Chieri

commune italienne

Chieri
Blason de Chieri
Héraldique
Chieri
Noms
Nom italien Chieri
Nom français Quiers
Nom piémontais Cher
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région du Piémont Piémont 
Ville métropolitaine Città metropolitana di Torino - Stemma.svg Turin 
Code postal 10023
Code ISTAT 001078
Code cadastral C627
Préfixe tel. 011
Démographie
Gentilé chieresi
Population 36 168 hab. (31-12-2010[1])
Densité 670 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 01′ 00″ nord, 7° 49′ 00″ est
Altitude Min. 305 m
Max. 305 m
Superficie 5 400 ha = 54 km2
Divers
Saint patron Santa Maria delle Grazie
Fête patronale 12 septembre
Localisation
Localisation de Chieri
Géolocalisation sur la carte : Piémont
Voir sur la carte administrative du Piémont
City locator 14.svg
Chieri
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Chieri
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Chieri
Liens
Site web http://www.comune.chieri.to.it/

Chieri (en français Quiers, Carreum Potentia en latin) est une ville italienne d'environ 36 000 habitants, située dans la ville métropolitaine de Turin, dans la région Piémont, dans le nord-ouest de l'Italie. De cette ville sont originaires la maison de Crillon, dont l'un des représentants vint s'installer au Moyen Âge dans le Comtat Venaissin, de même que la maison de Broglie, immigrée en France au XVIIe siècle.

GéographieModifier

HistoireModifier

Cette ville de Quiers créée par les romains il y a environ deux mille ans, resta sous leur domination jusqu'à la décadence de l'empire. Pline[2] l'appelait Carrea Potentia[3].

Des écrivains du moyen âge l'appellent Carium ou Kaira et la situent à cinq milles de distance de Turin, du côté de l'occident. Elle est dominée par la haute montagne qu'on appelle montagne de Turin. Au nord, la colline de Montferrat, à l'orient les coteaux vignobles du pays d'Asti,au midi une vaste plaine[4].

La plupart des villes et des bourgs de Lombardie, sous le joug des Barbares jusqu'au Moyen-age, sont sortis de leur obscurité aux XIe et XIIe siècle. La ville de Quiers ne fait pas exception et rétablit les ordres dans lesquels était divisé le gouvernement de la république romaine: peuple et patriciens, autorité aristocratique. Deux sectes vont bientôt régenter la république de Quiers: l'une la Société de Saint Georges, du nom du principal patron de Quiers, l'autre la Société des Chevaliers (milites)[4]. En 1347, la république de Quiers se soumit volontairement à la monarchie savoisienne du prince Amédée VI.

La splendeur de Quiers au moyen âge provient du grand nombre de familles aristocratiques qui occupèrent les premiers emplois de la république. De nombreuses tours ont été élevées dans la ville à cette époque destinées à protéger les intérêts de ces familles.

ÉconomieModifier

 
Habitat du XXe siècle

A 12 km de Turin, Chieri a une double vocation : agricole (viticulture, cultures maraîchères et florales, céréales) et industrielle (textile, papeterie, arts graphiques, mécanique de précision).

Elle possède un musée du vin (Martini) et un du textile.

CultureModifier

Monuments et patrimoineModifier

Moyen Âge
  • Le dôme, trois nefs, vingt-six chapelles, est une des églises plus grandes du Piémont (74 m de long, 27 m de large (du côté du transept), 17 m de haut). Il est sacré en 1437.

Dans l'église il y a un orgue de la fin du XIXe avec 2232 tuyaux[réf. nécessaire].

  • La Cappella Gallieri, bâtie entre 1414 et 1418.
  • Le clocher haut de 50 mètres a été bâti en trois phases (1329 - 1365 - 1492) ; à la base il y a deux méridiennes.
  • Le baptistère, au côté droit du dôme.
  • L'église de Saint Georges (la façade actuelle est baroque, mais l'église est bâtie au XVe siècle).
  • L'église de Saint Dominique qui remonte au XIVe siècle et qui se trouve tout à fait près du monastère.
  • L'église de Saint Guillaume qui remonte au XIIIe siècle.
  • L'église de Saint Léonard, bâtie au XVe siècle.
Période baroque
  • L'église de Saint Philippe, bâtie entre 1664 et 1673.
  • L'église de Saint Bernardin, bâtie entre 1675 et 1683, puis agrandi entre 1694 et 1792.
XVIIIe siècle
  • L'église de Saint Antoine Abbé, projetée par Filippo Juvarra;
  • l’église de Saint André, bâtie entre 1728 et 1733 sur dessin de Filippo Juvarra et enterrée vers 1814.

AdministrationModifier

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Agostino Gay    
25 juin 2009 En cours Francesco Lancione   Centrodestra
Les données manquantes sont à compléter.

HameauxModifier

Pessione, Airali et Madonna della Scala qui comprend la très belle « villa il passatempo » (XVIIIe siècle) des marquis Folonari.

Communes limitrophesModifier

Baldissero Torinese, Pavarolo, Montaldo Torinese, Pino Torinese, Arignano, Andezeno, Pecetto Torinese, Riva presso Chieri, Cambiano, Santena, Poirino

Personnalités liées à la villeModifier

JumelagesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Pline, Hist. Natur., liv.III, chap.5
  3. Abbé Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Paris, Desaint & Saillant, , p. 349 tome second
  4. a et b Luigi Cibrario traduit de l'italien par Auguste-Aimé Boullée, Recherches sur l'histoire et sur l'ancienne constitution de la monarchie de Savoie, Paris, Moutardier, , p. 252

Voir aussiModifier