Ouvrir le menu principal

Arnoul II de Flandre

comte de Flandre (964-987)

Arnoul II de Flandre
Illustration.
Titre
Comte de Flandre
Prédécesseur Arnoul Ier de Flandre
Successeur Baudouin IV de Flandre
Biographie
Date de naissance v. 961
Date de décès
Lieu de décès Gand
Père Baudouin III de Flandre
Mère Mathilde de Saxe
Conjoint Rozala d'Italie
Enfants Mathilde († 995 ou avant)
Baudouin IV (v.980-1035)

Arnoul II de Flandre[1] (°v. 961 - † Gand, 30 mars 987), dit le Jeune, fut comte de Flandre de 965 à 987. Fils de Baudouin III et de Mathilde de Saxe (†1008). Il est le petit-fils et successeur d'Arnoul Ier.

Le cours de sa vieModifier

Il n'est encore qu'un enfant à la mort de son père (962). Son grand-père Arnoul Ier reprend alors la charge de comte jusqu'à sa mort en 965.

À son avènement, profitant de sa jeunesse, et se prévalant de la régence en tant que suzerain, le roi Lothaire envahit la Flandre, qui occupe une situation privilégiée entre la France et le Saint-Empire germanique, riche de ses débouchés maritimes, de son commerce et de son artisanat[2], s’empare des comtés de Thérouanne et de St-Pol, de Douai et d’Arras (Artois et Ostrevant), terres qu'Arnoul Ier de Flandre, grand-père d'Arnoul avait enlevé au roi Louis IV d'Outremer[2]. Guillaume, comte de Ponthieu, fils d'Herluin de Montreuil reprend également tout ce qu'Arnoul I lui avait enlevé et enlève le Boulonnais[2]. Inquiété, l’évêque de Cambrai et d’Arras appelle l’empereur Othon Ier à la rescousse : Lothaire se retire, mais laisse un pays dévasté, Guillaume doit également abandonner une partie de ses prétentions et ne conserve ses comtés qu'à bénéfice féodal et comme vassal d'Arnoul[2].

Arnoul prend Calais, à l'époque Pétresse, pour protéger le pays contre les invasions venant du Nord. Hugues Capet alors duc des francs enlève par surprise à Arnoul Montreuil en 980[2].

À la mort de Louis V (21 mai 987), par solidarité carolingienne, Arnoul soutient Charles de Basse-Lotharingie et son fils Otton face à Hugues Capet[3], et ne reconnaît pas le roi élu. Hugues (couronné le 3 juillet, 987) envahit alors la Flandre jusqu'à la Lys et prend Arras. Arnoul se réfugie auprès du duc Richard Ier de Normandie qui s’entremet, bien qu'Arnoul soit le petit-fils de celui qui complota pour faire assassiner son père : le Capétien se retire, mais le comte de Flandre le reconnaît comme roi. Arnoul disparaît un mois plus tard, atteint de la fièvre chaude. Son corps est inhumé dans l'abbaye Saint-Pierre de Gand.

Sa veuve, Rozala d'Italie[4], fille de Bérenger II roi d'Italie, se remarie un an plus tard (avant le 1er avril 988) avec Robert II le Pieux, fils du roi Hugues Capet. Robert la répudia rapidement[5].
Il laisse deux enfants en bas âge :

  • Mathilde († 995 ou avant)
  • Baudouin IV (v.980 † 1035) qui lui succède.

AscendanceModifier

NotesModifier

  1. Arnoul de Flandre sur le site Foundation for Medieval Genealogy
  2. a b c d et e M. Prevost, cité dans les sources
  3. Histoire générale de la province d'Artois, page 171 (books.google.fr)
  4. Généalogie de Rozala sur le site Medieval Lands
  5. André Du Chesne, Histoire généalogique des maisons de Guines, d'Ardres, de Gand et de Coucy et de quelques autres familles illustres, Paris, 1632, p. 37, lire en ligne

SourcesModifier

  • Histoire générale de la province d'Artois, Volume 2 Par Jean Baptiste François Hennebert - 1788 [1].
  • M. Prevost, « Arnoul, comtes de Flandre », dans Dictionnaire de Biographie française, Tome 3, Letouzey et Ané, Paris, 1939.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie complémentaireModifier

  • Jean Dunbabin, « The Reign of Arnulf II, Count of Flanders, and its Aftermath », Francia - Forschungen zur westeuropäischen Geschichte, vol. 16, no 1, 1989, p. 53-65. [lire en ligne]

Liens externesModifier