Le Quai des brumes (film)

film sorti en 1938
Le Quai des brumes
Description de cette image, également commentée ci-après
Jean Gabin et Michèle Morgan dans le film.

Réalisation Marcel Carné
Scénario Jacques Prévert (adaptation)
Pierre McOrlan (roman)
Acteurs principaux
Sociétés de production Ciné-Alliance
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 91 minutes
Sortie 1938


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Quai des brumes est un film français réalisé par Marcel Carné, sorti en 1938, rattaché à la veine du réalisme poétique, adapté du roman Le Quai des brumes de Pierre Mac Orlan publié en 1927.

Récompensé du Prix Louis-Delluc en 1938[1], le film marque la troisième collaboration entre Carné et Jacques Prévert, après Jenny et Drôle de drame. Il met en vedette Jean Gabin, Michel Simon, Michèle Morgan et Pierre Brasseur. Il est devenu un classique du cinéma français. C'est dans ce film que se trouve la célèbre réplique de Jean Gabin à Michèle Morgan :« T'as d'beaux yeux, tu sais. »

Le titre est parfois écrit « Quai des brumes[2] ».

SynopsisModifier

Jean, un déserteur de l'armée coloniale, arrive au Havre d'où il veut quitter la France. Dans le bistrot de Panama, un original, il fait la connaissance de Nelly, jeune fille mélancolique terrorisée par son tuteur Zabel qu'elle soupçonne d'avoir assassiné Maurice, son amant. Pour défendre Nelly, Jean tue Zabel. Alors qu'il s'enfuit pour rejoindre le bateau qui doit l'emmener vers le Venezuela, il est assassiné par Lucien, un jeune truand local dont il s'est attiré la haine.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

ProductionModifier

InspirationModifier

Marcel Carné a expliqué dans ses Mémoires les circonstances dans lesquelles est né le projet de réaliser un film adapté du roman de Pierre Mac Orlan publié en 1927 : c'est Raoul Ploquin, responsable des films français pour l'UFA, qui avait demandé au réalisateur de Drôle de drame s'il n'avait pas un sujet de film à proposer à Jean Gabin, alors sous contrat avec la firme allemande. Carné proposa Le Quai des brumes[4].

Gabin et Ploquin, après lecture, estimèrent que l'on pouvait en tirer un film intéressant. Jacques Prévert, qui aimait beaucoup le roman, accepta de participer au projet[4].

ScénarioModifier

L'action du roman adapté se passe pour l'essentiel à Paris dans le quartier de Montmartre (et notamment au Lapin Agile) vers 1910. Mais, après avoir visité les studios de la UFA[Quoi ?], Marcel Carné craignit que la reconstitution des lieux en studio ne fasse trop lourde, trop théâtrale, et décida avec Jacques Prévert de déplacer l'action du film dans un port. Ils optèrent pour le port de Hambourg[5].

En France, le scénario passa le cap de la censure, mais le représentant du ministère de la Guerre demanda que le mot « déserteur » ne fût pas prononcé dans le film[6].

L'adaptation du romanModifier

Outre le cadre de l'action, Jacques Prévert modifia un certain nombre d'éléments du roman. Ainsi[7] :

  • le personnage interprété par Jean Gabin est la synthèse de deux personnages de Mac Orlan : Jean Rabe, le dessinateur bohème qui s'engage dans l'armée pour échapper à la faim et qui se fait tuer en tentant d'assassiner son capitaine, et Marcel Lannois, un soldat déserteur qui, poussé lui aussi par la misère, finit par intégrer à nouveau l'armée sous la fausse identité qu'il avait adoptée après sa désertion ;
  • le personnage de Nelly (Michèle Morgan), qui dans le film est un « idéal d'innocence[8] », quoiqu'elle ait été la maîtresse d'un voyou, était dans le roman une « fille de dancing », qui décide de basculer dans la prostitution ;
  • quant à son tuteur (Michel Simon), il remplace le boucher assassin du roman qui tuait non par amour, mais par appât du gain ;
  • le personnage de l'artiste Michel Kraus (Robert Le Vigan), est en revanche très proche du personnage tel que l'avait conçu Mac Orlan, jusque dans ses répliques, qui pour certaines sont directement issues du roman.

Choix des acteursModifier

Marcel Carné avait dès le début du projet envisagé de confier le rôle de Nelly à Michèle Morgan, qu'il avait vue dans Gribouille (1937) de Marc Allégret, mais celle-ci était déjà engagée pour le tournage d'un autre film du même réalisateur, Orage (1938)[9].

Les retards pris sur la production du film permirent à Michèle Morgan, qui avait terminé le tournage d'Orage, d'intégrer celui du Quai des brumes[10].

TournageModifier

Le film ne put être tourné à Hambourg, les services de la propagande allemande ayant exprimé de fortes réserves sur le film. Raoul Ploquin expliqua à Carné que Joseph Goebbels lui-même s'était montré particulièrement hostile à cette histoire de déserteur[11]. L'UFA[Quoi ?] refusa donc le tournage du film, dont les droits furent rachetés, en même temps que le contrat qui liait Gabin à la firme allemande, par le producteur Gregor Rabinovitch[12].

Marcel Carné nota dans ses Mémoires ce qu'avait de singulier cette transaction : quatre producteurs s'étaient proposés pour racheter les droits du film, et l'UFA choisit parmi eux le seul qui fût juif (et qui avait fui l'Allemagne nazie en 1933<[12]).

Le cadre choisi fut finalement le port du Havre à cause aussi d'un manège d'autos tamponneuses, inédit à Paris.

AccueilModifier

CritiqueModifier

Les critiques du Quai des brumes dans la presse furent dans l'ensemble élogieuses, se souvient Marcel Carné[13] mais ne furent pas unanimes[N 1].

Les critiques négatives eurent comme origine des journaux et revues politisés (de droite comme de gauche) : ainsi, Lucien Rebatet manifesta son hostilité pour le film dans les colonnes de L'Action française, tandis que Georges Sadoul dénonçait dans L'Humanité la « politique de chien crevé au fil de l'eau » véhiculée selon lui par Le Quai des brumes[13].

Par ailleurs — comme expliqué par Carné dans ses Mémoires —, Jean Renoir provoqua la colère de Jacques Prévert (avec lequel il avait travaillé en 1936 pour Le Crime de monsieur Lange) pour avoir qualifié Le Quai des brumes de « film fasciste »[13].

Box-officeModifier

Le Quai des brumes fut un succès auprès du public lors de sa sortie en salles en 1938. Par exemple, le film rapporta 509 000 francs à la salle de cinéma Marivaux, constituant un record en battant les recettes de La Grande Illusion et de Carnet de bal[14].

CensureModifier

Le film fut interdit aux moins de 16 ans lors de sa ressortie en salles en , et interdit sous l'Occupation par la censure française[3],[14]. Il devra attendre pour obtenir la classification tous publics[14],[15].

Le film sortit en Italie avec des dialogues modifiés par la censure fasciste, qui transforma le personnage de Jean Gabin (un déserteur) en un militaire en permission.

RécompensesModifier

Autour du filmModifier

T'as d'beaux yeux, tu sais.Modifier

C'est dans ce film qu'on trouve la célèbre réplique entre Jean Gabin (Jean) et Michèle Morgan (Nelly), qui furent également amants à la ville :

Jean : « T'as d'beaux yeux, tu sais. »
Nelly : « Embrassez-moi. » (il l'embrasse)
Jean : « Nelly ! »
Nelly : « Embrasse-moi encore[17]. »

Autres répliquesModifier

On trouve également d'autres répliques savoureuses, comme : « Vaut mieux avoir cette tête-là que pas de tête du tout », prononcée par Michel Simon ou cet aphorisme : « Les grandes décisions doivent être prises devant des petits flacons » adressé à Jean Gabin par René Génin.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Des comptes rendus de presse cités par Michel Pérez dans Les Films de Carné, Ramsay, Poche Cinéma, 1994, p. 45, ainsi que ceux qui sont reproduits sur la page consacrée au Quai des brumes du site dévolu à Marcel Carné montrent que les critiques ne furent pas unanimes.

RéférencesModifier

  1. Imdb-awards.
  2. DVDfr.com
  3. a et b Quai des brumes, sur le site Marcel Carné.com
  4. a et b Marcel Carné, Ma vie à belles dents. Mémoires, L'Archipel, 1996, p. 86.
  5. Marcel Carné, op. cit., p. 86.
  6. Marcel Carné, op. cit., p. 89.
  7. Michel Pérez, Les Films de Carné, pp. 34-37 pour l'ensemble de ce passage.
  8. Michel Pérez, Les Films de Carné, p. 36.
  9. Michel Pérez, Les Films de Carné, Ramsay, Poche Cinéma, 1994, p. 34.
  10. Michel Pérez, Les Films de Carné, p. 34.
  11. Marcel Carné, op. cit., pp. 87-88.
  12. a et b Marcel Carné, op. cit., p. 88.
  13. a b et c Marcel Carné, Ma vie à belles dents. Mémoires, L'Archipel, 1996, p. 102.
  14. a b et c http://www.cinematheque.fr/fr/musee-collections/actualite-collections/restauration-numerisatio/restauration-quai-brumes.html
  15. http://www.cnc.fr/web/fr/rechercher-une-oeuvre/-/visa/1141
  16. a et b Récompenses sur Imdb.com
  17. Extrait de la séquence en question.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Thomas Pillard, Le Quai des brumes de Marcel Carné, Editions Vendémiaire, 2019
  • Marcel Carné, Ma vie à belles dents. Mémoires, L'Archipel, 1996
  • Michel Perez, Les Films de Carné, Ramsay, Poche Cinéma, 1986 (rééd. 1994)
  • Danièle Gasiglia-Laster , Jacques Prévert, « celui qui rouge de cœur » , Séguier, 1994
  • Jean-Paul Morel, « Le Cul des brèmes ou Renoir versus Carné », CinémAction no 98, 1er trimestre 2001.
  • Danièle Gasiglia-Laster, « Double jeu et "je" double. La question de l'identité dans les scénarios de Jacques Prévert pour Marcel Carné », CinémAction no 98, 1er trimestre 2001.
  • Carole Aurouet, Le Cinéma dessiné de Jacques Prévert, Textuel, 2012

Articles connexesModifier

Liens externesModifier