Ouvrir le menu principal

Diocèse d'Aléria
(la) Dioecesis Aleriensis
Pays France
Église catholique
Rite liturgique romain
Type de juridiction diocèse
Création VIe siècle
Suppression 1790 / 1801
Province ecclésiastique Pise
Siège Aléria
Cervione
Diocèses suffragants aucun
Titulaire actuel liste
Langue(s) liturgique(s) latin
Calendrier julien puis grégorien
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Le diocèse d'Aléria (en latin : Dioecesis Aleriensis) est un ancien diocèse de l'Église catholique en France. Il est un des six diocèses historiques de l'île de Corse.

Sommaire

HistoireModifier

Le diocèse d'Aléria est érigé au VIe siècle.

Par la bulle Cum universis du , le pape Urbain II en fait un diocèse suffragant de l'archidiocèse métropolitain de Pise.

En 1578, les évêques d'Aléria établissent leur résidence à Cervione.

Le diocèse est supprimé par la Constitution civile du clergé, adoptée par l'Assemblée nationale constituante le et sanctionnée par Louis XVI le 24 août suivant. Sa suppression n'est pas reconnue par le pape Pie VI. Mais, à la suite du Concordat de 1801, il n'est pas rétabli : par la bulle Qui Christi Domini du , le pape Pie VII supprime le siège épiscopal et incorpore le territoire du diocèse dans celui d'Ajaccio.

En avril 2002, le titre d'évêque d'Aléria est rétabli comme siège titulaire. Depuis le , Mgr Guido Fiandino, évêque auxiliaire émérite de Turin, est l'évêque titulaire d'Aléria.

La cathédrale et la pieve religieuseModifier

D'après Geneviève Moracchini-Mazel [1] l'église San Marcellu d'Aleria faisait office de cathédrale de l'évêché d'Aleria (composé de 23 pievi selon elle) et d'église piévane (appelée aussi "piévanie" ou "pieve").

L'église devenue paroissiale a été profondément remaniée au XIXe siècle.

TerritoireModifier

Le diocèse d'Aléria était le plus vaste de la Corse. Il occupait le centre-est de l'île. Il confinait : au nord, avec le celui de Mariana et celui d'Accia ; au sud, avec celui d'Ajaccio ; et, à l'ouest, avec celui de Sagone. Il comprenait, en outre, deux exclaves : la pieve d'Aregnu, à l'extrême nord-ouest du diocèse de Mariana, dont elle avait été distraite, et la pieve de Carbini, à l'extrême sud-est du diocèse d'Ajaccio, qui semble avoir subi le même sort.

« L'évêché d'Aléria a un revenu de deux mille ducats ; il comprend dix-neuf pièves qui sont : Giovellina, Campoloro, Verde, Opino, Serra, Bozio, Alesani, Orezza, Vallerustie, Talcini, Venaco, Rogna, Cursa, Coasina, Castello, Aregno, Matra, Niolo et Carbini dans le Delà des Monts. »

— Mgr Agostino Giustiniani in Dialogo nominato Corsica - Traduction de l'Abbé Letteron in Histoire de la Corse, Description de la Corse - Tome I, p. 83.

ÉvêquesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Giovanni Banchero in Annales de Banchero publiées par abbé Letteron - Bulletin de la Société des sciences historiques & naturelles de la Corse, Imprimerie et Librairie Veuve Eugène Ollagnier, Bastia août-septembre-octobre 1887, 219 pages - Annales de Banchero disponible sur Gallica.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Geneviève Moracchini-Mazel, Les Églises Romanes de Corse, Paris, Klincksieck, CNRS, , 451 p., p. 355

RéférencesModifier