Ouvrir le menu principal

1er régiment de dragons

unité de cavalerie de l’armée française
(Redirigé depuis 1er régiment de marche de dragons)

1er régiment de dragons
Image illustrative de l’article 1er régiment de dragons
Insigne régimentaire du 1er régiment de dragons

Création 1656
Dissolution 1997
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Régiment de dragons
Rôle Cavalerie
Surnom "Royal dragons"
Devise "Royal d'abord, premier toujours"
(en latin : "Lillia non laborent neque nent")
Inscriptions
sur l’emblème
Valmy 1792
Marengo 1800
Austerlitz 1805
Iéna 1806
Friedland 1807
l'Yser 1914
Picardie 1918
Champagne 1918
Anniversaire Saint-Georges
Guerres Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Fourragères Aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1914-1918
Décorations Croix de guerre 1914-1918
deux palmes, deux étoiles de vermeil et une étoile d'argent

Croix de guerre 1939-1945
une palme

Croix de guerre belge
une palme

Surnommé "Royal dragons", le 1er régiment de dragons (ou 1er RD) est une unité de cavalerie de l’armée française créée en 1656 et dissoute depuis 1997.

Sommaire

Création et différentes dénominationsModifier

  • 14 juin 1656 : Le comte Raimondo Montecuccoli qui désire passer au service de la France envoie quatre compagnies de dragons allemands sous les ordres de son compatriote italien le comte César degli Oddi qui prend le nom de dragons étrangers du Roi
  • 1688 : le régiment est dédoublé en deux régiments, Royal-dragons et Colonel-Général
  • 1791 : à la Révolution, tous les régiments sont renommés en fonction de leur arme, et prennent un numéro d’ordre suivant leur ancienneté. Royal Dragons est renommé 1er régiment de dragons
  • 1811 : transformé en 1er régiment de chevau-légers lanciers, le 1er dragons disparait et le no 1 devient vacant.
  • 1815 : Création du régiment de dragons du Calvados (no 1)
  • 1825 : renommé 1er régiment de dragons
  • 1831 : renommé 1er régiment de dragons d'Orléans
  • 1848 : renommé 1er régiment de dragons
  • 1919 : dissous
  • 1924 : reformé sous le nom de 1er régiment de dragons
  • 1929 : dissous
  • 1937 : recréé avec les éléments du 1er groupe de chasseurs cyclistes (1re D.C.) et du 1er régiment de dragons sous le nom de 1er bataillon de dragons portés
  • 1940 : dissous
  • 1945 : reformé sous le nom de 1er régiment de dragons
  • 1946 : dissous
  • 1951 : reformé sous le nom de 1er régiment de dragons
  • 1962 : dissous (à partir du 3e régiment de hussards de retour d'Algérie)
  • 1963 : reformé sous le nom de 1er régiment de dragons
  • 1997 : dissous

Historique des garnisons, batailles et combats du 1er régiment de dragonsModifier

  • 1653-1659 : La Fronde, 1667-1668: Guerre de Dévolution, 1672-1679: Hollande, 1689-1698: Ligue d'Augsbourg, 1701-1713: Succession d'Espagne, 1734-1735: Succession de Pologne, 1741-1748: Succession d'Autriche, 1756-1763: Guerre de Sept Ans, 1792: Armée du Rhin, 1792: Armée du Centre, 1792-1794: Armée de la Moselle, 1794-1797: Armée de Sambre et Meuse, 1797-1799: Armées d'Allemagne, de Mayence, du Danube et du Rhin. 1800-1803: Italie, 1805-1807: Grande Armée, 1808-1811: Espagne et Portugal, 1870-1871: France, 1914-1918: Grande guerre, 1939-1940: France.

Ancien RégimeModifier

Guerres de la Révolution et de l’EmpireModifier

De 1815 à 1848Modifier

Second EmpireModifier

De 1871 à 1914Modifier

1897 - 1914 : Joigny

Première Guerre mondialeModifier

Le 1er régiment de dragons est formé à Luçon.

1914Modifier

1915Modifier

1916Modifier

1917Modifier

1918Modifier

1919Modifier

Le régiment est dissous dans le cadre des mesures de réorganisation de l'Armée.

Entre-deux-guerresModifier

Le régiment est recréé en 1924. Après avoir été d'abord en garnison à Versailles il rejoint ensuite Saint-Germain-en-Laye puis Pontoise.

En 1937, le 1er régiment de dragons prend le nom de 1er régiment de dragons portés et entre dans la composition de la 2e division légère mécanique.

Deuxième Guerre mondialeModifier

1940Modifier

Depuis 1945Modifier

 
Carte postale des bâtiments de la caserne de Lure entre 1897 et 1914

Avant sa dissolution, il était basé à Lure (Haute-Saône). Créé en 1656, le régiment descend des dragons étrangers du Roi formés en Allemagne pour Louis XIV par le général Montecuculi. Sa devise est "Royal d'abord, premier toujours".

Avant sa dissolution en août 1997, le 1er régiment de dragons était composé de :

  • trois escadrons comportant chacun quatre pelotons de quatre chars Char AMX 30B2 a refroidissement hydrostatique plus le char du capitaine, et un char pour le commandant du régiment, soit 52 chars en tout ; chacun de ces escadrons comportait également un peloton de protection,
  • un escadron de commandement et de logistique (ECL) intégrant un peloton de dépannage, réparation et évacuation (PDRE), un peloton de circulation (ou peloton d'orientation, PO) intégrant la musique du régiment, un peloton de ravitaillement carburant-munitions (PRCM), le service de santé et l'état-major du régiment,
  • un escadron de défense et d'instruction (EDI).

Au total, le régiment comportait 52 chars AMX-30 et une douzaine de chars AMX-10 P, plus 2 chars de dépannage AMX 30D.

HéraldiqueModifier

Sous l'Ancien Régime, les dragons avaient des étendards de forme particulière appelés "guidons". L'insigne du 1er dragons représente un guidon d'azur portant le monogramme couronné du roi Louis XIV qui créa le régiment en 1656 et lui donna douze ans plus tard le titre de "Royal". L'échange de ce titre contre le numéro un, en 1791, inspire la devise inscrite dans le bas de l'insigne "Royal d'abord, premier toujours". L'ensemble est complété par les lances des dragons de 1914 et l'étoile d'argent des dragons portés de 1939.

ÉtendardModifier

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[1]:

 
Etendard du 1er régiment de dragons
 
Fourragère aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1914-1918

DécorationsModifier

Sa cravate est décorée :

  • de la croix de guerre 1914-1918 avec deux palmes, deux étoiles de vermeil et une étoile. d'argent (distinction du 1er groupe de chasseurs cyclistes) ;
  • de la croix de guerre 1939-1945 avec une palme ;
  • de la croix de guerre belge avec une palme.

InsigneModifier

  • L'insigne du 1er dragons représente un guidon d'azur portant le monogramme couronné du roi Louis XIV qui créa le régiment en 1656 et lui donna douze ans plus tard le titre de "Royal". L'échange de ce titre contre le numéro un, en 1791, inspire la devise inscrite dans le bas de l'insigne: "Royal d'abord, premier toujours". L'ensemble est complété par les lances des dragons de 1914 et l'étoile d'argent des dragons portés de 1939.

Chefs de corpsModifier

Liste donnée (jusqu'en 1815) par le général Susane[2] 
  1.  : Oddi (César, comte degli) ;
  2.  : Antoine-Nompar de Caumont, marquis de Puyguilhem ;
  3.  : Bonvisy (Charles de) ;
  4.  : mestre-de-camp de 1669 à 1679[note 1],[3] : le chevalier de Boufflers, marquis (en 1672) et connu plus tard sous le titre de duc de Boufflers, maréchal de France en 1693 ;
  5.  : Nogent (Louis-Armand de Beautru, comte de) ;
  6.  : Creuilly (Paul-Édouard Colbert, comte de) ;
  7.  : Fleury (André-Hercule de Rosset de Rocozel, duc de) ;
  8.  : La Blache (N., marquis de) ;
  9.  : La Blâche (Joseph-Alexandre, comte de) ;
  10.  : Vérac (Charles-Olivier de Saint-Georges, marquis de) ;
  11.  : Lauzun (Armand-Louis de Gontaut-Biron, duc de) ;
  12.  : Gontaut (Jean-Armand-Henri-Alexandre, marquis de) ;
  13.  : Loménie de Brienne (François-Alexandre-Antoine, vicomte de) ;
  14.  : Choiseul-Stainville (Claude-Antoine-Gabriel, duc de) ;
  15.  : Muratel (David-Maurice de Barreau-Champoulies de), général de brigade en 1792 ;
  16.  : Tolozan (Louis de), général de brigade en 1793 ;
  17.  : Blaisel (Louis-Charles-François-Benoît du) ;
  18.  : Vialanes (Jean-Baptiste-Théodore), général de brigade en 1803 ;
  19.  : Arrighi de Casanova (Jean-Thomas), général de division en 1809 ;
  20.  : Oullenbourg (Stanislas-Marie-Joseph-Ignace-Laurent d’), général de brigade en 1807 ;
  21.  : Paul Dermoncourt, général de brigade en 1813 ;
  22.  : Baron Jean-Baptiste-Nicolas Jacquinot ;
  23.  : Dubessy (N.).

Personnages célèbres ayant servi au 1er régiment de dragonsModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Il se démet du régiment Royal-Dragons en mai 1679 peu après sa promotion comme colonel général des dragons, par provisions du 26 août 1678.

RéférencesModifier

  1. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007
  2. Susane 1874.
  3. de Courcelles, « Dictionnaire des généraux français », tome 2, p. 484
  4. carnet de contrôle de MM les officiers du 1er Régiment de Dragons

Sources et bibliographieModifier

  • Historiques des corps de troupe de l'armée française (1569-1900), Ministère de la Guerre, Paris, Berger-Levrault, 1900
  • Général Andolenko, Recueil d'historique de l'arme blindée et de la cavalerie, Paris, Eurimprim, 1968
  • Général Suzane, Histoire de la cavalerie française, vol. 3, Paris, Dumaine,
  • 1er régiment de dragons. Historique : campagne contre l'Allemagne de 1914 à 1919, 20 p., disponible sur Gallica.
  • Jean du Moulin de Labarthète, Des Seigneurs pour une guerre - l'épopée du 1er Régiment de Dragons portés - 2° DLM (10 mai - 24 juin 1940), Préface du général (CR) Pierre Fayolle, vers 1990-92.
  • Lt X. Gaignault, Historique du 1er régiment de dragons, 1656 - 1997, Paris, polyprint éditions, 1997.

Voir aussiModifier