Bibliothèque apostolique vaticane

bibliothèque d'État du Vatican
(Redirigé depuis Bibliothèque vaticane)

Bibliothèque apostolique vaticane
Image illustrative de l'article Bibliothèque apostolique vaticane
La salle Sixtine de la Bibliothèque apostolique vaticane.
Présentation
Coordonnées 41° 54′ 17″ nord, 12° 27′ 16″ est
Pays Drapeau du Vatican Vatican
Ville Cité du Vatican
Fondation 1475
Informations
Site web http://www.vaticanlibrary.va/
Nombre de livres + de 1 600 000
Géolocalisation sur la carte : Vatican
Bibliothèque apostolique vaticane

La Bibliothèque apostolique vaticane ou BAV (en latin : Bibliotheca Apostolica Vaticana), appelée communément la Bibliothèque vaticane ou la Vaticane, située à Rome, est l'une des plus anciennes bibliothèques du monde. C'est la bibliothèque d'État, publique, du Saint-Siège. Elle continue d'être alimentée en tant que bibliothèque universelle, mais est surtout célèbre pour ses collections de manuscrits de toutes les époques.

Son but est de « conserver les livres et les manuscrits, les actes des souverains pontifes et des dicastères de la Curie romaine, et de les transmettre à travers les siècles » et surtout de « mettre à la disposition du Saint-Siège et des chercheurs du monde entier les trésors de culture et d'art » dont elle est l'écrin (Jean-Paul II[1]).

HistoireModifier

Probablement à partir du IVe siècle et jusqu'au bas Moyen Âge, la papauté a eu plusieurs bibliothèques et aussi d'une chancellerie, qui tenait place d'archive. Mais les bibliothèques ont disparu, pratiquement sans laisser de trace. Les plus anciens témoignages mentionnent une bibliothèque située dans l’ancienne église Saint-Pierre au VIIe siècle. Cependant, l’état pitoyable des lieux aurait rendu la bibliothèque inutilisable[2]. Fondée à l'époque de la Renaissance, la Bibliothèque vaticane a donné au cours de l'histoire naissance aux archives secrètes du Vatican (« secrètes » au sens latin de « privées »). Plusieurs papes y ont consacré des moyens et un intérêt soutenus, à commencer par son fondateur, Nicolas V, qui commence à constituer un fonds vers 1450. Il est un érudit et bibliophile et l'un de ses premiers projets consiste à réorganiser la conservation des livres du Vatican dont la collection s'élevait à 340 manuscrits anciens. Par le biais de la bibliothèque, Nicolas V cherchait à accueillir humanistes et savants à une époque où l'imprimerie n'avait pas encore été inventée. Il envoie des émissaires en Allemagne, au Danemark et en Grèce afin qu'ils se procurent tous les manuscrits qu'ils trouveront. De plus, il envoie des traducteurs et copistes travailler dans les églises et monastères. À sa mort, la bibliothèque regroupe alors 1 200 manuscrits[2].

D'importants travaux d'agrandissement ont été entrepris sous Sixte IV, Sixte V, Paul V, Léon XIII et Pie XI. Lors de ces travaux, la structure est partagée en trois sections pour la conservation des manuscrits grecs (Bibliotheca graeca), latins (Bibliotheca latina) et précieux (Bibliotheca secreta). Par la suite, on ajouta une salle pour la conservation des archives pontificales (Bibliotheca pontificia).

Différents artistes participent à la décoration des salles, dont Melozzo de Forlì, Davide Ghirlandaio et Domenico Ghirlandaio.

La bibliothèque est institutionnalisée en 1475 sous le pontificat de Sixte IV[3].

Sous Sixte V, devant l'insuffisance des espaces pour accueillir et conserver tous les nouveaux documents, l'architecte Domenico Fontana est chargé de la construction d'un nouvel édifice. La salle la plus importante est le Salone Sistino (Salle Sixtine, du nom du pape Sixte V), qui est jusqu'au XIXe siècle la salle de consultation et de conservation des manuscrits. Elle est ornée de fresques réalisées sur les thèmes du livre, des conciles et des grands actes du pontificat de Sixte V. La bibliothèque apostolique s'enrichit alors de nombre de manuscrits précieux provenant de collections comme celle des comtes palatins du Rhin[4], celle de la bibliothèque de la reine Christine de Suède qu'elle lègue au Saint-Siège [5], du duc D'Urbino Frédéric III de Montefeltro[6], et de grandes familles romaines comme les Borghese[7] et les Barberini[8].

Plusieurs salles, outre les deux salles Sixtines, s'ajoutent pour l'archivage des collections :

  • Les deux salles Paulines, sous le pontificat du pape Paul V ;
  • L'immense galerie d'Urbain VIII ;
  • La salle Alexandrine sous le pontificat du pape Alexandre VIII ;
  • Les trois galeries Clémentines sous le pontificat de pape Clément XII.

Pendant la Révolution française, le traité de Tolentino organise l'envoi de 500 manuscrits de la Vaticane en France. Puis, sous la République romaine, après un épisode de pillage par les troupes françaises, les administrateurs français transfèrent diverses collections à Paris[9]. En 1811, la bibliothèque est déclarée propriété de la Couronne impériale. Sous la direction de Martial-Noël-Pierre Daru, cette courte période est marquée cette fois par l'arrivée à la bibliothèque de collections d'ordres religieux masculins supprimés, soit environ 20 000 volumes, dont certains seront toutefois restitués. Quant aux collections envoyées en France, la plupart est restituée après le Congrès de Vienne, sous l'autorité d'Antonio Canova, mais plusieurs manuscrits portent encore le cachet de la Bibliothèque nationale de France[10].

Travaux de rénovationModifier

En , la bibliothèque ferme pour trois ans, en raison d'importants travaux de restructuration du bâtiment[11] et de restauration des fresques pour un coût total de 25 millions d'euros. Le personnel en profite pour accélérer l'informatisation de l'ensemble des catalogues et procéder à la reproduction de certains manuscrits. Chaque livre a été équipé d'un dispositif électronique pour le retrouver facilement. La bibliothèque a rouvert le [12].

Le pape Benoit XVI et le préfet Mgr Cesare Pasini ont supervisé les travaux afin que la bibliothèque entre dans le XXIe siècle. Parmi les améliorations apportées, notons l’installation de la fibre optique et d’Internet à haute vitesse ainsi que l’ajout d’un monte-charge pour faciliter le transport des documents entre les étages, les voûtes, les laboratoires et les salles de rédaction. Un bunker accueille les manuscrits anciens sous la cour intérieure, la Cortile della Bibliotheca. De plus, les visiteurs doivent maintenant détenir une carte électronique qui piste leurs déplacements[13]. Les salles et couloirs totalisant 14 000 m2 ont été rénovés en essayant de conserver le plan d’origine. À la suite des travaux, il faudra compter six mois pour que les ouvrages reprennent leur place sur les rayonnages[14].

Visite de MontaigneModifier

 
Le Virgile romain avec portrait de Virgile (folio 14 recto).

Montaigne visite la Bibliothèque du Vatican le et en laisse une description détaillée dans son Journal, car il a la possibilité de consulter des manuscrits ou imprimés qu'il estimait. Il peut ainsi admirer entre autres l'un des exemplaires des plus anciens des Déclamations de Sénèque l'Ancien, copié au milieu du IXe siècle à l'abbaye de Corbie et même un « livre de Chine[15] ». Ce document est l'actuel Codex Vat. estr. or. 66, intitulé Le Sommaire du miroir historique de l'époque des Ming. Montaigne lit également le Sacramentaire grégorien qu'il estime de la main du pape saint Grégoire et révèle qu'il a été porté au dernier Concile de Trente. Il déclare que le manuscrit des Sermones dominicales (XIVe siècle) présente des notes (attribuées à l'époque à la main de saint Thomas d'Aquin) qui sont rédigées d'une écriture pire que la sienne. Il tient également à consulter la nouvelle Bible polyglotte d'Anvers, imprimée en huit tomes entre 1569 et 1572, dont l'exemplaire qu'il consulte est dédicacé par Philippe II à Grégoire XIII. Montaigne tient également à voir un codex byzantin des Actes des Apôtres du XIIIe siècle (cote Vat. gr. 1208) et le fameux Vat. lat. 3867, ou Virgile romain, manuscrit des textes de Virgile datant du Ve siècle et qui appartenait au Moyen Âge à l'abbaye de Saint-Denis.

Accès à la bibliothèqueModifier

Le grand public n’est pas autorisé à fréquenter la bibliothèque. L’accès à la Bibliothèque vaticane est réservé aux chercheurs autorisés ayant déjà obtenu un doctorat et recommandés par une autorité académique, ce qui représente annuellement entre 1 400 et 1 500 personnes à la BAV et 2 000 personnes aux Archives. Ce nombre devrait rester stable puisque la numérisation des manuscrits et la mise en ligne gratuite permet un accès à distance[16]. En 2002, ce sont 4 204 personnes de 50 nationalités qui ont totalisé 25 549 présences journalières. Parmi les domaines de recherche, figurent l’histoire de l’art, la philologie classique, histoires de la littérature médiévale et la paléographie[17]. La bibliothèque dispose également d’un bunker de 800 m2, dans les sous-sols, pour les pièces les plus précieuses de la collection, tel, par exemple, le papyrus remontant à l’an 200, comportant les évangiles presque complets de S. Luc et de S. Jean[12]. La bibliothèque est accessible aux chercheurs peu importe leur provenance et leurs convictions religieuses. La bibliothèque compte une centaine d’employés[13].

CollectionsModifier

 
Une page d'un évangile syriaque (Vaticanus syriacus 559), copié aux environs de 1220 à Mossoul et qui montre une forte influence de l'art islamique.

La Bibliothèque vaticane conserve près de 1 600 000 livres antiques et modernes, 8 300 incunables dont plusieurs dizaines en parchemin, plus de 150 000 manuscrits et documents d'archives, sans compter 100 000 estampes et gravures, 300 000 monnaies et médailles et un certain nombre d'objets d’art. Cela représente 54 kilomètres de rayonnage[16].

Ses collections contiennent des ouvrages exceptionnels, pour certains richement enluminés. Parmi les plus célèbres, citons le codex vaticanus, l'un des plus anciens exemplaires de la Bible connu, le sacramentaire gélasien, livre liturgique mérovingien, l’évangéliaire de Lorsch, un manuscrit carolingien, l’évangéliaire Barberini, manuscrit médiéval irlandais, De arte venandi cum avibus, un manuel de fauconnerie du XIIIe siècle, le Codex Borgia, un manuscrit mixtèque ou tlaxcaltèque, un exemplaire sur vélin de la Bible de Gutenberg, etc.

Une exposition en 2012 a permis de découvrir certaines de ces pièces uniques à l'occasion du 400e anniversaire de la création des Archives secrètes du Vatican[18].

Désormais, les acquisitions sont constituées principalement de dons. Par exemple, en 1959, le général de Gaulle offrit à Jean XXIII une Bible du XIVe siècle, réalisée à Naples pour la Maison d’Anjou. En 1969, Martin Bodmer, un collectionneur suisse protestant fit don à la bibliothèque d’un papyrus du IIIe siècle comportant les épîtres de Pierre[17]. La bibliothèque a récemment reçu en don le papyrus Bodmer XIV-XV (aussi appelé Hanna 1 en référence au donateur). Ce texte rédigé en grec et daté entre les années 180 et 220 est le texte du Nouveau Testament le plus ancien connu à ce jour. Il fut découvert dans la Moyenne-Égypte vers 1950 et il comprend une partie des évangiles de Luc et de Jean. Au fil du temps, la moitié des écrits s'est égaré et il ne reste que 54 feuilles sur plus de soixante-dix. Celles-ci sont protégées entre des lames de verre[16].

 
Bibliothèque vaticane, galerie Pie VI

OrganisationModifier

La Bibliothèque est dirigée par un préfet apostolique, actuellement Mgr Cesare Pasini, et un vice-préfet, Mgr Ambrogio Piazzoni, sous l'autorité de Mgr José Tolentino de Mendonça, archiviste et bibliothécaire, qui a remplacé Mgr Jean-Louis Bruguès le 1er septembre 2018.

Liste des bibliothécairesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Discours, 15 janvier 1999.
  2. a et b Guillaume de Laubier, Bibliothèques du monde, Éditions de La Martinière, , 248 p. (ISBN 9782732427454), p. 62
  3. Voir le site officiel de la Vaticane.
  4. Ambrogio M. Piazzoni, « La création de la Bibliothèque apostolique vaticane », dans La bibliothèque du Vatican, 2012, p. 9-146, spécialement p. 50.
  5. Ambrogio M. Piazzoni, « La création de la Bibliothèque apostolique vaticane », p. 75.
  6. Ambrogio M. Piazzoni, « La création de la Bibliothèque apostolique vaticane », p. 50.
  7. Ambrogio M. Piazzoni, « La création de la Bibliothèque apostolique vaticane », p. 108.
  8. Ambrogio M. Piazzoni, « La création de la Bibliothèque apostolique vaticane », p. 119.
  9. Ambrogio M. Piazzoni, « La création de la Bibliothèque apostolique vaticane », p. 97.
  10. Ambrogio M. Piazzoni, « La création de la Bibliothèque apostolique vaticane », p. 100.
  11. Note dans Bibliothèque(s), mai 2007, p. 7.
  12. a et b AFP, « La vénérable Bibliothèque du Vatican au top de la modernité », sur lepoint.fr, (consulté le ).
  13. a et b Stéphane Baillargeon, « Au Vatican, une des plus vieilles bibliothèques du monde », Le Devoir,‎
  14. Philippe Ridet, « Le monde des bibliothèques. L'autre trésor du Vatican », Le Monde,‎ , p. LIV3 (lire en ligne)
  15. « J'ai vu un livre de Chine au caractère étranger, les feuilles d'une certaine matière bien plus délicate et fine que notre papier; et, comme ils ne tolèrent pas la teinture de l'encre, les livres sont écrits d'un seul côté de la feuille, et les feuilles sont toutes doubles et repliées sur le côté extérieur, où elles tiennent toutes ensemble. »
  16. a b et c Jean-Louis Bruguès, La Bibliothèque monde La Vaticane et les Archives secrètes, Paris, Les Editions du Cerf, , 200 p. (ISBN 978-2-204-11157-7), p. 22 et 58
  17. a et b Yves Pitette, « Fascinantes bibliothèques. Les trésors bien gardés de la « Vaticane » », La Croix,‎ , p. 12
  18. « Le Vatican dévoile ses "secrets" », sur lepoint.fr, (consulté le ).
  19. Wappen des Kardinals Scipione Borghese

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Jeanne Bignami Odier, La Bibliothèque vaticane de Sixte IV à Pie XI, Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, 1973 (Studi e testi)
  • Philippe Ridet, « L'autre trésor du Vatican », Le Monde, 24 juillet 2009, série d'été III (en ligne)
  • Ufficio Pubblicazioni Musei Vaticani, Les Musées du Vatican, Edizioni Musei Vaticani, 2010, p. 19-26, (ISBN 978-88-8271-208-2).
  • (it) Antonio Manfredi (dir.), Storia della Biblioteca Apostolica Vaticana, Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, 2010 →
    • Le origini della Biblioteca Vaticana tra umanesimo e rinascimento, 2010
    • La Biblioteca Vaticana tra riforma cattolica, crescita delle collezioni e nuovo edificio, 2012
    • La Vaticana nel Seicento (1590-1700) : una biblioteca delle biblioteche, 2014
    • La Biblioteca Vaticana e le arti nel secolo dei lumi (1700-1797), 2016
    • La Biblioteca Vaticana dall’occupazione francese all’ultimo papa re (1797-1878), 2020
  • (it) Francesco D'Aiuto et Paolo Vian (dir.), Guida ai fondi manoscritti, numismatici, a stampa della Biblioteca apostolica Vaticana, Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, 2011, 2 vol. (Studi e testi) (ISBN 978-88-210-0884-9).
  • Ambrogio M. Piazzoni, Antonio Manfredi, Dalma Frascarelli, préambule de Mgr Cesare Pasini, trad. fr. Blanche Bauchau, La Bibliothèque du Vatican, Città del Vaticano, Musei Vaticani / Libreria Editrice Vaticana ; Paris, Citadelles & Mazenod, 2012 (ISBN 978-2-85088-540-2)

Liens externesModifier