1287 en santé et médecine

événements liés à la santé et la médecine en 1287
Chronologies
Années :
1284 1285 1286  1287  1288 1289 1290
Décennies :
1250 1260 1270  1280  1290 1300 1310
Siècles :
XIIe siècle  XIIIe siècle  XIVe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Croisades Santé et médecine
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Julien · Hébraïque · Hindou · Hégirien · Persan · Républicain

FondationsModifier

 
Monna Tessa
Gouvernante de Béatrice
Fondatrice des
Oblate di S. Maria Nuova

ÉvénementsModifier

  • À York, en Angleterre, St. Leonard's Hospital, dont les origines remontent à selon la tradition[7], n'héberge pas moins de deux cent vingt-cinq pauvres[8] ; mais les sœurs et les frères déclarent y être moins bien nourris que par le passé, et s'ils continuent d'être rémunérés pour leur habillement, les pauvres, eux, se plaignent de ne plus recevoir de vieux vêtements[9].
  • À Saint-Ives, dans le Huntingdonshire, deux personnes ayant donné l'hospitalité à des lépreux sont jugées pour « avoir fait courir un grave péril à leurs voisins et aux marchands de passage[10] ».
  • Le cardinal Conte Casate désigne trois médecins dans son testament[11].
  • Vers 1287 (?) : Georg Friedrich Stabel (de) (-), chimiste et médecine allemand, affirmera en que la plique polonaise, maladie qui consiste dans un entrelacement inextricable de la chevelure, « vient des Indes orientales, d'où elle s'est communiquée aux Tartares et aux Cosaques de l'Ukraine, environ l'an 1287[12] ».

PublicationModifier

  • Vers 1287 : Rufinus compose son traité De virtutibus herbarum, où il « s'attache davantage à la description botanique qu'à l'examen des propriétés médicinales des plantes[13] ».

PersonnalitésModifier

NaissanceModifier

  • ou 1287 : Kalonymus ben Kalonymus (mort après le ), rabbin provençal, traducteur de l'arabe en hébreu de nombreux ouvrages scientifiques, philosophiques et médicaux, n'ayant, semble-t-il, jamais pratiqué la médecine, qu'il avait cependant étudiée[18],[19].

DécèsModifier

RéférencesModifier

  1. Alain et Monique Neidhardt, Histoire brève de la faculté de médecine de Besançon, Besançon, Muséum d'anesthésie et des techniques médico-chirurgicales, 2007 [lire en ligne].
  2. Antoine Claude Pasquin, Voyages historiques et littéraires en Italie, pendant les années 1826, 1827 et 1828, t. 3, Paris, Le Normant, libr., (lire en ligne), p. 164.
  3. (it) Giuseppe Baldassarri, Delle acque minerali di Chianciano : Relazione di Giuseppe Baldassarri, Sienne, Agostino Bindi, (lire en ligne), p. 6, n. 1 [de la 2e relation].
  4. (en) « Hospital of Domus Dei or Maison Dieu », Ariadne, Commission européenne, 2003 [lire en ligne (page consultée le 28 novembre 2019)].
  5. « Moulins-Engilbert : Maladrerie », sur le site du patrimoine du Morvan (lire en ligne).
  6. « Hospitau nau ou maison Lacoste », Arancou, site officiel de la commune, 2019 [lire en ligne].
  7. (en) William Page (en), « Hospitals : York, 176 : The Hospital o St. Leonard, York », dans A History of the County of York, vol. 3, Londres, Victoria County History, (lire en ligne), p. 336 et suiv..
  8. (en) Carla Keyvanian, Hospitals and Urbanism in Rome, 1200-1500, Leyde, Brill, coll. « Studies in Intellectual History » (no 252), , 464 p. (ISSN 0920-8607, lire en ligne), p. 85.
  9. (en) Jennifer Ward, Women in England in the Middle Ages, Londres et New York, Hambledon Continuum, , 283 p. (ISBN 1-85285-346-8, lire en ligne), p. 173.
  10. Bruno Tabuteau, « La Lèpre dans l'Angleterre médiévale : À propos du livre de Carole Rawcliffe, Leprosy in Medieval England [compte rendu, référence : (en) Carole Rawcliffe, Leprosy in Medieval England, Woodbridge, The Boydell Press, , XIII-421 p. (ISBN 978-1-84383-454-0)] », Memini, no 13,‎ , p. 101-170 [§ 76 en ligne] (lire en ligne).
  11. Georges Minois, Le Prêtre et le Médecin : Des saints guérisseurs à la bioéthique, CNRS éditions, (lire en ligne).
  12. Philippe-Rodolphe Vicat, Mémoire sur la plique polonaise, Lausanne, François Grasset, , 64 p. (lire en ligne), p. 9-10 et n. a.
  13. Andrée Tétry, « (en) Rufinus, Lynn Thorndike (éd.) et Francis S. Benjamin (éd.), The Herbal of Rufinus, Chicago, University of Chicago Press, , 476 p., 1 vol., 15 x 23 cm [compte rendu] », Revue d'histoire des sciences, vol. 7, no 1,‎ , p. 95-96 (lire en ligne).
  14. Pierre Julien, « Bibliographie internationale d'histoire de la pharmacie, 1. Généralités toutes époques, Les Actes du congrès international d'histoire de la pharmacie d'Aoste (1969) », Revue d'histoire de la pharmacie, vol. 62, no 223,‎ , p. 273 (lire en ligne).
  15. a et b Ernest Wickersheimer et Guy Beaujouan (éd.), Dictionnaire biographique des médecins en France au Moyen Âge, vol. 2, Genève, Droz, coll. « Hautes études médiévales et modernes » (no 34/2), (1re éd. 1936) (ISBN 978-2-600-04716-6, lire en ligne), « Raymond de Areis », p. 673, « Zambonino de Gazo », p. 781.
  16. (en) Norman Roth (dir.) et al., Medieval Jewish Civilization : An Encyclopedia, New York et Oxon, Routledge, coll. « Encyclopedias of the Middle Ages », , 726 p. (ISBN 0-415-93712-4, lire en ligne), p. 442, col. 2.
  17. Joseph Shatzmiller, « Notes sur les médecins juifs en Provence au Moyen Âge », Revue des études juives, vol. 128, nos 2-3,‎ , p. 260 (lire en ligne).
  18. Henri Gross (trad. Moïse Bloch), Gallia judaica : Dictionnaire géographique de la France d'après les sources rabbiniques, Paris, libr. Léopold Cerf, (lire en ligne), p. 84-87.
  19. (en) Colette Sirat, A History of Jewish Philosophy in the Middle Ages, Cambridge et Paris, Cambridge University Press et éditions de la Maison des sciences de l'Homme, (1re éd. 1985), 485 p. (lire en ligne), p. 329-330.
  20. (en) Faye Getz, « Evesham, Hugh of (d. 1287), physician and cardinal », dans Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, (lire en ligne).