Ouvrir le menu principal

Abbaye Saint-Aubin des Bois

abbaye située dans les Côtes-d'Armor, en France

Abbaye Saint-Aubin des Bois
Diocèse Diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier
Numéro d'ordre (selon Janauschek) CXXI (121)[1]
Fondation 1138
Dissolution 1791-1820 puis 1830
Abbaye-mère Abbaye de Bégard
Lignée de Abbaye de Cîteaux
Abbayes-filles Aucune
Congrégation cistercien (1138-1791)
diocésain (1820-1830)
Période ou style

Coordonnées 48° 29′ 29″ nord, 2° 23′ 47″ ouest[2]
Pays Drapeau de la France France
Province Duché de Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Commune Plédéliac

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye Saint-Aubin des Bois

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Abbaye Saint-Aubin des Bois

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

(Voir situation sur carte : Côtes-d'Armor)
Abbaye Saint-Aubin des Bois

L'abbaye Saint-Aubin des Bois , (Côtes-d'Armor) est un monastère cistercien de Bretagne fondé, le 3 février 1137, par Geoffroi II Botherel comte de Lamballe et de Penthièvre et des moines de Bégard, à Plédéliac, dans l'actuel département des Côtes-d'Armor.

Sommaire

HistoriqueModifier

En 1143, Philippe, son premier abbé, obtient d'Eugène III la confirmation de toutes les donations déjà faites à Saint-Aubin-des-Bois. En 1240, le monastère est la proie des flammes. La générosité de Denise de Matignon le relève de ses cendres. En 1255, sous l'abbé Hervé, est consacrée l'église rebâtie. En 1433, Eugène IV, qui s'était réservé la nomination du chef de cette communauté, casse l'élection d'Olivier de la Garande, mais, en décembre de la même année, sa sainteté le rétablit. En 1483, Olivier Hus, qui gouvernait l'abbaye depuis 41 ans, est révoqué, comme trop « âgé et imbécile » par Guillaume, abbé de Bégard. Le 23 juin 1484, Olivier de Broon est pourvu de l'abbaye de Saint-Aubin (deux ans après, il est élu abbé de Saint-Melaine de Rennes). En 1653, un ancien évêque d'Avranches, Roger d'Aumont, est abbé de Saint-Aubin. Le 6 juillet 1752, César de Bonamour, docteur en Sorbonne et vicaire général de Rennes, est abbé de Saint-Aubin (il meurt le 24 juillet 1753). La Révolution française porte un coup fatal à l'abbaye de Saint-Aubin-des-Bois où sept moines y séjournaient encore. En février 1796, deux religieux cisterciens de Saint-Aubin sont massacrés par les soldats bleus à la recherche de chouans. L'un des religieux rescapés loue les locaux jusqu'à sa mort en 1820. Dès 1825, le monastère est racheté par l'évêque de Saint-Brieuc, Mgr Le Groing de La Romagère. Il est aménagé en maison de retraite pour prêtres. La maison de Saint-Aubin abrite ensuite l'hospice des Frères de Saint-Jean de Dieu à partir de 1830. Leur établissement est transféré à Léhon en 1838. Vendue, l'abbaye est dépecée pour construire les châteaux de La Vallée et de Saint-Aubin proches, ainsi que les églises de Quintenic et de Pléven.

Liste des abbésModifier

Notes et référencesModifier

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne, Puthod, , 491 p. (lire en ligne), p. 142.
  2. « Aubin-du-Bois, Saint », sur http://www.cistercensi.info, Ordre cistercien (consulté le 18 octobre 2013).

BibliographieModifier

  • Biennale des Abbayes Bretonnes Abbayes Bretonnes Le Sarment Fayrd (Rennes 1983) (ISBN 2213013136). Pierre Amiot « Saint-Aubin-des-Bois » p. 367-372.

Voir aussiModifier