Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ballon.
Ballons en latex lors d'une fête.

Un ballon ou ballon gonflable (parfois appelé « balloune » au Québec, une dérivation de l'anglais « balloon ») est un contenant léger et étanche destiné à être rempli de gaz, en général de l'air, parfois de l'hélium afin qu'il vole. Aujourd'hui ils sont considérés comme une source de pollution[1].

HistoireModifier

Le ballon de baudruche moderne a été inventé par le scientifique Michael Faraday en 1824[2] mais sa production de masse n'a commencé que dans les années 1930.

Types de ballonsModifier

Ballons de baudrucheModifier

 
Un ballon de baudruche dégonflé, ayant dépassé sa limite d'élasticité et présentant des déformations plastiques irréversibles.

Ces ballons sont utilisés comme jouet, comme élément décoratif. Ils sont généralement en latex ou en papier de soie, sauf certains modèles géants (de plus d'un mètre de diamètre) en chloroprène. Ce sont les ballons les plus répandus, ils sont généralement remplis d'air car ils sont poreux et, lorsqu'ils sont remplis avec de l'hélium, volent difficilement plus de 24 heures[réf. nécessaire]. Remplis d'eau, ils peuvent servir de bombes à eau.

Ballons de formeModifier

Les ballons de forme, qui permettent de faire des sculptures sont des ballons de latex en longueur, généralement gonflés avec une pompe à ballon ou un gonfleur électrique.

Ballons en nylon métalliséModifier

Ces ballons, beaucoup plus chers que les ballons en latex sont souvent appelés, à tort, ballons en Mylar ou en aluminium. Ils sont généralement remplis d'hélium et peuvent alors voler entre deux semaines et deux mois. Ces ballons ont une valve intégrée, ils n'ont pas besoin d'être fermés après avoir été gonflés.

ÉclatementModifier

La manière dont un ballon éclate a été étudiée par une équipe du CNRS car, l'explosion d'un ballon étant simple à filmer au ralenti, la fragmentation des ballons permet de comprendre les processus de fragmentation d'autres matériaux[3]. Ainsi, si un ballon en latex gonflé éclate au contact avec une aiguille, le ballon éclate en deux morceaux car la surface n'étant que « modérément tendue », une seule fissure va se propager à sa surface[3]. En revanche, si un ballon éclate parce qu'il est surgonflé, il va éclater en une multitude de morceaux : si une fissure s'y propage, elle atteint une vitesse limite et se divise en deux nouvelles fissures[3].

Source de pollutionModifier

Des centaines de milliers de ballons finissent perdus dans l'environnement où ils deviennent des déchets polluants, souvent retrouvés en mer ou sur les littoraux où ils peuvent être ingérés par des poissons, tortues, oiseaux[1]...

Depuis les années 2000, des efforts importants sont faits aux Pays-Bas pour interdire ou réduire les lâchers de ballons en raison de leurs impacts négatifs sur la nature et l'environnement. En 2014, le Parlement néerlandais a demandé au gouvernement de décourager les libérations de ballons dans tout le pays.

Des enquêtes ont montré une diminution des lâchers traditionnels de ballons orange le jour des rois, et des comptages annuels de déchets marins faits sur le littoral par la Fondation de la mer du Nord à la demande du Rijkswaterstaat (RWS, ministère néerlandais des transports et l'Environnement), ont montré que moins de ballons y sont retrouvés, mais il en reste néanmoins. En 2004-2012, le nombre de ballons retrouvés comme déchets sur les plages avait fortement augmenté, avant de significativement diminuer jusqu'à 2016, ce qui semble montrer une certaine efficacité des efforts de sensibilisation et réglementation[1]. Pour les années 2010-2010 la moyenne des débris de ballons reste néanmoins élevée : 12 à 13 ballons/déchet par 100 m de plage[réf. nécessaire].

L'ingestion de débris de ballons représente une cause de mortalité pour les oiseaux[4].

Culture populaireModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Trends in balloon litter on beaches in the Netherlands ; 5 Small facts about balloon debris, par le dr. JA (Jan Andries) van Franeker, 2018.
  2. Michael Faraday - Livre.inventeur.info (voir archive)
  3. a b et c « En combien de morceaux un ballon éclate-t-il ? », CNRS,
  4. Emeline Férard, « Les ballons seraient les déchets les plus mortels pour les oiseaux marins », sur Geo.fr, (consulté le 24 mai 2019)

Voir aussiModifier