Ouvrir le menu principal

Château de Ventadour (Corrèze)

château fort français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Château de Ventadour (Ardèche) et Ventadour.

Château de Ventadour
Image illustrative de l’article Château de Ventadour (Corrèze)
Début construction XIIe siècle
Fin construction XVIe siècle
Propriétaire initial Vicomte de Ventadour
Propriétaire actuel Commune de Moustier Ventadour
Protection Logo monument historique Classé MH (1840)
Coordonnées 45° 23′ 32″ nord, 2° 07′ 00″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Corrèze
Commune Moustier-Ventadour

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Ventadour

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

(Voir situation sur carte : Nouvelle-Aquitaine)
Château de Ventadour

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

(Voir situation sur carte : Corrèze)
Château de Ventadour

Le château de Ventadour est un château médiéval situé sur la commune de Moustier-Ventadour en Corrèze.

Il fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques par la liste de 1840[1].

Sommaire

ArchitectureModifier

Le site de ce château féodal, placé sur un éperon rocheux surplombant la vallée de la Soudeillette, reste toujours remarquablement sauvage.

Du château il n'y a que peu de vestiges : l'enceinte existante épouse le contour de l'éperon protégeant ainsi une place de 170 m de long sur une largeur maximale de 30 m ; on trouve à l'intérieur quelques traces de chapelle et logis, une importante tour ronde et un pan de mur semblant être celui d'une tour maîtresse carrée.

HistoireModifier

Le château construit au XIIe siècle, remanié vraisemblablement au cours de plusieurs campagnes de construction et de reconstruction s'échelonnant pour l'essentiel du XIIIe au XIVe siècle, commandait la vicomté de Ventadour dont les capitales étaient Égletons, Ussel et Meymac.

Par sa situation et sa formidable défense, le château semblait imprenable. Il fut cependant pris par trahison et, onze années durant, il resta aux mains de Geoffroy Tête-Noire pendant la guerre de Cent Ans. À l'époque de la Renaissance, les comtes abandonnèrent la forteresse, trop austère, pour s'installer à Ussel dans un élégant hôtel.

Ebles II « Lo Cantador », vicomte de Ventadour, a vécu dans ce château et le troubadour Bernard de Ventadour y est né. De vicomté jusqu'en 1350, elle fut transformée en comté par Philippe de Valois, puis en duché-pairie en 1578. Elle appartint ainsi, successivement, à la « première race » des Ventadour, issue de la ligne de Comborn, jusqu'en 1472, date du mariage de la dernière héritière avec Louis de Lévis, baron de la Voulte. Après les Lévis-Ventadour, le fief échut, encore par mariage, aux Rohan ; et des Rohan-Soubises-Ventadour, passa aux Condé, qui s'en désintéressèrent.

Vendu comme bien national, le château devint la proie des démolisseurs, surtout lorsqu'il fut acquis, à la Restauration, par un marchand de matériaux du nom de Pertuis du Gay pour la somme de 16 000 francs. Il fut ensuite la propriété du duc de Lévis-Mirepoix qui le céda en 1988 à la commune de Moustier-Ventadour pour 1 Franc symbolique avec l'obligation de l'aménager pour permettre les visites guidées et libres en son sein.

Classé site inscrit en 1946, le site déjà fort dégradé nécessitait des travaux important de sauvegarde. Ce n'est qu'en 1965 que furent entrepris à la fois quelques travaux de consolidation et des fouilles pour tenter de reconstituer l'ampleur de la forteresse d'autrefois.

Les fouilles poursuivies jusque dans les années 1980 ont permis de préciser les contours d'un certain nombre de salles à l'intérieur de l'enceinte et de mettre au jour plusieurs décors importants du logis seigneurial.

Des campagnes de fouilles ont été conduites en 2003 (courtine nord-est), en 2004 et 2005 (barbacane, tour) avec consolidations.

Aujourd'hui le site est ouvert au public durant la période estivale (de mi-juin à mi-septembre) avec des visites guidées toutes les heures. De nouvelles campagnes de fouilles sont en cours de réflexion pour les années à venir.

Tentative de chronologieModifier

 
Le château vu depuis le village de Moustier-Ventadour en contrebas.
  • 1059 : Un des fils du vicomte d'Archambaud II de Comborn reçoit l'apanage de Ventadour et décide d'y établir une forteresse. La construction durera jusqu'en 1060 avec l'établissement simultané de plusieurs châtellenies comme le Lieuteret, Fontmartin, et dans plusieurs villes comme Égletons, Neuvic, Corrèze, Meymac et Ussel.
  • 1060 : Ebles 1er fonde le prieuré du Moustier-Ventadour puis ceux de Meymac et de Bonnesaigne.
  • 1096 : Ebles 1er meurt et son fils Ebles II s'intéresse à l'art courtois du Languedoc et se lie d'amitié avec Guillaume IX d'Aquitaine, un des plus célèbres troubadours de l'époque. Ebles fonde une école poétique à Ventadour.
  • 1125 : Naissance de Bernart, fils de domestique qui sera pris en affection et formé à l'école courtoise par Ebles II.
  • 1147 : Ebles II et son fils Ebles III partent à la seconde Croisade. Pendant ce temps Bernard déclare sa passion à Alice de Montpellier, épouse d'Ebles III.
  • 1149 : Ebles II meurt au retour et Ebles III lui succède. Ebles III demande à Bernard de quitter Ventadour, mais ce dernier suivra Alice à Londres puis à Poitiers en 1167.
  • 1165 : Ebles III libère tous ses serfs du fief de Ventadour.
  • 1182 : Henri II d'Angleterre établit un siège de Ventadour. Au bout de quelques mois, la forteresse ne se rendant pas, il lève le siège.
  • 1374 : Durant la guerre de Cent Ans, le château est investi par le brigand Geoffroy Tête-Noire et sa bande de routiers pillards qui, à partir de la place forte, rançonneront et pilleront toute la région pendant près de 10 ans.
  • 1450 : Une nouvelle résidence est construite dans l'enceinte du château par Charles de Ventadour.
  • 1450-1500 : Charles et son fils Louis organisent une école militaire à Ventadour pour la formation des pages au service du Roi.
  • 1575 : Gilbert III de Ventadour est devenu gouverneur du Limousin et des affrontements religieux importants saccagent son territoire. L'abbaye de Bonnesaigne est brûlée mais Ventadour reste intact.
  • 1578 : Henri III élève le comté de Ventadour au rang de duché. Il devient le premier duché de Bas-Limousin.
  • 1599 : Les guerres de religion sont sources de destructions et pillages de places fortes dans le Limousin mais Ventadour, citadelle des gouverneurs, résiste.
  • 1631 : Charles, nouveau duc de Ventadour entre dans le groupe des proches de Louis XIII. Il est à la fois lieutenant-général du Languedoc et gouverneur du Limousin.
  • 1649 : Le fils de Charles, Louis-Charles devient duc et pair de France.
  • 1793 : Le comité de salut public d'Égletons et les conventionnels de Tulle ordonnent la destruction de Ventadour. Les logis sont pillés et les toits détruits.
  • 1796 : Le 11 juillet, Ventadour est vendu à un maréchal-ferrant d'Égletons.
  • 1800 : Revente du château à un démolisseur vendeur de matériaux et qui entreprend l'arrachage des pierres des constructions.
  • 1804 : Un chemin d'accès et une ouverture dans le mur d'enceinte sont réalisés pour faciliter le transport des matériaux de démolition.
  • 1829 : Achat des vestiges de Ventadour par Madame d'Ambert de Lamazière pour organiser des après-midi champêtres dans les « ruines romantiques ».
  • 1895 : Transmission du site à la famille Lévis-Mirepoix, cousins des Lévis-Ventadour.
  • 1900 : Fête de l'Églantine, fête félibréenne évoquant Bernard le Troubadour.
  • 1930-1939 : Fêtes républicaines organisées annuellement dans le site par le maire de Moustier-Ventadour.
  • 1965 : Début des fouilles et travaux de consolidation d'urgence.
  • 1988 : Acquisition du château de Ventadour par la commune de Moustier-Ventadour.
  • 2003 : La communauté de communes de Ventadour devient maître d'ouvrage pour la restauration et la recherche historique du site de Ventadour.
  • 2009 : Fin des premières phases de cristallisation et de fouille archéologique du site.
  • 2009 : L'office de tourisme intercommunal du pays d'Égletons ouvre tous les jours le site à la visite durant les mois de juillet et août.
  • 2010 : Les éditions associatives Carrefour Ventadour publient le premier album photographique sur la forteresse et le Mont-Ventadour.
  • 2013 : Nouvelle phase de consolidation et entretien des murs.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Robert Joudoux, « Ventadour haut-lieu du Limousin », revue Lemouzi, no 101 - Tulle, janvier 1987
  • Luc de Goustine et Jean-Christophe Mathias, Le Chemin de Ventadour. Une philosophie des ruines, éditions Carrefour Ventadour, décembre 2010
  • Sous la direction de Bernard Pousthomis avec les collaborations de Laurent d'Agostino, Luc de Goustine, Christian Remy, Ventadour en Limousin. Un château au pays des troubadours, éditions Culture & Patrimoine en Limousin, Limoges, 2014 (ISBN 978-2-911167-85-0) ; 96 p. Compte rendu par Jean Mesqui, Bulletin monumental, 2016, tome 174, no 2, p. 223-224 (ISBN 978-2-901837-63-3).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier