Calendrier liturgique romain

calendrier liturgique du rite romain de l'Église catholique
(Redirigé depuis Calendrier romain général)

Le calendrier liturgique romain ou calendrier romain général est le calendrier liturgique du rite romain de l'Église catholique indiquant les célébrations liturgiques associées à chaque jour de l'année.

Missel romain de 2008.

L'actuelle forme du calendrier romain général lui a été donnée par le motu proprio Mysterii paschalis publié en 1969 par le pape Paul VI et par les modifications faites par ses successeurs.

Calendrier actuelModifier

L'actuelle forme du calendrier romain général lui a été donnée initialement par le motu proprio Mysterii paschalis publié en 1969 par le pape Paul VI[1], et a été modifiée au fil des ans successifs.

Quatre nouvelles fêtes de dévotion sont entrées dans le calendrier : le Nom de Jésus (3 janvier), Notre-Dame de Fatima (13 mai), le Nom de Marie (12 septembre), Notre-Dame de Guadalupe (12 décembre). On pourrait ajouter le souvenir de Notre-Dame des Douleurs le vendredi précédant le dimanche des Rameaux avec une collecte alternative.[2]

La plus récente révision majeure incorporée dans le Missel romain remonte à 2002 (troisième édition), mais par la suite d'autres changements ont été apportés au rythme d'un changement tous les deux ans[3]. Parmi ces inclusions récentes, on peut citer les récents papes Jean XXIII, Paul VI et Jean-Paul II, qui ont eux-mêmes modifié le calendrier de leur vivant.

StructureModifier

Le calendrier liturgique romain incorpore un cycle hebdomadaire centré sur le dimanche et un cycle annuel centré sur Pâques, auxquels on peut ajouter les fêtes dont les dates ne sont déterminées ni par la semaine ni par la date de Pâques mais par le calendrier civil[4]

Le concile Vatican II a décrété que le jour dominical est « le jour de fête primordial […] le fondement et le noyau de toute l’année liturgique[5]». Il a aussi déclaré : « Chaque semaine, au jour qu’elle a appelé "jour du Seigneur", elle [l'Église] fait mémoire de la résurrection du Seigneur, qu’elle célèbre encore une fois par an, en même temps que sa bienheureuse passion, par la grande solennité de Pâques[6]».

Ces principes sont réaffirmés dans les normes universelles de l'année liturgique édictées après par le Saint-Siège[7].

Cycle annuelModifier

Sous l'aspect annuel, le calendrier liturgique romain est basé sur deux cycles[8] :

  • cycle temporal : cycle principal centré sur les grands événements de la vie de Jésus ;
  • cycle sanctoral : cycle secondaire consacré aux fêtes des saints.
Cycle temporalModifier

Le cycle temporal est organisé en différentes périodes appelées temps liturgiques[9] :

Dans le calendrier liturgique romain, l'année liturgique commence le premier dimanche de l'Avent et s’achève le jour de la fête du fête du Christ-Roi[12].

Les lectures de la messe sont organisées en deux cycles, un pour les dimanches et l'autre pour les jours de semaine[13]

Le cycle des dimanches est divisé en trois années, étiquetées A, B et C. Dans l'année A, on lit principalement l'évangile selon Matthieu. En année B, on lit dans le temps ordinaire l'évangile selon Marc et le chapitre 6 de l'évangile selon Jean. En année C, on lit l'évangile selon Luc. L'évangile selon Jean est lu pendant la saison de Pâques au cours des trois années. La première lecture, généralement de l'Ancien Testament, reflète des thèmes importants de la lecture de l'Évangile. La deuxième lecture est généralement tirée de l'une des épîtres, lettres écrites à une communauté de l'Église primitive. Ces lettres sont lues en semi-continu (c'est-à-dire que certains passages ne sont pas lus). Chaque dimanche, on reprend près de là où on s'est arrêté le dimanche précédent[13],[8],[12]

Le cycle de la semaine est divisé en deux années, l'année I et l'année II. L'année I est lue les années impaires et l'année II les années paires. Les évangiles des deux années sont les mêmes. Au cours de l'année, les évangiles sont lus de manière semi-continue, en commençant par Marc, puis en passant à Matthieu et Luc. L'évangile selon Jean est lu pendant la saison de Pâques. Pour l'Avent, Noël et le Carême, les lectures sont choisies en fonction de la saison. La première lecture en semaine peut être tirée de l'Ancien ou du Nouveau Testament. En règle générale, un seul livre est lu de manière semi-continue, jusqu'à ce qu'il soit terminé, puis un nouveau livre est commencé[13].

Cycle sanctoralModifier

Le cycle sanctoral du calendrier romain général indique les fêtes des saints ainsi que les fêtes et solennités liées à la Vierge Marie et sont, en général, des dates fixes[14]. La mémoire obligatoire de la Vierge Marie, Mère de l'Église le lundi après la Pentecôte[15],[16].

L'édition actuelle (2002) du Missel romain prévoit l'annonce, après la proclamation de l'Évangile dans la messe de l'Épiphanie, des dates des fêtes mobiles de l'année[17]. Une fête est dite mobile quand elle ne tombe pas à date fixe : c’est le cas de toutes celles dépendant du cycle pascal (Pâques, Ascension, Pentecôte, Fête-Dieu)[18]. Elles dépendent de la date de Pâques, fixée selon le comput ecclésiastique au premier dimanche qui suit la première pleine lune après l'équinoxe de printemps.

On les distingue des fêtes fixes du calendrier liturgique romain, qui sont liées à des dates déterminées du calendrier civil (actuellement le calendrier grégorien du pape Grégoire XIII).

Conformément au décret du concile Vatican II, le calendrier liturgique du rite romain distingue les fêtes générales (qui doivent être célébrées dans le monde entier, et qui sont au nombre de 180 environ), des fêtes dites particulières[19],[14]. Le calendrier général est pour l’usage de tout le rite romain, le particulier pour l’usage d’une Église particulière ou d’une famille religieuse. Les calendriers particuliers, approuvés par le Saint-Siège, contiennent des célébrations spécialement propres, par exemple d'un continent ou région géographique, un pays, un diocèse, une Église locale, une congrégation ou une famille religieuse, s'harmonisant d’une façon opportune avec le cycle général[20],[21].

Rang des célébrationsModifier

Le calendrier précise pour chaque célébration liturgique son rang selon le degré d'importance accordé par le rite romain à l'événement ou au saint qui est célébré[21],[22] :

  • les 18 solennités, dont la célébration commence la veille au soir avec les premières vêpres et la formule de la messe comprend trois lectures, la récitation du Gloire à Dieu et du Credo, et des lectures et oraisons propres ;
  • les 52 ou 53 dimanches, dont chacun est considéré le premier jour de la semaine, le jour du Seigneur et la fête primordiale : chaque dimanche est une petite Pâques soulignant que le mystère pascal est le point central de toute l'année liturgique, et commence la veille au soir, et la messe est à trois lectures, avec Gloire à Dieu et Credo sont priés, et avec des lectures et des oraisons propres ;
  • les 27 fêtes, célébrées dans un jour naturel sans premières vêpres (à moins que certaines fêtes de notre Seigneur ne tombent le dimanche) et dont la messe a généralement deux lectures (trois dans une fête de notre Seigneur qui tombe le dimanche) communes ou propres et des oraisons propres et avecGloire à Dieu ;
  • les mémoires, dont la célébration de certaines, qualifiées comme facultatives, n'est pas obligatoire, Les lectures du jour peuvent être utilisées, à moins qu'il n'y ait des lectures spécifiques qui mentionnent le saint célébré[23].

Le rang de chaque célébration permet de déterminer laquelle doit être retenue pour la liturgie, par exemple dans le cas où une fête mobile et une fête fixe tombent le même jour[24].

Critères de formation du sanctoralModifier

Le commentaire qui accompagnait la publication de l'actuel calendrier liturgique romain[25],[2] indique que le sanctoral du calendrier a été formé sur la base de cinq critères :

  • Examen critique des hagiographies traditionnelles de certains saints. On a donc exclu certains à propos desquels il y a de graves difficultés historiques, mais néanmoins on a conservé la mention de Sainte Cécile de Rome à cause de la dévotion populaire. Parmi les martyrs romains qui ont certainement existé mais dont on ne sait rien d'autre que le nom et le lieu et la date anniversaire de l'inhumation, il fallait choisir qui omettre et qui garder. On a aussi retiré du calendrier les noms de supposés saints qui semblent plutôt avoir été les propriétaires de bâtiments privés transformés en lieux de culte paléochrétien (les tituli ou domus ecclesiae). Ici aussi une exception a été faite pour Sainte Cécile.
  • Choix des saints d'importance majeure. Alors que personne ne doute que des saints tels que les quatre grands docteurs de l'Église doivent être inclus dans le sanctoral, le choix des autres a été influencé par des facteurs tels que l'établissement d'un équilibre chronologique et géographique, laissant la célébration des autres à des calendriers particuliers, plutôt qu'au calendrier romain général. Le nombre de papes et de martyrs non romains commémorés a été diminué, gardant les martyrs antiques les plus célèbres et ceux dont le culte est le plus populaire à Rome et ailleurs et les martyrs médiévaux et modernes les plus connus. Parmi les saints non martyrs, 33 mentionnés dans l'édition du sanctoral immédiatement précédente ne se trouvent plus dans le calendrier liturgique romain.
  • Révision des jours de célébration, pour faire correspondre, selon les possibilités, le jour de fête au jour de naissance au ciel. Si ceci n'était pas possible, le jour immédiatement avant ou après a été choisi ; ou le jour de la translation du corps, de la dédicace d'une église élevée en son honneur, ou de son ordination ; ou la date à laquelle un saint oriental est célébré dans l'Église à laquelle il appartenait.
  • « Universalisation » du calendrier par l'inscription de saints des divers continents et régions, parmi lesquels les martyrs du Japon, d'Amérique du Nord, d'Ouganda, du Vietnam, de Chine.

HistoireModifier

Rite pré-tridentinModifier

Depuis les premiers siècles chrétiens, le calendrier de la Église romaine célébrait le dimanche et les principales fêtes telles que Pâques et aussi, chaque année le dies natalis de ses martyrs. À la fin du IVe siècle, le calendrier romain était presque complet. La documentation sur la dévotion aux martyrs à Rome, telle qu'elle apparaît dans les calendriers romains de la fin du Moyen Âge au XIIIe siècle, continue de témoigner qu'à Rome seules les fêtes romaines authentiques étaient admises et que normalement chaque Église célébrait les fêtes de ses propres martyrs. Un Ordo Romanus du XIIe siècle nous apprend que le pape se rendait régulièrement aux stationes dont la liste a été conservée encore dans les éditions tridentines du Missel romain[26].

Pie VModifier

Avant la publication par le Saint-Siège en 1570 du premier Missel romain officiel, de nombreuses éditions de ce que l'on signalait comme étant la forme de la messe à la Curie romaine étaient imprimées sur initiative privée. La première édition connue portant le titre Missale romanum a été réalisée à Milan en 1474, c'est-à-dire à peine 24 ans après l'invention de l'imprimerie et 4 ans après le premier livre imprimé en France. La production de ce livre a inspiré plusieurs autres éditeurs à publier leurs propres éditions. De 1474 à la publication de 1570 près d'un siècle s'est écoulé. Durant cette période au moins 14 autres éditions paraissent : dix à Venise, trois à Paris et une à Lyon[27]. Faute d'un organe de contrôle sur leur qualité, ils ont subi plusieurs modifications de la part des éditeurs, dont certaines ne sont pas négligeables[28].

Dans sa révision en 1570 du rite romain de la messe, le pape Pie V a réduit fortement à 158 le nombre de saints vénérés dans le calendrier liturgique. On note l'absence de beaucoup de saints d'époques antérieures, par exemple, Patrick d'Irlande, François de Paule, Bernardin de Sienne, Antoine de Padoue, Anne, Joachim, Élisabeth de Hongrie. Cette réduction a été rapidement annulée : au début du XXe siècle, le calendrier général contenait 230 fêtes et certains calendriers diocésains ajoutaient plus de 100 fêtes propres[29],[30]. Dans le calendrier de Pie V, la fête du 8 décembre s'appelle « Conception de la bienheureuse Marie », sans l'adjectif « Immaculée »[30]. Elle a repris l'adjectif « Immaculée » en 1854[31]. Pie V n'a retenu que deux fêtes de dévotion : Fête-Dieu (1264) et Fête de la Sainte Trinité (1334)[32].

XXe siècleModifier

Les principales modifications du calendrier général romain qui ont eu lieu au XXe siècle sont les suivantes :

  • 1951 : restauration dans le calendrier de la vigile pascale par Pie XII[33] ;
  • 1955 : restauration dans le calendrier de la totalité de la semaine sainte par Pie XII[33] ;
  • 1960 : institution d'un nouveau calendrier général (calendrier romain général (1960)) ;
  • 1969 : institution d'un nouveau calendrier général, qui avec de successives modifications mineures est le calendrier liturgique romain actuel.

Notes et référencesModifier

  1. (la) Le motu proprio Mysterii paschalis sur le site du Vatican
  2. a et b José Antonio Goñi Beásoain de Paulorena, Origine ed evoluzione del Calendario romano. dans Rivista Liturgica, 102 (2015), pp. 417-451
  3. (en) « Liturgical Year and Calendar | USCCB », sur www.usccb.org (consulté le )
  4. Marcel Metzger, Année, ou bien cycle liturgique dans Revue des sciences religieuses, année 1993 67-1 pp. 85-96
  5. Sacrosanctum Concilium. 106
  6. Sacrosanctum Concilium, 102]
  7. Normes universelles de l'Année liturgique et du Calendrier, 1–4, sur le site cérémoniaire.net
  8. a et b « Le calendrier liturgique », sur oise.catholique.fr
  9. Normes universelles de l'Année liturgique et du Calendrier, 17–42, sur le site cérémoniaire.net
  10. Normes universelles de l'Année liturgique et du Calendrier, 28
  11. Normes universelles de l'Année liturgique et du Calendrier, 19
  12. a et b « Calendriers liturgiques », sur liturgie.catholique.fr
  13. a b et c « Questions about the Scriptures used during Mass », sur www.usccb.org (consulté le )
  14. a et b « Guide des fêtes chrétiennes », sur hozana.org
  15. Le décret Laetitia plena en français.
  16. «Marie Mère de l'Église» célébrée le lundi après la Pentecôte sur VaticanNews.Va
  17. L'Annonce des Fêtes mobiles le jour de l'Épiphanie, sur le site cérémoniaire.net
  18. Le temps en liturgie, sur le site de l'Insitute de recherche et d'histoire des textes
  19. Le calendrier romain général sur le site la fête du jour
  20. 52 Le calendrier et les célébrations qui doivent y être inscrites, sur le site cérémoniaire.net
  21. a et b « Fêtes, solennités, mémoires … les degrés des célébrations liturgiques », sur liturgie.catholique.fr
  22. « Solennités, fêtes, mémoires : les différentes célébrations liturgiques dans l'Église catholique », sur hozana.org
  23. Jennifer Gregory Miller, Prioritizing the Liturgical Calendar: Part 1.5, Keeping Track of the Feasts, dans Catholic Culture du 27 juillet 2018
  24. « De la préséance des célébrations liturgiques », sur liturgie.catholique.fr
  25. Calendarium Romanum ex decreto sacrosancti oecumenici Concilii Vaticani II instauratum auctoritate Pauli PP. VI promulgatum, Typis Polyglottis Vaticanis, 1969, pp. 65–75
  26. (en)Mario Lessi Ariosto, Devotion to the Martyrs in the Roman Liturgy, dans le site du Vatican
  27. (it) Manlio Sodi et Achille Maria Triacca, Missale Romanum : Editio Princeps (1570) (Libreria Editrice Vaticana 1998), p. XV
  28. (it) Łukasz Celiński, "Per una rilettura della storia della formazione e dello sviluppo del Messale Romano. Il caso del Messale di Clemente V." dans Ecclesia Orans 33 (2016) 383-404 (p. 15 de l'extrait)
  29. Adolf Adam, The Liturgical Year: Its History & Its Meaning After the Reform of the Liturgy, Liturgical Press, 1990, p. 209
  30. a et b Paul Cavendish, The Tridentine Mass
  31. John Dowden, The Church Year and Kalendar, Cambridge University Press, 1910, p. 52
  32. Calendarium Romanum ex decreto sacrosancti oecumenici Concilii Vaticani II instauratum auctoritate Pauli PP. VI promulgatum (Typis Polyglottis Vaticanis 1969), pp. 65–75
  33. a et b « La réforme liturgique de la Vigile pascale et de la Semaine sainte sous Pie XII », sur liturgie.catholique.fr

Articles connexesModifier

Bibliographie complémentaireModifier

  • Odo Casel, La fête de Pâques dans l'Église des Pères (Lex orandi, 37), Paris, Cerf, 1963.
  • Jean Chelini, Le calendrier chrétien : cadre de notre identité culturelle. Paris: Picard, 2007.
  • Hélène Bénichon, Fêtes et calendriers. Les rythmes du temps, Paris 1992.
  • Arnaud Join-Lambert, "Quel sens pour les fêtes chrétiennes ?", in : Études, no 4123 (mars 2010), p. 355-364.
  • Pierre Jounel, Le dimanche. Paris 1990 (L’horizon du croyant 12).
  • Pierre Jounel, Le renouveau du culte des Saints dans la liturgie romaine. Roma 1986 (Bibl. Ephemerides Liturgicae, Collectio Subsidia, 36).
  • Robert Le Gall, "Année liturgique et vie spirituelle", in : La Maison Dieu no 195 (1993) p. 197-210
  • Thomas J. Talley, Les origines de l'année liturgique. Paris, Cerf, 1990 (Liturgie 1).
  • Jean-Baptiste Lebigue, "Rits et couleurs. Acronymie et chromonomie des calendriers liturgiques au Moyen Âge", in : Le manuscrit enluminé. Études réunies en hommage à Patricia Stirnemann, dir. Claudia Rabel, Paris : Le Léopard d'or, 2014 (Cahiers du Léopard d'or, 16), p. 39-73.

Liens externesModifier