Ouvrir le menu principal

Château de Virieu (Isère)

château fort français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Château de Virieu.

Château de Virieu
Image illustrative de l’article Château de Virieu (Isère)
Période ou style Médiéval
Type Château fort
Début construction XIe siècle
Fin construction XVIIIe siècle
Propriétaire initial Famille de Virieu
Destination initiale Résidence seigneuriale
Propriétaire actuel Personne privée
Destination actuelle Ouvert au public
Protection  Inscrit MH (1965, 1990)[1]
Site web Site officiel
Coordonnées 45° 28′ 46″ nord, 5° 28′ 45″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Commune Virieu

Géolocalisation sur la carte : Isère

(Voir situation sur carte : Isère)
Château de Virieu

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Virieu

Le château de Virieu est un ancien château de terre transformé en château de pierre du début du XIe siècle, probablement vers 1010, plusieurs fois remanié depuis qui se dresse sur la commune de Virieu dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes. Le château fut le chef-lieu du mandement de Virieu cité comme tel en 1107 lors du partage du comté de Sermorens[3].

L'ensemble des façades et toitures du château font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques par arrêté du 9 mars 1965 ; l'avant-cour, les tours d'entrée, les parterres ouest et sud, les murs de soutènement des terrasses ainsi que le colombier font l’objet d’une inscription par arrêté du 17 juillet 1990[1].

Sommaire

SituationModifier

Le château de Virieu est situé dans le département français de l'Isère sur la commune de Virieu, sur un coteau d'où il domine la vallée de la Bourbre et le bourg.

HistoireModifier

 
Château de Virieu sous la neige.

Simple motte castrale au début du XIe siècle, le château de terre primitif devient une construction maçonnée quelques décennies plus tard sous Wilfrid de Virieu.

En 1220, il passe par mariage à la maison de Clermont et y demeure pendant sept générations. Antoine de Clermont vend le château en 1573 à Artus Prunier de Saint-André, premier président au Parlement de Grenoble. Il est agrandi et transformé par les propriétaires successifs sans en altérer l'ensemble qui reste parfaitement harmonieux.

En 1622, Louis XIII séjourne au château et laisse ses canons, dits « de montagne », pris sans doute au siège de Montpellier. On les admire encore aujourd’hui, alignés sous chaque arcade de la galerie de la cour intérieure.

En 1874, le comte de Saint-Ferriol, dernier descendant des Prunier, vend le château à Alphonse de Virieu, descendant d'une des lignées du premier propriétaire. Il subit entre 1924 et 1928 une importante restauration. Pour cela, Henri marquis de Virieu vendra son château de Brangues à Paul Claudel, et confiera les travaux à l'architecte Sainte Marie Perrin, propre frère de Mme Claudel.

DescriptionModifier

 
Vue du château par les jardins.

L'entrée est flanquée de deux demi-tourelles, dites « ouvertes à la gorge » servant à la défense. L'avant-cour est bordée par les anciens communs et écuries du XVIIe siècle. On accède ensuite par une grande porte cloutée à la cour intérieure pavée, délimitée par un ensemble de bâtiments formant un quadrilatère irrégulier et reliés entre eux par une courtine surmontée d'un chemin de ronde à créneaux et mâchicoulis. Sur la droite de détache une tourelle en encorbellement. Deux grosses tours cylindriques coiffées en poivrière cantonnent la façade ouest.

À l'intérieur, une chapelle du XVIIe siècle présente une crédence de sacristie sculptée par Stéphanie de Virieu. L'ancienne cuisine a une monumentale cheminée du XVe siècle et possède des tapisseries d'Aubusson. On visite également la chambre du Roi, lit à baldaquin recouvert en damas rouge, et la chambre blanche, mobilier en marqueterie du XVIIIe siècle.

Au pied de la façade ouest, un escalier à double volée conduit au jardin à la française restauré selon le plan original du XVIIe siècle. Il se compose côté ouest de trois niveaux de terrasses et parterres entrecoupés d'allées, aménagés sur les anciens remparts. Côté sud, les buis dessinent des arabesques sous la fenêtre de la chambre du roi. Dans le verger-potager attenant, arbres fruitiers, fleurs et légumes bordent quatre parterres de verdures enserrant un bassin.

VisitesModifier

Le château, ouvert aux visites, est le siège de nombreuses manifestations culturelles. Certaines visites peuvent bénéficier d'un accompagnement théâtralisé ou musical effectué par des compagnes théâtrales spécialisées dans l'animation, telles que la troupe des Lames du Dauphiné en 2018.

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Château de Virieu », notice no PA00117355, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Coordonnées trouvées sur Géoportail.
  3. Action thématique programmée en archéologie métropolitaine : "inventaire des fortifications de terre" (groupe Rhône-Alpes), Château de Terre : de la motte à la maison-forte - histoire et archéologie médiévales dans la région Rhône-Alpes, Juin 1987-décembre 1988, p. 49.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Louis Fournier, Virieu en Dauphiné, des hommes et des histoires, A compte d'auteur, , 200 p. (ISBN 2-914458-10-X)

Articles connexesModifier

Lien externeModifier