Ouvrir le menu principal

Cold War (film, 2018)

film dramatique polonais sorti en 2018
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cold War (homonymie).
Cold War
Titre original Zimna wojna
Réalisation Paweł Pawlikowski
Scénario Paweł Pawlikowski
Janusz Głowacki
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la Pologne Pologne
Genre drame, romance
Durée 85 minutes
Sortie 2018

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Cold War (Zimna wojna[1]) est un film dramatique polonais écrit et réalisé par Paweł Pawlikowski, sorti en 2018. Le film est en sélection officielle au Festival de Cannes 2018[2] et remporte le Prix de la mise en scène[3].

Il a été sélectionné par la Pologne pour représenter le pays en tant que candidat à l'Oscar du meilleur film étranger[4].

Pawel Pawlikowski a dédié ce film à ses parents, mais l'histoire du couple racontée dans ce film n'est pas littéralement leur histoire. Par contre, les deux protagonistes principaux portent les prénoms des parents du réalisateur, Wiktor et Zula (diminutif de Zuzanna)[5].

Sommaire

RésuméModifier

Pendant les années 1950 et 1960, Zula, une jeune chanteuse polonaise, vit avec Wiktor, musicien, des amours compliquées entre Est et Ouest, sur fond de guerre froide.

En 1949, Wiktor, pianiste et chef d'orchestre d'un groupe folklorique professionnel, fait avec son équipe des compilations ethnomusicologiques sur le folklore polonais en parcourant les campagnes, à la recherche de voix et de chansons authentiques. Zula, une jeune chanteuse, est embauchée lors d'un casting, pour son talent de chanteuse, ses bases de danse et son caractère affirmé. Tous deux tombent rapidement follement amoureux et jurent de ne plus se quitter. Wiktor profite d'un déplacement du groupe à Berlin-Est pour passer à l'Ouest et rejoindre Paris, mais Zula refuse de le suivre. Il la retrouve en Yougoslavie pour un moment amoureusement fugace alors qu'elle est en tournée du groupe folkorique.

Zula épousera quelques années plus tard un Italien afin de pouvoir quitter légalement la Pologne et rejoindre Wiktor à Paris. Là, ils vivent quelque temps ensemble des amours compliquées, lui pianiste et compositeur pour le club de jazz L'Éclipse, et elle chanteuse de jazz. Mais Zula, sombre dans la mélancolie alcoolique et ne supporte pas le milieu artistique parisien. Elle décide alors de repartir en Pologne. Wiktor rentre dans son pays pour la revoir, mais se retrouve incarcéré dans un camp de travail polonais pour trahison à la Pologne communiste et franchissement illégal de frontières. Mutilé à une main, la carrière musicale brisée, il est libéré au bout de cinq années avec l'appui de l'administrateur du groupe folkorique, devenu le mari de Zula, dont elle a eu un enfant. Wiktor et Zula décident de revenir sur les lieux de leur rencontre pour se suicider ensemble dans une chapelle orthodoxe en ruine et forger définitivement leur amour impossible.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

SortieModifier

Cold War

Score cumulé
SiteNote
Metacritic90/100
Rotten Tomatoes90%
Compilation des critiques
PériodiqueNote
CinéSéries 

Accueil critiqueModifier

En France, le site Allociné recense une moyenne des critiques presse de 4/5, et des critiques spectateurs à 4/5[6].

Pour Jacques Morice de Télérama, Cold War est « un mélodrame servi par un noir et blanc somptueux et dans lequel la musique occupe le premier plan. [...] Le cinéaste filme cet amour comme une malédiction, à travers des scènes où le plaisir et la mélancolie ne font qu'un. Des scènes à la fois intenses et un peu irréelles, comme les fragments distanciés d’un rêve ou d’un passé dont on ne voudrait garder que les souvenirs essentiels, douloureux et heureux. »[7].

Pour Jean-Claude Raspiengeas de La Croix, « tout autant que cette histoire d'amour dont le cinéma capte et sublime les regards pour leur charge émotionnelle, langage direct qui se passe de mots, les élans, les mouvements discrets, Cold War envoûte par le style du cinéaste, les ambiances sonores, des chants populaires polonais au climat jazzy de l'Ouest, l'infinie poésie des images, le temps allongé des scènes, la beauté de ce noir et blanc si éloquent. C'est un éloge de l’épure. Une démonstration de la puissance émotive du minimalisme pour traduire la relation tempétueuse de deux amants. »[8].

Box-officeModifier

DistinctionsModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Anonyme, « Les amants maudits », Le Républicain Lorrain, Groupe Républicain Lorrain Communication, Woippy, 24 octobre 2018, p.21, (ISSN 0397-0639)
  • Fernand-Joseph Meyer, « Cold War », La Semaine de Nancy N°439,, Editions EDI.M3, Nancy, 31 octobre 2018, p.42, (ISSN 2108-2537)
  • Nicolas Geneix, « Etre au monde et aimer », Positif, no 693, Paris, Institut Lumière/Actes Sud , novembre 2018, p.6-8, (ISSN 0048-4911)
  • Fabien Baumann et Jean-Dominique Nuttens, « Entretien avec Pawel Pawlikowski. Que peut-on enlever sans perdre le public ? », Positif , no 693, Paris, Institut Lumière/Actes Sud , novembre 2018, p.10-15, (ISSN 0048-4911)

Notes et référencesModifier

  1. polonais « zimna » : froide, et « wojna » : guerre
  2. Thomas Sotinel, « Cannes 2018 : « Cold War », romance impossible en temps de guerre froide », sur Le Monde, (consulté le 15 mai 2018).
  3. « Cannes 2018 : la Palme d’or couronne Hirokazu Kore-eda et son « Affaire de famille » », sur Le Monde, (consulté le 19 mai 2018).
  4. (en) « Oscars: Poland selects "Cold War" for foreign-language category », sur www.hollywoodreporter.com, (consulté le 18 octobre 2018)
  5. « Cold war: "J'avais besoin d'humour et d'ironie pour montrer l'absurdité de l'histoire" », sur www.premiere.fr, (consulté le 18 octobre 2018)
  6. « Cold War », sur Allociné (consulté le 28 octobre 2018).
  7. Jacques Morice, « “Cold War”, la passion autour d’un rideau de fer », sur Télérama, (consulté le 28 octobre 2018).
  8. Jean-Claude Raspiengeas, « « Cold War », l’amour fou au temps de la Guerre Froide », sur La Croix, (consulté le 28 octobre 2018).
  9. JP-Boxoffice.com ; page du film Cold War, consulté le 20 décembre 2018.
  10. « "Cold War" triomphe aux 31es Prix du cinéma européen, "Girl" remporte le prix de la découverte: le palmarès complet des EFA 2018 », sur La Libre Belgique, (consulté le 16 décembre 2018).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :