Lanmodez

commune française du département des Côtes-d'Armor

Lanmodez
Lanmodez
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Lannion
Intercommunalité Communauté d'agglomération Lannion-Trégor Communauté
Maire
Mandat
Lydie Domancich
2020-2026
Code postal 22610
Code commune 22111
Démographie
Gentilé Lanmodézien, Lanmodézienne
Population
municipale
404 hab. (2019 en diminution de 9,01 % par rapport à 2013)
Densité 97 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 50′ 31″ nord, 3° 06′ 16″ ouest
Altitude 50 m
Min. 0 m
Max. 53 m
Superficie 4,15 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Tréguier
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Lanmodez
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Lanmodez
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lanmodez
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lanmodez
Liens
Site web lanmodez.bzh

Lanmodez [lɑ̃modɛ] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor, en région Bretagne.

GéographieModifier

SituationModifier

La commune est située dans le nord des Côtes-d'Armor, sur la presqu'île sauvage de Lézardrieux, entre Paimpol et Tréguier. La commune est située le long de l'estuaire du Trieux, sur la rive gauche, près de l'endroit où il se jette dans la Manche.

Les côtes développent de nombreuses îles, parmi lesquelles l'île Maudez, propriété privée, ainsi que l'île Coalen, accessible à marée basse, sur laquelle il y a une allée couverte, classée au titre des monuments historiques.

Communes limitrophesModifier

La commune de Lanmodez est limitrophe de 3 communes.

Communes limitrophes de Lanmodez
Pleubian Pleubian Manche
Pleubian   Manche
Pleumeur-Gautier Lézardrieux Lézardrieux

ClimatModifier

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 11,2 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 0,4 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 0 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 10,1 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 715 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,2 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,6 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Lanleff », sur la commune de Lanleff, mise en service en 1987[7] et qui se trouve à 17 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 11,6 °C et la hauteur de précipitations de 839,3 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Saint-Brieuc », sur la commune de Trémuson, mise en service en 1985 et à 40 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 11 °C pour la période 1971-2000[11] à 11,2 °C pour 1981-2010[12], puis à 11,4 °C pour 1991-2020[13].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Lanmodez est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[14],[15],[16]. Elle appartient à l'unité urbaine de Paimpol, une agglomération intra-départementale regroupant 8 communes[17] et 17 674 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[18],[19]. La commune est en outre hors attraction des villes[20],[21].

La commune, bordée par la Manche, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[22]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[23],[24].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (92,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (92,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (59,9 %), terres arables (33 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (4,8 %), zones humides côtières (2,3 %)[25].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[26].

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Landa Maudeti fin XIe siècle[27], Lanna Maudeti en 1237 et en 1330[28], Lanmeudez vers 1330, Lanmaude en 1585[27], Land-Modez en 1636[28].

L'hagiotoponyme caché de la commune vient du breton lan (ermitage) et de saint Maudez (ou Modez), saint breton du VIIe siècle qui s'installa sur l'île éponyme[27].

HistoireModifier

Le Moyen ÂgeModifier

La paroisse de Lanmodez, enclavée dans l'évêché de Tréguier, faisait partie du doyenné de Lannion relevant de l'évêché de Dol et était sous le vocable de saint Maudez.

Le XXe siècleModifier

Les guerres du XXe siècleModifier

Le monument aux Morts porte les noms des 31 soldats morts pour la Patrie[29] :

  • 16 sont morts durant la Première Guerre mondiale.
  • 4 sont morts durant la Seconde Guerre mondiale.
  • 11 sont morts dans un cadre non déterminé (lacunes).

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Rattachements administratifs

La commune se trouve dans l'arrondissement de Lannion du département des Côtes-d'Armor.

Elle faisait partie du canton de Lézardrieux. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Tréguier. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la cinquième circonscription des Côtes-d'Armor.

IntercommunalitéModifier

Lanmodez était membre de la communauté de communes de la Presqu'île de Lézardrieux, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 2001 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Dans le cadre des prescriptions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe), promulguée le , qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, cette intercommunalité a fusionné avec ses voisines pour former, le , la communauté d'agglomération dénommée Lannion-Trégor Communauté, dont Lanmodez est désormais membre.

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1873 1888 Étienne Le Contellec    
1888 1905 Joseph Jacob    
Les données manquantes sont à compléter.
1977 2001 Yves Capitaine    
mars 2001 3 juillet 2020 Alain Gouronnec[30] DVD Ingénieur retraité
3 juillet 2020 En cours Lydie Domancich[31]   Pianiste
Les données manquantes sont à compléter.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
537559545582675664677700619
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
622640652641586556586558549
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
530603580454461413409399423
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
447418394392392431418420454
2014 2019 - - - - - - -
431404-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[32] puis Insee à partir de 2006[33].)
Histogramme de l'évolution démographique

La démographie n'a guère évolué au cours de la seconde moitié du XXe siècle. Depuis une vingtaine d'années, un certain nombre de résidences secondaires ont été construites sur le littoral, même si cette pression foncière est beaucoup moins forte que dans les autres communes littorales.

EnseignementModifier

Il existe un regroupement pédagogique entre l'école publique de Lanmodez, située au bourg, et celle de la commune voisine de Pleumeur-Gautier.

ÉconomieModifier

 
La zone ostréicole.

La commune possède une zone ostréicole.

Culture locale et patrimoineModifier

Édifices religieuxModifier

  • L'église paroissiale Saint-Maudez (XVIIIe siècle) ;
  • La chapelle Notre-Dame-de-Kermassac'h (XVIIIe siècle) ;
  • La chapelle Notre-Dame-de-Bouan (XIXe siècle) ;
  • La chapelle Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle.

Sur l'île Maudez (propriété privée) :

  • L'oratoire de Saint-Maudez (VIe / XIIe siècles)
  • L'ancienne église prieurale Saint-Maudez (XIe – XIIe siècle)
  • La chapelle moderne Saint-Maudez (XIXe siècle)
  • Le prieuré de l'île Modez (XIe / XIIe siècle - XVe siècle)

Lieux et monumentsModifier

  • L'allée couverte de l'île Coalen, classée au titre des monuments historiques en 1977[34] ;
  • Le souterrain de Kermanguy (âge du fer) ;
  • Le château de la Villeneuve (XVIIe siècle) ;
  • Le manoir de Kermarquer (XVIe siècle) ;
  • L'ancien manoir de Kermanguy (XVIIe siècle) ;
  • L'ancien manoir de Troguerat (XVIIe ou XVIe siècle) ;
  • Le colombier de Troguerat (XVIIe siècle) ;
  • Le moulin de Keranio (XVIe siècle).

Personnalités liées à la communeModifier

  • Michel Champion, artiste peintre et cofondateur de l'Association des copistes des musées français (ACMF) ;
  • Serge Le Vaillant (1958-), animateur radio, vit à Lanmodez où il poursuit ses activités de romancier[35] ;
  • Erik Orsenna (1947-), écrivain et membre de l'Académie Française, qui, après avoir vécu sur l'île de Bréhat, possède aujourd'hui une résidence à Lanmodez[36] ;
  • Gilbert Renault, alias le Colonel Rémy (1904-1984) chef d'un réseau de Résistance durant la Seconde Guerre mondiale, puis auteur, historien et scénariste avait choisi de finir ses jours à Lanmodez[37]. Une plaque célèbre sa mémoire sur l'un des murs de la mairie[38] ;
  • Jean-François Revel (1924-2006), philosophe et écrivain, membre de l'Académie française, et son épouse Claude Sarraute (1927-), chroniqueuse TV, y ont acquis une maison avec vue sur l'île de Bréhat[39]. Au bourg, une salle dédiée à la culture porte le nom de Jean-François Revel[40].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.

RéférencesModifier

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  7. « Station Météo-France Lanleff - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Lanmodez et Lanleff », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Lanleff - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Lanmodez et Trémuson », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Saint-Brieuc - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Saint-Brieuc - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Saint-Brieuc - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Unité urbaine 2020 de Paimpol », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  18. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  19. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  20. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  22. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  23. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  24. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  25. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  26. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  27. a b et c infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Lanmodez » (consulté le ).
  28. a et b Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis » (consulté le ).
  29. « MémorialGenWeb Relevé », sur www.memorialgenweb.org (consulté le ).
  30. « Lanmodez. Le dernier conseil municipal pour Alain Gouronnec », Ouest-France,‎ .
  31. « Municipales à Lanmodez. Lydie Domancich élue maire », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  32. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  33. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  34. « Allée couverte de l'île Coalen », notice no PA00089257, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  35. « Serge Le Vaillant. Écrivain loufoque, exactement », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  36. « Pleubian. Samedi, Erik Orsenna dédicaçait ses livres », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  37. « La mémoire du colonel Rémy en la chapelle de Kermassac'h », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  38. « Une plaque à la mémoire du colonel Rémy », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  39. « Claude Sarraute. L'été, elle tutoie la Bretagne », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  40. « Lanmodez. L’arrière du centre Jean-François-Revel sécurisé », Ouest-France,‎ (lire en ligne).

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :