Ouvrir le menu principal

Années 930 av. J.-C.

décennie
(Redirigé depuis 931 av. J.-C.)

ÉvénementsModifier

Apogée de la puissance d’Israël. Relations commerciales avec l’Égypte, l’Arabie, l’Éthiopie (Ophir), la Phénicie et le Liban[2]. Les grands travaux menés par Salomon contribuent au développement de la métallurgie dans la vallée du Jourdain. L’accroissement démographique (la population aurait doublé depuis le règne de Saül) entraîne la construction de villes fortifiées comportant des murs à casemate, des portes à tenaille, des magasins royaux et des bâtiments publics[4].
  • Avant 931 av. J.-C. : influencé par la prophétie d’Achija de Silo, qui lui annonce qu’après la mort de Salomon il régnera sur dix tribus, Jéroboam complote contre le roi d’Israël[5]. Pour effectuer ses grands travaux, Salomon lève de lourds impôts, inaugure les corvées, cède une vingtaine de villes à Tyr (le pays de Kaboul, à l’est d’Akko) pour payer les bois de cèdre et de cyprès et l’or. L’institution de la corvée provoque plusieurs révoltes, en particulier dans la maison de Joseph (Israël) qui se soulève sous la direction de son chef de corvée, Jéroboam, fils de Nébat, un Ephraïmite. Cette révolte échoue et Jéroboam se réfugie en Égypte auprès de Chéchonq Ier, qui accueille tous les opposants au régime de Salomon[4].
 
Les royaumes d’Israël et de Juda après le schisme de 931 av. J.-C. (frontières estimées selon la Bible).
  • 931 av. J.-C.[6] : le royaume uni d'Israël et de Juda est scindé en deux parties à la mort de Salomon[2]. Son fils Roboam, âgé de 41 ans, se rend à Sichem pour y être proclamé roi d’Israël par l’assemblée du peuple. Cette assemblée exige un allègement des charges (corvée, impôts) que Roboam refuse brutalement. Elle proclame alors l’indépendance d’Israël et lapide le chef de la corvée. Roboam s’enfuit à Jérusalem tandis que l’assemblée fait appel à Jéroboam, fils de Nébat, réfugié en Égypte et l’acclame roi d’Israël. Devant la menace égyptienne, Roboam renonce à intervenir et devient roi de Juda (l’ancienne maison de Juda et la préfecture de Benjamin) avec Jérusalem pour capitale. Jéroboam installe sa capitale à Sichem, puis à Pénuel, et institue un temple royal à Dan, au nord et à Béthel, au sud[4].
  • 931-913 av. J.-C. : règne de Roboam, roi de Juda[2].
  • 931-910 av. J.-C. : règne de Jéroboam, roi d'Israël[2].

ReligionModifier

  • Des cultes étrangers, installés par Salomon, se développent à Jérusalem (sanctuaires de Kémosh, dieu de Moab, de Milkom, dieu d’Ammon, d’Astarté, déesse de Sidon)[7], ce qui doit susciter le mécontentement des Israélites et provoquer le soutien de prophètes à l’opposition au régime.
  • Dans les sanctuaires de Dan et de Béthel sont placés un veau ou un taureau d’or non pas en tant qu’objet de culte, mais simplement pour servir de piédestal au Dieu invisible d’Israël[8]. Une fête d’automne est instituée pour célébrer la récolte[9].

Notes et référencesModifier

  1. Josette Elayi, Histoire de la Phénicie, (ISBN 9782262043254, présentation en ligne)
  2. a b c d et e Georges Roux, La Mésopotamie, Seuil, (ISBN 9782020086325, présentation en ligne)
  3. Étienne Drioton, Jacques Vandier, Les peuples de l'Orient méditerranéen : L'Égypte, Presses universitaires de France, (présentation en ligne)
  4. a b et c André Lemaire, Histoire du peuple hébreu, Presses Universitaires de France, (ISBN 9782130730057, présentation en ligne)
  5. Samuel Amsler, Les actes des prophètes, Labor et Fides, (ISBN 9782830900408, présentation en ligne)
  6. selon la chronologie biblique usuelle
  7. Joëlle Ferry, Illusions et salut dans la prédication prophétique de Jérémie, Walter de Gruyter, (ISBN 9783110162394, présentation en ligne)
  8. François Brossier, La Bible dit-elle vrai ?, Éditions de l'Atelier, (ISBN 9782708250901, présentation en ligne)
  9. Heinrich Graetz, Histoire des Juifs, FV Éditions, (ISBN 9791029902239, présentation en ligne)