portzamparc[7]. Pour rassembler les trois entités sans les "fondre dans un grand container bureaucratisé"[23] l'architecte appuie sa réflexion sur le concept des anneaux borroméens.

De l'extérieur, on identifie ainsi la bibliothèque avec la pyramide inversée en verre, le musée de Bretagne accueilli dans le "dolmen" et l'Espace des sciences avec le dôme en zinc[6].

Les matériaux utilisés font références à la Bretagne : le zinc renvoie ainsi aux toits bretons en ardoise. Le relief fissuré des grands panneaux rosés extérieurs évoque une paroi de falaise, tandis que les joints, aux lignes droites ou obliques, marquent les frontières de plaques tectoniques[24]. Sa couleur "fait écho au schiste rose typique de l'ille-et-vilaine[23]".

La scénographie du Musée de Bretagne est confiée à Elizabeth de Portzamparc[24].

Des travaux longs et couteux

modifier

La réalisation des Champs Libres est longue.

Pour Martial Gabillard, cette lenteur s'explique notamment par la concurrence avec le chantier du VAL, tant d'un point de vue technique que budgétaire. Le passage du métro sous l'implantation prévue du NEC nécessite en effet une modification des sous-sols et surtout de renforcer les fondations[2]. Martial Gabillard estime également que des tensions entre les futurs utilisateurs de l'équipement (bibliothèque, musée, CCSTI) et les équipes de l'architecte sur la muséographie ont pu ralentir le dossier.

En octobre 1995, une étude est lancée pour l'implantation du NEC à l'emplacement de l'ancienne gare routière. Le début du chantier est alors annoncé pour 1997.

En novembre 1996, une pétition de professeurs, écrivains, artistes est lancée, en faveur du NEC face à la crainte de l'enlisement du projet[25].

En 1997, la maquette du NEC est présentée au Maire de Rennes[26].

En 2000, Rennes Métropole prend la maitrise d'ouvrage du projet[2]. Ce choix est défendu par Edmond Hervé : "j'ai souhaité que ce bâtiment fasse partie de Rennes métropole, (…) parce que la culture doit être un élément identifiant de Rennes métropole, de notre agglomération, en correspondance avec notre histoire et en correspondance, aussi, avec la modernité qui nous attend[22]. Martial Gabillard estime que ce transfert du NEC à Rennes Métropole "n'a pas facilité la maitrise d'ouvrage"[2] .

Les travaux débutent en septembre 2000 et l'ensemble des marchés sont signés fin 2000. Le chantier est marqué par de nombreuses difficultés "entre la maîtrise d'ouvrage, la maitrise d'œuvre et les entreprises, qui (entrainent) à nouveau du retard et une certaine augmentation des coûts"[2] .

En 2002, Rennes Métropole adopte un nouveau nom pour le NEC : les Champs Libres[2] . Ce nom fait directement allusion à l'ancien champs de Mars où l'équipement a été implanté, hier, livré à la voiture et aux forains. Le nom choisi évoque aussi cette démultiplication offerte par la réunion des patrimoines, des disciplines et des publics au sein d'un bâtiment accessible[27].

Cette même année Rennes Métropole demande une expertise judiciaire sur les retards de chantier, qui conduit à l'arrêt des travaux. Ceux-ci reprennent en février 2004[25].

Le coût final des Champs Libres s'élève à 100 millions d'euros – valeur 2006 – contre un budget évalué au départ à 280 millions de francs[28] (soit 53, 55 millions d'euros valeur 2006[29])[30].

Historique

modifier

Le projet du Nouvel équipement culturel date de 1992. Il est né du constat suivant :

  • La ville de Rennes ne disposait pas d’une réelle bibliothèque centrale. De plus les locaux de la bibliothèque municipale, rue de la Borderie, devenaient trop exigus pour jouer ce rôle.
  • Le musée de Bretagne partageait les mêmes locaux que le musée des beaux-arts, dans l'ancien palais universitaire situé sur les quais, et aucun des deux ne pouvait s’y étendre.
  • L’association du CCSTI de l’Espace des sciences ne disposait que de 200 m2 de surface d’exposition au centre commercial Colombia et souhaitait développer ses activités.

Un regroupement de ces trois entités culturelles a donc été envisagé pour :

  • favoriser le croisement des publics,
  • faciliter l’accès à la culture,
  • mettre en place une synergie entre les trois entités (mise en place d’actions communes) tout en leur laissant une autonomie[31].

Le projet a été approuvé par le Conseil Municipal de Rennes le . L'architecte Christian de Portzamparc a été choisi pour mener ce projet. Sa sélection a été faite via un concours, attirant plus de 100 candidats, et dont les résultats ont été publiés en [32].

Toutefois, la construction des Champs libres est retardée en raison de la construction du métro. L'ouverture au public a lieu en 2006[33].

Le , la bibliothèque des Champs Libres, devient le 4e établissement du département d'Ille-et-Vilaine à obtenir le label « Qualité Tourisme » par l'État après les jardins de la Ballue, le château de la Bourbansais et les jardins de Brocéliande. L’État estime que l'établissement offre des prestations et un accueil de qualité[34].

Architecture

modifier
 
Le hall des Champs libres

L'idée de Christian de Portzamparc était de faire un tout avec trois entités, d'illustrer le principe des anneaux borroméens. Cela s'illustre dans l'architecture : pour le musée de Bretagne, il s'agit d'une dalle en béton (sorte de dolmen, les panneaux en béton préfabriqué étant travaillés par le sculpteur Martin Wallace pour reproduire le schiste rouge du bassin rennais) ; pour l’Espace des sciences un volume conique en écailles de zinc pré-patiné sombre, anthracite ; pour la Bibliothèque une pyramide inversée (sorte de menhir inversé) en verre bardée de panneaux ondulés en aluminium laqué blanc[31],[35].

Entre 2013 et 2018, Les Champs libres ont souhaité faire intervenir des artistes contemporains pour interroger les relations entre art et architecture. Ils ont collaboré pour cela avec le centre d'art 40mcube qui a proposé des installations et expositions d'Antoine Dorotte[36] (2013), Vincent Mauger[37] (2014), ou Benoît-Marie Moriceau[38] (2018).

La superficie totale du bâtiment est de 23 854 m2[19].

Construction

modifier

L'ingénieur directeur de projets est Françoise Mahiou. Le montant des travaux du bâtiment s'élève à 55,229 millions d'euros hors-taxes (à la valeur de ) auxquels s'ajoutent la scénographie et le mobilier (7,365 millions d'euros, valeur de 2004)[31]. Finalement, le coût global du projet est de 100 millions d'euros (valeur à la date de l'ouverture)[39].

Historique du nom

modifier

En 2000, un large sondage est effectué à travers la presse et les habitants de Rennes Métropole afin de donner un nom au Nouvel équipement culturel. Le NEC est une appellation déjà déposée à l’Institut national de la propriété industrielle.

En 2001, deux groupes de travail (composés d’une part de personnalités du monde culturel et d’autre part de professionnels de la communication) se réunissent dans le but d’élaborer une banque de noms possibles pour le futur équipement.

En 2002, les conseillers de Rennes Métropole ont fait une présélection de noms qui ont ensuite subi différentes phases de test.

Finalement, trois noms ressortent de ces sélections successives : Les Champs libres, Le Vaisseau, Va savoir[réf. souhaitée]. Ces trois noms sont soumis à 500 personnes (312 Rennais, 75 habitants d’Ille-et-Vilaine, 75 Bretons et 38 personnes des trois entités). Les Champs libres est le nom choisi finalement : « il évoque une source de vie, des espaces nourriciers que nous voulons libres, accessibles, sans frontières, propriété de toutes et de tous »[32].

Description par entités

modifier
 
Exposition Amusement Park en

Les Champs libres rassemblent plusieurs entités dans un même bâtiment, voulu, en ramenant la bibliothèque, le musée de Bretagne et l'Espace des sciences dans un même endroit, comme un outil de densification urbaine[31]. Les Champs libres et les différentes entités accueillent tout au long de l'année des expositions temporaires[40] ainsi que des parcours permanents.

La Bibliothèque

modifier
 
La mezzanine de la bibliothèque

La Bibliothèque de Rennes Métropole est la plus grande de Bretagne. Elle est associée à Rennes Métropole et ne s’intègre pas au réseau des bibliothèques rennaises.

La Bibliothèque s’organise sur sept niveaux selon les thèmes :

  • Rez-de-chaussée : Espace Enfants - romans et bandes dessinées pour enfants
  • Premier étage : La MeZZanine - Livres, jeux, multimédia pour ados
  • Deuxième étage : pôle Musiques - CD-DVD musicaux, partitions et livres
  • Troisième étage : pôle Sciences & Vie pratique - Sciences naturelles, informatique, mécanique
  • Quatrième étage : pôle Langues et Littératures - Romans et bandes dessinées
  • Cinquième étage : pôle Art, Société, Civilisation - Sciences humaines et sociales, cinéma
  • Sixième étage : pôle Patrimoine - Fonds patrimonial et régional et collections de l'écrivain Henri Pollès, dont les pièces de la maison ont été fidèlement reconstituées dans le musée du Livre et des Lettres[41].

La Bibliothèque comprend également le pôle Vie du Citoyen qui propose, sur deux niveaux, des ressources imprimées et numériques autour de l'actualité. C’est aussi un lieu de consultation de l'Internet et d'autoformation[42].

Ses collections comportent environ 700 000 documents dont 210 000 en libre accès[43]. Elle fait 7 942 m2 et a 565 places assises.

Le musée de Bretagne

modifier
 
Visite du musée de Bretagne

On y trouve des expositions permanentes :

  • Bretagne est Univers (histoire de la Bretagne de la Préhistoire à nos jours) Exposition trilingue français anglais breton.
  • Espace Dreyfus (consacré à l'affaire Dreyfus)

ainsi que des expositions temporaires trilingues français anglais breton.

L’Espace des sciences

modifier
 
Logo de l'Espace des sciences

L'Espace des sciences est un centre de culture scientifique, technique et industrielle (CCSTI), sous forme d'association loi de 1901. Il est composé de quatre espaces au sein des Champs libres :

  • la « salle de la terre », située au 1er étage, propose une exposition permanente de 300 m2 sur la biodiversité ;
  • le « Laboratoire de Merlin », situé au rez-de-chaussée, c’est un espace avec des manipulations interactives pour explorer un thème scientifique ;
  • un planétarium numérique, situé au 3e étage, c’est une salle de 96 places avec écran hémisphérique de 14 mètres de diamètre, avec trois à cinq séances par jour ;
  • la « salle Eurêka » située au rez-de-chaussée, propose 2 expositions temporaires par an.

Espace Magenta

modifier

L'Espace Magenta occupe au rez-de-chaussée les locaux libérés successivement par la boutique, qui n'a pu assurer sa viabilité économique, puis par la Cantine numérique rennaise, ouverte en 2010, lieu de travail en commun, de rencontre et d'échanges autour de la culture numérique. La cantine numérique (devenue depuis la French Tech a déménagé dans les bureaux du Mabilay en [44]). L'Espace Magenta est aujourd'hui un lieu polyvalent[45].

Salle Anita Conti

modifier

La salle Anita Conti accueille des expositions proposées par les Champs-libres.

  • 2015 : Hans Op de Beeck, The Amusement Park[46]. Commissariat : 40mcube
  • 2018 : Benoît-Marie Moriceau, The Relative Size of Things and the Vertigo of the Infinite[38]. Commissariat : 40mcube

Depuis 2019, l'espace est dédié aux arts et sciences numériques et expériences immersives[45].

Installations

modifier

La salle de conférences Hubert-Curien

modifier
 
La salle de conférences

Située en sous-sol et faisant 450 places assises, elle accueille des conférences, des débats, des congrès.

Elle tire son nom de Hubert Curien (1924-2005), cristallographe et ministre de la Recherche qui avait pris part à la création des Champs libres et qui « aimait Rennes et les Rennais. »[47]

Le café des Champs libres

modifier

C’est un bar-restaurant dépendant du complexe culturel. Il s’y déroule régulièrement des débats (café-philo, café-histoire, café-internet, café-citoyen, cafés des sciences…). Certaines conférences sont retransmises dans la salle du café des Champs libres.

Notes et références

modifier
  1. Les Champs Libres, « Rapport d'activité 2023 des Champs Libres » [PDF], sur Les Champs libres
  2. a b c d e et f Martial Gabillard, La Politique culturelle à Rennes (1977-2008), Paris, Apogée, , 704 p. (ISBN 978-2-84398-312-2, lire en ligne  )
  3. Martial Gabillard, Ibid., p. 571
  4. Martial Gabillard, Ibid., p. 573
  5. Martial Gabillard, Ibid., p. 574
  6. a et b Frédéric Edelmann, « Un pôle culturel signé Portzamparc à Rennes : Les Champs libres ouvrent au public le 28 mars. », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  7. a b et c Stanislas du Guerny, « À Rennes, toute la culture se regroupe dans le NEC », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  8. Délibération du conseil municipal de Rennes n°0927 du 5 novembre 2001
  9. Fabienne Richard, « Le 4 Bis, les dix ans des toutes premières fois », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  10. « Rennes. La Cité internationale, à quoi ça sert ? », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  11. Corinne BOURBEILLON, « RETRO 2008. Gaumont, trente ans de cinéma quai Duguay-Trouin », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  12. Christian de Portzamparc, « Cinéma Gaumont RENNES », sur ChristianDePortzamparc.com
  13. Anne-Aël Durand, « A destination de Rennes ou Bordeaux, des TGV plus rapides mais aussi un peu plus chers », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  14. Anne-Élisabeth Bertucci, « La nouvelle gare de Rennes sur les rails », Le Moniteur,‎ (lire en ligne)
  15. Rennes Métropole, « EuroRennes - Porte d'entrée de la Bretagne, cœur de Métropole » [PDF] (Dossier de presse), sur Rennes Métropole,
  16. Laetitia Van Eeckhout, « Autour de sa nouvelle gare, Rennes se dote d’un nouveau centre-ville élargi et végétalisé », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  17. Pascale Paoli-Lebailly, « Chantier EuroRennes : le quartier de la gare entame sa mutation », La Tribune,‎ (lire en ligne)
  18. « Les 10 lieux emblématiques | STAR », sur www.star.fr (consulté le )
  19. a et b Martial Gabillard, La Politique culturelle à Rennes : 1978 / 2008 - Mémoires et réflexions, Rennes, Apogée, , 700 p. (ISBN 978-2-84398-312-2), p. 575
  20. Nathalie Bougeard, « Rennes - Quatorze mois de retard sur le chantier des Champs-Libres », Le Moniteur,‎ (lire en ligne  )
  21. Édouard Reis Carona, « L’architecte des Champs libres à Rennes : « Un formidable projet né dans la douleur » », Ouest-France,‎ (lire en ligne  )
  22. a et b Institut National de l'audiovisuel (INA), « Le NEC, Nouvel Equipement Culturel », Archive vidéo issue du journal télévisé "Rennes soir" sur France 3 [vidéo] (Archive audiovisuelle), Ouest en mémoire, sur Fresque numérique de l'INA pour "Ouest en mémoire" https://fresques.ina.fr/ouest-en-memoire/,
  23. a et b Dossier de presse d'ouverture des Champs Libres : Interview de Christian de Portzamparc
  24. a et b Milena Chessa, « Les époux de Portzamparc livrent un temple des savoirs en Bretagne », BatiActu,‎ (lire en ligne)
  25. a et b Hors-série sur l'ouverture des Champs Libres, Rennes, Ouest-France,
  26. Institut National de l'Audiovisuel (INA), « Présentation de la maquette du NEC » [vidéo] (Archive audiovisuelle), sur INA, France 3 Rennes,
  27. S.Salliou, « Rennes : les Champs libres ont 10 ans », France 3 Bretagne,‎ (lire en ligne)
  28. « Rennes : le NEC plus ultra du désastre », BatiWeb,‎ (lire en ligne)
  29. Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (INSEE), « Convertisseur franc-euro », sur INSEE
  30. Xavier Debontride, « Rennes Métropole : la facture des "Champs Libres" s’alourdit », La Gazette des communes,‎ (lire en ligne  )
  31. a b c et d Le Courrier de l'Architecte, Les Champs libres, un bâtiment « rude », 9 octobre 2010
  32. a et b Dossier de presse d'ouverture des Champs libres
  33. « Les Champs libres », sur Le Télégramme, (consulté le )
  34. « Rennes. Les Champs Libres obtiennent la marque « Qualité Tourisme » », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  35. Danielle Birck, « Les Champs libres à Rennes », sur rfi.fr,
  36. « Here’s The Spheres ;p – Antoine Dorotte », sur 40mcube (consulté le )
  37. « Présence Stratégique – Vincent Mauger », sur 40mcube (consulté le )
  38. a et b « The Relative Size of Things and the Vertigo of the Infinite – Benoît-Marie Moriceau », sur 40mcube (consulté le )
  39. « Dix ans de Champs Libres en chiffres », sur www.20minutes.fr, (consulté le )
  40. Liste des expositions sur le site des Champs libres
  41. « Le musée du Livre et des Lettres Henri Pollès », sur Bibliothèque des Champs Libres (consulté le )
  42. Site de la Bibliothèque
  43. Les Champs libres, programme de saison 2011-2012, p. 35
  44. « La French Tech Rennes-Saint-Malo s'installe à la Mabilais », sur ouestfrance-emploi.com (consulté le ).
  45. a et b Agnès LE MORVAN, « ENTRETIEN. Rennes : aux Champs libres, nouvelle direction, nouvelle impulsion », sur Ouest-France.fr, (consulté le )
  46. « Hans Op de Beeck – The Amusement Park », sur 40mcube (consulté le )
  47. Hommage du professeure Dominique Ferriot lors de la première conférence aux Champs libres, 21 mars 2006 ; La salle de conférences porte un grand nom.

Bibliographie

modifier

Vidéos

modifier

Liens externes

modifier