Amar Ghoul

homme politique algérien

Amar Ghoul
Illustration.
Fonctions
Sénateur

(3 ans, 1 mois et 4 jours)
Groupe politique Tiers présidentiel
Prédécesseur Mustapha Cheloufi
Ministre algérien de l'Aménagement du territoire, du Tourisme et de l'Artisanat

(1 an et 28 jours)
Président Abdelaziz Bouteflika
Premier ministre Abdelmalek Sellal
Gouvernement Sellal III et IV
Prédécesseur Dalila Boudjemaâ (Aménagement du territoire)
Mohamed Amine Hadj Said (Tourisme et Artisanat)
Successeur Abdelouahab Nouri
Ministre algérien des Transports

(1 an, 8 mois et 3 jours)
Gouvernement Sellal II
Prédécesseur Abdelmalek Sellal
Successeur Boudjemaa Talai

Intérim
(1 mois et 25 jours)
Président Abdelaziz Bouteflika
Gouvernement Ouyahia III
Prédécesseur Abdelmalek Sellal
Successeur Mohamed Maghlaoui
Ministre algérien des Travaux publics

(1 an et 7 jours)
Président Abdelaziz Bouteflika
Premier ministre Abdelmalek Sellal
Gouvernement Sellal I
Prédécesseur Noureddine Moussa (intérim)
Lui-même
Successeur Farouk Chiali

(9 ans, 11 mois et 20 jours)
Président Abdelaziz Bouteflika
Premier ministre Ahmed Ouyahia
Chef du gouvernement Ali Benflis
Abdelaziz Belkhadem
Ahmed Ouyahia
Gouvernement Benflis II et II
Ouyahia III, IV, V, VI, VII, VIII et IX
Belkhadem I et II
Prédécesseur Benalia Belahouadjeb
Successeur Noureddine Moussa (intérim)
Lui-même
Biographie
Date de naissance (61 ans)
Lieu de naissance Ain Defla (Wilaya de Aïn Defla)
Nationalité Algérienne
Parti politique MSP (2002-2012)
R E A (depuis 2012)
Religion Islam

Amar Ghoul (عمار غول), né le à Aïn Defla en Algérie, est un homme politique algérien. Il fut notamment ministre des Transports.

Dans le contexte des manifestations de 2019 en Algérie, il est arrêté pour corruption et a été condamné à des peines d'emprisonnement.

BiographieModifier

Parcours politiqueModifier

Amar Ghoul est né dans la wilaya de Ain Defla. Il obtient son baccalauréat, série mathématiques, au lycée de Miliana en 1980. En 1986, il occupe le poste d'ingénieur d'État en Génie civil à Rouïba. Il continue ses études et obtient un DEA en génie nucléaire. En 1989, il part pour la France où il obtient en 1991 un doctorat en génie nucléaire. En 1998, il est diplômé à Oran où il est fait docteur d'État en génie mécanique.

Sur le plan politique, il est élu en 2002 et 2012 député à l'Assemblée populaire nationale pour le parti islamiste MSP mais il ne siégera jamais, appelé à chaque fois à un poste gouvernemental.

Il a fait partie de quatorze gouvernements en tant que ministre de la Pêche de 1999 à 2002 puis comme ministre des Travaux publics de 2002 à 2013.

En 2012, il quitte le MSP, pour créer le parti R E A (Rassemblement de l'Espoir de l'Algérie)[1]. Ce parti veut rassembler islamistes, nationalistes et démocrates et a pour références: l’islam, l’arabité, l’amazighité, la déclaration du 1er novembre 1954, la constitution, le patrimoine culturel du peuple algérien, les valeurs et les expériences humaines[2].

Le , Amar Ghoul est désigné par le président Bouteflika ministre des Transports, poste auquel il est reconduit lors du remaniement ministeriel de [3].

Du au [4], il est ministre de l'Aménagement du territoire, du Tourisme et de l'Artisanat[5],[6].

En , il est nommé sénateur, succédant à Mustapha Cheloufi[7].

En , il fait nommer son frère, Abdelkader Ghoul, directeur de l’Environnement de la wilaya de Tipaza[8].

CondamnationsModifier

Le , dans le contexte des manifestations de 2019 en Algérie, il est renvoyé devant la Cour suprême[9]. Le suivant, il est placé sous mandat de dépôt à la prison d'El-Harrach dans le cadre d'enquêtes liées à des affaires de corruption[10]. Le 1er juillet 2020 dans le cadre de l'affaire Haddad le tribunal de Sidi M'Hamed, il est condamné à 10 ans d'emprisonnement pour corruption[11].

Dans l'affaire Tahkout il a été condamné à trois ans d'emprisonnement[12], peine ramenée à 18 mois avec sursis en appel[13].

Le 4 janvier 2021, poursuivi dans des affaires de corruption dans le secteur du tourisme à Skikda, il est condamné à trois ans de prison[14].

Accusé de « dilapidation de deniers publics, de corruption et d'attribution d'indus avantages » dans une affaire liée à la construction d'une pénétrante de l'autoroute Est-Ouest, il est condamné à 4 ans de prison en mars 2022[15].

Fonctions politiquesModifier

  • 1997-1999 ; élu député de la wilaya de Aïn Defla sur la liste MSP de Mahfoud Nahnah.
  • 1999-2002 : Ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques
  • 2002 : Élu député de la wilaya d'Aïn Defla sur la liste MSP
  • 2002-2013 : Ministre des Travaux publics
  • 2012 : Élu député de la wilaya d'Alger sur la liste de l'Alliance Verte
  • 2013 : Ministre des Transports
  • 2015 : Ministre de l'Aménagement du territoire, du Tourisme et de l'Artisanat.

Notes et référencesModifier

  1. http://www.lexpressiondz.com/actualite/159236-un-parti-ou-il-n-y-a-pas-de-place-pour-les-ideologies.html
  2. « TAJ Définition », sur site du parti TAJ
  3. « LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE NOMME LES MEMBRES DU NOUVEAU GOUVERNEMENT », sur Ambassade d'Algérie à Paris, (consulté le )
  4. Rédaction du Huffington Post Algérie, « Remaniement ministériel partiel : Abderrahmane Benkhalfa, Amar Ghoul et Salah Khebri écartés du gouvernement », sur Al Huffington Post (Maghreb – Algérie), (consulté le ).
  5. « Remaniement partiel du gouvernement Sellal: 9 ministres partants et des permutations », sur Al HuffPost Maghreb, (consulté le )
  6. AW, « Gouvernement : Un remaniement et des interrogations – Algeria-Watch » (consulté le )
  7. Farid Alilat, « Algérie : Amar Ghoul nommé sénateur du tiers présidentiel », sur Jeune Afrique, (consulté le ).
  8. « Amar Ghoul fait nommer son frère à la tête de la direction de l’environnement de Tipaza ! - Algérie360.com », (consulté le )
  9. AFP/VOA, « Les dossiers de 12 anciens hauts responsables transmis à la justice », sur voaafrique.com, Les dossiers de 12 anciens hauts responsables transmis à la justice, (consulté le ).
  10. « Affaires Haddad et Tahkout: Amar Ghoul placé sous mandat de dépôt », sur Agence APS, (consulté le ).
  11. liberte-algerie.com, « 18 ans de prison pour Haddad, 12 ans pour Ouyahia et Sellal: Toute l'actualité sur liberte-algerie.com », sur http://www.liberte-algerie.com/ (consulté le )
  12. Dib Nassima, « Tribunal de Sidi M’hamed: Mahieddine Tahkout condamné à 16 ans de prison ferme », sur www.aps.dz (consulté le )
  13. Tahkout condamné à 14 ans de prison ferme, Ouyahia et Sellal à 5 ans de réclusion, site aps.dz, 18 novembre 2020.
  14. Pillage d'un foncier touristique à Skikda: des peines allant de 3 à 7 ans de prison ferme, site aps.dz, 4 janvier 2021.
  15. L'ex-ministre Amar Ghoul condamné à 4 ans de prison ferme, site liberte-algerie.com, 24 mars 2022.