Édouard Moreau de Beauvière

journaliste et homme politique français

Édouard Moreau de Beauvière (Paris, - Paris, ) est un journaliste, dramaturge et homme politique français.

Édouard Moreau
Edouard Moreau.jpg
Édouard Moreau de Beauvière
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 32 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Édouard Moreau de BeauvièreVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Arme
Conflit
Condamnation

Il fut une personnalité de la Commune de Paris.

BiographieModifier

Fils de Pierre Moreau et d'Alexandrine de Beauvière, il est né dans le 5e arrondissement de Paris.

Collaborateur de journaux littéraires, il est le co-auteur d'un roman libertin, A bas Rigolboche! en 1860. Il fait représenter le à l'inauguration du théâtre Rossini, à Passy, une comédie en un acte, Sur la pointe d'une aiguille.

Le , il fait partie des manifestants républicains arrêtés lors de la commémoration de la mort du député Alphonse Baudin, au cimetière Montmartre. En 1868, il part à Londres pour diriger une usine de fleurs artificielles.

À l'annonce de la guerre franco-allemande de 1870, il revient à Paris et s'enrôle dans le 183e bataillon de la Garde nationale. Il participe à la bataille de Buzenval. Brillant orateur, il est élu, le , délégué au Comité central de la Garde nationale. Au soir du soulèvement du 18 mars 1871, il convainc ses collègues d'organiser l'élection de la Commune, pour tenter de légaliser la situation. Il est promu délégué à l'Imprimerie nationale et au Journal officiel de la République française.

Le , il est nommé par Charles Delescluze, commissaire civil auprès du délégué à la guerre. Il participe aux combats de la semaine sanglante. Arrêté par les troupes versaillaises à son domicile du 10 rue de Rivoli, le , jugé par la cour martiale du Châtelet, il est fusillé à la caserne Lobau.

ŒuvresModifier

  • A bas Rigolboche, sans portrait, ni vignette, avec Stanislas de Charnal, 1860
  • Le cousin du pays de Caux, comédie un acte, avec de Charnal, 1864

SourcesModifier

  • Édouard Moreau, l'âme du Comité central de la Commune, Marcel Cerf, Denoël, 1971
  • Dictionnaire de la Commune, Bernard Noël, Flammarion, 1978

Articles connexesModifier

Liens externesModifier