Ouvrir le menu principal
Ælfthryth
Description de cette image, également commentée ci-après
Baudouin II et Ælfthryth. Cette dernière se voit attribuer de manière anachronique les armoiries de l'Angleterre aux trois lions. Volets des Bibliothèques de l'abbaye des Dunes avec les portraits des abbés et des comtes et comtesses de Flandre (vers 1480, Séminaire diocésain de Bruges).
Biographie
Décès 7 juin 929
Sépulture Abbaye Saint-Pierre de Gand
Père Alfred le Grand
Mère Ealhswith
Conjoint Baudouin II de Flandre
Enfants Arnoul
Adalolphe
Ealhswith
Eormenthryth
Religion christianisme

Ælfthryth, parfois francisé en Elftrude, est une princesse de la maison de Wessex morte en 929.

BiographieModifier

Ælfthryth est la plus jeune des trois filles du roi Alfred le Grand et de son épouse Ealhswith, après Æthelflæd et Æthelgifu. La principale source concernant sa jeunesse est la biographie d'Alfred le Grand rédigée par le moine gallois Asser vers 893. Asser rapporte qu'Ælfthryth est éduquée à la cour de son père, tout comme son frère aîné Édouard l'Ancien. Elle fait partie des bénéficiaires du testament de son père, qui lui lègue les domaines de Wellow (en) (île de Wight), Ashton (Ashton Keynes, dans le Wiltshire ?) et Chippenham (Wiltshire), ainsi que 100 livres[1].

Ælfthryth se marie entre 893 et 899 avec le comte de Flandre Baudouin II. Ils ont quatre enfants, deux fils et deux filles[1] :

  • Arnoul (mort en 965), comte de Flandre ;
  • Adalolphe (mort en 933), comte de Boulogne ;
  • Ealhswith ;
  • Eormenthryth.

Ælfthryth survit à son époux, qui meurt en 918. Les annales de l'abbaye Saint-Pierre de Gand, compilées au XIe siècle, datent sa mort de l'année 929, et son épitaphe la situe le 7 juin. Elle est inhumée auprès de Baudouin en cette même abbaye[1].

RéférencesModifier

  1. a b et c van Houts 2004.

BibliographieModifier

Lien externeModifier