Max Barel

résistant français
(Redirigé depuis Yves Barel)

Max Barel, né à Menton (Alpes-Maritimes) le , mort sous la torture à Lyon le (à 31 ans), est un résistant communiste français.

Max Barel
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 31 ans)
LyonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
RésistantVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Autres informations
Parti politique
Membre de
Distinctions

BiographieModifier

Fils du député communiste Virgile Barel, Max Barel suit des études secondaires au collège de Nice, puis entre en classe de mathématiques spéciales au Lycée Saint-Louis à Paris en . Il est reçu à l'École polytechnique (Promotion X1933)[1].

Durant ses études, il milite au sein de la Jeunesse communiste, puis fonde une cellule communiste à Polytechnique[1].

Affecté comme lieutenant d'artillerie en 1940, il obtient la Croix de guerre avec étoile d'argent et citation à l'ordre de la division, durant la bataille de France. Après la défaite française et refusant de prêter serment à Pétain[2], il préfère demander un congé d'armistice.

De retour à la vie civile, il entre à l’Institut électrotechnique de Grenoble, dont il sort major de sa promotion en . Il est alors embauché comme ingénieur aux Ateliers de construction électrique Delle à Villeurbanne, devenant en directeur adjoint des fabrications[2].

En parallèle, il est responsable pour la zone sud de l'Union des cadres industriels de la France combattante qui est une émanation du Front national de lutte pour l’indépendance de la France. Il fabrique du matériel de sabotage et organise des sabotages industriels. Il a le grade de commandant FTP et est en contact régulier avec l'armée secrète.

En , il est recherché par la police française et échappe avec sa femme Yvette à une arrestation prévue au lendemain de Pâques 1944. Il doit alors entrer dans la clandestinité. Il est cependant arrêté à Lyon Perrache le par la Gestapo. Il est emprisonné par cette dernière dans ses bâtiments de la place Bellecour à Lyon. Selon l'un de ses compagnons de prison, il meurt le sous la torture à Lyon, après cinq nuits et quatre jours d’interrogatoire mené par Klaus Barbie[1].

FamilleModifier

Marié, Max Barel avait deux enfants : Annette, née en 1937, et Jean, en 1939[1].

Il est le frère d'Yves Barel, dont la candidature à l'ENA fut refusée pour motif politique, à la suite de quoi — après recours en annulation — fut rendu le célèbre arrêt Barel par le Conseil d'État en 1954 consacrant l'interdiction de la discrimination en fonction des opinions pour l'accès à la fonction publique[3].

Reconnaissance et hommagesModifier

La mention « mort pour la France » est apposée sur son acte d'État-civil en 1946[4].

Sa mémoire est honorée par la rue Max-Barel à Villeurbanne située à proximité du lieu où se trouvait l'ancienne usine Delle. Il existe une rue Max-Barel dans plusieurs autres villes : Vénissieux, Saint-Vallier, Boulazac, Menton, La Colle-sur-Loup, une avenue Max-Barel à La Seyne-sur-Mer.

Une place, derrière le port de Nice, porte son nom.

RéférencesModifier

  1. a b c et d Michel Launay, « BAREL Max [Pseudonymes : ROUCHON, GAUTIER] », sur maitron-fusilles-40-44.univ-paris1.fr (consulté le 19 janvier 2019).
  2. a et b Philippe Jérôme, « Max Barel, polytechnicien, communiste résistant, martyr », sur humanite.fr, (consulté le 20 janvier 2019).
  3. Robert Charvin, « Un Virgile Barel », sur persee.fr (consulté le 20 janvier 2019), p. 58.
  4. Archives des Alpe-Maritimes, registre d'État-civil, Menton, naissances 1913, vue 149/291, acte n°163.

BibliographieModifier

  • Charles-Marie Cardon, La courte vie, la longue mort de Max Barel, héros de France, Paris, Éditions sociales, coll. « Souvenirs », , 207 p. Préface de Georges Cogniot.
  • Virgile Barel, Cinquante années de luttes, Éditions sociales, Paris, 1966, p.183-188.
  • Michel Launay, « Barel Max [Pseudonymes : Rouchon, Gautier] », Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement social,‎ 20 octobre 2008, dernière modification le 25 avril 2018 (lire en ligne).
  • Philippe Jérôme, « Max Barel, polytechnicien, communiste résistant, martyr », l'Humanité,‎ (lire en ligne).
  • Annuaire des rues de la ville de Venissieux.