Ouvrir le menu principal

Diocèse de Tréguier
(la) Dioecesis Trecorensis
Image illustrative de l’article Diocèse de Tréguier
Cathédrale Saint-Tugdual de Tréguier
Pays France
Église catholique
Rite liturgique romain
Type de juridiction diocèse
Province ecclésiastique Tours
Siège Tréguier
Diocèses suffragants aucun
Titulaire actuel liste
Langue(s) liturgique(s) latin
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org
L'évêché de Tréguier

Le diocèse de Tréguier (en latin : Dioecesis Trecorensis) est un ancien diocèse de l'Église catholique en France.

Il était, jusqu'au Concordat, l'un des neuf diocèses ou évêchés historiques de Bretagne, dont le territoire était principalement constitué par le Trégor.

Son territoire est repris majoritairement dans l'actuel diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier, et pour une petite partie dans le diocèse de Quimper et Léon.

HistoireModifier

Selon la tradition ou la légende, l'évêché de Tréguier aurait été fondé en 542 par saint Tugdual, qui en fut le premier évêque.

En 2018, l'historien André-Yves Bourgès rédigea une synthèse relative à la date réelle de création de cet évêché. Il la situe à une période comprise entre 1024 et 1034, période à rapprocher de la date de création d'un vaste apanage au nord de la Bretagne au profit d'Eudes, frère d'Alain III en 1035[1].

L'évêché de Tréguier disparut lors de la Révolution le 12 juillet 1790 (décret du 14 novembre 1789) et le dernier des évêques, Monseigneur Le Mintier, s'enfuit à Jersey en 1791. Juste auparavant, il se réfugie au Château de Boisriou à Trévou-Tréguignec. En 1801, Tréguier est rattaché à l'évêché de Saint-Brieuc.

À la fin du IXe siècle et pendant une bonne partie du Xe siècle, une interruption de la fonction épiscopale pendant 90 ans liée aux invasions normandes est à signaler[2].

Son siège était la cathédrale Saint-Tugdual de Tréguier.

Étendue et subdivisionsModifier

L'évêché de Tréguier correspond au Trégor qui s'étend approximativement sur une grande moitié ouest de l'actuel département des Côtes-d'Armor, ainsi qu'une petite partie nord-est du Finistère jusqu'à la partie rive droite de la ville de Morlaix.

L'évêché de Tréguier comportait 2 archidiaconés :

ainsi qu'un Minihy :

Quelques événementsModifier

  • Les fouages sont un impôt foncier, appelé ailleurs taille, qui donne lieu à de multiples exemptions en faveur des familles nobles et de leurs métayers[3]. En 1426, le duc de Bretagne décide une révision de la liste des contribuables assujettis à cet impôt, et en particulier aux nobles de prouver leur noblesse afin de limiter les exemptions[4]. Ces documents sont conservés aux archives départementales de Loire-Atlantique. Le registre de la "réformation des fouages dans l'évêché de Tréguier" a été publié[5].

Liste des évêques de TréguierModifier

Article détaillé : Liste des évêques de Tréguier.

Notes et référencesModifier

  1. André-Yves Bourgès, « Les origines de l'évêché de Tréguier : état de la question », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, vol. 96,‎ , p. 33-53 (ISSN 0750-1420, lire en ligne)
  2. (fr) « Histoire de la ville », sur www.ville-treguier.fr (consulté le 6 septembre 2010)http://www.ville-treguier.fr/patrimoine-treguier/
  3. http://www.genealogie.com/v4/forums/recherches-genealogiques-reformation-des-fouages-de-1426-/-eveche-de-treguier-t1196955.html
  4. http://www.tudchentil.org/spip.php?article100
  5. "LA REFORMATION DES FOUAGES DE 1426, diocèse de TREGUIER" d'après les manuscrits originaux, texte établi par Hervé Torchet, préface de Michel Pastoureau, illustrations heraldiques par Annick Chauvel,REFT, 2003, 24 x 32 cm, 336 pages

Voir aussiModifier