Ophir

Bible

Ophir (en Hébreu אוֹפִיר) est un port ou une région mentionnée dans la Bible qui était connue pour sa richesse, notamment l'or. Le roi Salomon est censé avoir reçu tous les trois ans une cargaison d'or, d'argent, de bois (probablement de santal), de pierres précieuses, d'ivoire, de singes et de paons d'Ophir. Ophir est également l'un des enfants de Yoktan.

EmplacementModifier

Les disciples bibliques, les archéologues et diverses autres personnes ont essayé de déterminer l'endroit exact où était situé Ophir. Il semble que les bateaux revenant d'Ophir déchargeaient leur cargaison dans un port du Sud du Sinaï en provenance de la mer Rouge. Le port en question serait Ezion-Geber, qui est situé près d'Eilat, sur le bord de la mer Rouge, au pays d'Édom (1 Rois 9:26).

Pour certains, Ophir était situé quelque part dans le sud-ouest de l'Arabie, dans la région du Yémen moderne. D'autres le situent « en Inde », mais dans un temps où l’Éthiopie ou Érythrée était perçue comme étant en Inde (« Inde mineure »)[1].

Une autre possibilité serait le rivage africain de la mer Rouge, la Somalie actuelle, dont le nom et où Le Périple de la mer Érythrée, écrit au Ier siècle, situe le port d'Adulis. Cette région a de plus une longue tradition d'extraction minière, artisanale et communautaire. Une chose semble être sûre, c'est que cette région est supposée proche du royaume de la Reine de Saba, commanditaire des envois de marchandises. Selon la légende, son fils Ménélik Ier fut roi d'Éthiopie ce qui semblerait accréditer cette dernière thèse.

En 1568, découvrant les Îles Salomon, Alvaro Mendaña y vit Ophir, et nomma les îles en conséquence[2]. En 1647, Gaspar Escalona de Agüero dans son Gazophilatium regium Perubicum, en particulier sur le magnifique frontispice, fait du Pérou et des mines de Potosi un nouvel Ophir, cela lui permet d'assimiler le roi Salomon avec son souverain Philippe IV d'Espagne[3].

Au XIXe siècle, un explorateur allemand du nom de Karl Mauch pensait avoir trouvé Ophir au Zimbabwe actuel ; plus précisément dans le Grand Zimbabwe, où une cité perdue est considérée comme la plus grande édification en pierre de la zone sub-saharienne précoloniale. Mauch ne croyait pas que cette réalisation ait été faite par les ancêtres des tribus locales. Le Grand Zimbabwe a en effet été un centre de production aurifère et un lieu de commerce pour une partie du Sud de l'Afrique.

Ces interprétations ne sont pas sans lien avec l'afflux des colons blancs en Afrique du Sud, rêvant de trouver la mythique cité de l'Or « Ophir » ou « Zand » (du persan زنگبار Zanj, Zanji-bar signifiant la « Côte des Noirs » d'où le nom de Zanzibar), tout comme les premiers colons en Amérique du Sud recherchaient l'Eldorado. Ces noms ont agi comme des aimants sur les colons européens, mais des recherches archéologiques plus poussées ont démenti tout lien avec Ophir, démontrant que la construction du Grand Zimbabwe était d'origine purement africaine.

Dans la fictionModifier

Ophir et le cinémaModifier

Plusieurs films, dès les années 1930, et jusqu'à Allan Quatermain et la Cité de l'or perdu en passant par Les Mines du roi Salomon, ont exploité le mythe d'un Ophir africain. En revanche, dans le cycle de Conan le barbare, de Robert E. Howard, l'Ophir correspond à un pays ressemblant, par ses habitants, son climat et sa végétation, au sud de l'Europe centrale. L'Ophir est aussi mentionné[4] dans le film La Cité disparue, de Henry Hathaway. La série franco-belge Les Mystérieuses Cités d'or la fait également apparaitre en tant que cinquième cité.

En Israël, les Ophirs sont des récompenses de cinéma décernées par l'Académie israélienne du film et de la télévision.

Ophir et la bande-dessinéeModifier

Ophir est l'un des thèmes traité dans la bande-dessinée des aventures de Donald Duck Les Sept fantastiques Caballeros (moins quatre).

Ophir apparaît également dans le troisième tome du Lion de Judah. On y découvre la légende autour de cette ville mais également ses ruines.

Notes et référencesModifier

  1. Jean Richard, L'extrême Orient légendaire au Moyen Age : Roi David et Prêtre Jean, dans Annales d'Ethiopie, t. 2, 1957, p. 225 sq.
  2. HOGBIN, H. Ian, Experiments in Civilization: The Effects of European Culture on a Native Community of the Solomon Islands, New Yprk: Schocken Books, 1970 (1939), pp.7-8.
  3. « Whose Apocalypse? A New Mercantile Meaning of the “The End” in the New World circa 1600—The Appendix », sur theappendix.net (consulté le )
  4. « La Cité disparue », sur telerama.fr

Voir aussiModifier

  • Quatremère, Mémoire sur le pays d’Ophir, in Mélanges d'histoire, Ducrocq, Paris, 1861, p. 234. En ligne sur Archive.
  • Dictionnaire Encyclopédique de la Bible (tout en majuscules) - les Choses, les Hommes, les Faits, les Doctrines (en gras) publié par Alrxandre WESTPHAL, professeur honoraire à la faculté de Toulouse, Tome Second, Imprimeries Réunies Ducros & Lombard, Aberlen & Cie Valence-sur-Rhône 08-06-1935 - Ophir page 248 qui donne Gen 10. 29, 1 Chr. 1. 23. Les navires mettaient 3 ans pour aller chercher : or, argent, gemmes, bois précieux, ivoire, singes, et paons et revenir (1 Rois 9. 26-28, 10. 11, 2 Chr. 8. 18, 9. 10)

Articles connexesModifier