Attentat de Ouagadougou (2016)

attaques terroristes en janvier 2016

Attentat de Ouagadougou
Image illustrative de l’article Attentat de Ouagadougou (2016)
L’hôtel Splendid en 2008.

Localisation Ouagadougou, Burkina Faso
Cible Civils étrangers
Coordonnées 12° 21′ 40″ nord, 1° 31′ 05″ ouest
Date (UTC+0)
Type Fusillade
Armes Armes automatiques
Morts 30[1]
Blessés 150[2],[3]
Participants 3 hommes
Organisations AQMI Flag.svg AQMI
Mouvance Terrorisme islamiste
Géolocalisation sur la carte : Afrique
(Voir situation sur carte : Afrique)
Attentat de Ouagadougou (2016)
Géolocalisation sur la carte : Burkina Faso
(Voir situation sur carte : Burkina Faso)
Attentat de Ouagadougou (2016)

L'attentat de Ouagadougou du a lieu lors de l'insurrection djihadiste au Burkina Faso. À 19 h 45[4], des hommes armés ont attaqué le bar Taxi Brousse, le restaurant Le Cappuccino et l'hôtel Splendid dans le centre de Ouagadougou, capitale du Burkina Faso. Ces lieux sont fréquentés principalement par des étrangers. L'attaque terroriste est revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI)[5]. À la suite de ces événements ont été décrétés trois jours de deuil national[6].

AttaqueModifier

 
Le café Cappuccino de nuit en 2012.

À 19 h 30 ou 19 h 45, un commando composé de trois hommes enturbannés, habillés comme des bergers peuls selon une rescapée, arrive à pied sur l'avenue « Kwame N'Krumah ». Équipés d'armes automatiques, les assaillants ouvrent le feu sur la terrasse du restaurant Le Cappuccino, fréquentés par beaucoup d'Occidentaux[7].

À 20 h 45, les terroristes sont aperçus devant l'hôtel Yibi, ils incendient des véhicules et tirent quelques coups de feu pour éloigner les badauds. Ils entrent ensuite dans le Splendid Hotel[7].

Jamais le Burkina Faso n'avait connu un attentat terroriste d'une telle ampleur et les forces de sécurité tardent à réagir. Elles arrivent sur place deux heures après le début des attaques, ses hommes sont très mal équipés et les différentes unités ont des problèmes de coordination. Faute de matériel, les gendarmes burkinabè doivent attendre l'arrivée des forces spéciales françaises venues du Mali, où elles sont engagées au sein de l'opération Barkhane[8].

À 22 h, les forces de sécurité burkinabè de l'USIGN (Unité spéciale d’intervention de la gendarmerie nationale) sont devant le Splendid Hotel et Le Cappuccino, en flammes, mais ordre est donné d'attendre les Français avant de donner l'assaut. Les sapeurs-pompiers interviennent et évacuent 30 blessés. À h 30, les forces spéciales françaises sont sur place[7],[9].

Cinquante hommes, Burkinabè et Français, participent à l'assaut sur le Splendid. Les Français sont en tête au rez-de-chaussée, puis les Burkinabè se répartissent les étages. Les fouilles durent de h à h 30. Mais les djihadistes ne sont plus à l'intérieur, ces derniers ouvrent le feu sur l'hôtel depuis l'extérieur, un soldat français est blessé à la jambe. Le Cappuccino et l'hôtel Yibi sont fouillés à leur tour, sans résultat. Les djihadistes changent plusieurs fois d'habits pour être plus discrets, ils se retranchent finalement dans le bar Taxi brousse. L'un d'entre eux en sort et ouvre le feu, mais il se retrouve face aux blindés burkinabè et aux forces spéciales françaises postées sur le toit du Splendid et il est aussitôt abattu. Vers h, les deux derniers djihadistes sortent à leur tour du Taxi brousse, et sont abattus[9].

Au total, l'attaque a fait 30 victimes, toutes tuées devant le restaurant Le Cappuccino, l'attaque à l'intérieur du Splendid fait également plusieurs blessés, mais aucun tué[7]. Une autre source mentionne un pompier tué à l'entrée de l'hôtel[10].

RevendicationModifier

L'attaque est revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et attribuée à la katiba Al-Mourabitoune[11]. Ce groupe, auparavant indépendant, avait rallié AQMI le [12]. Le 17 janvier, AQMI publie un communiqué détaillé sur l'attaque de Ouagadougou et donne notamment les noms de guerre des trois assaillants ; Al-Battar Al-Ansari, Abu Muhammad al-Buqali et Ahmed al-Fulani[13],[14].

Bilan des mortsModifier

Tableau récapitulatif des décès
Pays d'origine
Nombre de décès
Éventuelles remarques
  Burkina Faso 8[15]
  Canada 6[15] Les victimes sont quatre membres d'une famille de Lac-Beauport (Québec) et deux autres personnes de la région de Québec. Ils étaient allés bâtir une école au village de Langoussi[16].
  Ukraine 4[17]
  France 2 Deux Français et un Portugais vivant en France décédés étaient en mission pour leur société Scales, basée à Saint-Ouen-l'Aumône[18]. Leila Alaoui, une Franco-Marocaine blessée par balles à la terrasse du Cappuccino, meurt 3 jours plus tard[19].
  Suisse 2[15] Parmi les deux Suisses figurait l'ancien conseiller national et ancien directeur des PTT Jean-Noël Rey.
  Italie 1[20]
  Portugal 1[21]
  Maroc/ France 1[15] La photographe et vidéaste franco-marocaine Leila Alaoui succombe à ses blessures le 18 janvier[1].
  États-Unis 1[15]
  Pays-Bas 1[22] Une femme de 67 ans originaire de Krimpen aan den IJssel.
  Libye 1
Inconnus 2 Terroristes présumés.
Total 30

EnquêteModifier

Le bar-restaurant Le Cappuccino et l'hôtel Splendid, situés en plein centre de Ouagadougou et fréquentés par de nombreux expatriés, étaient des cibles connues pour les terroristes. Le commando avait réservé une chambre à l'hôtel et les trois hommes, à peine âgés d'une vingtaine d'années, avaient changé plusieurs fois leurs vêtements pour ne pas être repérés[23]. Le jour de l'attaque, ils auraient prié à la mosquée « des sunnites », proche des lieux des attaques.

Les enquêteurs sont convaincus que les assaillants ont été aidés de complices à l'intérieur de l'hôtel. Parmi les otages évacués dans la nuit vers le stade du 4-Août, au moins quatre hommes ont été interpellés, dont des étrangers. Ils auraient été filmés par des caméras de surveillance du Splendid en train de discuter avec les terroristes, avant les attentats[10].

Au mois de janvier 2017, un des organisateurs, Mimi Ould Baba Ould Cheikh, a été interpellé dans le nord du Mali. Celui-ci a confirmé que l'attentat avait été commandité par Mohamed Ould Nouini, adjoint de Mokhtar Belmokhtar, le responsable du groupe Al-Mourabitoune proche d’AQMI[24].

RéactionsModifier

NationalModifier

  •   Burkina Faso : le président de la République Roch Marc Christian Kaboré a annoncé dans une déclaration radiodiffusée qu'« à compter du dimanche , un deuil national de trois jours sera observé sur l'ensemble du territoire national et dans toutes les représentations diplomatiques et consulaires du Burkina Faso à l'étranger. […] Pour la première fois de notre histoire, notre pays a été victime d'une série d'attaques terroristes, barbares, ignobles, d'une ampleur sans précédent et d'une lâcheté inouïe. […] Devant ce lourd bilan humain que ces forces du mal ont infligé à notre peuple et à ses amis, la nation Burkinabé reste sous le choc. […] En ces moments difficiles pour la nation, je vous invite à être déterminés parce que notre engagement commun pour un Burkina démocratique et prospère est plus fort que jamais. », tout en invitant les populations à être vigilantes et à collaborer avec les forces de défense et de sécurité pour dénoncer toute personne ou situation suspecte.
  •   Burkina Faso : une marche silencieuse, la «chaîne de lumières», est initiée à Ouagadougou, via un appel sur les réseaux sociaux par un manager de musique, Walib Bara, et une journaliste, Raïssa Compaoré. Organisée une dizaine de jours après l'attentat, cette marche veut venir en soutien des victimes de l’attaque[25].

InternationalModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Burkina : le bilan de l’attentat s’élève à 30 morts après le décès de la photographe Leïla Alaoui, Jeune Afrique avec AFP, 19 janvier 2016.
  2. AFP, « Attentat au Burkina : 12 heures de siège dans Ouagadougou », sur Le Point, (consulté le ).
  3. « Déclaration du Quai d’Orsay (16 janvier, 15h) » (version du 6 février 2016 sur l'Internet Archive), sur Ambassade de France au Burkina Faso, .
  4. « Ce que l'on sait de l'attaque par des jihadistes d'un hôtel à Ouagadougou », sur France Info,
  5. « Burkina Faso : au moins vingt morts dans l’attaque terroriste d’AQMI à Ouagadougou », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  6. « Attaque terroriste de Ouagadougou: trois jours de deuil national », sur RFI, (consulté le ).
  7. a b c et d Philippe Chapleau, Ouagadougou: quelques témoignages sur l'assaut et la contre-attaque franco-burkinabé, Lignes de défense, 20 janvier 2016.
  8. Attaque de Ouagadougou : des forces de sécurité sous-équipées et mal coordonnées, SudOuest.fr avec AFP, 18 janvier 2016.
  9. a et b Morgane Le Cam, « Attaque d’AQMI à Ouagadougou : les assaillants ressemblaient à « des enfants » », Le Monde, (consulté le ).
  10. a et b Morgane Le Cam, « Le récit des attentats de Ouagadougou montre l’ampleur du « cafouillage » des autorités burkinabées », Le monde Afrique,‎ (lire en ligne)
  11. Agence France-Presse, AP, Reuters, « Une vingtaine de morts après l'attaque djihadiste de Ouagadougou », sur Le Figaro, (consulté le ).
  12. AFP, « Al-Qaëda au Maghreb islamique annonce le ralliement des Mourabitoune », sur L'Orient-Le Jour, (consulté le ).
  13. Romain Caillet, Burkina Faso : 1er communiqué détaillé d'#AQMI revendiquant l'attaque du Splendid à Ouagadougou, twitter, 17 janvier 2016.
  14. Attentat au Burkina : Aqmi publie la photo des assaillants de Ouagadougou, Le Point avec AFP, 18 janvier 2016.
  15. a b c d et e « Afrique - Attaque de Ouagadougou : deux Français parmi les victimes », sur France 24, (consulté le )
  16. « Quatre membres d'une famille de Lac-Beauport périssent », sur TVA Nouvelles, (consulté le )
  17. https://www.washingtonpost.com/world/africa/ukrainian-woman-daughter-among-dead-in-burkina-faso-attack/2016/01/17/c8a2d988-bd15-11e5-98c8-7fab78677d51_story.html
  18. 29 morts dont 3 salariés d'une entreprise française à Ouagadougou, Paris Match, consulté le 17 janvier 2016.
  19. B.D., « Attaque à Ouagadougou : Qui était la photographe Leïla Alaoui? », 20 minutes,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. http://www.thelocal.it/20160118/nine-year-old-italian-boy-killed-among
  21. franceinfo avec AFP, « Attentat de Ouagadougou : la photographe franco-marocaine Leila Alaoui succombe à ses blessures », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  22. http://krimpen.ijsselenlekstreek.nl/nieuws/krimpenaar-omgekomen-bij-geweld-in-burkina-faso-1.5635714
  23. Benjamin Roger, « Attentat de Ouagadougou : pourquoi le Burkina a été frappé », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  24. Daouda Zongo, « Attaques du 15 janvier 2016 à Ouagadougou : les aveux du « commanditaire » Mimi Ould Baba Ould Cheikh », sur WakatSéra, (consulté le ).
  25. AFP, « Burkina : marche silencieuse en hommage aux victimes de l’attaque de Ouagadougou », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  26. APS, « L'Algérie condamne avec "la plus grande vigueur" les attaques terroristes à Ouagadougou », sur www.radioalgerie.dz, (consulté le )
  27. « Le premier ministre condamne les attentats terroristes meurtriers survenus au Burkina Faso »,
  28. « Communiqué via le compte de l'Élysée », Twitter,
  29. « Burkina Faso : deux Suisses parmi les victimes », sur www.dfae.admin.ch, (consulté le )

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier