Bataille de Saint-Aubin-du-Cormier (1799)

Bataille de Saint-Aubin-du-Cormier
Description de cette image, également commentée ci-après
Ruines du château de Saint-Aubin
Informations générales
Date
Lieu Saint-Aubin-du-Cormier
Issue Victoire des Républicains
Belligérants
Flag of France.svg RépublicainsRoyal Standard of King Louis XIV.svg Chouans
Commandants
Azema †François-Gaspard de La Nougarède
Forces en présence
40 hommes initialement[1]
nombre des renforts inconnu
1 000 à 3 000 hommes
Pertes
11 morts
12 à 15 blessés
3 prisonniers[1]
3 morts au moins
4 blessés au moins[1]

Chouannerie

Coordonnées 48° 15′ 37″ nord, 1° 23′ 51″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
(Voir situation sur carte : Ille-et-Vilaine)
Bataille de Saint-Aubin-du-Cormier
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
(Voir situation sur carte : Bretagne)
Bataille de Saint-Aubin-du-Cormier
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Bataille de Saint-Aubin-du-Cormier

Le combat de Saint-Aubin-du-Cormier a lieu pendant la Chouannerie. Le , les Chouans attaquent le bourg défendu par les Républicains.

La batailleModifier

Les Chouans étaient commandés par le chevalier de La Nougarède[2], commandant des divisions de Vitré et Fougères. Leur nombre n’est pas connu mais selon les Républicains, leurs forces étaient importantes et, pour attaquer une petite ville comme Saint-Aubin, La Nougarède avait dû mobiliser une partie de ses troupes, soit peut-être autour de deux mille hommes. L’attaque commence, au matin du , par une embuscade contre un détachement de quarante hommes, les Républicains perdent sept hommes, dont Azéma le chef du détachement tandis que trois autres sont capturés. Talonnés par les Chouans qui se rendent maîtres des faubourgs, les survivants se réfugient à Saint-Aubin-du-Cormier. Les Bleus, renforcés par une partie des habitants, se retranchent dans les postes au centre de la ville et parviennent à tenir trois heures[1],[2]. Les Chouans finissent par renoncer et se replient. Selon le rapport de l'administrateur, le prêtre constitutionnel Coutard, les pertes des Républicains s’élevèrent à onze tués, douze à quinze blessés plus trois prisonniers. Celles des Chouans n'est pas connue, mais est d'au moins trois tués et quatre blessés[1],[2].

Rapport de l'administrateur Coutard sur le combat de Saint-Aubin-du-Cormier

BibliographieModifier

  • Théodore Lemas, Le district de Fougères pendant les Guerres de l'Ouest et de la Chouannerie 1793-1800, Rue des Scribes Éditions, , p. 313-314.
  • Christian Le Boutellier, La Révolution dans le Pays de Fougères, Société archéologique et historique de l'arrondissement de Fougères, , p. 678-680.

RéférencesModifier