Alphasyllabaire malayalam

alphasyllabaire
(Redirigé depuis Alphabet malayalam)

Malayalam
Image illustrative de l’article Alphasyllabaire malayalam
Caractéristiques
Type Alphasyllabaire
Langue(s) malayalam
Historique
Époque Vers le Xe siècle jusqu’à nos jours
Système(s) parent(s) Protosinaïtique

 Phénicien
  Araméen
   Brahmi
    Grantha
     Malayalam

Codage
Unicode U+0D00 à U+0D7F
ISO 15924 Mlym[1]

L’alphasyllabaire malayalam (malayalam : മലയാളലിപി, malayāḷalipi) est un système d’écriture brahmique principalement utilisé pour écrire le malayalam, une langue dravidienne parlée par environ 35 millions de personnes[2] notamment dans le sud de l’Inde, dans l’État du Kerala. Il est aussi utilisé pour écrire le sanskrit et le konkani conjointement avec d'autres systèmes d'écriture, ainsi que certaines langues peu parlées comme le betta kurumba et l'adiya[3]. Comme beaucoup d'autres systèmes d'écriture indiens, c'est un abiguda. L'écriture s'effectue de gauche à droite et la première ligne est celle du haut tout comme dans l'alphabet latin.

LettresModifier

 
Lettres malayalam

La romanisation est indiquée selon la norme ISO 15919 et la prononciation est celle de la langue malayalam. Toutefois, elle est très similaire dans les autres langues utilisant le même système d'écriture.

 
Panneau en malayalam dans la banlieue de Cochin au Kerala.

ConsonnesModifier

Voici les 38 consonnes malayalam[4],[5],[6] (വ്യഞ്ജനങ്ങൾ ; vyanjanam) dans l'ordre alphabétique[7] (les graphies obsolètes sont surlignées en jaune) :

Consonne ISO API
ka [ka]
kha [kʰa]
ga [ga]
gha [ɡʱa]
ṅa [ŋa]
ca [ t͡ʃa]
cha [ t͡ʃʰa]
ja [ d͡ʒa]
jha [ d͡ʒʱa]
ña [ ɲa]
ṭa [ʈa]
ṭha [ʈʰa]
ḍa [ɖa]
ḍha [ɖʱa]
ṇa [ɳa]
ta [a]
tha [ʰa]
da [a]
dha [ʱa]
na ; ṉa [a] ; [na]
pa [pa]
pha [pʰa] ; [fa]
ba [ba]
bha [bʱa]
ma [ma]
ya [ ja]
ra [ɾa]
la [la]
va [ʋa]
śa [ ʃa~ɕa]
ṣa [ʂa]
sa [sa]
ḷa [ɭa]
ḻa [ɻa]
ṟa ; ṯa [ra] ; [ta]
ṉa [na]
ṯa [ta]

ViramaModifier

Une consonne sans diacritique est suivie de la voyelle [a]. Le virama (ചന്ദ്രക്കല ; candrakkala) est un signe diacritique qui permet d'indiquer une consonne qui n'est suivie d'aucune voyelle.

Consonne ISO API
Sans virama pa [pa]
Avec virama (്) പ് p [p]

Parfois, en fin de mot, le virama peut représenter une voyelle très courte (സംവൃതോകാരം ; saṁvr̥tōkāram). Sa prononciation varie selon les dialectes mais les plus courantes sont [ə] et [ɨ]. La romanisation est généralement ŭ.

ChillusModifier

Les 9 chillus, ou chillaksharam (ചില്ലക്ഷരം ; cillakṣaram) sont des consonnes spéciales qui sont toujours indépendantes sans qu'il ne soit nécessaire de leur apposer un virama[5],[6] (les chillus obsolètes sont surlignés en rouge et risquent de ne pas s'afficher correctement sur certains navigateurs).

Base Chillu ISO API
[ɳ]
n []
r [ɾ]
l [l]
[ɭ ]
ൿ k [k]
m [m]
y [ j]
[ɻ ]

VoyellesModifier

Voici la liste des 16 voyelles malayalam[4],[5],[6] (സ്വരങ്ങൾ ; svaram) dans l'ordre alphabétique[7] (les voyelles obsolètes sont surlignées en rouge et les graphies obsolètes sont surlignées en jaune) :

Initiale Diacritique[8] ISO API Précédé de പ ; [p]
Ø a [a]
ā [aː] പാ
ി i [i] പി
ī [iː] പീ
u [u] പു
ū [uː] പൂ
[rɨ] പൃ
r̥̄ [rɨː] പൄ
[lɨ] പൢ
l̥̄ [lɨː] പൣ
e [e] പെ
ē [eː] പേ
ai [ai] പൈ
o [o] പൊ
ō [oː] പോ
au [au] പൗ
പൌ

AnusvaraModifier

L'anusvara (അനുസ്വാരം ; anusvāram) indiquait autrefois une nasalisation. Aujourd'hui, il indique juste le phonème [m] après une voyelle. Il est toujours précédé et jamais suivi par une voyelle[6].

Diacritique ISO Exemple ISO 15919 API

m (en fin de mot)

അം am [am]

Note : l'anusvara (ം) ressemble graphiquement à la consonne ṭha (ഠ). Une confusion entre ces deux signes change la prononciation ainsi que le sens. Seules leurs tailles permettent de les différencier : l'anusvara est plus petit.

VisargaModifier

Le visgara (വിസർഗം ; visargam) est un signe diacritique qui s'appose sur une voyelle afin de signaler qu'elle est suivie du son [h]. Tout comme l'anusvara, il est toujours précédé et jamais suivi par une voyelle[6].

Diacritique ISO Exemple ISO 15919 API
അഃ aḥ [ah]

EnchaînementsModifier

Consonne-voyelleModifier

Lorsqu'une voyelle suit une consonne, le signe diacritique correspondant à la voyelle s'appose à la consonne. Exemple :

Consonne Voyelle Signe
ക ; [ka] + ി ; [i] = കി ; [ki]
ബ ; [ba] േ ; [eː] ബേ ; [beː]
ഝ ; [ d͡ʒʱa] ൈ ; [ai] ഝൈ ; [ d͡ʒʱai]

Consonne-consonneModifier

Lorsque deux consonnes se suivent, la première peut avoir un virama ou être remplacée par un chillu. Toutefois, il existe d'autres moyens de représenter l'enchaînement de deux consonnes. En voici la liste[4],[5],[6] :

Diacritiques réguliersModifier

Voici quelques exemples de diacritiques réguliers qui sont des versions miniaturisées de leurs formes complètes :

Consonne 1 Consonne 2 Signe
ക് ; k + ന ; na = ക്ന ; kna
ച ; ca ക്ച ; kca
ജ ; ja ക്ജ ; kja

Diacritiques irréguliersModifier

Consonne + yaModifier

Lorsque la consonne യ (ya, [ ja]) suit une autre consonne, elle est généralement représentée par un signe se plaçant à droite de la consonne qu'elle précède. Exemple :

Consonne ya Signe
ക് ; k + യ ; ya = ക്യ ; kya
പ് ; p പ്യ ; pya

Note : il existe une exception (യ്യ ; yya).

Consonne + vaModifier

La situation est similaire pour la consonne വ (va, [ʋa]). Exemple :

Consonne va Signe
ക് ; k + വ ; va = ക്വ ; kva
പ് ; p പ്വ ; pva

Note : il existe une exception (വ്വ ; vva).

Consonne + laModifier

Pour la consonne ല (la, [la]), le signe se place en dessous de la première consonne. Exemple :

Consonne la Signe
ക് ; k + ല ; la = ക്ല ; kla
പ് ; p പ്ല ; pla
ല് ; l ല്ല ; lla

LigaturesModifier

Il existe aussi des ligatures pour les enchaînements de consonnes les plus fréquents.

ISO kka ṅka ṅṅa ñca ñña ṭṭa ṇṭa tta nta nna ppa mpa mma
Sans ligature ക്‌ക ങ്‌ക ങ്‌ങ ഞ്‌ച ഞ്‌ഞ ട്‌ട ണ്‌ട ത്‌ത ന്‌ത ന്‌ന പ്‌പ മ്‌പ മ്‌മ
Avec ligature ക്ക ങ്ക ങ്ങ ഞ്ച ഞ്ഞ ട്ട ണ്ട ത്ത ന്ത ന്ന പ്പ മ്പ മ്മ

Note : la ligature മ്പ (mpa) est issue de ന്പ (npa).

TrianglesModifier

Certaines consonnes doublées sont indiquées par un triangle souscrit.

ISO cca bba yya vva
Sans ligature ച്‌ച ബ്‌ബ യ്‌യ വ്‌വ
Avec ligature ച്ച ബ്ബ യ്യ വ്വ

Consonne-consonne-voyelleModifier

Il est possible d'apposer une voyelle à n'importe quel enchaînement de deux consonnes. Exemple :

Consonne Voyelle Ligature
ന്‌മ ; nma + ു ; u = ന്‌മു ; nmu
ക്ച ; kca ക്ചു ; kcu
ക്യ ; kya ക്യു ; kyu
ന്ത ; nta ന്തു ; ntu
ബ്ബ ; bba ബ്ബു ; bbu

Signes obsolètesModifier

ChiffresModifier

Les chiffres de l'alphasyllabaire malayalam sont archaïques et ne sont plus utilisés de nos jours. À la place, les chiffres arabes sont utilisés.

0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 100 1000 14 12 34
 

PraslechamModifier

Le praslecham (പ്രശ്ലേഷം ; praślēṣam) se note comme ceci : ഽ. Il est utilisé dans les textes en sanskrit écrits avec l'alphabet malayalam. Il sert à transcrire l'avagraha de la devanagari (ऽ), qui indique l’élision d'un a initial après un mot commençant par ā, ē, ou ō. Il est romanisé par une apostrophe (’) ou par deux points suivis d'une apostrophe (:’).

DandaModifier

Le danda (ദണ്ഡ ; daṇḍa) est un signe de ponctuation qui marquait autrefois la fin d'une phrase ou d'un vers. L'alphasyllabaire malayalam avait un danda (।) et un double danda (॥). Dans Unicode, ils sont codés respectivement U+0964 et U+0965. Ils sont considérés comme faisant partie de la devanagari, mais ils sont en fait présents dans de nombreux systèmes d'écriture indiens.

Ordre alphabétiqueModifier

D'abord, les voyelles sont classées dans l'ordre indiqué dans le tableau plus haut dans l'article (c'est-à-dire : അ ; ആ ; ഇ ; ഈ ; ഉ ; ഊ ; ഋ ; ൠ ; ഌ ; ൡ ; എ ; ഏ ; ഐ ; ഒ ; ഓ ; ഔ). Les consonnes sont après les voyelles et elles suivent l'ordre indiqué dans le tableau plus haut dans l'article (c'est-à-dire : ക ; ഖ ; ഗ ; ഘ ; ങ ; ച ; ഛ ; ജ ; ഝ ; ഞ ; ട ; ഠ ; ഡ ; ഢ ; ണ ; ത ; ഥ ; ദ ; ധ ; ന ; പ ; ഫ ; ബ ; ഭ ; മ ; യ ; ര ; ല ; വ ; ശ ; ഷ ; സ ; ഹ ; ള ; ഴ ; റ)[7].

Représentation informatiqueModifier

UnicodeModifier

PDF : en
 v · d · m 
0123456789ABCDEF
U+0D00 കഀ കഁ കം കഃ  
U+0D10  
U+0D20
U+0D30 ക഻ ക഼ കാ കി
U+0D40 കീ കു കൂ കൃ കൄ   കെ കേ കൈ   കൊ കോ കൌ ക്
U+0D50   കൗ
U+0D60 കൢ കൣ  
U+0D70 ൿ

SaisieModifier

 
Disposition du clavier InScript pour l'alphasyllabaire malayalam.

Le clavier InScript (abréviation de l'anglais Indic Scripts qui signifie Écritures Indiennes) est un clavier standardisé par le gouvernement indien. Il en existe 12 variantes, adaptées à 12 systèmes d'écriture indiens dont l'alphasyllabaire malayalam.

Il est aussi possible de convertir du texte de l'alphabet latin à l'alphasyllabaire malayalam sur certains sites web[9].

TranscriptionsModifier

 
La romanisation ISO 15919 n'est pas toujours utilisée. Sur ce panneau situé à Thrissur au Kerala, la romanisation est conçue pour correspondre à la prononciation anglaise.

Les textes écrits avec l'alphasyllabaire malayalam peuvent aussi être écrits avec les systèmes d'écriture suivants :

TableauModifier

Voici un tableau montrant les différentes transcriptions (les voyelles et les consonnes obsolètes sont surlignées en rouge et les graphies obsolètes sont surlignées en jaune) :

Malayalam ISO 15919 ASCII Cyrl Deva Knda Arabi Suriyani Braille
a A а اَ ܲ / ܐ / ܥ  
ā a آ ܵ  
i и اِ ܝ݂  
ī ii اِي  
u у اُ ܘ݂  
ū uu اُو  
,r ру رْ   
r̥̄ ,rr   
,l   
l̥̄ ,ll   
e е ا٘ ܸ  
ē ee ا٘ي ܹ  
ai аи اَيْ  
o о اٗ ܘ݁  
ō oo اٗو  
au ау اَوْ  
k к ك/ک ܟ  
kh кх كھ ܩ  
g г گ ܓ  
gh гх گھ  
;n н ۼ    
c ч چ  
ch чх چھ  
j дж ج    
jh джх جھ  
ñ ~n н ڿ    
.t т ڊ    
ṭh .th тх ڊھ  
.d д ڗ  
ḍh .dh дх ڗھ  
.n н ڹ    
t т ت ܛ / ܬ  
th тх تھ  
d д د ܕ /    
dh дх دھ  
n

n

_n

н ن ܢ  
p п پ ܦ  
ph пх پھ/ف  
b б ب ܒ  
bh бх بھ  
m м م ܡ  
y й ي ܝ  
r р ڔ    
l л ل ܠ  
.l л ۻ    
v в و ܒ / ܘ / ܦ  
ś ;s ш ش ܫ  
.s ۺ    
s с س ܙ / ܣ / ܨ / ܬ  
h х ھ/ﮭ ܚ / ܗ  

_r

_t

р ر ܪ  
ക്ഷ kṣ k.s кш क्ष ಕ್ಷ کۺ  
_l ж ژ    
_n    
 

m (fin de mot)

;m м مْ  
.h х  

Notes et référencesModifier

  1. Consortium Unicode, « Codes pour la représentation des noms d’écritures »,
  2. (en) « Census of India Website : Office of the Registrar General & Census Commissioner, India », sur www.censusindia.gov.in (consulté le 15 décembre 2019)
  3. Ethnologue (16ème ed.): "Paniya" et "Kurumba, Betta"
  4. a b et c (en) « Malayalam Alphabets | Complete Set of Malayalam Alphabets and Numerals », sur www.prokerala.com (consulté le 15 décembre 2019)
  5. a b c et d (en) « Malayalam alphabet, pronunciation and language », sur www.omniglot.com (consulté le 15 décembre 2019)
  6. a b c d e et f (en) Neo-Brahmi Generation Panel (NBGP), « Proposal for a Malayalam Script Root Zone Label Generation Ruleset (LGR) », (consulté le 15 décembre 2019)
  7. a b et c (en) « Malayalam alphabet », sur www.win.tue.nl (consulté le 15 décembre 2019)
  8. (en) « Malayalam Alphabet and Pronunciation », sur mylanguages.org (consulté le 15 décembre 2019)
  9. « Clavier malayalam en ligne », sur www.lexilogos.com (consulté le 29 décembre 2019)
  10. (en) TC 46, « ISO 15919:2001 », sur ISO, (consulté le 17 décembre 2019)
  11. (en) « Contenu de la norme ISO 15919 » (consulté le 17 décembre 2019)
  12. (ru + ml) Mikhail S. Andronov et Vladimir A. Makarenko, ТМалаялам-русский словарь, Narayanikutti Unikrishnan,‎
  13. (ml) « സുറിയാനി മലയാളം (Suriyani Malayalam) », sur www.nasranifoundation.org (consulté le 30 décembre 2019)
  14. (en) UNESCO, « World Braille Usage », (consulté le 15 décembre 2019)