Ouvrir le menu principal

Ankama

société holding française
(Redirigé depuis Ankama Boardgames)

Ankama
logo de Ankama

Création
Fondateurs Anthony Roux
Camille Chafer
Emmanuel Darras
Forme juridique SAS
Slogan Creative Solutions (supprimé)
Siège social Roubaix
Drapeau de France France
Direction Camille Chafer (directeur général)
Anthony Roux (directeur artistique)
Activité Activités des sièges sociaux
Produits Développement, édition et distribution de jeux vidéo, maison d'édition, animation, maison de disques
Société mère Adone
Filiales Ankama Animations
Ankama Boardgames
Ankama Éditions
Ankama Games
MadLab Animationss
Effectif 33 en 2017
Siren 437 785 223
Site web ankama.com

Chiffre d'affaires 5 771 500 euros en 2017
Résultat net 3 590 800 euros en 2017

Ankama est une société holding française détenant le capital de plusieurs entreprises spécialisées dans le domaine de la création numérique et artistique.

Historiquement, la société débute avec le développement web en tant qu'agence de création web, mais elle est principalement connue pour les jeux vidéo Dofus et Wakfu qu'elle développe dans univers transmédia (le Krosmoz), ainsi que la série d'animation Wakfu. Après le succès de son premier jeu, Ankama Group[N 1],[1] se diversifie et édite des bandes dessinées, de la musique, des jeux de sociétéetc. Ainsi, l'entreprise regroupe différentes entités : Ankama Games, Ankama Animations, Ankama Éditions, Ankama Products et Ankama Boardgames.

Après le manque de succès du jeu vidéo Wakfu et de son premier film d'animation Dofus, livre 1 : Julith, Ankama rentre dans une période de légère crise et les parts d'Emmanuel Darras, cofondateur parti en 2012, sont rachetées par Média participations cinq ans plus tard. Un nouveau studio d'animation est créé grâce à cette collaboration : MadLab Animations. La collection Label 619 de la filiale Éditions, qui publie notamment Mutafukaz de Run, prend son indépendance en 2019.

HistoriqueModifier

Débuts d'Ankama et DofusModifier

Ankama est créée le 15 mai 2001[N 2] et commence dans le développement web[N 3], à l'initiative de trois amis nordistes, Camille « Kam » Chafer (directeur technique), Anthony « Tot » Roux (directeur artistique) et Emmanuel Darras (directeur commercial), issus de la même agence web. Passionnés de jeux vidéo, ils ont associé leurs deux activités : le web et les jeux vidéo. Le nom de la société est issu de la contraction de leurs trois prénoms : ANthony, (C)KAmille, EmMAnuel[2]. Leur capital est issu à 80 % de leurs fonds personnels et le reste provient de soutiens comme la Financière du Nord Pas de Calais ou Lille Métropole Initiative[3]. Le trio monte d'abord une agence de marketing électronique et de prestation de services sur Internet dans un petit bureau roubaisien pour s'assurer des fonds avant de se lancer dans l'aventure vidéoludique[3],[4]. Les clients du pôle web en 2007 sont par exemple La Redoute, 3 Suisses ou encore la région Nord-Pas-de-Calais[5].

Dès 2003, l'entreprise compte une dizaine d'employés et via son pôle Ankama Studio, commence à développer son premier jeu, Dofus, un MMORPG[5]. Il est réalisé en Flash et les bêta-test sortent dès le mois d'octobre[6]. Le , après presque un an de test, le jeu est distribué via Internet[7]. Ankama connaît des difficultés pour le financement du jeu mais une aide salutaire de 15 000 euros du CNC aide sa création[8]. En 2007, Dofus totalise plus de trois millions de joueurs à travers le monde[5].

Ankama Games, commence à développer un deuxième jeu, Dofus Arena (renommé par la suite en Arena). En 2006 les bêta-tests continuent. Le studio emploie alors 60 salariés. La même année, Disney approche Ankama en vue d'un possible achat, mais l'entreprise française refuse[9],[10]. Sur ce sujet, Emmanuel Darras explique en avril 2011 pour Le Point : « Soit nous vendions, soit nous structurions la société pour nous donner les moyens de nous développer[11]. »

Fin 2005, face au refus de plusieurs éditeurs de publier certains de leurs ouvrages, Ankama lance en 2005 sa propre maison d'édition, Ankama Éditions. Les premiers titres paraissent à un rythme d'une nouveauté tous les deux mois. Leurs premiers livres sont un artbook de Dofus sorti en [12] et un « manfra » (une bande dessinée d'inspiration asiatique) du nom de Dofus également. Elle est scénarisée par Anthony Roux et dessinée par Ancestral Z et Crounchan. Ses premiers tomes paraissent en et en [3]. La série connaît un très grand succès (plus d'un million d'albums vendus en cinq ans plus tard[13]) et est une précurseuse du genre[14].

WakfuModifier

Dès 2005[15] est pensé une suite vidéoludique à Dofus, dans un système transmédia : Wakfu[4],[5]. Sa sortie initiale est prévue pour 2007[16]. Dans la foulée, une nouvelle branche se crée, Ankama Animations, pour réaliser le dessin animé homonyme[5]. Le , la série télévisée d'animation Wakfu est diffusé pour la première fois sur France 3, dans l'émission de jeunesse Toowam. En novembre de l'année suivante, le premier jeu digital est créé : un jeu de cartes à collectionner nommé Wakfu TCG. Il regroupe les personnes de l'univers du Krosmoz (Dofus, Wakfuetc.).

Le premier court métrage d'Ankama Animations, Goultard le barbare, est diffusé à la Japan Expo en 2007[17]. Le , Ankama annonce un partenariat avec la chaîne de télévision Nolife pour contribuer au développement de celle-ci, laquelle était en proie à des difficultés financières.

Le 2 décembre 2009 la version de Dofus 2.0 sort puis, en octobre 2010, Arena. À l'Ankama Convention 6, début mars 2011, les jeux vidéo Slage (dont le développement fut stoppé) et Boufbowl sont présentés. Le 30 mars 2011 sort Islands of Wakfu sur Xbox Live Arcade, premier jeu sur console. Le 13 mai de la même année, c'est le premier jeu sur appareils mobiles, Dofus: Battles, qui est créé. Le 29 février 2012, après quatre ans de retard[N 4], la suite de Dofus, le MMORPG Wakfu, sort.

En 2009, Ankama s'installe dans une ancienne filature roubaisienne, ayant auparavant appartenu à la société Vanoutryve, au 75, boulevard d'Armentières. Le lieu fait 10 000 m2 et réunit les différentes filiales en un même lieu. Ouvrent à cette occasion deux restaurants, l'Ankama Restaurant et l'Ankama Salad Bar, qui permettent à leurs employés de se restaurer sur place, et l'Ankama Maison, des appartements d'appoint où ces derniers peuvent être hébergés temporairement[8]. De 2006 à 2010, le chiffre d'affaires de l'entreprise grimpe de plus de 400 % et s'élève à 45 millions d'euros, et son nombre d'employés de plus de 100 % (soit 450 employés)[18]. Elle refuse d'entrer en bourse, préférant utiliser son argent uniquement pour développer ses projets[19]. En 2013, Ankama compte 439 employés, avec une moyenne d'âge de trente ans[4].

La version finale de Wakfu sort à la fin du mois de [20].

Après la sortie de WakfuModifier

En novembre 2012, la filiale Ankama Play produit Fly'n, un jeu indépendant sur la plateforme Steam. La société est supprimée l'année suivante.

En 2012, le cofondateur Emmanuel Darras quitte l'entreprise[21] et laisse la gestion aux deux autres fondateurs. Olivier Comte le remplace dès l'année suivante[22],[23]. L'entreprise rachète Wizcorp en novembre 2014, un studio japonais de développement orienté mobile[24] de 35 salariés[25] et créé en 2008[26]. Camille Chafer précise que Wizcorp « jouera un rôle clé dans le développement [des] différents moteurs et logiciels et aidera à augmenter [les] capacités de production » d'Ankama[26]. Elle annonce en 2013 et 2014 la création de studio à Montréal et en Asie. En 2014, le studio d'animation japonais Ankama Japan disparaît[réf. nécessaire].

Selon IGN début mai 2017, le groupe Média participations rachète les parts d'Emmanuel Darras et possède ainsi moins de 30 % des parts de l'entreprise. L'information est vite confirmée par Roux qui précise que le groupe, qui assure l'édition du pôle littéraire, est « super »[27],[28],[29].

Mi-, Ankama Games annonce dans un live Twitch baisser momentanément la production de Dofus et Wakfu pour mettre au point Dofus Donjons, un nouveau mode de jeu de Dofus, basé exclusivement sur des combats contre des monstres[30].

DirectionModifier

  • Présidence[31] :
    • du au  : Anthony Roux
    • depuis le  : société Adone (gérée par Anthony Roux depuis 2007[32])
  • Direction générale[31] :
    • du au  : Emmanuel Darras
    • depuis le  : Camille Chafer
  • Co-gérance[31] :
    • du au  : Camille Chafer
    • du au  : Emmanuel Darras

Filiales actuellesModifier

 
Stand d'Ankama pour Dofus Pets à la Japan Expo 2017.

Ankama AnimationsModifier

Article détaillé : Ankama Animations.

Ankama Animations est une branche du groupe Ankama créée en 2007. C'est la société qui produit ses films et des séries télévisées d'animation. ̈̈̈̈̈̈̈̈Elle est connue pour avoir créé les séries d'animation Wakfu et Dofus : Aux trésors de Kerubim ou encore le film Dofus, livre 1 : Julith. En 2007, sa première animation est Goultard le barbare, qui revient sur le passé de ce personnage.

Ankama ÉditionsModifier

Article détaillé : Ankama Éditions.

La filiale Ankama Éditions a été créée en octobre 2006[37]. Depuis octobre 2006, Ankama édite ses propres projets par l'entité « Ankama Éditions ». Les ouvrages publiés couvrent des univers liées à Dofus et Wakfu, mais pas exclusivement car il regroupe des univers totalement indépendants, dans des répertoires variés, divisés en plusieurs collections.

Pour publier ses premières BD, Anthony Roux (Directeur artistique d'Ankama) a proposé ses planches à différents éditeurs, mais ceux-ci ont refusé de le publier. C'est à la suite de ses refus que les trois dirigeants ont choisi de créer leur propre structure d'édition en 2005 Ankama Éditions[8].

Ankama Games et StudioModifier

Article détaillé : Ankama Games.

Créée en 2006, Ankama Games développe tous les jeux vidéo d'Ankama, après le succès de Dofus en 2004.

Ankama Studio, filiale créée en 2003, développe des jeux pour le compte d'Ankama Games et d'autres sociétés. Le premier jeu qu'elle produit est Dofus et le premier qui est développé pour une autre entreprise est Voya Nui Online Game, sorti en pour The Lego Group[41],[42].

Ankama Products et BoardgamesModifier

Ankama Products est la société chargée de diriger les jeux (non vidéo) et les produits dérivés (peluches, papeterie, affaires scolaires, figurinesk, etc.). C'est elle qui gère notamment le jeu de cartes à collectionner Wakfu TCG (avec un partenariat avec la société Upper Deck) et le jeu de figurines Krosmaster. La société est dirigée par Jérôme Peschard[43], mais, en août 2015, il annonce sur son compte Facebook qu'il décide de créer sa propre entreprise à Hong Kong (Yeah corp. Limited)[44]. Le relais est pris par Pierre-Henri Dupont[45].

Parmi les collections d'affaires scolaire, se trouve principalement des objets dérivés des deux séries animée, mais également une collection inédite à succès, nommée « Chacha », représentant un petit chat noir. Elle est également dérivée sur des produits textile et vaisselle[46].

Dès 2016, Ankama se diversifie en créant de nombreux jeux de société indépendants de l'univers du Krosmoz[47] via sa nouvelle filiale Ankama Boardgames, tout en finançant certains par du financement participatif[48].

Lors du festival international des jeux organisés à Cannes en 2018, plusieurs nouveaux jeux sont présentés : Brothers, Dofus Cube d'Anthony Roux, Takers, Tales of Glory de Romain Chastan et Trool Park de Fred Vuagnat[49],[50].

Premiers jeux créés[51]

Stratégie de développementModifier

À l'internationalModifier

Ankama se développe à l'international dès les années 2000 avec deux filiales aux États-Unis et au Japon mais agrandit son expansion avec l'arrivée d'Olivier Comte comme directeur général et la création de nombreux autres studios[53].

Ankama Studio est une filiale d'Ankama, créée en 2006[54], qui réalise des jeux pour le compte d'autres sociétés notamment nord-américaines[55]. Le studio Ankama Japan, installé à Tokyo[56], ouvre début 2009[57]. Elle s'occupe principalement d'animation[58].

Aménagé à Montréal[59], le studio Ankama Canada est créé le par deux salariés d'Ankama. Le groupe, composé de dix employés, est notamment auteur du jeu vidéo Abraca[60]. Pour permettre (entre autres) l'expansion du jeu Wakfu en Chine, la société ouvre début 2014 un studio à Singapour[61],[53],[62]. Ces deux studios, ainsi qu'un autre au Brésil (São Paulo[63]), ferment pour permettre à Ankama de se focaliser sur le Japon et Paris[64].

Le groupe Ankama Asia, basé à Manille aux Philippines, et ayant pour but de développer ses jeux dans le monde asiatique, est racheté le 22 mars 2016 par Keywords Studios[65],[66]. Durant ce contrat de quatre ans, Keywords souhaite recruter une vingtaine d'employés de plus[67].

En 2018, est créé le Studio No Border, une filiale tokyoïte chargée du développements d'animations japonaises et de jeux vidéo. Thomas Romain, connu pour sa série Code Lyoko, en est le directeur artistique[68].

RachatsModifier

Kalmeo

Structure fondée à Lyon[69], par Boris Beaulant. Spécialisée en applications sur tablettes et smartphone, elle développe Dofus Pocket et Dofus Arena Pocket[70],[71].

Forte utilisation de l'IDE et langage de programmation Haxe.

Wizcorp

En 2014[72], pour augmenter sa capacité de développement au Japon, Ankama rachète la jeune société Wizcorp spécialisée dans les jeux mobiles en HTML5. Fondée en 2008, l'entreprise a notamment produit Dead Rising - The Survival[73].

Filiales radiéesModifier

Ankama WebModifier

Le pôle web d'Ankama était une agence de communication interactive spécialisée dans les nouveaux médias, la création et la conception de site Internet, et en stratégie marketing. Ankama développe des sites et applications internet pour les professionnels. Créée en 2001, ce pôle est historiquement la première activité du groupe Ankama[41],[76]. Cette activité qui peinait à percer[77] est ensuite abandonnée le 12 septembre 2012[78].

Ankama Support et MarketingModifier

Après le départ d'Emmanuel Darras de l'entreprise en 2012, les groupes Ankama Support et Ankama Marketing qu'il dirigeait, sont supprimés le 12 septembre 2012[79],[80].

Ankama MediaModifier

Le groupe Ankama Media, dirigé par Roux, au capital social de cent milions d'euros est créé le 6 octobre 2008 puis radié le 31 juillet 2013[81],[82].

Ankama MusicModifier

Le pôle musique d'Ankama est une structure d'édition et de production musicale et sonore au service des projets d'Ankama et d'artistes indépendants[83]. Ankama Music, dirigé par Guillaume Houzé, abrite par ailleurs les labels HipHipHip[83] et Bishi Bishi (musique japo-asiatique)[84], créé fin 2010[85],[86].

Les deux premiers albums de Bishi Bishi, Family Genesis de YMCK et Zoltank d'Aural Vampire sortent le 8 novembre 2010 en digipack et digital et la distribution est prise en charge par Anticraft-MVS Distribution pour la France[84] et par Rough Trade pour l'Allemagne[87]. Par la suite, le label signe pour la distribution de disques et l'organisation de concerts en Europe avec Yui Horie[88], Sayaconsept[89], 8otto[90], LAZYgunsBRISKY[90], Story Seller[91], Momoiro Clover Z, Morning Musume, The Micro Head 4N's, Maximum the hormone et Trill - Dan avant d'être racheté par Crosslight Global Entertainment en 2014. Cependant, Xavier Norindr, directeur de Bishi Bishi est un des co-fondateurs de Crosslight[92].

Music diffuse également avec Ankama Éditions une série de cinq livres sur la bande originale de leur jeu vidéo Dofus de 2010 à 2012[93]. Faute de succès, le groupe est supprimé le 7 janvier 2015, six ans après sa création[94].

Albums publiés[95]

Par HipHipHip[96],[97],[98] :

  • 2009 : We've tried nothing and were all out of ideas, Pharaohs
  • 2009 : Charaters, The Patriotic Sunday
  • 2009 : Of our delirious former loving hours, Minaars
  • 2009 : Patrolling the heights, Marvins Revolt
  • 2010 : Champions, Blackfish
  • 2010 : Roads, General Lee
  • 2010 : , Him
  • 2011 : Born from a sore, Botibol
  • 2011 : Photosynthesis, Pharaohs
  • 2011 : Désarroi esthétique, Heliport
  • 2011 : Secret sounds , Screaming Maldini
  • 2011 : Vs Everything, Johnny Foreigner (en)
  • 2011 : Signs of fervent devotion, Rumble in Rhodos (no)
  • 2012 : The Wild Cruises, Botibol
  • 2012 : Mermonte, Mermonte
  • 2012 : Screaming Maldini, Screaming Maldini
  • 2013 : Fanny Giroud, Mermonte (single)
  • 2013 : Management, Delta Sleep
  • 2013 : Colors, Sport
  • 2013 : Summer, Somewhere, Screaming Maldini (single)
  • 2013 : Camera Lucida, Gunning for Tamar (EP)

Par Bishi Bishi[99] :

  • 2010 : Family Genesis, YMCK
  • 2010 : Zoltank, Aural Vampire
  • 2011 : Revived, Trill - Dan
  • 2011 : Samurai Japan, Toshi* (EP)
  • 2011 : Haru No Negai / Hoshizora No Neptune, Toshi* (single)
  • 2012 : Hangyaku Seimei, Trill - Dan
  • 2012 : Dive Youth, Sonik Dive, Inoran

Sans labels :

  • 2009 : L'Âme des Douze, Guillaume Pladys (bande originale de Dofus)
  • 2010 : L'Âme des Douze : Origines, Guillaume Pladys (bande originale de Dofus 2.0, tome 0)
  • 2010 : Lux Æterna, Guillaume Pladys (tome 1)
  • 2011 : The Midnight Sons, Bukowiski
  • 2011 : Ignem Inferni, Guillaume Pladys (tome 2)
  • 2011 : Deus Iral, Guillaume Pladys (tome 3)
  • 2012 : A beginning from the end, The Micro Head 4N's[100]
  • 2012 : Requiem Sempiternam, Guillaume Pladys (tome 4, annulé)
  • 2013 : Fanny Giroud, Mermonte
  • 2013 : Les InRocKs Lab Volume 1

Trois autres albums et deux EPs ont été publiés par Ankama, sans passer par le groupe Ankama Music :

Évenements AnkamaModifier

Les Ankama Fan Fest (anciennement Ankama Convention) sont des conventions dédiées aux différents univers d'Ankama.

La première Ankama Convention se déroule du 7 au à Lille, dans le cadre de la fête de l'animation[101]. Les 20 et , Ankama lance la troisième Ankama Convention à Lille Grand Palais, qui connait une affluence de 10 000 personnes[réf. nécessaire]. Ces conventions ont changé de nom et de fréquence dès la septième édition, Ankama Fan Fest[102].

Les visiteurs peuvent y rencontrer les auteurs d'Ankama Éditions, mais aussi pouvoir tester certains jeux vidéo, jouer à des inédits ainsi je participer à des concours de dessin ou de cosplays[103].

Identité visuelleModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

RécompensesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Nom non officiel mais d'usage.
  2. Activité commencée le .
  3. Activités exercées : Conseil, conception et réalisation de solution internet, intranet, extranet, développement et commercialisation de solutions informatiques prestations de services informatiques.
  4. La sortie a été repoussée plusieurs fois pendant 3 ans.

