Ouvrir le menu principal

Étienville

commune française du département de la Manche

Étienville
Étienville
L’église Saint-Georges.
Blason de Étienville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Canton Bricquebec
Intercommunalité Communauté de communes de la Baie du Cotentin
Maire
Mandat
Patrice Lucas
2014-2020
Code postal 50360
Code commune 50177
Démographie
Gentilé Étienvillais
Population
municipale
373 hab. (2016 en augmentation de 8,12 % par rapport à 2011)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 22′ 41″ nord, 1° 26′ 09″ ouest
Altitude Min. 2 m
Max. 30 m
Superficie 7,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 14.svg
Étienville

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Étienville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Étienville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Étienville
Liens
Site web 50177.campagnol.fr

Étienville est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 373 habitants[Note 1].

GéographieModifier

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Aitinvilla vers 1165[2], Aitinville aux XIIe et XIIIe siècles [3], parrochia Sancti Georgii de Aitinvilla en 1226[4], parrochia de Ethinvilla en 1268[5], Aytinvilla en 1278[6], Etyvilla en 1332[7], Esteevilla en 1351 et en 1352[8], Estienville en 1556[9], Etienville en 1716[10], Estienville en 1719[11], Etienville entre 1753 et 1785[12].

Le gentilé est Étienvillais.

HistoireModifier

 
La chapelle du Bon Sauveur à Pont-l'Abbé.

Le Bon Sauveur à Pont-l'Abbé, hameau à cheval sur les communes de Picauville et d'Étienville, fut un hospice pour pauvres créé en 1837 et dirigé par les sœurs du Bon Sauveur ; au fil des ans s'y ajoutèrent un pensionnat, un institut de sourds et muets, un ouvroir pour jeunes filles et un orphelinat, tous de taille modeste. En 1853, l'établissement est autorisé à accueillir les aliénés. En 1903, l’asile du Bon Sauveur de Pont-l’Abbé-Picauville accueille les aliénés des deux sexes des arrondissements de Cherbourg et de Valognes et les aliénés masculins des arrondissements de Saint-Lô et de Valognes. Il reçoit aussi « une grande partie de ses pensionnaires du département de la Seine, qui chaque année déverse le trop plein de ses asiles dans les établissements de province ayant des places libres » ; l'asile accueille alors 360 hommes et 550 femmes ; parmi elles Liouba Bortniker, d'origine russe et première femme reçue à l'agrégation de mathématiques en 1885. Les archives de l'asile ont disparu lors des bombardements du [13].

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune d'Étienville se blasonnent ainsi :
De sable au sautoir d'or chargé d'un trèfle de sinople et cantonné, en chef et en pointe, d'une losange d'argent et, à dextre et à senestre, d'une merlette du même[14].

Politique et administrationModifier

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1983 juin 1995 Maurice Lemenuel    
juin 1995[15] mars 2014 Georges René SE  
mars 2014[16] En cours Patrice Lucas SE Directeur
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[17].

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[19].

En 2016, la commune comptait 373 habitants[Note 2], en augmentation de 8,12 % par rapport à 2011 (Manche : -0,23 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
560531570665581584567633645
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
602644662643664689737837778
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
8619379729061 014930903412886
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
907277303365392344332330328
2013 2016 - - - - - - -
376373-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Le presbytère.
 
Le château.

Activité et manifestationsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale 2016.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  2. Jean Adigard des Gautries, Les noms de personnes scandinaves en Normandie de 911 à 1066, Lund, 1954, p. 176.
  3. François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 117.
  4. Julie Fontanel, Le cartulaire du chapitre cathédral de Coutances, Archives départementales de la Manche, Saint-Lô, 2003, p. 252, § 126.
  5. Ibid., p. 279, § 149.
  6. Paul Le Cacheux, Essai historique sur l'Hôtel-Dieu de Coutances, l'Hôpital général et les Augustines hospitalières depuis l'origine jusqu'à la Révolution, 1895-1899.
  7. Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 300C.
  8. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, op. cit., p. 380F.
  9. Eugène Robillard de Beaurepaire et le Comte Auguste de Blangy, Le Journal du Sire de Gouberville (t. II), Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie XXXII, Caen, 1895, p. 264.
  10. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  11. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  12. Carte de Cassini.
  13. http://smf4.emath.fr/Publications/Gazette/2011/129/smf_gazette_129_51-68.pdf
  14. « GASO, la banque du blason - Étienville Manche » (consulté le 21 mars 2010)
  15. « La commune rend hommage à deux anciens élus », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 12 novembre 2016)
  16. « Patrice Lucas élu maire », sur Ouest-france.fr (consulté le 7 avril 2014)
  17. « Etienville (50360) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 18 juin 2014)
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  22. « Château », notice no PA00110396, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. « Presbytère », notice no PA00110398, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. « Église », notice no PA00110397, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  25. « Œuvres mobilières à Étienville », base Palissy, ministère français de la Culture.
  26. Notice no PA50000043, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier