Émirat de Transjordanie

ancien État
Émirat hachémite de Transjordanie
(ar) إمارة شرق الأردن
(ar) Imārāt Sharq al-Urdun

1921–1946

Drapeau
Drapeau de l'Émirat de Transjordanie (1939-1946)
Description de cette image, également commentée ci-après
Emirat de Transjordanie
Informations générales
Statut Émirat
Capitale Amman
Langue Arabe
Religion Islam
Monnaie Livre palestinienne [réf. souhaitée]
Histoire et événements
1921 Conférence du Caire
Indépendance administrative
Indépendance totale du Royaume
Émir
1921–1946 Abdallah Ier de Jordanie

Entités précédentes :

L'émirat de Transjordanie (arabe : إمارة شرق الأردن Imārāt Sharq al-Urdun) était un protectorat britannique (1921-1946) créé en à la suite d'accords passés pendant la Première Guerre mondiale avec les princes arabes de la dynastie hachémite en échange de leur révolte contre les Ottomans.

Après la Conférence du Caire de 1921, le contrôle du territoire est transféré au troisième fils de Hussein ben Ali, Abdallah Ier, sous la surveillance d'un représentant britannique.

HistoireModifier

Situation avant la Première Guerre mondialeModifier

Sous l'administration de l'Empire ottoman, aucune entité administrative ne portait le nom de Transjordanie[1]. L'essentiel du territoire faisait partie du vilayet de Syrie, partagée entre les sandjaks de Hauran et de Ma'an[2]. Les habitants du nord de la Transjordanie associaient la région avec la Syrie et ceux du sud, avec la péninsule arabique.

Dans la seconde moitié du dix-neuvième siècle, les réformes du Tanzimat étudièrent la fondation d'un état dans la région[3].

Une ligne de chemin de fer reliant Damas à Médine et traversant la région fut construite en 1908. Elle servait à la fois à faciliter les déplacement de pèlerins et aux transports militaires[4].

Construction du Levant après la chute de l'Empire ottomanModifier

 
Carte de 1918 illustrant les négociations entre le gouvernement britannique et le Chérif de la Mecque. (Archives du gouvernement britannique)
 
Carte de 1916 annexée aux Accords de Sykes et Picot représentant les sphères d'influence respectives entre les Français et Britanniques au Levant.

Entre et , dix missives furent échangées entre Hussein ben Ali, chérif de La Mecque et le Lieutenant-Colonel Henry McMahon, Haut-commissaire britannique d'Égypte[5]. Par ces échanges, en particulier la lettre du , le gouvernement britannique acceptait de reconnaître l'indépendance arabe au Moyen-Orient en échange de l'organisation d'une révolte arabe contre l'Empire ottoman[6],[7]. La zone géographique pour l'établissement de l'indépendance arabe fut définie comme étant dans « les limites proposées par le Chérif de la Mecque », à l'exception de « portions de Syrie situées à l'ouest des districts de Damas, Homs, Hama et Alep ». Les interprétations contradictoires de cette description furent par la suite sujettes à de lourdes controverses.

A la même époque, un autre accord secret fut négocié entre le Royaume-Uni et la France, avec l'assentiment de l'Empire russe et de l'Italie visant à définir leur sphère d'influence et de contrôle respective au Levant après la chute de l'Empire ottoman. Les négociations furent menées du au entre les diplomates britannique et français Mark Sykes et François Georges-Picot. Le memorandum fut ratifié par leur gouvernement le 9 et . L'accord allouait aux Britanniques les zones géographiques qui correspondent aujourd'hui au désert du Néguev (Israël), au sud de la Cisjordanie (État de Palestine), à la Jordanie et au sud de l'Irak ainsi qu'une enclave autour du port de Haïfa et de la ville d'Acre[8]. La région géographique de la Palestine, avec des frontières moindres que ce qui formera plus tard le Mandat britannique de Palestine devait relever d'une « administration internationale ». L'accord servit de base aux Français et aux Britannique pour l'administration des territoires ennemis occupés au Levant.

En , le gouvernement britannique publie la Déclaration Balfour par laquelle il déclare « envisage[r] favorablement l'établissement en Palestine d'un Foyer national pour les Juifs et [qu'il] fera tout ce qui est en son pouvoir pour faciliter la réalisation de cet objectif (...). »

Quelques jours après l'armistice, le , Georges Clémenceau céda la Palestine et Mossoul aux Britanniques[9].

En , Fayçal Ier, fils du Chérif de la Mecque qui ambitionne de devenir roi de Grande Syrie, et Chaim Weizmann, futur président de l'organisation sioniste mondiale et instigateur de la Déclaration Balfour, signent Accord où ils s'engagent à la fondation d'un État arabe et de la Palestine (l'État juif) et précisent leur mode de collaboration. Fayçal Ier signe l'accord mais précise qu'il est conditionné à l'incorporation de la Palestine dans l'« indépendance arabe »[10].

Mandats de la société des NationsModifier

Après la fin de la Première Guerre mondiale, la Société des Nations attribue les colonies allemandes et les territoires ottomans aux alliés (comme conséquence des accords Sykes-Picot) :

Elle est dotée d'une Constitution en 1928[11] et constitue un Parlement.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, les troupes transjordaniennes jouent un grand rôle dans la région auprès des troupes britanniques. Aussi, à la fin de la guerre, Abdallah réclame aux Anglais l’indépendance de son pays. Le mandat britannique se termine le [12]. Le , la Transjordanie déclare son indépendance. Abdallah en est le souverain. Après la conquête de Jérusalem-Est et de la Cisjordanie en 1948, elle devient le Royaume hachémite de Jordanie en 1949.

Notes et référencesModifier

  1. Eugene L. Rogan, Frontiers of the State in the Late Ottoman Empire: Transjordan, 1850–1921, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-89223-0), p. 23
  2. Y. Ben Gad (1991) p 105.
  3. « The Impact of Ottoman Reforms:Tanzimat, administrative boundaries and Ottoman cadastre », sur Publications de l’Institut français du Proche-Orient, (consulté le 23 mai 2019)
  4. « The Hijaz Railway », sur Publications de l’Institut français du Proche-Orient, (consulté le 23 mai 2019)
  5. Kedouri 2014, p. 3.
  6. Kattan 2009, p. 101.
  7. Huneidi 2001, p. 65.
  8. Eugene Rogan, The Fall of the Ottomans, p.286.
  9. Hughes 2013, p. 122–128.
  10. Yoav Gelber, Jewish-Transjordanian Relations 1921–1948: Alliance of Bars Sinister, Routledge, , 8 p. (ISBN 978-1-135-24514-6, lire en ligne) :

    « This accord depended on the fulfilment of Arab national claims by the Peace Conference and also on the Palestinian Arabs’ compliance. It soon became clear, however, that none of these conditions would be met. The Weizmann—Faysal agreement therefore lost its political meaning and remained a document of propaganda value only. »

  11. Constitution de la Transjordanie du 16 avril 1928.
  12. Dominique Auzias, Jean-Paul Labourdette, Jordanie, le Petit Futé, 2007, p. 35

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Sahar Huneidi, A Broken Trust: Sir Herbert Samuel, Zionism and the Palestinians, I.B.Tauris, (ISBN 978-1-86064-172-5, lire en ligne), p. 84
  • Matthew Hughes, Allenby and British Strategy in the Middle East, 1917-1919, Routledge, (ISBN 978-1-136-32395-9, lire en ligne)
  • Victor Kattan, From coexistence to conquest: international law and the origins of the Arab-Israeli conflict, 1891–1949, Pluto Press, (ISBN 978-0-7453-2579-8, lire en ligne)
  • Elie Kedouri, In the Anglo-Arab Labyrinth: The McMahon-Husayn Correspondence and Its Interpretations 1914-1939, Routledge, (ISBN 978-1-135-30842-1, lire en ligne)
  • Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord et Transjordanie, « Traité d'alliance (avec annexe et échange de notes), signé à Londres, le  », dans Recueil des traités : traités et accords internationaux enregistrés ou classés et inscrits au répertoire au Secrétariat de l'Organisation des Nations Unies, vol. 6, (lire en ligne [PDF]), part. I (« Traités et accords internationaux enregistrés du au  »), texte no 74, p. 143-175 :
    • Traité et annexe : textes officiels en anglais, p. 144-150 ;
    • Traité et annexe : textes officiels en arabe, p. 151-159 ;
    • Échanges de notes : textes officiels et traductions, p. 160-165 ;
    • Traité, annexe et échange de notes : traduction en français, p. 166-175.
    Le traité est entré en vigueur le , à la suite de l'échange des instruments de ratification à Amman, puis a été enregistré le .
  • Alain Renon, Géopolitique des états du monde : géopolitique de la Jordanie, vol. 3, Editions Complexe, , 142 p. (ISBN 978-2870276235, lire en ligne)
  • Rémi Kauffer, La saga des Hachémites : la tragédie du Moyen-Orient, 1909-1999, Stock, , 584 p. (ISBN 978-2234059788, lire en ligne)

Article connexeModifier

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :