Ouvrir le menu principal

Abbaye de Bégard

abbaye située dans les Côtes-d'Armor, en France
(Redirigé depuis Abbaye Notre-Dame de Bégard)

Abbaye de Bégard
image de l'abbaye
Article à illustrer

Diocèse Diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier
Patronage Notre-Dame
Numéro d'ordre (selon Janauschek) XXXIX (39)[1]
Fondation 1130
Dissolution 1790
Abbaye-mère Abbaye de l'Aumône
Lignée de Abbaye de Cîteaux
Abbayes-filles 057 - Le Relec (1132-1791)
116 - Boquen (1137-1790 et 1937-1973)
121 - Saint-Aubin des Bois (1138-1790)
129 - Lanvaux (1138-1790)
171 - Coatmalouen (1142-1791)
Congrégation Ordre cistercien (1130-1790)
Période ou style

Coordonnées 48° 37′ 49″ nord, 3° 17′ 47″ ouest[2]
Pays Drapeau de la France France
Région historique Duché de Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Commune Bégard
Site abbaye de Bégard

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

(Voir situation sur carte : Côtes-d'Armor)
Abbaye de Bégard

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Abbaye de Bégard

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Bégard

L'abbaye Notre-Dame de Bégard, dans l'actuelle commune de Bégard (Côtes-d'Armor) est la première fondation cistercienne en Bretagne, établie le 10 septembre ou le 10 novembre 1130 par quatre moines de l'abbaye de l'Aumône près de Chartres en un lieu appelé Pluscoat ou Purcoat ou Pura Silva, et renommé "Bégar" car ce lieu avait été antérieurement habité par un ermite portant ce nom[3].

Sommaire

HistoriqueModifier

La fondationModifier

Les quatre moines fondateurs nommés Jean, futur premier abbé, Guillaume, Abraham et Jacques s'adressent en premier lieu à Geoffroi Botherel II, comte de Lamballe, qui les accueille avec des honneurs avant de les éconduire et de les envoyer à son père le comte Étienne à Guingamp. C'est ce dernier qui leur accorde sur ses terres un terrain pour s'établir. Raoul évêque de Tréguier engage ses ouailles à aider l'implantation des religieux. Conan III de Bretagne sous l'influence de sa mère Ermengarde d'Anjou, favorise également l'établissement de l'abbaye[4].

Moyen ÂgeModifier

Au XIIe siècle, Bégard, fille de l'Aumône, et petite-fille ou « fillette » de Cîteaux est surnommée « le petit Cîteaux de l'Armorique » et est à l'origine de la fondation de plusieurs abbayes en Bretagne : Le Relecq (1132), Boquen et Saint-Aubin-des-Bois (1137), Lanvaux (1138) et Coatmalouen (en 1142). Le comte Étienne Ier de Penthièvre († vers 1137), son épouse Havoise, son fils Alain le Noir († 1146) et son petit-fils Conan IV de Bretagne († 1171) obtiennent le droit de sépulture du fait de leurs bienfaits considérables en faveur de l'abbaye[5].

Époque moderneModifier

« Les moines de Bégard dominaient plus du tiers des paroisses du Trégor surtout dans le secteur de Pédernec (...). De 1660 à 1774, pour mesurer le grain que les doivent les paysans [la dîme], ils utilisent des récipients agrandis de 10 %. Quand s'annonce l'enquête qui révélera la fraude, ils décident d'en faire d'autres le plus secrètement possible et de leur donner l'aspect du vieux »[6].

Devenu un prieuré, les bénéfices de Saint-Rion du prieuré de Bégard, au doyenné de Lanvollon étaient pour le prieur de l'Abbaye Saint-Magloire de Léhon, puis en 1789 pour l'évêque.

La RévolutionModifier

Le les « municipaux » de Guénézan saisissent officiellement l'abbaye. L'inventaire est effectué entre le 8 novembre et le 31 décembre suivant. Les bâtiments jardins et vergers, bois et la métairie sont vendus le 3 novembre 1791 à un négociant parisien Étienne-Marie Le Bouteux du Mousseau pour la somme de 165 300 livres.

Sept des huit moines qui se trouvaient encore à l'abbaye en 1790 profitèrent de la Révolution pour abandonner la vie religieuse ; le prieur se déclara athée et il épousa une ci-devant religieuse[6].

Le XIXe siècleModifier

L'église abbatiale fut détruite par un incendie vers 1900.

Le XXe siècleModifier

Depuis 1927, des religieuses occupent à nouveau les lieux, mais il ne reste pratiquement plus de vestiges de l'ancienne abbaye[7].

ArchitectureModifier

Église abbatialeModifier

L'abbatiale a été totalement détruite par un incendie en 1896.

CloîtreModifier

Bâtiments conventuelsModifier

Le logis abbatial de 1748, restauré en 1943 après un incendie avait été transformé en hôpital par la congrégation du Bon-Sauveur de Caen en 1857.

ArmoiriesModifier

DevisesModifier

Terrier, revenus, propriétésModifier

Liste des abbésModifier

Notes et référencesModifier

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne, Puthod, , 491 p. (lire en ligne), p. 111.
  2. « Bégard », sur http://www.cistercensi.info, Ordre cistercien (consulté le 15 octobre 2013).
  3. Abbaye Notre-Dame de BEGARD sur www.infobretagne.com
  4. Collectif, Les Abbayes Bretonnes, Biennale des Abbayes Bretonnes B.A.B & Fayard (ISBN 9782213013138) p. 342
  5. Les Abbayes Bretonnes, op. cit., p. 343
  6. a et b Jean Rohou, "Catholiques et Bretons toujours ? (essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne)", éditions Dialogues, Brest, 2012, (ISBN 978-2-918135-37-1)
  7. Erwan Chartier-Le Floch, "Histoire de la Bretagne en 100 dates", Coop Breizh, 2015, (ISBN 978-2-84346-667-0)

Sources et bibliographieModifier

Liens externesModifier