Portail:Ordre cistercien

Ordre cistercien.svg
Bienvenue sur le Portail de l' Ordre cistercien


L'ordre cistercien est un ordre monastique créé au XIIe siècle et parti de l'abbaye de Cîteaux, en Bourgogne. Cette abbaye avait été fondée en 1098 par Robert de Molesme. L'ordre cistercien se développe considérablement sous l'abbatiat d'Étienne Harding, en particulier grâce à la personnalité marquante de Bernard de Clairvaux. Répandu à travers toute l'Europe dès le milieu du XIIIe siècle, l'ordre stagne ensuite et entre en crise à partir de 1350, à cause des guerres, de la peste noire, puis de la mise en place du régime de la commende, enfin fermeture de toutes les abbayes britanniques et de nombreuses abbayes dans les pays luthériens. Au XVIIe siècle, plusieurs réformes tentent une restauration de la ferveur initiale de l'ordre : Feuillants, Bernardines réformées et surtout Trappistes. La Révolution française puis les conquêtes napoléoniennes ont pour conséquence la fermeture de toutes les abbayes de France, de Belgique, d'Allemagne, ainsi qu'une partie de celles situées en Italie ; paradoxalement, elles aident à la refondation de l'ordre trappiste, principalement sous la conduite d'Augustin de Lestrange, ainsi qu'à sa diffusion hors de l'Europe.

Les dernières modifications des 694 articles actuellement liés au portail.

modifier

Lumière sur...
Ruines de l’église abbatiale et chapelle.

L’abbaye royale de Chaalis est une ancienne abbaye cistercienne située à Fontaine-Chaalis, au centre de la forêt d'Ermenonville, face à la Mer de sable, dans le département de l’Oise, en région des Hauts-de-France, à environ quarante kilomètres au nord-est de Paris.

Elle est fondée en 1136 par le roi de France Louis VI et confiée aux moines de l'abbaye de Pontigny. Une abbatiale de grande dimension est construite au début du XIIIe siècle et bénéficie de dons considérables et de faveurs. L'abbaye devient un centre économique et intellectuel important, accueillant à plusieurs reprises les rois de France et comptant plusieurs intellectuels parmi ses membres. Elle possède par ailleurs un très grand nombre de dépendances sous la forme de granges monastiques qui contribuent à lui assurer des revenus colossaux. Après une période de déclin à la fin du Moyen Âge, l'abbaye connaît une période de renaissance artistique avec ses premiers abbés commendataires venus d'Italie. Hippolyte d'Este fait ainsi venir des artistes tels que Sebastiano Serlio ou Le Primatice. Au XVIIIe siècle, de nouveaux bâtiments conventuels sont construits par l'architecte Jean Aubert, sans jamais être achevés. À la suite de sa vente comme bien national pendant la Révolution et de la destruction de l'abbatiale, le domaine est transformé au XIXe siècle en résidence de chasse. Nélie Jacquemart, grande collectionneuse et dernière propriétaire du domaine, le lègue à l'Institut de France avec les œuvres d'art qui y sont conservées.

Le domaine, classé au titre des monuments historiques le , contient actuellement les ruines de l'ancienne abbatiale et du cloître, l'ancienne chapelle abbatiale et ses fresques de la Renaissance, une roseraie et un parc, ainsi que le musée Jacquemart-André et ses collections de peintures, sculptures et arts décoratifs installées dans le château.

Image de qualité
Monasterio de Santa María de Huerta, Santa María de Huerta Soria, España, 2015-12-28, DD 09-11 HDR.JPG

Nef et chœur de l'abbatiale de Huerta, en Espagne.

Actualités

2021

Avril

Index thématique


Congrégations

Abbayes

Cisterciens célèbres

Articles récents