RéférencesModifier

  1. Greffe du Tribunal de Commerce de Lille Métropole, « Ankama », sur Infogreffe.fr, (consulté le 19 mars 2016).
  2. Delphine Saubaber, « Camille ou la joie du dragon », sur L'Express, (consulté le 9 février 2016).
  3. a b et c Didier Pasamonik, « L'incroyable saga de Dofus, un « manga-like » français », sur Actua BD, (consulté le 29 avril 2019).
  4. a b et c Maxime Mascoli, « Success-story roubaisiennes (3/6) : Ankama ou l'invention d'un univers parcouru par des millions de joueurs », sur La Voix du Nord, (consulté le 1er mai 2019).
  5. a b c d et e Gilles Musi, « Les chtimis d'Ankama rivalisent avec World of Warcraft », sur L'Expansion, (consulté le 1er mai 2019).
  6. Erwan Cario, « Un Dofus de fous », sur Libération, (consulté le 17 décembre 2017).
  7. « Dofus », sur Gameblog (consulté le 1er mai 2019).
  8. a b et c Thomas Cusseau, « Ankama : le bon, la brute ou le truand ? », sur Gamekult, .
  9. Benoist Simmat, « Ankama : nerds Pas-de-Calais », sur Libération, (consulté le 20 mai 2017).
  10. « Dofus, Wakfu : comment Ankama est devenu la pépite nordiste du jeu vidéo », sur Challenges, (consulté le 20 mai 2017).
  11. Romain Brethes, « Ces Français qui font peur à Disney », sur Le Point, (consulté le 20 mai 2017).
  12. « Dofus Artbook 1. Dofus Artbook Session 1 », sur Bedetheque, (consulté le 30 avril 2019).
  13. Thomas Berthelon et Dominique Molinaro, « Dofus passe le cap du million d'exemplaires vendus », sur Actua BD, (consulté le 29 avril 2019).
  14. « Le « manfra » gagne du terrain », sur Le Parisien, (consulté le 2 janvier 2018).
  15. Eleonie, « Les projets d'Ankama : interview de Tot », sur Dofus-JeuxOnLine, (consulté le 1er mai 2019).
  16. « E3 : Line-up Ankama », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 8 mars 2016).
  17. D. P., « Ankama présente son premier court-métrage à Japan Expo », sur Actua BD, (consulté le 1er mai 2019).
  18. https://web.archive.org/web/20110303101356/http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Metropole_Lilloise/actualite/Secteur_Metropole_Lilloise/2011/02/27/article_plus-de-300-d-augmentation-de-chiffre-d.shtml
  19. Xavier Mouton-Dubosc et Thomas Berthelon, « Tot : « Avec Ankama, nous voulons laisser une empreinte » », sur Actua BD, (consulté le 30 avril 2019).
  20. Laurent Checola, « Wakfu, le jeu de rôle haut en couleur d'Ankama », sur Le Monde, (consulté le 30 avril 2019).
  21. Soulier Perdu, « Emmanuel Darras quitte Ankama », sur JeuxOnLine, (consulté le 20 mai 2017).
  22. Emmanuel Forsans, « Ankama annonce la nomination d'Olivier Comte au poste de Directeur Général du groupe », sur Agence française pour le jeu vidéo, (consulté le 20 mai 2017).
  23. « Une nouvelle tête pour Ankama », sur Éco121, (consulté le 20 mai 2017).
  24. 5 novembre 2014, « Ankama acquiert le studio japonais Wizcorp », sur Agence française du jeu vidéo, emmanuel forsans (consulté le 19 mai 2017).
  25. Nicole Buyse et Julien Dupont-Calbo, « Ankama pousse ses pions au Japon », sur Les Échos, (consulté le 20 mai 2017).
  26. a et b « Ankama s’offre le japonais Wizcorp Inc. », sur Éco121, (consulté le 20 mai 2017).
  27. « Média Participations (Dargaud/Dupuis) croque Ankama », sur IGN, (consulté le 19 mai 2017).
  28. « Ankama et Média Participations, une réponse officielle », sur IGN, (consulté le 19 mai 2017).
  29. « Nous n'avons pas bien géré la croissance », Éco121, no 71,‎ (lire en ligne).
  30. Sylvain Trinel, « Dofus et Wakfu vont réduire la voilure », sur IGN, (consulté le 17 mars 2018).
  31. a b et c « Ankama », sur Societe.com (consulté le 23 juillet 2019).
  32. « Adone », sur Societe.com (consulté le 23 juillet 2019).
  33. « Akm Distribution », sur Société.com (consulté le 3 juin 2017).
  34. « Akm Distribution », sur Manageo (consulté le 3 juin 2017).
  35. Greffe du Tribunal de Commerce de Lille Métropole, « Ank Resto », sur Infogreffe.fr (consulté le 19 mai 2017).
  36. Greffe du Tribunal de Commerce de Lille Métropole, « Ankama Animations », sur Infogreffe.fr (consulté le 19 mars 2016).
  37. a et b Greffe du Tribunal de Commerce de Lille Métropole, « Ankama Éditions », sur Infogreffe.fr (consulté le 19 mars 2016).
  38. Greffe du Tribunal de Commerce de Lille Métropole, « Ankama Games », sur Infogreffe.fr (consulté le 19 mars 2016).
  39. Greffe du Tribunal de Commerce de Lille Métropole, « Ankama Products », sur Infogreffe.fr (consulté le 19 mars 2016)
  40. Greffe du Tribunal de Commerce de Lille Métropole, « Ankama Studio », sur Infogreffe.fr (consulté le 19 mars 2016).
  41. a et b Sylfaen, « Dofus a deux ans : interview de Lichen, Tot et Thomas. », sur Dofus-JeuxOnLine, .
  42. « Ankama », sur JeuxOnLine (consulté le 28 juin 2018).
  43. Hiper-tofu, « Ankama Products perd son directeur général et artistique, Jérôme Peschard (Krosmaster, goodies...) », sur Krozmotion, (consulté le 27 octobre 2015).
  44. Post de Jérôme Peschard sur Facebook, le 4 août 2015.
  45. Plato, « Le magazine qui va infiltrer votre été », sur Trictrac.net, (consulté le 29 juin 2017).
  46. « Roubaix: (sic) Chacha, un matou d'Ankama sort ses griffes contre Hello Kitty! (sic) », sur La Voix du Nord, .
  47. Naraze, « Présentations des jeux d'Ankama », sur Onirik, (consulté le 26 octobre 2016).
  48. Y. M., « Ankama prépare un nouveau jeu de plateau absolument monstrueux », sur Nordéclair, (consulté le 13 août 2017).
  49. Ankama Boardgames, « Ankama Boardgames au FIJ Cannes 2018 : tout un programme ! », sur Trictrac.net, (consulté le 17 mars 2018).
  50. Emmanuel Forsans, « Ankama Boardgames au Festival des Jeux de Cannes », sur Agence française pour le jeu vidéo, (consulté le 17 mars 2018).
  51. « Ankama », sur Trictrac.net (consulté le 28 juin 2017).
  52. Charles-Édouard Mansfield, « MiFuChi (Dofus - Wakfu) », sur Otakia, (consulté le 28 juin 2017).
  53. a et b Emmanuel Forsans, « Ankama lance Wakfu en Asie du Sud-Est et ouvre un bureau à Singapour pour soutenir son développement à l'international », sur Agence française pour le jeu vidéo, (consulté le 19 mai 2017).
  54. « Ankama Studio », sur Société.com (consulté le 20 mai 2017).
  55. « Ankama Studio », sur Agence française pour le jeu vidéo (consulté le 20 mai 2017).
  56. Fabrice Leduc, « Hitman, Soil et Ecchi : Ankama s'ancre dans le manga », sur Yozone, (consulté le 20 mai 2017).
  57. Azra, « Pères fondateurs », sur Ankama Japan's Blog, (consulté le 20 mai 2017).
  58. « Animés du studio Ankama Japan », sur Animeka (consulté le 20 mai 2017).
  59. « Ankama implante son premier studio nord-américain dans le Grand Montréal », sur Montréal International, (consulté le 20 mai 2017).
  60. Emmanuel Forsans, « Ankama ouvre un studio au Canada », sur Agence française pour le jeu vidéo, (consulté le 19 mai 2017).
  61. Yukishiro, « Ankama ouvre un bureau à Singapour », sur Gamekult, (consulté le 19 mai 2017).
  62. Shauni Chan, « Ankama débarque à Singapour », sur Gamehope, (consulté le 19 mai 2017).
  63. « Le studio de jeux vidéo Ankama à la conquête du monde grâce à Netflix », sur LCI, (consulté le 19 mai 2017).
  64. N. B., « Nouveau long-métrage d'animation pour Ankama », sur Les Échos, (consulté le 19 mai 2017).
  65. (en) James Batchelor, « Ankama Asia is Keywords' latest acquisition », sur Develop, (consulté le 20 mai 2017).
  66. (en) « Company overview of Ankama Asia Pte Ltd », sur Bloomberg, (consulté le 20 mai 2017).
  67. (en) Dan Pearson, « Keywords Studios expands to Philippines », sur GamesIndustry.biz, (consulté le 20 mai 2017).
  68. « Ankama ouvre un studio au Japon », sur Livres Hebdo, (consulté le 16 juin 2019).
  69. http://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20080307&article=20080307-2435563&type=ar
  70. « Ankama Convention #4 : le programme », sur Manga-news.com, (consulté le 18 janvier 2019).
  71. DrallieivEHD et Abyna, « Ankama Convention #4 - Questions au Staff - Part 1 », sur JeuxOnLine, (consulté le 18 janvier 2019).
  72. (en) Christian Nutt, « France's Ankama, maker of Wakfu and Dofus, buys Japanese mobile studio », sur Gamasutra, (consulté le 23 octobre 2017).
  73. (en) Dan Pearson, « Wakfu publisher Ankama acquires Wizcorp », sur GameIndustry.biz, (consulté le 24 octobre 2017).
  74. « Ankama Life », sur Manageo (consulté le 3 juin 2017).
  75. « Ankama Life », sur Société.com (consulté le 3 juin 2017).
  76. Didier Pasamonik, « L'incroyable saga de Dofus, un « manga-like » français », sur Actua BD, (consulté le 1er mai 2019).
  77. Benoist Simmat, « Ankama : nerds Pas-de-Calais », sur Libération, (consulté le 1er mai 2019)
  78. « Ankama Web », sur Société.com (consulté le 19 mai 2017).
  79. « Ankama Support », sur Société.com (consulté le 19 mai 2017).
  80. « Ankama Marketing », sur Société.com (consulté le 19 mai 2017).
  81. « Ankama Media », sur Société.com (consulté le 24 mai 2017).
  82. « Entreprise Ankama Media à Roubaix (59100) », sur Le Figaro (consulté le 24 mai 2017).
  83. a et b « Le label HipHipHip », sur Lille la nuit.com, (consulté le 8 juin 2017).
  84. a et b Tanja, « Bishi-Bishi, nouveau label », sur Do ko ?, (consulté le 8 juin 2017).
  85. Éric Oudelet, « Bishi Bishi : interview avec le responsable du nouveau label « Asian Music » d'Ankama », sur Orient-Extrême, (consulté le 8 juin 2017).
  86. « Lancement du label J-Music d'Ankama Music : Bishi Bishi », Total Manga,‎ , p. 32-34 (lire en ligne).
  87. « Nouveau label musical : Label Bishi Bishi (Ankama Music) », sur Nautiljon, (consulté le 8 juin 2017).
  88. Farid Hallalet, « Le label Bishi-Bishi présent à la Japan Expo », sur Zero yen, (consulté le 8 juin 2017).
  89. Stéphane Vaugeois, « Sayaconcept chez Bishi-Bishi, le label est à Paris Manga », sur Console toi, (consulté le 8 juin 2017).
  90. a et b (en) Claire, « LAZYgunsBRISKY Join European Label Bishi-Bishi », sur Jame World, (consulté le 8 juin 2017).
  91. Marc, « Interview de Xavier Norindr, manager chez Ankama Music », sur Japan Addiction Music, (consulté le 8 juin 2017).
  92. Hiper-tofu, « Le label Bishi Bishi n’appartient plus à Ankama Music, mais à Crosslight Global Entertainment », sur Krozmotion, (consulté le 8 juin 2017).
  93. Sylvain T., « Rencontre avec... Guillaume Pladys (Dofus OST) ! », sur Scifi-universe, (consulté le 2 juin 2017).
  94. « Ankama Music », sur Société.com (consulté le 19 mai 2017).
  95. « Ankama Music », sur Discogs (consulté le 26 mai 2017).
  96. « HipHipHip », sur Discogs (consulté le 8 juin 2017).
  97. « HipHipHip : Discographie », sur CD1D (consulté le 8 juin 2017).
  98. « HipHipHip », sur HipHipHip (consulté le 8 juin 2017).
  99. « Bishi-Bishi », sur Discogs (consulté le 8 juin 2017).
  100. Farid Hallalet, « The Micro Head 4N's signe avec le label Bishi-Bishi », sur Zero yen, (consulté le 8 juin 2017).
  101. Bloodh, « Fête de l'animation : Première Ankama Convention », sur Wakfu-JeuxOnLine, (consulté le 3 juin 2017).
  102. http://www.dofus.com/fr/mmorpg/actualites/news/287764-important-ankama-convention-7
  103. Elsa, « Ankama Convention #6 à Lille, les 5 et 6 mars 2011 », sur Madmoizelle, (consulté le 26 décembre 2017).
  104. « Prix du Créateur 2012 », Wakfu Mag, no 1,‎ , p. 3.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier