Vol Hewa Bora Airways 122

Vol Hewa Bora Airways 122
DC-9-51 similaire
DC-9-51 similaire
Caractéristiques de l'accident
Date à 14 h 45 UTC
TypeProblème de moteur au décollage, écrasement sur la ville en bout de piste
SiteAéroport international de Goma
Drapeau de la république démocratique du Congo République démocratique du Congo
Coordonnées 1° 40′ 53″ sud, 29° 14′ 22″ est
Caractéristiques de l'appareil
Type d'appareilDouglas DC-9-51
CompagnieHewa Bora Airways
No  d'identification9Q-CHN
PhaseDécollage
Passagers79
Équipage5
Morts2 (47 au sol)
Blessés> 146 au total
Survivants83

Géolocalisation sur la carte : République démocratique du Congo
(Voir situation sur carte : République démocratique du Congo)
Red pog.svg

Le , un Douglas DC-9-51 de la compagnie congolaise Hewa Bora Airways (HBA) effectuant la liaison entre Goma et N'Djill, en passant par l'aéroport de Bangoka, s'écrase lors du décollage à Goma, dans l'est de la république démocratique du Congo, au sud de l'aéroport international de Goma[1],[2]. Le crash est dû à une sortie de piste résultant d'une avarie du moteur no 1 de l'appareil.

ContexteModifier

L'Union européenne a placé toutes les compagnies aériennes de la RDC sur une liste noire, HBA inclus.

Le réseau routier n'est pas assez développé, alors la plupart des mouvements se font par l'air[3].

Les marchés se situent en règle générale près des aéroports. Deux précédents de ce type d'accident se sont produits en 1996 (en) et octobre 2007 (en) à l'aéroport de Kinshasa

Raccourcissement de la piste 18/36 de l'aéroportModifier

En 2002, le volcan Nyiragongo entre en éruption et détruit la partie nord (orientation 36/18) de la piste de l'aéroport international de Goma. La distance utilisable pour les décollages et les atterrissages s'en trouve donc réduite à 1995 m[4]. Cette distance est suffisante pour permettre le décollage d'un DC-9 ayant une masse au décollage inférieure à 45t contrairement aux 55t habituelles.

Selon un autre rapport, la distance réelle utilisable par les aéronefs se trouve dans une fourchette allant de 1600 à 1800 m, rendant ainsi le poids maximal de l'avion au décollage égal à 42 t[5].

Déroulement et enquêteModifier

L'avion s'aligne sur la piste 18 de l'aéroport de Goma et est autorisé à décoller. D'après le rapport de l'enquête [réf. nécessaire], le moteur 1 prend feu au bout de 300m et explose. L'avion ne peut pas s'arrêter sur la piste et finit sa course dans un marché au sud de la piste 36 sur des maisons et des boutiques du marché Birere localisées sur l’avenue du 20-Mai à 12h30 UTC[6]. Sur une vidéo diffusée par CNN, il est possible de voir qu'au moment du décollage, l'inverseur de poussée du moteur était déployé. Selon les dires du pilote de l'appareil, ce dernier aurait tenter d'interrompre le décollage de l'appareil et aurait ensuite perdu le contrôle de l'appareil[7].

Les premières équipes de secours incluent des agences internationales (le MONUC, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires l'OCHA, l'UNICEF ou encore l'Organisation mondiale de la santé) mais aussi Médecins sans frontières France et la Croix-Rouge[8]. Des membres du 6th Battalion of the Sikh Light Infantry, de l'armée indienne, postés dans les environs et une brigade du MONUC ont sauvé 6 personnes et extrait 18 corps. Ces équipes ont permis de maîtriser l'incendie[9] et de retrouver les deux boîtes noires de l'appareil à savoir l'enregistreur de paramètres (FDR) et l'enregistreur phonique (CVR)[10].

L'enquête montre que l'aéroport ne disposait pas de service de lutte contre les incendies[réf. nécessaire] et qu'HBA utilisait différents types d'avions relativement âgés (31 ans pour l'avion accidenté)[11].

Bilan humainModifier

Les premiers rapports indique qu'il y aurait entre 60 et 70 passagers à bord de l'appareil, mais sans parvenir à donner un chiffre précis et unique[12],[3]. Les officiels arrivent à la conclusion que les personnes décédés ne sont pas des passagers de l'appareil. En fait, un seul passager décède durant cet accident.

Le rapport remis à l'ambassade des États Unis indique que l'appareil transportait 79 passagers et 5 membres d'équipage[7]. Tout l'équipage est rescapé de cet accident.

Trois jours après, 42 personnes sont retrouvées mortes et la recherche des corps se poursuit[13].

Le Métropolite Ignatios d'Afrique centrale est l'un des rescapés[14]. Un autre étranger qui a survécu est un employé d'Alcatel, Selami Mordeniz[15].

Le quatrième jour, deux nouveaux corps sont retrouvés, portant le nombre de victime à 44. Il passe à 47, le , lors de la récuppération d'un autre corps et du décès de deux personnes de la suite de leurs blessures à l'hôpital[16].

Le clinique Heal Africa a reçu des blessés.

Médecins sans frontières annonce qu'un de leurs membres est décédé à la suite du crash, car sans nouvelles de cet individu pendant 48h[17].

ConséquencesModifier

À Kinshasa, Le Phare, rapporte que les aéroports dans tout le pays utilisent encore des infrastructures de plus de cinquante ans d'âge, construits par les Belges.

Deux jours après la tragédie, le gouvernement pris la décision de réparer la piste, coupée par le volcan en [4],.

Le Réseau national des organisations non gouvernementales des droits de l’homme de la république démocratique du Congo (Renadhoc) accuse le gouvernement de la république du Congo :

« La responsabilité du crash d’un DC 9 de la compagnie Hewa Bora Airways le 15 avril dernier à Goma est d’abord imputable au gouvernement congolais, selon le Renadhoc, Réseau national des organisations non gouvernementales de droits de l’homme en RDC. »

— Radio Okapi 2008-04-21

Notes et référencesModifier

  1. (en) Kari Barber, « More Than 70 Killed in Eastern DRC Plane Crash », VOANews.com, Dakar, Voice of America,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. (en) Naomi Schwarz, « Plane crash in Congo kills at least 33 », Reuters Africa, Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. a et b . « 20 missing after Congo plane crash » (consulté le )
  4. a et b (en) « In pictures: Volcano wreaks havoc », BBC News, (consulté le ),« Aéroport de Goma, le gouvernement s’engage à réhabiliter la piste d’atterrissage », sur Radio Okapi, (consulté le )
  5. « Crash de Goma: Mwando Nsimba très fâché! », Le Phare RDC, Kinshasa,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. « Goma : ville moitié paralysée, 34 morts et plus d'une centaine de blessés, dernier bilan provisoire du crash », Radio Okapi,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. a et b (en) « 20 missing after Congo plane crash », CNN, (consulté le )
  8. (en) Eoin Young, « MONUC expresses its sympathy to the Goma air tragedy victims », MONUC, (consulté le )
  9. (en) « Indian Army soldiers rescue Congo crash victims », Zeenews, (consulté le ) - not a wp:RS
  10. (en) David Kaminski-Morrow, « Flight recorders recovered from crashed Hewa Bora Airways DC-9 », Flight International, Reed Business Information,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. David Kaminski-Morrow, « Hewa Bora DC-9 crashes in Congolese town », Flight, Reed Business Information, (consulté le )
  12. (en) « Congolese plane crashes into market town », International Herald Tribune, The New York Times Company,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. « Goma: 72 heures après le crash, la recherche des corps se poursuit », Radio Okapi, (consulté le )
  14. (en) N. Katsikas, « Metropolitan Ignatios survives air crash in Congo », Athens News Agency,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. (tr) Dinçer Şeref, « Ölülerin arasından sürünerek çıktım », Milliyet,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. (en) « DRC plane crash toll rises to 47 », Relief Web, (consulté le )
  17. « MSF colleague disappears in Goma plane crash. » [archive du ], Médecins sans frontières, (consulté le )

Voir aussiModifier

Liens externesModifier