André Delmas (haut fonctionnaire)

archiviste et haut fonctionnaire français

André Delmas (1917-2002) est un archiviste et haut fonctionnaire français.

André Delmas
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Préfet
Territoire de Belfort
-
Jean Clauzel (d)
Jean Pinel (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
Formation
Activités
Autres informations
Distinctions
Archives conservées par
Archives nationales (19930584/22)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Né le à Aurillac (Cantal), il est le fils de Jean, Victor Delmas, directeur d’usine, et de son épouse Jeanne née Labrunhie. Il effectue ses études au lycée Émile-Duclaux à Aurillac puis aux facultés des lettres et de droit de Paris, où il obtient les licences dans ces deux disciplines[1].

Titulaire du diplôme de bibliothécaire, il obtient à l'École nationale des chartes en 1943 le diplôme d'archiviste paléographe avec une thèse intitulée « Gaillard, Jacques et Raoul Spifame, étude d'une famille au XVIe siècle » [2].

Il est d'abord archiviste de la commune de Vanves (1941), puis archiviste départemental des Basses-Alpes (1943)[3], à Digne.

Il devient ensuite chef de cabinet du préfet des Hautes-Pyrénées (1947), puis de celui du Doubs (1952)[3]. Il est nommé sous-préfet de l'arrondissement de Sartène (1954), puis chef de cabinet du préfet de la Haute-Vienne (1955), avant de rejoindre les préfectures de Saône-et-Loire (1965), puis de l'Essonne (1967), comme secrétaire général[3],[4].

Son premier poste de préfet de plein titre est dans le Territoire-de-Belfort (1974)[3].

Le , préfet hors cadre, il est nommé directeur central de la Sécurité publique à la direction générale de la police nationale[1],[5],[6]. Delmas propose dans cette fonction de scinder l'administration de la police. Il est nommé en 1978, directeur central des polices urbaines, une nouvelle direction au sein du ministère français de l'intérieur. Cette nouvelle direction correspond à la volonté du ministre Christian Bonnet de renforcer la politique de sécurité, de regrouper dans une direction spécifique les CRS, avec pour mission, pour André Delmas, de donner plus de cohérence à l'usage de ces compagnies et de développer des unités mobiles de sécurité et des îlotiers[7],[8].

En 1979, il est nommé président du Bureau d'études des postes et télécommunications d'outre-mer , puis est chargé de mission auprès de la Direction générale des Postes et Télécommunications, et auprès d'Yvette Roudy ministre des Droits de la femme (1981), puis du ministre des Postes et télécommunications Louis Mexandeau (1982)[3].

DécorationsModifier

PublicationsModifier

BibliographieModifier

  • Robert Pinaud, Soldats sans victoires, l’ancien chef des CRS raconte, Paris, Garancière, 1986, p. 307.

RéférencesModifier

  1. a et b La Rédaction, « Notice biographique André Delmas », sur www.sfhp.fr, (consulté le 23 août 2017)
  2. Yves Jeanclos, Les projets de réforme judiciaire de Raoul Spifame au XVIe siècle, 1977
  3. a b c d e f et g Bargeton 1994.
  4. « Mouvement préfectoral », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. La Rédaction, « SECURITE PUBLIQUE », sur www.sfhp.fr, (consulté le 24 août 2017)
  6. « Nominations. M. ANDRÉ DELMAS, directeur central de la sécurité publique », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  7. « Les C.R.S. deviennent autonomes », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  8. Alain Hamon et Jean-Charles Marchand, Dossier P-- comme police, (lire en ligne), p. 44-60
  9. a b c d e et f « André Delmas », sur whoswho.fr.
  10. André (1917-2002) Auteur du texte Delmas, Seigneurs du Chambon de Ventadour, du XIVe au XVIe siècle, impr. E. Ogier (lire en ligne)
  11. « Abbaye de Saint-Amand (Saint-Amand-de-Coly) | Structurae », sur Structurae (consulté le 24 août 2017)
  12. Alain Hamon et Jean-Charles Marchand, Dossier P-- comme police, A. Moreau, (ISBN 9782852090125, lire en ligne)

Liens externesModifier