Vittoria de Savoie

princesse de Carignan
Vittoria de Savoie
(it) Vittoria di Savoia
Description de l'image defaut.svg.
Biographie
Titulature Princesse de Carignan
Marquise d'Ivrée
Dynastie Maison de Savoie
Nom de naissance Vittoria Cristina Adelaida Chiara Maria di Savoia
Naissance (17 ans)
Genève (Suisse)
Père Emmanuel-Philibert de Savoie
Mère Clotilde Courau

Vittoria de Savoie (en italien : Vittoria di Savoia), princesse de Carignan et marquise d'Ivrée, est née le à Genève, en Suisse. Fille aînée d'Emmanuel-Philibert de Savoie et de Clotilde Courau, elle est une princesse de la maison de Savoie.

Le , la modification des règles de succession dans la maison de Savoie par le prince de Naples fait de Vittoria l'héritière du trône d'Italie après son père, du fait de l'abolition de la loi salique. Cependant, cette décision divise la communauté des monarchistes italiens, dont une partie la juge illégale et non avenue.

FamilleModifier

La princesse Vittoria est la fille aînée d'Emmanuel-Philibert de Savoie (1972), prince de Venise et de Piémont, et de l'actrice française Clotilde Courau (1969). Par son père, elle est donc la petite-fille de Victor-Emmanuel de Savoie (1937), prétendant au trône d'Italie, et de la skieuse Marina Doria (1935).

Vittoria a une sœur cadette, Luisa (2006), princesse de Chieri et comtesse de Salemi.

BiographieModifier

Naissance et baptêmeModifier

Aînée des filles du prince Emmanuel-Philibert de Savoie et de Clotilde Courau, la princesse Vittoria naît le à Genève, malgré l'abrogation de la loi d'exil de la famille royale en 2002. Son père étant hospitalisé en Suisse depuis un accident de moto, sa famille a en effet décidé que la petite fille verrait le jour sur le sol helvétique et non à Rome, comme il avait été initialement prévu[1].

L'enfant est cependant baptisée en Italie, en la basilique Saint-François d'Assise, le [2].

Enfance et adolescenceModifier

Vittoria de Savoie grandit entre la Suisse, Monaco, l'Italie et la France, où elle suit ses études, à Paris[3].

Active sur Instagram, où elle publie régulièrement des photos, Vittoria de Savoie est considérée par le magazine de mode italien Amica (en) comme la « nouvelle princesse millenial après Charlotte Casiraghi »[4],[5]. De son côté, le magazine français Gala loue la beauté de la jeune fille, en la comparant avec sa mère[6].

Question dynastiqueModifier

Le , le prince Victor-Emmanuel de Savoie, prétendant au trône d'Italie, annonce la modification des règles successorales dans sa maison. Il abolit alors l'usage de la loi salique et impose une primogéniture absolue, faisant ainsi de sa petite-fille Vittoria l'héritière en second de la couronne disparue en 1946[7],[8],[9],[10],[11].

Titrée, par la même occasion, princesse de Carignan et marquise d'Ivrée[3], Vittoria de Savoie déclare alors à son père, Emmanuel-Philibert, qu'elle va redoubler d'efforts dans ses études pour se montrer digne de son nouveau statut d'héritière[12],[13]. Sa sœur cadette, Luisa, née le , reçoit les titres de princesse de Chieri et comtesse de Salemi : le prince Victor-Emmanuel explique qu'il a voulu rendre hommage au Piémont, berceau historique de la famille où se trouvent Carignan, Ivrée et Chieri, et à la « très belle terre de Sicile » où se trouve Selami[3].

Malgré tout, la décision du prince de Naples ne fait pas l'unanimité parmi les monarchistes italiens, déjà divisés entre partisans de la branche aînée des Savoie et ceux de la branche d'Aoste. Les princes Amédée et Aimone de Savoie-Aoste considèrent en effet que seule une modification de la constitution royale peut changer l'ordre successoral. Ils sont suivis, en cela, par l'Assemblée des sénateurs du royaume[14].

Titres et honneursModifier

TitulatureModifier

  •  : Son Altesse Royale la princesse Vittoria de Savoie (naissance) ;
  • Depuis le  : Son Altesse Royale la princesse Vittoria de Savoie, princesse de Carignan, marquise d'Ivrée.

DécorationModifier

RéférencesModifier

  1. (es) « Primeras fotografías de Victoria de Saboya, hija del príncipe Filiberto y Clotilde Courau », ¡Hola!,‎ (lire en ligne).
  2. (es) « Bautizo de la hija de Manuel Filiberto y Clotilde Courau », ABC,‎ (lire en ligne).
  3. a b c et d (it) Enrica Roddolo, « Vittoria di Saboia, chi è la sedicenne erede del casato dei re d'Italia », Corriere della Sera,‎ (lire en ligne).
  4. (it) Veronica Eredi, « Perché Vittoria di Savoia è la nuova principessa millennial », Amica,‎ (lire en ligne).
  5. (it) Veronica Eredi, « Il Coronavirus ferma il debutto di Vittoria di Savoia, principessa millennial », Amica,‎ (lire en ligne).
  6. « Vittoria de Savoie : la fille de Clotilde Courau a hérité de la beauté de sa mère », Gala,‎ (lire en ligne).
  7. (it) « Vittoria di Savoia potrà essere regina d’Italia: le donne entrano in linea di successione dopo mille anni di storia », Oggi,‎ (lire en ligne).
  8. (it) « Vittoria di Savoia potrebbe essere Regina: donne in linea di successione dopo mille anni », HuffPost,‎ (lire en ligne).
  9. (es) « Los Saboya planean una 'reina' de Italia », Público,‎ (lire en ligne).
  10. (it) « La svolta dei Savoia dopo mille anni «Anche le donne a capo del casato» », Corriere Della Sera,‎ (lire en ligne).
  11. Régine Salens, « Vittoria entre dans la ligne de succession en Italie, mais ça ne plait pas à tout le monde », sur La DH Les Sports+, (consulté le 5 août 2020).
  12. (it) Nicola Bambini, « Donne reali: la svolta dei Savoia per la giovane Vittoria », Vanity Fair,‎ (lire en ligne).
  13. Mélody Husson Garnier, « Comment Vittoria, la fille de Clotilde Courau et Emmanuel-Philibert de Savoie, se prépare à devenir cheffe de la Maison royale », Closer,‎ (lire en ligne).
  14. (it) Enrica Roddolo, « Aimone di Savoia-Aosta: «Per ora non alimento la polemica». Intanto è guerra di carte tra i Savoia », Corriere Della Sera,‎ (lire en ligne).

Liens externesModifier