Ouvrir le menu principal

Voyage sans espoir

film de Christian-Jaque, sorti en 1943
Voyage sans espoir
Réalisation Christian-Jaque
Scénario Pierre Mac Orlan
Christian-Jaque
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films Roger Richebé
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Sortie 1943

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Voyage sans espoir est un film français réalisé par Christian-Jaque, sorti en 1943.

SynopsisModifier

1943 en France occupée, tout juste évadé de prison, Gohelle (Paul Bernard) fait la rencontre dans le train d’un certain Alain Ginestier (Jean Marais), visiblement fortuné. Gohelle qui cherche à quitter le pays, trouve le cargo qu’il lui faut, mais le capitaine (Lucien Coëde) l'avertit que son équipage exige en échange une forte somme. Gohelle a alors l'idée de demander à sa charmante maîtresse, chanteuse dans une boîte de nuit, Marie-Ange (Simone Renant) de charmer Alain, ce pigeon idéal à plumer. Mais la franchise et la fraîcheur d'Alain séduisent Marie-Ange qui va tomber dans son propre piège : la belle s'éprend de sa riche victime. C’est alors qu’Alain lui déclare qu’il n’est qu’un simple caissier d’une banque et qu’il a volé l’argent qu’il possède. Affreusement déçue d'apprendre la vérité, elle réussit à convaincre le garçon de restituer son vol avant de quitter ensemble la France, vers un ailleurs impossible, car Gohelle, devinant ses projets et après avoir liquidé le capitaine du cargo, blesse mortellement la jeune femme sur le quai de la gare avant de tomber entre les mains des policiers et des inspecteurs Sorbier et Chapelain (Louis Salou et Jean Brochard). Marie-Ange promet de rejoindre Alain qui se sauve, sans savoir qu’il a perdu son bel amour pour toujours.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Autour du filmModifier

L’auteur du scénario d’un Voyage Sans Espoir est le romancier Pierre Mac Orlan, auteur aussi de Quai des Brumes, le film de Marcel Carné qui a inventé le genre des années trente : le Réalisme poétique. Cependant Christian-Jaque ne cherche pas à reproduire Carné. Marie-Ange et Alain s'aiment d'un amour condamné. Ils n’ont aucune chance de s'en sortir : on est en 1943, et le réalisme dépressif d'avant-guerre joue les prolongations sous le régime Pétainiste de Vichy... Christian-Jaque fait de son film un Quai des Brumes inversé. Le destin des couples (Gabin-Morgan et Renant-Marais) fonctionne à l’envers. Christian-Jaque tire le meilleur d'un sujet banal et il est aidé par six principaux acteurs bien dans leur rôle.

Liens externesModifier