Ouvrir le menu principal

Vicherey

commune française du département des Vosges

Vicherey
Vicherey
L'église-Saint-Remy.
Blason de Vicherey
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Neufchâteau
Canton Mirecourt
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Colombey et du Sud Toulois
Maire
Mandat
Christian France
2014-2020
Code postal 88170
Code commune 88504
Démographie
Gentilé Viscariens, Viscariennes
Population
municipale
187 hab. (2016 en augmentation de 17,61 % par rapport à 2011)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 23′ 02″ nord, 5° 56′ 15″ est
Altitude 390 m
Min. 356 m
Max. 463 m
Superficie 5,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vicherey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vicherey

Vicherey est une commune française située dans le département des Vosges, en région Grand Est.

GéographieModifier

La situation géographique de Vicherey peut être abordée en s’inspirant des mots de son ancien maire, Roger Wadier[1], avec son autorisation, mots figurant dans la préface d’un ouvrage intitulé « Vicherey 1790 ».

Vicherey est située au cœur d’une petite région à laquelle sa spécificité géographique a valu dans le milieu des années 1960 la dénomination de Haut-Saintois.

Ce village a une conformation fréquente en Lorraine, en forme de croix latine, qui s’abrite d’est en ouest contre le versant nord d’une petite vallée où coule l’Aroffe, très modeste rivière qu’un caprice géologique fait disparaître dans le sous-sol karstique de la jolie vallée des « Prés-aux-Bois », à une dizaine de kilomètres de là, tandis que tout près, le village de Beuvezin en amont et de Pleuvezain en aval, pronostiquent de temps immémoriaux la bise venant de l’est ou la pluie venant de l’ouest.

Son environnement est fait de prairies qui se nourrissent dans l’argile profonde, et de vergers de mirabelliers qui s’étagent sur les collines.

Sa vieille église romane domine le village depuis ses 420 m d’altitude et, depuis ce plateau, on devine au nord la grande forêt de Saint-Amon par delà la vallée suspendue des trois Tramont (Tramont-Saint-André, Tramont-Emy, Tramont-Lassus), et un horizon de côtes où se découpent à l’ouest les profils de la Côte Saint-Jean (494 m), du Haut de Bouleau (468 m) et du Grand Mont (478 m).

Vicherey est une commune excentrée et, bien que située sur l’axe prestigieux Sion-Domrémy, loin de toute localité d’importance : 25 km de Neufchâteau, 22 km de Mirecourt, 50 km de Nancy, 40 km de Toul

ToponymieModifier

Au cours de la Révolution française, la commune porte le nom de Bourg-de-l'Unité[2].

Ses habitants sont appelés les Viscariens.

Communes limitrophesModifier

HistoireModifier

C’est peut-être son caractère excentré qui, au fil des aléas du temps, en a fait un bourg d’importance, non pas tant par sa démographie que par la richesse de son occupation et de son histoire…

Gallo-romaine quand l’agglomération s’appelait Viskerium[3] ou Viskeriacum. Dénomination qui, avec son radical « sk », pourrait renvoyer à une occupation beaucoup plus ancienne, gauloise quand Toul était la capitale des Leuques, voire plus antérieure encore…

Mérovingienne quand le roi Dagobert[Lequel ?] y venait dans le palais qu’il y possédait et qu’il offrit, en 651, à l’évêque de Toul Théofred ou Teutfrid. Ce don au chapitre de la cathédrale Saint-Étienne donna naissance à la prévôté-châtellenie de Vicherey.

Au Moyen Âge, le chapitre de Toul a érigé un château à l’emplacement de l’ancien palais de Dagobert. Ce château fut l’objet de nombreux sièges, dont celui, victorieux, de Charles le Téméraire qui s’en empara en 1475, jusqu’au dernier en 1635, pendant la guerre de Trente Ans, au cours de laquelle les Français et leurs alliés les Suédois anéantirent l’édifice. Il ne resta plus qu’une partie du donjon, rasée au milieu du XIXe siècle, la tour de l’église actuelle et la chapelle, devenue église paroissiale après avoir été surélevée et fortifiée.

Bien que variable au fil du temps, voici une liste des communes comprises dans la prévôté de Vicherey : Tranqueville, Maconcourt, Pleuvezain, Soncourt, Aroffe, Beuvezin, Tramont-Lassus, Tramont-Emy, Tramont-Saint-André.

Sous la Révolution, la prévôté de Vicherey fut coupée en deux entre la Meurthe (aujourd'hui Meurthe-et-Moselle) et les Vosges, lors de la création des départements en 1790. Vicherey fut choisi comme chef-lieu d'un canton regroupant les communes de Tranqueville, Morelmaison, Saint-Paul, Dommartin, Rainville, Maconcourt, Pleuvezain, Soncourt, Aroffe et Aouze.

Le canton de Vicherey fut absorbé par celui de Châtenois en 1800 (?).

Politique et administrationModifier

La commune de Vicherey fait partie de deux Sivom (syndicat intercommunal à vocation multiple) pour l'eau et les écoles.

Elle adhère depuis 1992 à l'Epci (établissement public de coopération intercommunale) « Pays de Colombey et du Sud Toulois »[4] dont la vocation est de promouvoir les potentialités touristiques et de lutter contre la désertification du milieu rural.

Budget et fiscalité 2014Modifier

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[5] :

  • total des produits de fonctionnement : 198 000 , soit 1 195  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 136 000 , soit 819  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 65 000 , soit 393  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 46 000 , soit 278  par habitant ;
  • endettement : 104 000 , soit 625  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 12,68 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 21,37 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 32,15 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1788 1790 Beaumont de Vernancourt    
1790 1790 François de Neufchâteau    
1790 1791 Deslandes de Lancelot    
1791 1792 Michel Noël    
1792 1793 C. Vuillemin    
1793 1794 Joseph Maucotel    
1794 1796 Nicolas Blanchette   Agent municipal
1796 1799 Nicolas Blanchette   Agent municipal
1799 1800 Nicolas Huin   Agent municipal
1800 1806 Marchal    
1806 1816 Jean Baptiste Laurent    
1816 1823 Toussaint Blanchet    
1823 1841 Jean Baptiste Laurent    
1841 1848 François Jeannoël    
1848 1849 François Parisot    
1849 1852 Claude Chauvelot    
1852   François Jeannoël    
    Claude Chauvelot    
1892 1896 Julien Reymond    
1893 1899 Charles Soyer    
1899 1900 Jules Lefèvre    
1900 1908 Gustave Tocquard    
1908 1912 Emile Vuillemin    
1912 1929 Gustave Tocquard    
1929 1947 Léon Bégin   Agriculteur
1947 1953 Amédée Henrion   Agriculteur
1953 1955 A. Thiébaut    
1955   Amédée Henrion   Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.
    Maurice Perry   Boucher-charcutier
mars 1977 mars 2001 Roger Wadier (né en 1936)   Directeur d'école[6]
mars 2001 avril 2014 Jean-Marie Claude DVD Facteur
avril 2014 En cours Christian France   Enseignant retraité

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8].

En 2016, la commune comptait 187 habitants[Note 1], en augmentation de 17,61 % par rapport à 2011 (Vosges : -2,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
450427482516541545488502438
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
446439436427424416388370335
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
318256251241251219184185204
1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 - -
205228213176181159187--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

À ce jour, l'activité de Vicherey est la suivante :

  • Point Poste
  • École intercommunale et interdépartementale de quatre classes
  • Cure
  • Centre de secours et d’incendie (trois véhicules)
  • Maison de Santé (trois médecins, un dentiste, deux masseurs-kinésithérapeutes, trois infirmières, une diététicienne, une pédicure-podologue et une psychologue)
  • Pharmacie
  • Antenne vétérinaire (deux vétérinaires)
  • Différents artisans (bâtiment, automobile, menuisier…)
  • Supérette
  • Boulangerie
  • Club de football

Ont récemment disparu deux cafés et une boulangerie ; moins récemment, la boucherie, l'épicerie, l'auto-école, etc.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

L'église est l'ancienne chapelle du château. L'abside et le chœur sont de style roman (XIIe siècle), ainsi que son clocher. Certains éléments remarquables comme l'abside extérieure à double archivolte cintrée et ogivale, surmontée d'une corniche supportée par des modillons extrêmement curieux, mélangeant des figures humaines monstrueuses à un bestiaire fantastique. D'autres parties sont datées du XVIe siècle. L'ensemble est classé Monument Historique, ainsi qu'un important mobilier intérieur[10].

À l'intérieur de l'église est présentée une œuvre picturale contemporaine représentant les 16 tableaux de l'Apocalypse, par le peintre Philippe de Belly.

La trace des fossés persiste, un pan de muraille soutient encore l'ancienne cour du château au sud, un reste d'enceinte et d'une tour du château est partiellement dégagée.

La salle de justice où François de Neufchâteau exerça ses fonctions de juge de paix.

La demeure très transformée où sa seconde femme Marie Pommier fut assassinée en 1804, et qui appartint auparavant à Mme de La Roche-Ennor, nourrice de Louis XVI.

Halles en bois de la fin du XVIe siècle, sous lesquelles fut construit en 1829[11] l’actuel bâtiment mairie-lavoirs, unique dans les Vosges (les lavoirs ont été restaurés et réhabilités en bibliothèque).

La maison seigneuriale dite « des Beaumont de Vernancourt », du nom de la famille de ses premiers propriétaires (grille d’escalier forgée dans les ateliers de Jean Lamour, haut-relief en plâtre représentant une scène champêtre au pied du château, vitraux de fenêtres)

Fenêtres à meneaux, pierres de façades sculptées...

Personnalités liées à la communeModifier

  • Nicolas François de Neufchâteau (1750-1828), homme de lettres, homme politique et homme de science, personnalité riche et multiple. Ayant acquis un petit domaine à Vicherey, il y fut maire et juge de paix. Il repose au cimetière du Père Lachaise, dans la tombe correspondant à la concession no 28-1828, XIe division, 2e ligne, enclos Delille.
  • René Martin, inspecteur d’académie et historien[12].
  • Charles Étienne Rouyer (1760-1794), général des armées de la République, tombé au champ d'honneur, y est né[13].

HéraldiqueModifier

  Blasonnement :
De gueules aux trois cailloux d'argent.
Commentaires : Ce sont les armes du chapitre de la cathédrale de Toul, rappelant que Vicherey était le chef-lieu d’une châtellenie et d’une prévôté de l’évêché de Toul.

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier