Élections municipales italiennes de 2012

Élections municipales italiennes de 2012
- et -

Des élections municipales partielles se déroulent en Italie au printemps 2012. Elles concernent 1 012 communes[1] (sur 8 092) et se déroulent sur deux tours à quinze jours d'intervalle. Le premier tour se déroule les 6 et 7 mai (dimanche de 8 h à 22 h, puis lundi de 7 h à 15 h), tandis que le ballottage, concernant 118 communes, se déroule les dimanche 20 et lundi 21. Trois régions autonomes[2] organisent leurs propres élections en mai ou en juin : le Trentin-Haut-Adige le , le Val d'Aoste le 27 mai et la Sardaigne les 10 et . D'autres sources, comme La Repubblica, donnent un total de 945 communes dont 26 chefs-lieu de provinces. Sans compter le Frioul-Vénétie Julienne, également région autonome, elles concernent 7 202 146 électeurs.

Ce sont les premières élections organisées en Italie après la chute du gouvernement Silvio Berlusconi IV et avec le gouvernement Mario Monti, sous le contrecoup de la crise importante de la Ligue du Nord (qui perd tous ses ballotages) et l'émergence du Mouvement 5 étoiles (« Grillini »), contestataire, de Beppe Grillo. Sur 177 villes de plus de 15 000 habitants, 92 sont remportés par le centre gauche (au lieu de 45 en 2007).

Résultats par villeModifier

VéroneModifier

Flavio Tosi, qui voulait initialement une liste à son nom, se présentera finalement sous les couleurs de la Ligue du Nord, où il est hostile à un éventuel retour d'Umberto Bossi. Le PdL présente une coalition de centre droit avec UdC et FLI derrière Luigi Castelletti. Le Centre-gauche est uni (PD-IdV-PRC-PdCI-SEL) derrière Michele Bertucco, tandis que le Mouvement 5 étoiles présente Gianni Benciolini. Tosi est réélu dès le premier tour.

Résultats des Élections municipales de 2012 à Vérone[3]
 
Mairie Conseil Total
Candidats Votes % Élus Partis Votes % +/- Sièges +/-
Flavio Tosi 76 904 57,33 1 Liste Tosi 45 327 37,22   20,8 17   9
Ligue du Nord 13 065 10,73   1,3 5   1
Avec Tosi 2 152 1,77 Nv.  
Parti des retraités 2 148 1,76   1,6  
Les jeunes pour Tosi 1 834 1,51 Nv.  
Alliance pour Vérone 1 507 1,24 Nv.  
Vérone, c’est la vie 997 0,82 Nv.  
Total Tosi pour la mairie 67 030 55,04 Nv. 22   22 23
Michele Bertucco 30 493 22,73 1 Parti démocrate 18 075 14,84   2,6 6   3
Gauche, écologie et liberté 3 260 2,68 Nv. 1   1
Coup de balai à Vérone 2 899 2,38 Nv.  
Italie des valeurs 2 157 1,77   0,6  
Fédération de la gauche 1 170 0,96   2,2  
Vérone forte 804 0,66 Nv.  
Total Centre-gauche 28 365 23,29   9,2 7   8 8
Gianni Benciolini 12 513 9,33 1 Mouvement 5 étoiles 11 584 9,51 Nv. 2   2 3
Luigi Castelletti 11 915 8,88 1 Le Peuple de la liberté 6 447 5,29   22,8 1   13
Union de centre 4 075 3,35   1,2 1   1
Liste Castelletti 1 860 1,53 Nv.  
Futur et liberté pour l’Italie 475 0,39 Nv.  
Nouveau PSI 211 0,17 Nv.  
Total Centre-droit 13 068 10,73   51,0 2   28 3
Luca Castellini 1 023 0,76 Forza Nuova 418 0,34   0,1  
Identita scaligera 383 0,31 Nv.  
Total Extrême-droite 801 0,66 Nv.   0
Barry Ibrahima 951 0,71 Parti de l'Alternative communiste 624 0,51 Nv.   0
Patrizia Badii 349 0,26 État vénitien 305 0,25 Nv.   0
Votes valides 134 148 96,14 Votes valides 121 777 87,28
Votes blancs et nuls 5 383 3,86 Votes blancs et nuls 17 754 12,72
Total candidats 139 531 100 4 Total partis 139 531 100 - 33   10 37
Abstentions 60 807 30,35
Inscrits/participation 200 338 69,65

Vote populaireModifier

GênesModifier

Dans cette capitale régionale, la gauche réunie soutient, après des primaires, le socialiste Marco Doria (soutenu par le Parti démocrate, Italie des Valeurs, Parti socialiste italien, Fédération de la gauche, composée de Refondation communiste et du PdCI, et Gauche, écologie et liberté (SEL), ainsi que trois listes citoyennes). Ses principaux opposants sont Enrico Musso, soutenu par le centre droit (3e pôle dont le petit Parti libéral italien) tandis que le Peuple de la liberté soutient Pierluigi Vinai (avec la Démocratie chrétienne et deux listes citoyennes). La Ligue du Nord et les « Grillini » s'y présentent isolément comme la plupart du temps dans ces élections locales[4]. Après être arrivé en tête au premier tour, Marco Doria est aisément élu au ballotage contre Enrico Musso, tandis que le candidat du PdL est éliminé dès le premier tour.

Résultats des Élections municipales de 2012 à Gênes[5]
 
Mairie Conseil Total
1er tour 2e tour
Candidats Votes % Votes % Élus Partis Votes % +/- Sièges +/-
Marco Doria 127 477 48,31 114 245 59,71 1 Parti démocrate 55 137 23,89   10,7 12   10
Liste Doria 26 784 11,60 Nv. 6   6
Italie des valeurs 13 730 5,95   2,4 3   1
Gauche, écologie et liberté 11 606 5,03 Nv. 2   2
Fédération de la gauche 5 274 2,28   6,3 1   1
Parti socialiste italien 1 962 0,85 Nv.  
Union démocrate pour les consommateurs 1 439 0,62 Nv.  
Ligurie vivante 1 322 0,57 Nv.  
Total Centre-gauche 117 254 50,80   2,5 24   6 25
Enrico Musso 39 589 15,00 77 084 40,29 1 Musso pour la mairie 28 818 12,49 Nv. 4   4 5
Paolo Putti 36 579 13,86 1 Mouvement 5 étoiles 32 516 14,09 Nv. 4   4 5
Pierluigi Vinai 33 468 12,68 1 Le Peuple de la liberté 21 251 9,21   19,7 4   10
Démocratie chrétienne-AM 4 080 1,77 Nv.  
Ligurie modérée 2 937 1,27 Nv.  
Ville nouvelle 1 638 0,71 Nv.  
Total Centre-droit 29 906 12,96   30,6 4   15 5
Edoardo Rixi 12 409 4,70 1 Ligue du Nord 8 777 3,80   0,2   1
Notre Gênes 1 265 0,55 Nv.  
Total Droite 10 042 4,35 Nv.   1
Simonetta Saveri 3 257 1,23 Printemps politique 2 884 1,25 Nv.   0
Giuseppe Viscardi 2 462 0,93 Les gens ordinaires 1 598 0,69 Nv.  
Mouvement indépendantiste ligure 555 0,24   0,1  
Total Viscardi pour la mairie 2 153 0,93 Nv.   0
Isabella De Martini 2 119 0,80 La Droite 1 880 0,81 Nv.   0
Orlando Portento 1 728 0,65 Portento pour la mairie 1 317 0,57 Nv.   0
Armando Siri 1 647 0,62 Parti Italie nouvelle 1 268 0,55 Nv.   0
Roberto Delogu 1 536 0,58 Les Communistes - Gauche populaire 1 412 0,61 Nv.   0
Giuliana Sanguineti 951 0,36 Parti communiste des travailleurs 821 0,36   0,2   0
Mohamed Kaabour Si 627 0,24 Frères et demi-frères 539 0,23 Nv.   0
Votes valides 263 849 94,34 191 329 97,17 Votes valides 230 810 82,53
Votes blancs et nuls 15 834 5,66 5 565 2,83 Votes blancs et nuls 48 873 17,47
Total candidats 279 683 100 196 894 100 5 Total partis 279 683 100 - 36   13 41
Abstentions 224 069 44,48 306 858 60,91 Abstentions 224 069 44,48
Inscrits/participation 503 752 55,52 503 752 39,09 Inscrits/participation 503 752 55,52

Vote populaireModifier

ParmeModifier

Dans le chef-lieu de l'Émilie, dans une ville qui se remet mal d'un scandale politique qui a conduit à une administration extraordinaire par un préfet, le PD et l'IdV sont unis derrière Vincenzo Bernazzoli. Le PdL soutient Paolo Buzzi tandis que la Ligue du Nord, Andrea Zorandi. L'UdC présente Elvio Ubaldi et les 5 étoiles, Federico Pizzarotti. La gauche radicale présente des listes séparées pour les PRC, PdCI et PCL. À la surprise générale, Pizzarotti se qualifie au second tour, loin derrière le candidat de Centre-gauche et remporte l'élection avec plus de 60 % des voix. C'est la seule grande ville et le seul chef-lieu qui est conquis par les Grillini.

Résultats des Élections municipales de 2012 à Parme[6]
 
Mairie Conseil Total
1er tour 2e tour
Candidats Votes % Votes % Élus Partis Votes % +/- Sièges +/-
Federico Pizzarotti 17 103 19,47 51 235 60,23 1 Mouvement 5 étoiles 13 817 19,90 Nv. 20   20 21
Vincenzo Bernazzoli 34 433 39,21 33 837 39,77 1 Parti démocrate 17 472 25,16   3,3 5   3
Parti des communistes italiens 4 059 5,84   5,8 1   1
Une autre politique 3 449 4,97 Nv. 1   1
Italie des valeurs 2 032 2,93   0,4   1
Ça change à Parme (SEL) 1 815 2,61 Nv.  
Parme progressiste, socialiste et laïc 1 065 1,53 Nv.  
Consommateurs et retraités 121 0,17 Nv.  
Total Centre-gauche 30 013 43,22   7,0 7   5 8
Elvio Ubaldi 14 366 16,36 1 Union de centre 4 147 5,97   6,0 1   1
Société parmesane 3 890 5,60   5,6  
Parme modéré, libre et solidaire 1 405 2,02 Nv.  
Total Centre 9 442 13,60 Nv. 1   1 2
Roberto Ghiretti 8 873 10,10 1 Parme unie 5 944 8,56 Nv.   1
Roberta Roberti 4 504 5,13 Parme bien commun 1 661 2,39 Nv.  
Parti de la refondation communiste 1 290 1,86   1,6  
Total Gauche 2 951 4,25 Nv.   0
Paolo Buzzi 4 209 4,79 1 Le Peuple de la liberté 3 275 4,72   42,2   24
Chantier populaire 418 0,60 Nv.  
Total Centre-droit 3 693 5,32   44,9   24 1
Andrea Zorandi 2 375 2,70 Ligue du Nord 2 064 2,97   1,0   0
Priamo Bocchi 1 204 1,37 La Droite 954 1,37 Nv.   0
Walli Bonvicini 380 0,43 Bonjour l’Italie! 265 0,38 Nv.   0
Liliana Spaggiari 380 0,43 Parti communiste des travailleurs 302 0,43 Nv.   0
Votes valides 87 827 95,69 85 072 97,80 Votes valides 69 445 75,66
Votes blancs et nuls 3 958 4,31 1 918 2,20 Votes blancs et nuls 22 340 24,34
Total candidats 91 785 100 86 990 100 5 Total partis 91 785 100 - 28   9 33
Abstentions 50 398 35,45 55 193 38,82 Abstentions 50 398 35,45
Inscrits/participation 142 183 64,55 142 183 61,18 Inscrits/participation 142 183 64,55

Vote populaireModifier

L'AquilaModifier

Le Centre-gauche voit le PD avec la gauche (SEL et PRC-PdCI) et avec l'Alliance pour l'Italie, soutenir le maire actuel, Massimo Cialente, tandis que l'IdV présente son propre candidat, Angelo Mancini. Le PdL et FLI se présentent séparément, et soutiennent respectivement Pierluigi Properzi et Enrico Perini, tandis que l'UDC (avec l'UDEUR et les Verts) appuie Giorgio De Matteis. Beppe Grillo soutient Rosetta Enza Blundo. Cialente et De Matteis se qualifient pour le second tour. Mancini donne son appui à Cialente. Ce dernier est aisément réélu au ballotage.

Résultats des Élections municipales de 2012 à L'Aquila[7]
 
Mairie Conseil Total
1er tour 2e tour
Candidats Votes % Votes % Élus Partis Votes % +/- Sièges +/-
Massimo Cialente 17 421 40,58 20 495 59,20 1 Parti démocrate 6 593 16,20   3,2 9   1
Alliance pour l'Italie 2 274 5,59 Nv. 3   3
Catholiques démocrates 2 161 5,31 Nv. 2   2
Socialistes réformistes 1 712 4,21 Nv. 2   2
Fédération de la gauche 1 217 2,99   1,6 1   1
Gauche, écologie et liberté 1 117 2,75 Nv. 1   1
Total Centre-gauche 15 074 37,05   20,1 18   6 19
Giorgio de Matteis 12 783 29,78 14 125 40,80 1 Mouvement pour les autonomies 4 609 11,33 Nv. 3   3
Union de centre 3 337 8,20   1,4 2   1
Perspective 2022 1 296 3,19 Nv. 1   1
Tous pour l’Aquila 1 182 2,91 Nv. 1   1
Union des démocrates pour l'Europe 1 159 2,85   5,7   4
Écologistes et réseaux civiques 1 121 2,76   1,4  
Les châteaux pour L’Aquila 900 2,21 Nv.  
Total Centre 13 604 33,44 Nv. 7   7 8
Pierluigi Properzi 3 533 8,21 1 Le Peuple de la liberté 3 447 8,47   11,3 1   7
L’Aquila de demain 835 2,05 Nv.  
Total Centre-droit 4 282 10,52   18,8 1   10 2
Angelo Mancini 2 714 6,32 1 Italie des valeurs 1 382 3,40   0,4 1  
L’Aquila d’aujourd’hui 1 012 2,49 Nv.  
Total Mancini pour la mairie 2 394 5,89 Nv. 1   1 2
Vincenzo Vittorini 2 459 5,73 1 L’Aquila que nous voulons 1 582 3,89 Nv.   1
Ettore Di Cesare 2 147 5,00 1 Changer de musique 875 2,15 Nv.  
En commun 857 2,11 Nv.  
Total Di Cesare pour la mairie 1 732 4,26 Nv.   1
Enrico Verini 1 129 2,63 Futur et liberté pour l’Italie 1 509 3,71 Nv.   0
Rosetta Enza Blundo 750 1,75 Mouvement 5 étoiles 510 1,25 Nv.   0
Votes valides 42 925 96,58 34 620 97,14 Votes valides 40 687 91,54
Votes blancs et nuls 1 521 3,42 1 020 2,86 Votes blancs et nuls 3 759 8,46
Total candidats 44 446 100 35 640 100 6 Total partis 44 446 100 - 27   8 33
Abstentions 16 957 27,62 25 763 41,96 Abstentions 16 957 27,62
Inscrits/participation 61 403 72,38 61 403 58,04 Inscrits/participation 61 403 72,38

Vote populaireModifier

TarenteModifier

Le maire sortant, Ippazio Stefàno, de gauche, un ancien communiste italien qui a récemment rejoint SEL, est largement soutenu par le Centre-gauche, y compris par l'UdC, l'Alliance pour l'Italie, l'UDEUR et une liste citoyenne. Filippo Condemi est le candidat du Peuple de la liberté. Dante Capriulo représente une coalition de gauche, incluant le PRC; Angelo Bonelli est appuyé par une coalition écologiste, constitué de son parti, la FdV, et de plusieurs listes civiques, tandis que Mario Cito est le candidat d'une coalition d'extrême-droite, incluant La Droite, la Flamme tricolore et son parti, la Ligue d'action méridionale. Ce dernier se qualifie pour le second tour, face au maire sortant. Stefano est facilement réélu au ballotage.

Résultats des Élections municipales de 2012 à Tarente[8]
 
Mairie Conseil Total
1er tour 2e tour
Candidats Votes % Votes % Élus Partis Votes % +/- Sièges +/-
Ippazio Stefano 51 053 49,53 51 239 69,67 1 Parti démocrate 15 288 16,05   3,6 7   3
SDS - Développement, démocratie, solidarité 11 669 12,25   3,5 5   2
Gauche, écologie et liberté 5 964 6,26 Nv. 2   2
Union de centre 5 636 5,92   1,9 2   2
Parti socialiste italien 4 356 4,57 Nv. 2   2
Environnement et travail 3 882 4,08 Nv. 1   1
Alliance pour l'Italie 2 692 2,83 Nv. 1   1
Italie des valeurs 2 407 2,53   0,3 1   1
Union des démocrates pour l'Europe 484 0,51   5,2   5
Total Centre-gauche 52 378 54,98   26,5 21   14 22
Mario Cito 19 518 18,94 22 305 30,33 1 Ligue d’action méridionale 13 080 13,73   1,9 5   2
La Droite 1 072 1,13 Nv.  
Unis pour Tarente 1 006 1,06 Nv.  
Jeunes en action 670 0,70 Nv.  
Tarente en discussion 423 0,44 Nv.  
Flamme Tricolore 271 0,28   0,1  
Total Extrême-droite 16 522 17,34   1,7 5   2 6
Angelo Bonelli 12 277 11,91 1 Renaissance 2 226 2,34 Nv. 1   1
Écologistes et réseaux civiques 2 101 2,21   0,2   1
Air pur 1 901 2,00 Nv.  
Mères pour Tarente 538 0,56 Nv.  
Rénovons ensemble 475 0,50 Nv.  
Total Écologistes 7 241 7,60 Nv. 1   1 2
Filippo Condemi 7 329 7,11 1 Le Peuple de la liberté 6 515 6,84   6,0 1   2
Les Pouilles d’abord 961 1,01 Nv.  
Total Centre-droit 7 476 7,85   9,7 1   2 2
Dante Capriulo 3 965 3,85 1 Nous, les démocrates 1 913 2,01 Nv.  
Mouvement ionien pour la légalité 827 0,87 Nv.  
Parti de la refondation communiste 725 0,76   1,4   1
Total Gauche 3 465 3,64   27,7   24 1
Massimiliano Di Cuia 2 607 2,53 Io Sud 2 417 2,54 Nv.   0
Alessandro Furnari 2 155 2,09 Mouvement 5 étoiles 1 776 1,86 Nv.   0
Cosimo Festinante 1 834 1,78 Galaesus 1 851 1,94 Nv.   0
Patrizio Mazza 1 201 1,17 Changeons Tarente 1 057 1,11 Nv.   0
Felicia Bitritto 640 0,62 Mouvement Schittulli 506 0,53 Nv.   0
Luigi Albisinni 497 0,48 C’est Tarente 570 0,60 Nv.   0
Votes valides 103 076 95,12 73 544 98,06 Votes valides 95 259 87,91
Votes blancs et nuls 5 287 4,88 1 453 1,94 Votes blancs et nuls 13 104 12,09
Total candidats 108 363 100 74 997 100 5 Total partis 108 363 100 - 28   8 33
Abstentions 65 167 37,55 98 533 56,78 Abstentions 65 167 37,55
Inscrits/participation 173 530 62,45 173 530 43,22 Inscrits/participation 173 530 62,45

Vote populaireModifier

CatanzaroModifier

Dans la capitale régionale de Calabre, les citoyens sont ramenés aux urnes quelques mois seulement après l'élection municipale de l'année précédente, puisque le maire sortant, Michele Traversa (PdL), a démissionné, pour être député au parlement italien. Pour lui succéder, le Centre-droit présente l'ancien maire Sergio Abramo, tandis que le Centre-gauche représente son candidat du dernier scrutin, Salvatore Scalzo. Le Centre (UdC-MpA-FLI) présente, cette fois, son propre candidat, Giuseppe Celi. Abramo l'emporte dès premier tour.

Résultats des Élections municipales de 2012 à Catanzaro[9]
 
Mairie Conseil Total
Candidats Votes % Élus Partis Votes % +/- Sièges +/-
Sergio Abramo 28 835 50,62 1 Vivre à Catanzaro 7 493 13,63   0,4 5  
Le Peuple de la Liberté 6 917 12,58   2,4 4  
Liste Scopelliti 5 298 9,64   0,1 3  
Liste Abramo 4 400 8,00 Nv. 3   3
Pour Catanzaro 4 214 7,66   1,4 3  
Alliance de centre 3 257 5,92   0,2 2  
Alliance pour Catanzaro (PRI-NPSI-UDE) 515 0,94 Nv.  
Alliance pour l'Italie 326 0,59   0,3  
Total Centre-droit 32 420 58,96   18,9 20   6 21
Salvatore Scalzo 24 210 42,50 1 Parti démocrate 5 664 10,30   4,2 3   2
Tournant démocratique 3 614 6,57   0,4 2  
Le bien commun 2 094 3,81 Nv. 1   1
Printemps à Catanzaro 1 799 3,27 Nv. 1   1
Gauche, écologie et liberté 1 569 2,85   2,9 1   1
Parti socialiste italien (FdV) 1 491 2,71 Nv. 1   1
Italie des valeurs 1 486 2,70   1,9  
Fédération de la gauche 361 0,66   0,7  
Total Centre-gauche 18 078 32,88   16,1 9   5 10
Giuseppe Celi 3 175 5,57 1 Union de centre 1 825 3,32   2,6 1   1
Mouvement pour les autonomies 1 131 2,06 Nv.  
La ville de tous 738 1,34 Nv.  
Pôle de centre 263 0,48 Nv.  
Futur et liberté pour l’Italie 101 0,18   0,1  
Total Centre 4 058 7,38 Nv. 1   1 2
Elio Mauro 559 0,98 Elio Mauro pour la mairie 355 0,65 Nv.   0
Antonio Carpino 184 0,32 Parti communiste des travailleurs 75 0,14     0
Votes valides 56 963 97,83 Votes valides 54 986 94,44
Votes blancs et nuls 1 263 2,17 Votes blancs et nuls 3 240 5,56
Total candidats 58 226 100 3 Total partis 58 226 100 - 30   33
Abstentions 18 560 24,17
Inscrits/participation 76 786 75,83

Vote populaireModifier

PalermeModifier

Dans cette autre capitale régionale et insulaire, le 3e pôle, qui tenait la ville, s'est divisé avec d'un côté l'UdC, qui s'est alliée avec le PdL avec Massimo Costa, tandis que Futur et liberté pour l'Italie appuie Alessandro Aricò. La gauche est également plutôt divisée en raison de primaires très disputées, et qui ont vu la défaite de la candidate du Parti démocrate, Rita Borsellino : le PD et Gauche, écologie et liberté soutiennent donc Fabrizio Ferrandelli tandis que l'Italie des valeurs (qui soutenait Borsellino dans les primaires) représente finalement l'ancien maire Leoluca Orlando avec le PRC et les Verts. Riccardo Nuti est l'outsider du Mouvement 5 étoiles. Après l'élimination de tous les partis de droite et de centre droit, le ballotage voit s'affronter Orlando, favori, contre Ferrandelli, dans une ville qui était pourtant détenue par la droite. Orlando redevient pour la quatrième fois maire de Palerme avec près de 70 % et après avoir frôlé l'élection dès le premier tour.

Résultats des Élections municipales de 2012 à Palerme[10],[11],[12]
 
Mairie Conseil Total
1er tour 2e tour
Candidats Votes % Votes % Élus Partis Votes % +/- Sièges +/-
Leoluca Orlando 105 286 47,42 158 010 72,43 1 Italie des valeurs 28 312 10,24   7,6 30   29
Gauche et écologistes pour Palerme 13 130 4,75   0,6   2
Total Gauche 41 442 15,00 Nv. 30   30 31
Fabrizio Ferrandelli 38 498 17,34 60 139 27,57 1 Parti démocrate 21 406 7,75   8,2 3   7
Maintenant Palerme 17 150 6,21 Nv. 2   2
Réformistes pour Palerme 6 489 2,35 Nv.  
Gauche, écologie et liberté 6 129 2,22 Nv.  
Total Centre-gauche 51 174 18,52   19,3 5   14 6
Vincenzo Costa 28 000 12,61 Le Peuple de la liberté 23 058 8,34   16,9 3   11
Union de centre 21 166 7,66   4,3 2   5
Grande Sud 17 135 6,20 Nv. 2   2
Liste Costa 9 041 3,27 Nv.  
Total Centre-droit 70 400 25,47   35,7 7   24 7
Alessandro Arico 19 350 8,71 Mouvement pour les autonomies 20 867 7,55   3,8 3   1
Futur et liberté pour l’Italie 11 897 4,30 Nv.  
Palermo Avvenire 9 633 3,49 Nv.  
Mouvement populaire sicilien 9 200 3,33 Nv.  
Appelle la ville 3 855 1,39 Nv.  
Alliance pour l'Italie 3 276 1,18 Nv.  
Total Centre 58 728 21,25 Nv. 3   3 3
Maria Anna Caronia 15 968 7,19 J’aime Palerme 17 280 6,25 Nv. 2   2
Chantier populaire 17 076 6,18 Nv. 2   2
Noi Sud - Parti traditionnel populaire 979 0,35 Nv.  
Union des démocrates pour l'Europe 491 0,18   1,4   1
Total Caronia pour la mairie 35 826 12,96 Nv. 4   4 4
Riccardo Nuti 10 910 4,91 Mouvement 5 étoiles 11 707 4,24 Nv.   0
Tommaso Dragotto 1 985 0,89 Mouvement Action Palerme 3 215 1,16 Nv.   0
Giuseppe Morro 823 0,37 Alliance de centre 2 369 0,86 Nv.   0
Rosella Accardo 630 0,28 Mouvement des fourches 786 0,28 Nv.   0
Marco Priulla 364 0,16 Parti communiste des travailleurs 404 0,15 Nv.   0
Basile Gioacchino 235 0,11 Libérons Palerme 303 0,11 Nv.   0
Votes valides 222 049 62,30 218 149 97,34 Votes valides 276 354 77,53
Votes blancs et nuls 134 393 37,70 5 957 2,66 Votes blancs et nuls 80 088 22,47
Total candidats 356 442 100 224 106 100 2 Total partis 356 442 100 - 49   51
Abstentions 207 599 36,81 339 935 60,27 Abstentions 207 599 36,81
Inscrits/participation 564 041 63,19 564 041 39,73 Inscrits/participation 564 041 63,19

Vote populaireModifier

Autres villesModifier

  • Monza : le Centre-gauche se présente au grand complet avec une coalition formée du PD, IdV, SEL, PRC-PdCI, qui soutient Roberto Scanagatti, dans une ville longtemps marquée par la droite. Les Verts ont leur propre candidat, Attilio Tagliabue. Le PdL soutient Andrea Mandelli, tandis que la Ligue du Nord soutient Marco Mariani. L'UDC est seule avec Anna Martinetti. C'est la gauche qui l'emporte au ballotage, aisément.
  • Plaisance: le maire sortant de Centre-gauche, Roberto Reggi, ne se représente pas, après deux mandats. Le PD présente Paolo Dosi, appuyé par les forces de gauche (SEL, FdS, PSI, IdV) et les Modérés, tandis que le Centre-droit est désuni. En effet, Andrea Paparo est candidat du PdL (appuyé par deux listes civiques), la Ligue du Nord présente Massimo Pelledri (avec deux listes civiques aussi), et l'UdC présente son propre candidat, Pierpaolo Gallini. Le M5S présente, pour sa part, la candidature de Mirta Quagliaroli. Arrivé largement en tête au premier tour, Dosi l'emporte au ballotage contre Paparo, avec plus de 57% des voix.

RésuméModifier

Les principales villes concernées sont (par ordre décroissant de population, région, province, population, nom du maire en 2007, nom du maire en 2012)[13] :

  • en Sicile, Palerme 655 875 (avec une administration nommée par le Gouvernement), bascule avec Leoluca Orlando (IdV)
  • en Ligurie, Gênes 607 906 Marta Vincenzi, reste à gauche avec le socialiste Marco Doria (SEL) à 59,71 %
  • en Vénétie, Vérone 263 964 Flavio Tosi, réélu au premier tour avec 57,32 %, seul maire de la Ligue du Nord qui l'emporte (les 7 ballotages de la Ligue sont tous perdus).
  • dans les Pouilles, Tarente 191 810 Ippazio Stefano, réélu au ballotage avec 69,67 %
  • en Émilie-Romagne, Parme 186 690 (avec une administration nommée par le Gouvernement), bascule avec Federico Pizzarotti (M5S).
  • en Lombardie, province de Monza et de la Brianza, Monza 122 712 Marco Mariani, bascule à gauche avec Roberto Scanagatti, 63,39 %
  • Emilia-Romagna, Plaisance 103 206 Roberto Reggi, reste à gauche avec Paolo Dosi, 57,77 %
  • Pouilles, Lecce 95 520 Paolo Perrone, réélu au premier tour avec 64,30 %
  • Ligurie, La Spezia 95 378 Massimo Federici, réélu au premier tour avec 52,54 %
  • au Piémont, Alexandrie 94 974 Piercarlo Fabbio, bascule à gauche avec Maria Rita Rossa, avec 67,97 %
  • en Calabre, Catanzaro 93 124 (avec une administration nommée par le Gouvernement), , reste à droite au premier tour avec 50,08 % et Sergio Abramo
  • en Toscane, Pistoia 90 288 Renzo Berti, reste à gauche, Simone Bertinelli 59,04 %
  • Puglia, Brindisi 89 780 (avec une administration nommée par le Gouvernement), , bascule à gauche, avec Cosimo Consales, au premier tour 53,16 %
  • en Campanie, province de Naples, Torre del Greco 87 197 Ciro Borriello, bascule à gauche avec Gennaro Malinconico 52,26 %
  • Lombardie, Côme 85 263 Stefano Bruni, bascule pour la première fois de son histoire à gauche, avec Mario Lucini, 74,86 %
  • Toscane, Lucques 84 939 Mauro Favilla, bascule à gauche, Alessandro Tambellini, 69,72 %
  • Campanie, province de Naples Pouzzoles 83 459 (avec une administration nommée par le Gouvernement), bascule à gauche Vincenzo Figliolia avec 67,80 %
  • Sicile, province de Trapani, Marsala 82 774 Lorenzo Carini, bascule au centre gauche Giulia Maria Adamo 65,86 %
  • Lombardie, province de Milan, Sesto San Giovanni 81 130 Giorgio Oldrini, bascule au centre gauche Monica Luigia Chittò 69,39 %
  • Piémont, Asti 76 534 Giorgio Galvagno, bascule à gauche Fabrizio Brignolo 56,89 %
  • dans les Abruzzes, L'Aquila 72 511 Massimo Cialente, réélu au ballotage
  • Sicile, Trapani 70 622 Girolamo Fazio, reste à droite Vito Damiano 53,56 %
  • Toscane province de Massa et Carrare, Carrare 65 573 Angelo Andrea Zubbani, gauche, réélu au premier tour
  • Sicile, Agrigente 59 175 Marco Zambuto, centre, réélu
  • Lombardie, province de Milan, Legnano 59 147 Lorenzo Vitali, bascule à gauche Alberto Centinaio, 51,91 %
  • Pouilles, province de Bari, Bitonto 56 462 (avec une administration nommée par le Gouvernement), bascule à gauche Michele Abbaticchio 65,40 % (contre une liste de centre gauche)
  • Campanie, province de Naples, Acerra 56 177 (avec une administration nommée par le Gouvernement), bascule du centre gauche au 3e Pôle (UDC) Raffaele Lettieri, 51,93 % (c'est le principal échec de la gauche avec Parme)
  • Piémont, Coni 55 714 Alberto Valmaggia, bascule au centre (UDC) avec Federico Borgna, 59,88 % (autre échec de la gauche)
  • Puglia, province de Barletta-Andria-Trani, Trani 53 940 Giuseppe Tarantini, reste à droite Luigi Nicola Riserbato, 50,79 %
  • dans le Latium, province de Rome, Civitavecchia 52 294 Giovanni Moscherini, bascule à gauche Pietro Tidei, 52,74 %
  • Campanie, province de Caserte, Aversa 51 631 Domenico Ciaramella, reste à droite avec Giuseppe Sagliocco, 56,96 %
  • Abruzzes , province de Pescara Montesilvano 51 565 Pasquale Cordoma, bascule à gauche avec Attilio Di Mattia, 53,81 %
  • Puglia, Tarante Martina Franca 49 780 (avec une administration nommée par le Gouvernement), bascule à gauche avec Francesco Ancona, 68,55 %
  • Sicile, province de Catane Paternò 49 578 Giuseppe Failla, bascule à gauche avec Mauro Mangano, 55,94 %
  • Sicile, province de Catane, Misterbianco 49 424 Antonina Maria Caruso, bascule du centre à une liste citoyenne Antonino "Nino" Di Guardo, 56,18 %
  • Latium Frosinone 48 122 Michele Marini (centre gauche) est battu par Nicola Ottaviani, droite (PdL), 53,12 %
  • Latium Rieti 47 774 Giuseppe Emili, bascule à gauche avec Simone Petrangeli, 67,17 %.

Notes et référencesModifier