War on Screen

War on Screen
Image illustrative de l’article War on Screen

Date de création 2013
Créateur La Comète - Scène nationale de Châlons-en-Champagne
Prix principal Grand Prix du Jury (long métrage), Prix du meilleur court métrage
Délégué général Philippe Bachman
Édition courante 2020
Durée 6 jours
Lieu Châlons-en-Champagne, Suippes, Mourmelon
Site web http://waronscreen.com/

Le festival international War on Screen (WoS) s'attache à la représentation des conflits à l'écran[1]. Il a été créé en 2013. Il se tient chaque année pendant six jours au début du mois d'octobre, à Châlons-en-Champagne. En 2019,  WoS devient, en complément du festival, WoS Fabrique, un dispositif décliné en deux volets – WoS Talent Lab et WoS Research Lab. Le premier met en œuvre un programme d'accompagnement à l'écriture, à la production, et à la réalisation de films montrant la guerre dans toutes ses dimensions. Le deuxième volet est un ensemble de rencontres d'étudiants et de chercheurs, de tables rondes et séminaires sur la représentation des conflits à l'écran.

HistoireModifier

En 2012, Philippe Bachman, Directeur Général et Artistique de la Comète - Scène nationale de Châlons-en-Champagne, a l'idée de monter un festival de cinéma dédié aux représentations des conflits réels ou imaginaires dont la première édition voit le jour en 2013.

Le festival international de cinéma War on Screen se tient depuis chaque année pendant six jours au début du mois d'octobre, à Châlons-en-Champagne. Il se déploie également sur plusieurs communes voisines comme Mourmelon-le-Grand et Suippes.

Le festival accueille une programmation diverse (fictions, documentaires, reportages et films d'animation)[2]. Il propose aussi des expositions et des rencontres-débats autour du thème de la guerre et des conflits. Deux compétitions internationales sont proposées : une Compétition internationale longs métrages et une Compétition internationales courts métrages. Plusieurs prix sont décernés : le Grand Prix du Jury, la Mention spéciale du Jury, le Prix du Jury presse, le Prix du public et les Prix étudiant et lycéen.

GenèseModifier

Le festival War on Screen a vu le jour[3] quelques mois avant les commémorations du centenaire[4] de la Grande Guerre[5]. S'inscrivant dans un territoire marqué historiquement par les conflits, le festival propose une définition de la guerre élargie (qui ne se limite pas aux conflits armés) : "War on Screen est un festival unique au monde, qui nous donne l'occasion de voir comment d'autres cinéastes abordent le thème du conflit. Et qui permet d'élargir notre idée de la guerre." [6] Les aspects factuels ont leur place dans les films mis en compétition au même titre que les aspects humains et psychologiques des conflits.

A l'origine, les objectifs de ses créateurs sont de deux ordres : «développer le territoire économique local»[7] ; contribuer au rayonnement culturel de la ville[8]. Depuis, le festival a multiplié les partenariats à l'échelle nationale et internationale.

 
La Comète - Scène nationale de Châlons-en-Champagne

Plusieurs professionnels du cinéma ont travaillé sur la programmation du festival au cours des années [9],[10],[11] ; parmi eux, Stéphane Bergouhnioux, Stéphane Bou, Jean-Baptiste Thoret, Olivier Broche [12] ou Hervé Bougon. Des personnalités reconnues ont également accompagné le développement du festival, en tant qu'invité ou juré (voir Jury ci-dessous), comme Albert Dupontel[13], Bertrand Blier[14], Atiq Rahimi, Mike Leigh ou Bertrand Tavernier[15].

Financement et mécénatModifier

Le festival War on Screen s'appuie sur des partenaires institutionnels, médias et privés[16]. Il a le soutien financier de la ville de Châlons-en-Champagne, de la Communauté d'agglomération de Châlons-en-Champagne, du département de la Marne et de la région Grand Est[17] et du CNC[18]. Il recourt également au mécénat culturel[19]. Il a confié la campagne de communication de sa première édition à l'agence BETC[20].

L'impact économique et culturel du festivalModifier

Les retombées économiques et le rayonnement culturel du festival War on Screen s'accroissent chaque année : en 2013, le festival compte plus de 5 000 entrées, 100 films projetés et 25 pays représentés[21] ; en 2015, il compte 12 500 entrées, 100 films projetés et 32 pays représentés[22]. En 2019, il dépasse les 19 500 entrées, avec 100 films projetés et 39 pays représentés[23].

JurysModifier

Les différents prix de la Compétition longs métrages sont décernés par le Jury international constitué de professionnels et de personnalités de l'audiovisuel. Depuis 2018, un Jury presse composé de journalistes décerne également un prix à l'un des films de la Compétition longs métrages.

Jury internationalModifier

Année Président du Jury Juré Juré Juré Juré Juré
2013 Hiam Abbass

actrice et réalisatrice

arabo-israélienne

Cliff Martinez

compositeur pour le cinéma

américain

Sylvain Estibal

journaliste, écrivain

et réalisateur

Remy Ourdan

journaliste au Monde

Ivan Guyot

responsable éditorial de Canal+Cinéma

2014 Mohsen Makhmalbaf

réalisateur iranien[24]

Prune Engler

Déléguée Générale du

festival international du Film

de La Rochelle

Patrick Chauvel

photographe,

réalisateur de

documentaires

Ghassan Salhab

réalisateur libanais

Anne Girouard

comédienne

2015 Roland Joffé[25]

réalisateur né à Londres

Jérôme Bonnell

réalisateur

Constance Dollé

actrice

Béatrice Thiriet

compositrice

Patrick Robert

photoreporter

2016 Muriel Coulin

réalisatrice française

Thierry Jousse

réalisateur, scénariste,

critique de cinéma

Patrick Chauvel

photographe

Ginger Román

comédienne

2017 Istvan Szabo

réalisateur hongrois

Marie Kremer

actrice

Pierre Rasamoela

Directeur Général Adjoint Orange Studios

Christian Volckman

réalisateur, peintre

2018 Bertrand Blier

réalisateur français

Anne Alvaro

actrice française

Hailé Gerima

réalisateur éthiopien

Jim Finn

réalisateur

Østein Egge

directeur du festival Movies on War

2019[26] Seamus Murphy

photographe britannique

Christelle Berthevas

scénariste française

Laure Calamy

actrice française

David Frenkel

producteur français

Francis Kuntz

acteur français

Karine Schockweiler

Directrice adjointe du Film Fund Luxembourg

Jury étudiantModifier

En 2016, le festival War on Screen accueille un Jury étudiant[27] constitué de huit jurés étudiants issus de l'École des officiers de l'armée de l'air (Salon de Provence) et de SciencesPo (Aix-en-Provence). En 2017, SciencesPo – Campus Reims et l’École Supérieure des Arts et Métiers de Châlons-en-Champagne sont les écoles partenaires pour former le Jury. En 2018, des étudiants de SciencesPo - Campus de Nancy se joignent au dispositif pour composer un Jury de douze membres.

Les étudiants issus de SciencesPo composent également l'équipe de La Gazette, une publication quotidienne du festival qui couvre les événements marquants pendant la durée de WoS. Un(e) étudiant(e) issu(e) de l'école supérieure d’art de Lorraine (ÉSAL) participe également à cette publication.

Jury lycéenModifier

Dans le cadre de la Compétition courts métrages, un Jury constitué de douze lycéens décerne le Prix du Jury lycéen. Il est présidé chaque année par un(e) professionnel(le) de l'audiovisuel :

Palmarès du festivalModifier

Compétition internationale de longs métragesModifier

Edition Grand prix du Jury Mention spéciale du Jury Prix de la mise en scène Prix du public Prix du Jury étudiant Prix du Jury Presse
2013 Rose de Wojciech Smarzowski (Pologne) Camp 14 - Total control Zone

de Marc Wiese (Allemagne)

Omar de Hany Abu-Assad (Palestine) Camp 14 - Total control Zone de Marc Wiese (Allemagne) Ø Ø
2014[28] Tangerines de Zaza Urushadze

(Estonie / Géorgie)

The Square de Jehane Noujaim

(Égypte)

Canopy

de Aaron Wilson

(Australie / Singapour)

Boys of Abu Ghraib

de Luke Moran

(États-Unis)

Ø Ø
2015 Soleil de plomb (Zvizdan)[29] de Dalibor Matanic

(Croatie / Serbie / Slovénie)

À peine j'ouvre les yeux

de Leyla Bouzid

(France / Tunisie / Belgique)

Le Fils de Saul

de Laszlo Nemes (Hongrie)

Censored voices[30] de Mor Loushy

(Israël / Allemagne)

Ø Ø
2016 Fuocoammare, par-delà Lampedusa[31] de Gianfranco Rosi (France/Italie) A Good Wife

de Mirjana Karanovic

(Serbie / Bosnie-Herzégovine / Croatie)

Tombé du ciel

de Wissam Charaf

(Liban / France)

Les Oubliés

de Martin Zandvliet

(Allemagne / Danemark)

Les Oubliés

de Martin Zandvliet

(Allemagne / Danemark)

Ø
2017 Last Men in Aleppo

de Feras Fayyad (Danemark / Syrie)

A l'acteur Meinhard Neumann pour le film Western de Valeska Grisebach

(Allemagne/ Bulgarie/ Autriche)

Women of the Weeping River

de Sheron Dayoc

(Philippines / France)

The Yellow Birds

de Alexandre Moors (États-Unis)

Meteor Street

de Aline Fischer (Allemagne)

Ø
2018 Chris The Swiss

de Anja Kofmel (Suisse/ Allemagne/ Croatie/Finlande)

Los Silencios

de Beatriz Seigner

(Brésil/ Colombie/ France)

Cold War

de Pawel Pawlikowski (Pologne/ Royaume-Uni/ France)

Funan

de Denis Do

(France / Belgique / Luxembourg/ Cambodge)

Los Silencios de Beatriz Seigner (Brésil/ Colombie/ France) Chris The Swiss

de Anja Kofmel (Suisse/ Allemagne/Croatie/Finlande)

2019 Pour Sama

de Waad Al-Khateab & Edward Watts

(Royaume-Uni)

Monos de Beatriz Seigner (Colombie) Papicha

de Mounia Meddour (Algérie/France/Belgique)

Pour Sama

de Waad Al-Khateab & Edward Watts

(Royaume-Uni)

Papicha

de Mounia Meddour (Algérie/France/Belgique)

Camille de Boris Lojkine

(France/République centrafricaine)

Compétition internationale de courts métragesModifier

Edition Prix du meilleur court métrage Prix du Jury lycéen Prix du public
2013 Machsom

de Joel Novoa (États-Unis)

Slug invasion

de Casper Wermuth et Morten Hegeland (Danemark)

Ø
2014 Habana

de Edouard Salier (France)

Bagdad Messi

de Omar Kalifa Sahim (Émirats arabes unis / Belgique)

Ø
2015 Bendito machine V - Pull the trigger

de Jessie M. Alvarez (Espagne)

Suleima

de Jalal Maghout (Syrie)

Ø
2016 No news from home

de Patrick Zocco (France)

Loups

de Álvaro Rodriguez Areny (Andorre)

Ø
2017 Battalion to my beat

de Eimi Imanishi (États-Unis)

Témoins

de David Koch (France)

Bon voyage

de Marc-Raymond Wilkins (Suisse)

2018 Animal

de Jules Janaud et Fabrice Le Nezet

(France)

Lower Heaven

de Emad Aleebrahim-Dehkordi (France / Iran)

Across The Line

de Nadav Shlomo Giladi (Israël)

2019 Ø Silence

de Mahdi Borjan (Iran)

Excess Will Save Us

de Morgane Dziurla-Petit (Suède)

Prix exceptionnelsModifier

Prix exceptionnels décernés en 2018

Prix Film Réalisateur Pays
Prix du Jury Étudiant Retour Pang-Chuan Huang France
Prix Canal + Supermonk Shenang Gyamjo Tamang Népal / Taïwan

WoS FabriqueModifier

WoS Fabrique est un pôle de soutien à la recherche et à la création lancé en 2019 par le festival War on Screen.

Depuis 2018, le festival collabore avec l'ECPAD et l'Université Panthéon Sorbonne pour réaliser des courts métrages à partir d'images d'archives de l'INA, de l'ECPAD et de la Cinémathèque des Pays de Savoie et de l'Ain. Le festival devient également partenaire de l'AEGES (Association pour les Etudes sur la Guerre Et la Stratégie). En 2019, des étudiants en master de l'Université de Cambridge et de la Filmuniversität Babelsberg Konrad Wolf viennent sur le festival pour approfondir leurs recherches. Cet ensemble d'actions en faveur de la recherche autour de la représentation du conflit au cinéma sont rassemblées par le projet WoS Fabrique fondé en 2019.

Dans le cadre de WoS Fabrique, un programme européen d'accompagnement à l'écriture, à la production et à la réalisation de films est également initié. La Fémis et Filmuniversität Babelsberg Konrad Wolf rejoignent le programme dès la première année. Six scénaristes et leurs producteurs sont sélectionnés parmi les étudiants et diplômés des écoles partenaires pour participer à deux sessions de résidence encadrés des professionnels.

Le projet WoS Fabrique reçoit le soutien financier des partenaires publics du festival : la ville de Châlons-en-Champagne, la Communauté d'agglomération de Châlons-en-Champagne, le département de la Marne et la région Grand Est.

Notes et référencesModifier

  1. Sorin Etienne, « Le Festival War on Screen fait la part belle au cinéma français », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le 15 avril 2017)
  2. « Quand l’écran met la guerre à mal », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le 15 avril 2017)
  3. « Le 1er Festival du film de guerre débarque à Chalons-en-Champagne », Culturebox,‎ (lire en ligne, consulté le 15 avril 2017)
  4. « Marne | Mission Centenaire 14-18 », sur centenaire.org (consulté le 8 avril 2017)
  5. Aureliano Tonet, « Cannes : le grand débarquement », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 8 avril 2017)
  6. « "War on Screen est un festival qui permet d'élargir notre idée de la guerre" », sur lhebdoduvendredi,
  7. Géraldine Baehr, « Le pari osé de War on Screen », L'Union,‎ , Page 8
  8. Alain Beuve-Méry et Clarisse Fabre, « Les festivals soumis à rude épreuve », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 15 avril 2017)
  9. « Catalogue WAR ON SCREEN 2013 », sur calameo.com (consulté le 14 mai 2020)
  10. « Catalogue War On Screen 2014 », sur calameo.com (consulté le 14 mai 2020)
  11. « CATALOGUE WAR ON SCREEN 2015 », sur calameo.com (consulté le 14 mai 2020)
  12. « Olivier Broche, un farfadet érudit et passionné », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 15 avril 2017)
  13. « Festival international de cinéma : War on screen - Région Grand Est », Région Grand Est,‎ (lire en ligne, consulté le 9 avril 2017)
  14. « “Cold War”, “Funan”, “Chris the Swiss”, en compétition à War on Screen », sur Le Film Français (consulté le 14 mai 2020)
  15. « Entre propagande, témoignage et mémoire : le cinéma de guerre », sur France Culture (consulté le 14 mai 2020)
  16. « Nos partenaires », sur site officiel War on Screen
  17. « Communiqué de Presse : la région Grand Est vote 1,7 M d'euros en faveur de la culture »,
  18. Camille Brunel, « Envoyé spécial à... WAR ON SCREEN 2016 : festival du film sobre », accreds,‎ (lire en ligne)
  19. « Le mécénat », sur site officiel du festival War on screen
  20. « BETC, mécène du nouveau festival War on Screen - Stratégies », sur strategies.fr,
  21. « Les films de guerre en compétition à Châlons-en-Champagne », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 9 avril 2017)
  22. « War on Screen, festival du cinéma de guerre. Bilan du festival 2015 », sur chalons-tourisme.com
  23. « War on screen a pris de l’ampleur, à Châlons, avec 19 452 entrées pour l’édition 2019 », sur Journal L'Union abonné, (consulté le 14 mai 2020)
  24. « Le festival international de cinéma War On Screen : c'est parti - France 3 Grand Est », France 3 Grand Est,‎ (lire en ligne, consulté le 15 avril 2017)
  25. « Roland Joffé, président du jury international 2015 du festival War On Screen - France 3 Grand Est », France 3 Grand Est,‎ (lire en ligne, consulté le 15 avril 2017)
  26. « À la découverte des six membres du jury de War on screen à Châlons », sur Journal L'Union abonné, (consulté le 14 mai 2020)
  27. « Festival War On Screen – L'ÉCOLE DE L'AIR », sur ecole-air.fr (consulté le 15 avril 2017)
  28. Boustoune, « [War on Screen 2014] Palmarès », Angle[s] de Vue,‎ (lire en ligne, consulté le 8 avril 2017)
  29. « Un film croate remporte War on Screen », Le Film Français,‎ (lire en ligne, consulté le 15 avril 2017)
  30. « « Censored voices », la vérité cachée de la guerre des Six Jours », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 15 avril 2017)
  31. « Châlons : le festival War on screen récompense un documentaire sur Lampedusa - France 3 Grand Est », France 3 Grand Est,‎ (lire en ligne, consulté le 15 avril 2017)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier