Ouvrir le menu principal

Château-d'Olonne

ancienne commune française du département de la Vendée
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Château (homonymie) et Olonnes.
Page d’aide sur l’homonymie Le Château-d'Olonne redirige ici.

Château-d’Olonne
Château-d'Olonne
Vue aérienne du littoral.
Drapeau de Château-d’Olonne
Administration
Pays Drapeau de la France France
Code postal 85180
Code commune 85060
Démographie
Gentilé Castelolonnais
Population 14 030 hab. (2016 en augmentation de 4,13 % par rapport à 2011)
Densité 448 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 30′ 18″ nord, 1° 44′ 10″ ouest
Altitude 34 m
Min. 0 m
Max. 59 m
Superficie 31,29 km2
Historique
Date de fondation
Date de dissolution
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de la Vendée
City locator 15.svg
Château-d’Olonne

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 15.svg
Château-d’Olonne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Château-d’Olonne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Château-d’Olonne

Château-d'Olonne, appelé « Le Château-d'Olonne »[Note 1], est une ancienne commune située au Centre-Ouest de la France, dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Le , elle fusionne avec Olonne-sur-Mer et Les Sables-d’Olonne et devient une commune déléguée de la commune nouvelle des Sables-d’Olonne. La commune déléguée est supprimée par décision du conseil municipal du .

GéographieModifier

LocalisationModifier

 
Carte de la commune.

La commune se situe sur la côte de Lumière, au milieu de la façade atlantique : elle s'inscrit ainsi dans le prolongement naturel de la station balnéaire Les Sables-d’Olonne. C'est une composante du pays des Olonnes, deuxième pôle urbain et premier pôle touristique de la Vendée.

Géologie et reliefModifier

Le territoire municipal de Château-d’Olonne s’étend sur 3 129 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 34 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 0 et 59 mètres[1],[2].

HydrographieModifier

Elle est traversée par le Tanchet.

Voies de communication et transportsModifier

Voies routièresModifier

Transport ferroviaireModifier

Transport aérienModifier

UrbanismeModifier

Morphologie urbaineModifier

LogementModifier

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 9 665, alors qu'il était de 8 149 en 1999[I 1].

Parmi ces logements, 66,1 % étaient des résidences principales, 30,4 % des résidences secondaires et 3,5 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 77,8 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 21,2 % des appartements[I 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants, était de 75,84 %, en hausse sensible par rapport à 1999 (71,9 %). La part de logements HLM loués vides (logements sociaux) a beaucoup diminué, passant de 6,1 % à 3,8 %, le nombre de logements sociaux étant passé de 332 à 242[I 3].

Projets d'aménagementsModifier

ToponymieModifier

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Beau-Séjour[3].

En poitevin, la commune est appelée Le Chatea[4].

HistoireModifier

Le Château-d'Olonne tient son nom du fait que la commune abritait autrefois un château à la place de l'actuelle église Saint-Hilaire. Le château ayant été détruit au début du XVIIe siècle sous les ordres de Richelieu afin d'éviter une potentielle invasion des Anglais, l'église actuelle fût bâtie sur les ruines de l'ancien château avec les mêmes pierres.

L'épilogue de la « der des ders » portant le germe du cataclysme suivant, la débâcle de 1940 amène 400 réfugiés sur la commune. L'armée d'Occupation s'installe aussi avec un millier d'hommes et hisse le drapeau à croix gammée sur l'abbaye Saint-Jean d'Orbestier. À la Libération, l'armée allemande quitte Les Sables-d'Olonne sans vraiment combattre. Mais quelques jours plus tard, les 30 et 31 août 1944, des convois ennemis reviennent. Les affrontements de la Bataille des Portes tournent à l'avantage des Forces Françaises de l'Intérieur, FFI. La guerre est finie, mais elle tue encore : deux mois après l'armistice, cinq enfants meurent dans l'explosion d'un obus abandonné[réf. nécessaire].

Le , lors d'une consultation, près de 68 % des votants appuient la création d'une commune nouvelle avec Les Sables-d'Olonne et Olonne-sur-Mer au [5].

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 10 000 et 19 999, le nombre de membres du conseil municipal est de 33[6].

Depuis le , elle forme une commune nouvelle avec Les Sables-d'Olonne et Olonne-sur-Mer[7].

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Article connexe : Histoire des maires de France.
Liste des maires successifs[8],[9]
Période Identité Étiquette Qualité
novembre 1815 septembre 1830
(démission)
Pierre Arnaud    
septembre 1830 septembre 1837 Joseph-Preux Merland    
septembre 1837 décembre 1856 Pierre Robin    
1857 1868 Eugène Guérineau    
1868 1870 Auguste Boisard    
octobre 1870 mai 1871 Benjamin Meunier   Maire provisoire
1871 mai 1900 Auguste Boisard    
mai 1900 octobre 1933 Georges-Henri Colins Droite Propriétaire
Député de la Vendée (1924 → 1928)
Conseiller général du canton des Sables-d’Olonne (1913 → 1925)
1933 1947 Paul Colins    
1947 1966
(décès)
Séraphin Buton[10]   Maréchal expert
Réélu en 1953, 1959 et 1965
1966 1975
(décès)
Paul Belmont[10]   Commandant d’infanterie
1975 1981 Pierre Arrouet    
1981 Jacques Le Bel    
Jean-Yves Burnaud[11],[12] DVD Directeur de clinique
Joël Mercier[13] DVD Agent d’assurance
Les données manquantes sont à compléter.

Liste des maires déléguésModifier

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
[14]
(démissionnaire)
Joël Mercier[15] DVD Agent d’assurance

Le , le conseil municipal de la commune nouvelle des Sables-d’Olonne supprime la commune déléguée[16],[17].

Politique environnementaleModifier

En 2014, la commune possède trois fleurs au concours des villes et villages fleuris[18] ; ce niveau a été atteint en 2009, le niveau « deux fleurs » en 2007.

JumelagesModifier

Au 21 février 2014, Château-d'Olonne est jumelée avec[19] :

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[20],[Note 2].

En 2016, la commune comptait 14 030 habitants[Note 3], en augmentation de 4,13 % par rapport à 2011 (Vendée : +4,51 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7587257598649631 0301 0931 1201 150
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1691 2071 1941 2421 3591 4371 5111 6521 745
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 9702 0002 0331 8041 9291 9552 1272 3082 753
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
3 8385 7717 5528 83610 97612 90812 95013 47314 030
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (36,4 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,8 %) est supérieur au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 14,2 %, 15 à 29 ans = 12,3 %, 30 à 44 ans = 15,6 %, 45 à 59 ans = 23 %, plus de 60 ans = 34,8 %) ;
  • 52,8 % de femmes (0 à 14 ans = 12,6 %, 15 à 29 ans = 11,2 %, 30 à 44 ans = 15,3 %, 45 à 59 ans = 23,2 %, plus de 60 ans = 37,9 %).
Pyramide des âges au Château-d'Olonne en 2007 en pourcentage[22]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
0,3 
10,8 
75 à 89 ans
13,5 
23,6 
60 à 74 ans
24,1 
23,0 
45 à 59 ans
23,2 
15,6 
30 à 44 ans
15,3 
12,3 
15 à 29 ans
11,2 
14,2 
0 à 14 ans
12,6 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[23]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Manifestations culturelles et festivitésModifier

La commune propose une grande diversité d'activités culturelles telles que des concerts en plein air à la scène des Vallées, des « Rencontres Cinéma » à thèmes à la salle culturelle La gargamoëlle ainsi que de nombreuses manifestations interculturelles et d'échanges régionaux avec le pays basque notamment.

ÉconomieModifier

TourismeModifier

Située sur la Côte de Lumière, la commune bénéficie d'un climat privilégié, caractérisé par un fort taux d'ensoleillement et une grande douceur des températures en toutes saisons, ce qui contribue à son attractivité touristique et résidentielle.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Le Puits d'Enfer (2012).
 
La Baie de Cayola (2012).

Monuments historiquesModifier

La commune ne compte qu'un monument historique, l'abbaye Saint-Jean d'Orbestier, abbaye bénédictine fondée en 1107 par Guillaume, comte de Poitou et duc d'Aquitaine, dont les parties encore existantes sont inscrites depuis le [24]. Elle n’a aucun lieu ou monument répertorié à l'inventaire général du patrimoine culturel[25], ni aucun objet répertorié à l'inventaire des monuments historiques[26], ni à l'inventaire général du patrimoine culturel[27].

Autres lieux et monumentsModifier

On peut également citer :

  • la résidence du Fenestreau (privée) ;
  • l'église Saint-Hilaire.

Patrimoine naturelModifier

La côte sauvageModifier

La commune de Château-d'Olonne présente la particularité de disposer à la fois d'une plage de sable et d'une côte rocheuse très découpée :

Cet ensemble est parcouru par un cheminement cyclo-piéton.


Personnalités liées à la communeModifier

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. EHESS, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, Notice communale du Château-d'Olonne, consultée le 4 juillet 2013
    Bien que le nom initial de la commune soit « Le Château-d'Olonne » tel que reporté sur la carte de Cassini (aller voir), il est orthographié par erreur « Chateau d'Ollonne » en 1793 (an II) selon le recensement réalisé sur l’ensemble du territoire français de l’époque. Puis, il est orthographié « Le Château-d'Olonne » et « Château-d'Olonne » en 1801 selon les « Arrêtés de réduction des justices de paix » (actes publiés au bulletin des lois) constituant la première nomenclature officielle des circonscriptions administratives de la France contemporaine. L'INSEE a retenu la graphie « Château-d'Olonne » dans le Code officiel géographique de la République française, [lire en ligne] pour les statistiques officielles, toutefois les documents municipaux et d'autres agences de l'État utilisent le nom « Le Château-d'Olonne ».
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

InseeModifier

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.

Autres sourcesModifier

  1. « Commune 15488 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  2. « Château-d’Olonne », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Jean-Loïc Le Quellec, Dictionnaire des noms de lieux de la Vendée, La Crèche, Geste Éditions, coll. « Geste Poche » (no 14), , 3e éd. (1re éd. 1995), 443 p. (ISBN 2-84561-263-X), p. 94.
  5. Fusion des communes : Le Château-d'Olonne dit "oui", Ouest-France, 11 décembre 2016
  6. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  7. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées chat
  8. De 1790 à aujourd'hui, les maires du Château d'Olonne, sur lechateaudolonne.fr
  9. Mémoires de nos maires, Castel info n° 49, p. 15, janvier 2018
  10. a et b « Hommage aux maires décédés pendant leur mandat », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  11. « Le sous-préfet décore le maire lors de la cérémonie des vœux », Ouest-France,‎ .
  12. « Clinique : Jean-Yves Burnaud passe la main », Ouest-France,‎ .
  13. « Joël Mercier installé dans son fauteuil de maire », Ouest-France,‎ .
  14. Marylise Kerjouan, « Coup de tonnerre après la fusion aux Sables », Ouest-France,‎ .
  15. Laurence Monard, « Yannick Moreau a “la fusion heureuse” », Ouest-France,‎ .
  16. Franck Hermel, « La ville nouvelle des Sables-d’Olonne n’aura plus de maires délégués », Le Journal des Sables,‎ (lire en ligne).
  17. Jean-Marie Le Provost, « Le conseil tire un trait sur Olonne et Le Château », Ouest-France,‎ .
  18. « Je recherche une ville ou un village », sur le site du concours des villes et villages fleuris (consulté le 21 février 2014).
  19. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 21 février 2014).
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  22. « Résultats du recensement de la population du Château-d'Olonne en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 2 juin 2013).
  23. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 12 mai 2011).
  24. « Abbaye Saint-Jean d'Orbestier », notice no PA00110068, base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. « Liste des lieux et monuments de la commune de Château-d'Olonne à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture
  26. « Liste des objets historiques de la commune de Château-d'Olonne », base Palissy, ministère français de la Culture
  27. « Liste des objets de la commune de Château-d'Olonne à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture