Voglans

commune française du département de la Savoie

Voglans
Voglans
Vue de Voglans depuis le Mont du Chat.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Canton La Motte-Servolex
Intercommunalité Grand Lac
Maire
Mandat
Yves Mercier
2014-2020
Code postal 73420
Code commune 73329
Démographie
Population
municipale
1 897 hab. (2017 en augmentation de 10,03 % par rapport à 2012)
Densité 411 hab./km2
Population
aire urbaine
220 118 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 45° 38′ 01″ nord, 5° 53′ 47″ est
Altitude Min. 231 m
Max. 392 m
Superficie 4,62 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Savoie
Voir sur la carte administrative de la Savoie
City locator 14.svg
Voglans
Géolocalisation sur la carte : Savoie
Voir sur la carte topographique de la Savoie
City locator 14.svg
Voglans
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Voglans
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Voglans
Liens
Site web mairie-voglans.fr

Voglans est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

GéographieModifier

La commune est située dans le département de la Savoie entre les communes Chambéry et Aix-les-Bains et à proximité du lac du Bourget.

ToponymieModifier

  • D'origine burgonde, dériverait d'un primitif Wôkilingos, dérivé du nom propre Wokila.
  • Anciennement : Voglen, Vouglens.

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Voglyan, selon la graphie de Conflans[1].

HistoireModifier

D'après une charte de 1042, Aymon d'Hugues, seigneur de Chambéry, moine à la Novalaise (abbaye de Novalesa dans le Piémont fondée en 726) donne à l'abbaye l'église de Voglans avec une chapelle et tout le territoire sur la paroisse. L'église devint alors un petit prieuré où un moine qualifié de prieur exerçait les fonctions curiales. Plus tard, en 1335, le comte de Savoie se substitue à Voglans aux droits de l'abbaye de la Novalaise en lui donnant en échange quelque chose en Piémont. (Source : Les environs de Chambéry par Gabriel Pérouse, Éditions Fontaine de Siloé)

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 2008 Bernard Vincent    
mars 2008 En cours Yves Mercier    
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3].

En 2017, la commune comptait 1 897 habitants[Note 1], en augmentation de 10,03 % par rapport à 2012 (Savoie : +2,39 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
381336370662700769732712802
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
700671661634656575609515524
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
479525503503502572699824831
1982 1990 1999 2006 2011 2016 2017 - -
8981 0151 4471 6391 6951 8851 897--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

De 1877 à 1945, la société Gerland y a exploité une mine de lignite, utilisé pour le chauffage et la production d'électricité. L'ancienne usine de traitement de lignite de Voglans qui subiste sert aujourd'hui d'entrepôt.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Espaces verts et fleurissementModifier

En 2015, la commune de Voglans obtient une seconde fleur au label « ville fleurie » attribuée par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[6].

Personnalités liées à la communeModifier

  • La famille Salteur de la Serraz qui habitait le château devenu l'actuelle mairie.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 23
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  6. « VOGLANS », sur cnvvf.fr (consulté le 19 décembre 2015)