1163 en santé et médecine

événements liés à la santé et la médecine en 1163

ÉvénementsModifier

  • Au concile de Tours, le pape Alexandre III, rappelant et renforçant les prescriptions des conciles de 1139, 1148 et 1162, ordonne que « personne après avoir fait profession et prononcé ses vœux, n'irait plus nulle part pour entendre aucune lecture de médecine[1] » et, en interdisant aux moines de s’absenter plus de deux mois de leur monastère, il leur rend de fait impossible la poursuite d'études qui leur sont d'ailleurs déjà proscrites en droit.
  • C'est par erreur qu'on a cru que le même 6e concile de Tours avait déclaré : « L'Église a horreur du sang » (« Ecclesia abhorret a sanguine[2] »), locution dont on ne trouve la première occurrence qu'en , dans les Recherches sur la chirurgie en France de François Quesnay[3], et qui ne figure dans aucun écrit avalisé par l'Église catholique[4].

FondationsModifier

  • Pierre Ier Raymond, abbé de Saint-Maixent en Poitou, donne un jardin « à un hôpital pour servir d'hébergement aux habitants du bourg[5] ».
  • Dans « une donation faite « à la maison des pauvres du bout du pont » par Guillaume Izarn du masage de Cabanes […], première mention d'un hôpital à Saint-Antonin » en Rouergue[6].
  • L'« ancien hôpital » est attesté à Sion, en Valais[7].
  • Un hôpital est attesté hors les murs à Douai, en Flandre[8].
  • Fondation de la léproserie de femmes Saint-Julien-l'Hospitalier du Petit-Quevilly, près Rouen[9].
  • Première mention de l'hôpital Saint-Antoine de Millau[10].

RéférencesModifier

  1. John Freind (trad. Étienne Goulet), Histoire de la médecine : Depuis Galien jusqu'au commencement du seizième siècle [« The History of Physick : From the Time of Galen to the Beginning of the Sixteenth Century »], Leide, Jean Arnold Langerak, (lire en ligne), partie 3, « Contenant les auteurs latins et modernes », p. 22.
  2. (en) Basil A. Pruitt, « Combat Casualty Care and Surgical Progress », Annals of Surgery, vol. 243, no 6,‎ , p. 715-729 (lire en ligne).
  3. François Quesnay, Recherches critiques et historiques sur l'origine, sur les divers états et sur les progrès de la chirurgie en France, vol. 1, Paris, Charles Osmont, (lire en ligne), p. 35.
  4. (en) Charles H. Talbot, Medicine in Medieval England, Londres, Oldbourne, coll. « History of Science Library », , 222 p. (présentation en ligne), p. 55.
  5. Mémoires de la Société des antiquaires de l'Ouest, t. 4 : Tableau des manuscrits de D. Fonteneau, conservés à la bibliothèque de Poitiers, Poitiers, F.-A. Saurin, , 478 p. (lire en ligne), p. 147.
  6. Cécile Rivals, La Construction d'une ville de confluence : Les Dynamiques spatiales de Saint-Antonin-Noble-Val (82) du Moyen Âge à la période pré-industrielle (thèse présentée et soutenue en vue de l'obtention du doctorat en histoire de l'université de Toulouse), , 462 p. (lire en ligne), p. 178.
  7. Paul de Rivaz, « Les Hôpitaux de Sion », Annales valaisiennes, vol. 4, no 2,‎ , « Les Trois Hôpitaux et la Léproserie », p. 43 (lire en ligne).
  8. Pierre Demolon, Étienne Louis et Murielle Louis-Vanbauce, Douai : Document d'évaluation du patrimoine archéologique urbain, Douai, Association pour les fouilles archéologiques nationales (A.F.A.N.), , 69 p. (lire en ligne), p. 20.
  9. P. Delaunay, Histoire de l'hôpital Saint-Julien de Petit-Quevilly (conférence prononcée à la séance du du Groupe d'histoire des hôpitaux de Rouen), Rouen, CHU-Hôpitaux de Rouen, , 27 p. (lire en ligne), p. 2.
  10. Jean-Yves Bou, L'Histoire des hôpitaux à Millau du Moyen Âge au XXe siècle, [lire en ligne (page consultée le 11 septembre 2020, « L'Hôpital Saint-Antoine »)].